Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 07:56

SOCLE ET SIMULACRES

Cet article introduit "Soleil couchant" publié sur ce blog le 11 décembre prochain.

"Des corrélations entre évènements normalement indépendants peuvent apparaître (...) Le système, au point de bifurcation, se comporte comme un tout. Des régions séparées par des distances macroscopiques sont corrélées (...) les zones de bifurcation où un individu, une idée ou un comportement nouveau peuvent bouleverser l'état moyen". Ilya Prigogine & Isabelle Stengers. "La nouvelle Alliance. Métamorphose de la Science". Eds Gallimard, 3 Décembre 1979. Passages cités pages 177 & 190.

UN ROC, UN CAP

"J'ai vu les champs de linaigrettes, d'une sereine beauté, ondoyer sur les tourbières. J'ai respiré le parfum des russules et des oronges après les pluies, dans les sous - bois de framboisiers." Mémoires d'un tigre. François Béal. Eds. Aedis. 2000.

MON VOISIN "SAINT VINCENT". J'habite en Montagne Bourbonnaise, massif granitique où l'on peut trouver les restes d'une forêt primaire (autour du Montoncel dans les Bois Noirs), où vit une famille de martres blondes, et des plantes de l'époque glaciaire dans les tourbières, dont l'une, au dessus du village de St Nicolas des Biefs, couverte en grande partie de touradons de Carex paniculata, porte d'ailleurs mon nom. Mon voisin le plus remarquable est un être plein de sagesse. Vieillard de 380 millions d'années, constitué d'andésite, il était ici bien avant la montagne environnante venue l'enchâsser ultérieurement. il porte beau et rayonne de santé, le visage tourné vers les monts Dôme. C'est le rocher "Saint Vincent" (du nom d'un ecclésiastique du 15ème siècle qui effectuait des pélerinages dans le secteur).

UN ROC, UN CAP

MOYEN ÂGE TARDIF, L'USURE DU TEMPS. Je retrouve mon voisin dans "Le portement de croix", tableau réalisé par Brueghel l'Ancien en 1564. Il est amaigri, hâve, évoquant un crâne gigantesque desséché. Chapeauté d'un moulin impérieux et conquérant (Arme de la puissance flamande de l'époque), qui semble maîtriser jusqu'à son esprit comme la douve prend le contrôle du cerveau de la fourmi, il regarde le Golgotha (La Montagne du Crâne). René Garrigues avait fait une étude remarquable de ce tableau en 1983, dans laquelle il mettait en lumière l'absurdité et la folie des comportements sociaux, prisonniers de champs magnétiques dont les acteurs ignorent tout (Essai pour fonder une morale et une politique sur la poétique de J. - S. Bach et Brueghel l'Ancien, à commander pour qui le souhaite sur le site de l'Auteur). Brueghel s'exprime à une époque chaotique de réajustement des représentations collectives, qui coïncide avec l'intensification d'un changement climatique en cours, le "petit âge glaciaire". Cette période qui marque la fin du Moyen - Âge et le début de l'Ere Moderne est comparable dans ses processus à celle que nous vivons aujourd'hui, et qui marque à la fois la fin de l'époque Moderne et celle de l'Holocène. Le tableau montre un "paysage" à la fois irréel et surréel, que nul oeil ne peut embrasser. Mais R.Garrigues n'évoque à aucun moment celui qui est peut être, en fin de compte le personnage le plus important du tableau. C'est le "crâne" (maxillaire supérieur) d'un cheval, au tout premier plan, dans le coin inférieur droit. Celui - ci est orienté "résolument" dans la direction inverse de celle du Golgotha, ce lieu où la rivière humaine vient se perdre. IL EST LIBRE. Le Christ, au centre du tableau, minuscule, écrasé par son fardeau, et dont on connaît la destinée prochaine (dans toutes les acceptions de ce terme), cherche désespérément à rester actif. Le rocher, lui, est résigné à la mort. Christ et Rocher ne sont peut être que des projections spatio - temporelles successives de l'image de ce crâne, qui lui, a trouvé la Paix.

UN ROC, UN CAP

"Une fois le cachalot du Pequod dépouillé, on hissa la tête coupée contre le flanc du navire, environ à demi - sortie de l'eau, de sorte qu'elle fût encore en grande partie soutenue par son élément (...) O tête! Tu en as assez vu pour faire éclater les planètes... et tu ne dis rien! Herman Melville. Moby Dick 1851.

La Russie française. "Parmi tous les pays d’Europe qui ont été au XVIIIe siècle tributaires du génie français, aucun n’a accepté son hégémonie plus docilement que la Russie. On en voit aisément la raison. La Russie pétrovienne ou pétersbourgeoise, réformée de fond en comble par Pierre le Grand, ressemblait à un pays neuf, à une terre vierge où aucune tradition nationale ne venait plus faire obstacle aux influences étrangères. De même que la Russie ancienne avait été pendant de longs siècles une province de l’art byzantin, la Russie nouvelle est devenue, tout naturellement, une province de l’art français, Paris a été pour Pétersbourg ce que Byzance avait été pour Kiev et Moscou." Louis Réau. Pensons à François Falconet, mais aussi à l'auvergnat Ricard de Montferrand, qui réalisa la colonne Alexandre (de même inspiration que la colonne Vendôme mais plus grande qu'elle) et l'église St Isaac. Cet architecte avait combattu dans l'armée napoléonienne...

1768, "LA VICTOIRE DEFINITIVE". Année officielle de la mort de la dernière rhytine dans son ultime refuge en mer de Béring, 1768 est aussi celle du choix, par Catherine la Grande, du piédestal pour le Cavalier de Bronze (Scupture équestre de Pierre le Grand) que réalisera François Falconet de 1766 à 1777. Il s'agit de la "Pierre - Tonnerre", monolithe granitique figurant une tête de rhytine (ou de morse sans ses défenses). Celui - ci, haut de 7m, était partiellement immergé à une profondeur de 5m dans le sol marécageux de la forêt alluviale de Lakhta, à 6km de St Pétersbourg. Il en sera excavé puis hâlé jusqu'à la ville. D'un volume 20 fois supérieur aux Moaïs les plus gigantesques de l'île de Pâques, il est peut être le monolithe le plus lourd jamais transporté par des hommes. Trop imposant pour son cavalier, il sera par la suite drastiquement minoré dans un souci de rééquilibrage des proportions dans la projection de majesté induite. Une réduction de tête...

LE ROCHER DU TIGRE. Depuis des temps immémoriaux, au dessus du village actuel de Verkhnaya Ivolga, en Bouriatie, trône un rocher figurant une gueule ouverte de tigre. Jusqu'à ces derniers siècles, les communautés riveraines s'y rendaient en procession et leurs chamans y accomplissaient des rites sacrificiels. Dans la première moitié du siècle dernier, les autorités soviétiques imposèrent la destruction d'environ 7000 temples bouddhistes en Mongolie, Bouriatie, et République de Touva. Le Champo Lama Dashi Dorzo Itigelov s'auto - momifia en 1927 pour protester contre ces destructions. En 1945, fut inauguré à quelques kilomètres du rocher du Tigre (au moins celui - ci ne fut - il pas purement et simplement excavé et déplacé) le Datsan Ivolginsky, seul temple officiel du bouddhisme russe. Coquille vide spirituellement inactive, il n'avait pas plus de puissance qu'une voiture sans moteur, une pyramide égyptienne sans le sarcophage du Pharaon, ou mesoaméricaine sans ses grandes plaques de Jadéite enfouies préalablement à sa construction. Tout a changé le 11 septembre 2002 quand le corps momifié d'Itigelov a été inhumé dans la Pagode. Au début du mois d'Août dernier, un tigre de l'Amour s'est déplacé de 2000km en direction de la frontière mongole ("Cap à l'Ouest", sur ce blog le 13 Août). A - t - il été "aimanté"? (voir " L'Amour est éternel", sur ce blog le 17 février, paragraphe "Approche magico - religieuse")

En cette fin d'Holocène, la Sagesse de mon Voisin, qui a vu suffisamment de choses pour faire éclater les planètes, HOMME PUISSANT (comme disait Dersou Ouzala à propos du Vent, de la Rivière, de la Montagne), m'aide peut être à voir un peu plus clair, dans cette ténébreuse affaire. Avec LA BEAUTE COMME HORIZON.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens