Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 06:52

VERS LA COP 22

Μή, φίλα ψυχά, βίον ἀθάνατον
σπεῦδε, τὰν δ᾽ ἔμπρακτον ἄντλει μαχανάν ("O mon âme, n'aspire pas à la vie immortelle, mais épuise le champ du possible"). PINDARE, 3ème Pythique.

Accord intime... Il y a 32000 ans, sur les parois de la Grotte Chauvet (Vallon Pont d'Arc, Ardèche), des artistes illustrent la profusion de leur espace de vie, qui exprime leur plénitude dans un monde dominé par les grands animaux sauvages, sur tout l'espace eurasien.

...Age glaciaire. Le changement climatique progressif induit des modifications dans l'atmosphère des relations sociales. Il y a 28000 ans, à Sungir (Russie), un homme d'une soixantaine d'années, un adolescent et une jeune fille sont enterrés dans de véritables costumes d'apparat, avec, pour chacun d'eux, plusieurs milliers de perles en ivoire de mammouth cousues à leurs vêtements, soulignant l'importance du grand proboscidien pour la communauté. Trois millénaires plus tard, l'association des femmes et des mammouths dans les représentations pariétales ou les figurines, du Quercy à la plaine russe, met en lumière la dimension vitale de la présence de l'animal pour la survie de la communauté (Pech Merle, Nouvelles interprétations, Archeologia 488, 38 - 46, 2011). Il y a 17000 ans, l'atmosphère sociale s'est profondément durcie, avec la promotion ostentatoire d'un patriarcat brutal et impitoyable (Picard, 2003. Le mythe fondateur de Lascaux, eds. L'Harmattan). Deux millénaires plus tard, la figuration de femmes sans tête devient la norme, du Portugal à la Sibérie, jusqu'à la fin de cette période froide, aride et traumatique (Würm pour les européens, Valdaï pour les Russes, Wisconsin pour les américains, Pleistocène récent pour les scientifiques)...

Constat actuel. Le 8 Juillet dernier, sur France Inter, de 14 à 15 heures, dans l'émission "Nature à la Carte" de Denis Cheyssoux, François Sarano a longuement évoqué les enjeux liés aux rapports entre communautés humaines et animaux géants au XXIème siècle dans un entretien d'une heure : "Mégafaune, les années décisives". Sur Terre comme dans les mers, les déprédations massives que subit la grande faune depuis ces derniers siècles a péjoré sa capacité équilibratrice des systèmes écoclimatiques (régulateurs beaucoup moins nombreux, survivants moins efficaces que leurs ancêtres plus volumineux - cas particulièrement dramatique des morues, parmi de très nombreux autres -). A titre d'exemple, les cachalots mâles géants, visés en priorité par l'industrie baleinière, ont disparu à la fin des années 60. L'espèce a subi une diminution de taille de 30% par rapport à l'époque préindustrielle. Des décennies, au moins, seront encore nécessaires pour que réapparaissent de très grands mâles dans l'espace océanique. Or, le réchauffement des eaux favorise les grands invertébrés au détriment des régulateurs hors de pair que sont les poissons géants (thons, requins) et les grands cétacés... Les grands calmars connaissent, depuis la fin du siècle dernier, une hausse importante de leurs effectifs comme de leur volume. Face à ce phénomène, les mieux à même, et de très loin, d'éviter une rupture d'équilibre dans la chaine alimentaire seraient précisément des cachalots gigantesques comme il en existait autrefois...

Providence Divine. L'Eveillé. Le Pape François agit avec vigueur, détermination et méthode pour la restauration d'un regard fécond de l'Homme sur son environnement et sur lui - même. Après la publication, le 19 juin dernier, d'une Encyclique d'une très grande richesse, à l'évidente dimension holistique, dans laquelle il évoque le respect dû aux animaux pour eux mêmes, comme porteurs de la lumière divine au même titre que les humains, celui qui présente la défense de l'environnement comme un devoir sacré et qui prépare une Théologie de la Femme revient inlassablement sur le sujet (promotion de la forêt amazonienne lors de son voyage en Equateur le 8 Juillet, intervention solennelle aux Nations - Unies, à New - York, en Septembre prochain...). Homme Puissant et Bon, Loué sois tu.

Périls de l'Âme. Nicolas Hulot, homme sincère et courageux, a initié un "Sommet des consciences pour le climat" qui réunira, les 21 et 22 juillet, des autorités religieuses, spirituelles et morales du monde entier. Tout cela est bel et bon. Toutefois, les rivières de l'Esprit, mal irriguées, peuvent parfois courir en pure perte et se perdre dans les sables... En effet, il y a un risque immense que l'organisateur comme les participants soient instrumentalisés par des gens sans âme et sans scrupules, dans le cadre d'une duperie vertigineuse. En effet, la COP 21 (Sommet de Paris sur le changement climatique de Décembre prochain), est essentiellement, dans l'esprit du Pouvoir, une opportunité communicationnelle pour se maintenir à la tête de l'Etat jusqu'en 2022. Or, dans cette perspective, est promue avant tout une "écoingéniérie" sans âme, et donc sans intérêt, où les solutions seraient techniques avant d'être humaines. La baisse du taux de CO2, l'augmentation du parc éolien ou des voitures électriques, l'isolation des habitations, sont parfaitement impuissantes à combattre la destruction des espaces sauvages et la désintégration sociale. Cette orientation relève d'une superstition technolâtre, aussi peu crédible (et ô combien moins séduisante) que l'apparition d'un immense dragon céleste à Wusong (Nord est de la Chine), le 18 septembre 2000 à 18H10, et dont les habitants purent parfaitement distinguer les écailles...

Les Hommes Trous. Qui plus est, les ordonnateurs de cette Grand' Messe mènent, par ailleurs, plus ou moins discrètement, une guerre totale, d'une ampleur insoupçonnée par l'écrasante majorité de nos concitoyens, à une partie significative de la Faune Sauvage française. Elle le fait même avec ostentation concernant les loups dans l'espace hexagonal et les requins à la Réunion, à l'encontre d'organismes parmi les plus à même d'adoucir les conséquences des bouleversements climatiques, dans des protocoles institutionnels homologues aux rituels d'éxêcration des sociétés antiques, porteurs du masque hideux de la bétise haineuse.

L'Esprit doit trouver à s'incarner. La COP 22 se tiendra au Maroc en 2016. Le pays se veut le leader africain en matière de lutte contre le changement climatique. Il a choisi de miser sur le solaire et l'éolien, et commence à faire profiter certains états de ses lumières à travers un "centre des compétences climatiques". La ministre Hakima El Haite est particulièrement active sur le sujet. Or, le lion de l'Atlas (lion des montagnes froides), disparu d'Afrique du Nord dans les années 60, peut, à cette occasion, devenir le symbole d'un sommet véritablement réussi. Sa proximité génétique avec le lion du Gujarat, établie l'an dernier, peut ouvrir la voie à un projet de réintroduction comparable à celui du tigre "de la Caspienne" (disparu officiellement en même temps que le grand lion nord africain) au Kazakhstan oriental dans les prochaines années, à partir de son congénère de l'Amour, et pour des raisons analogues. Sur le plan culturel mais aussi politique, il peut même aller jusqu'à incarner une résurrection pleine et entière du "lion d'Allat" détruit récemment à Palmyre (voir page blog "Un ami sort de l'ombre" du 3 juillet). A plus long terme, la réapparition d'individus gigantesques, rois de la montagne à l'époque précoloniale, constituerait le parachèvement d'un rééquilibrage écologique et civilisationnel.

Retour d'accordance. A ce jour, le seul Sommet écologique suivi d'effets positifs dans des proportions significatives a été le Sommet du Tigre de St Pétersbourg de Novembre 2010. Depuis lors, les grands félins ont repris leur marche en avant en Russie, Inde, Chine, Népal, Bouthan, et le projet "kazakh" est en bonne voie... En 1950, fut tué, dans la cordillère du Sikhote - Aline, un tigre des neiges du volume d'un lion des cavernes, comme il en apparaissait occasionnellement depuis des millénaires, et dont la fonction dans la "Shouhaï" ("l'océan sylvestre") était homologue à celui des cachalots les plus gigantesques dans les mers. Il n'en n'est plus reparu depuis. Cette année, la forêt alluviale de la rivière Bikin sera placée en réserve naturelle intégrale sur un espace de 1 100 000 ha. Au sein de celui - ci, 600 000 ha permettront aux Oudeghes et aux Nanaïs (Goldes) de pratiquer leurs activités traditionnelles dans de bonnes conditions. Il a été mis en évidence récemment que cette zone présente une extrême proximité, unique au monde, avec les forêts primitives préglaciaires évoquées au début de cet article. C'est ici, dans 30 ou 100 ans, qu'un géant surgira.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens