Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 08:04
REFERMER LA BLESSURE

Scène finale du film "Dae - Ho", sorti dans les salles coréennes le 16 décembre dernier.

UN FILM AUTHENTIQUEMENT MIYAZAKIEN. Cette oeuvre émouvante et remarquable, où transparaissent les travaux de Lim Sun -nam, les manhwas d'Ahn Soo - gil, et bien sûr le "Dersou Ouzala" d'Akira Kurosawa (1975), est plus encore influencée par "Le Grand Van, histoire d'un tigre de Mandchourie" de Nicolas Baïkov (dont le héros appartient à une lignée de tigres de Corée septentrionale, où il passe d'ailleurs plus de la moitié de son existence). Le "vieux chasseur" évoque à la fois Dersou Ouzala et Toune Line, le trappeur chinois du Grand Van...

REFERMER LA BLESSURE

Comment les coréens se représentent leur pays.

BLESSURE. "Dae - Ho" présente le tigre (Goryeobeom) comme l'emblême de la Corée opprimée et résistante à l'occupant japonais. Lim Sun - nam avait compris explicitement le rôle politique de l'extermination des grands fauves coréens pour briser la culture de ce pays : "L'envahisseur multipliait alors les exactions pour briser la population. Non content de planter des piquets de fer dans nos montagnes pour éteindre symboliquement notre force spirituelle, il décréta l'extermination de cet animal emblématique si cher au peuple coréen." (dans "Tigre. Panthera tigris". 2012. Page 6). A titre de comparaison, le lieutenant - colonel A. Locke, note, concernant le nord de la péninsule malaise, que "les tigres, ainsi que d'autres animaux sauvages, s'étaient beaucoup multipliés au cours de l'occupation japonaise" (dans "Tigres de Malaisie" 1954, éditions France Empire). Les Japonais confisquaient les armes à feu des habitants des pays qu'ils occupaient (comme le firent les allemands en France) ce qui entraînait une augmentation des populations d'animaux sauvages. Il y a donc bien eu un ciblage particulier de la Corée par les japonais.

De plus, les coréens de la partie méridionale de la péninsule souffrent non seulement de la division politique de leur pays, mais tout autant de leur mutilation culturelle, les tigres ayant été éradiqués au sud, mais présents encore aujourd'hui au Nord, coeur de la civilisation coréenne... A ce jour, il n'y a pas eu de suite à l'accord passé en 2012 entre russes et sud - coréens pour la réintroduction d'une trentaine de tigres sur le territoire des seconds...

MALAISE. Les japonais qui harponnaient les montagnes et abattaient les tigres se détruisaient eux - mêmes par des actes sacrilèges aux yeux de leur propre civilisation traditionnelle, pour laquelle la montagne est le lieu sacré par excellence, temple divin (et la baleine qui s'offre d'elle même, donc sans être harponnée, est une bénédiction des Dieux sur la communauté - voir "Guerre et Paix" mis en ligne sur ce blog le 26 juillet 2015 -).

GUERISON. Avec la Russie comme pourvoyeuse et facilitatrice, un plan de réintroduction aux vertus diplomatiques et culturelles doit donc concerner à la fois et simultanément la Corée et le Japon. Les géants de la faune de l'extrême - orient russe sont également présents sur l'île septentrionale d'Hokkaïdo (sur terre : l'ours brun, dans les airs : le ketoupa de Blackiston, dans les eaux : la truite de Sakhaline). Et le tigre y a toute sa place, Hokkaïdo s'inscrivant dans le continuum septentrional de la "Japonésie", jusqu'à Sakhaline (où les tigres étaient encore présents dans les années 50 du siècle dernier). L'animal peut aussi être un catalyseur de sacralité de la Montagne hokkaïdienne (voir le film époustouflant "La balade de Narayama" 1984). En permettant à chacun de se rapprocher de son équilibre intime, il peut favoriser un adoucissement des relations entre coréens du Sud et du Nord, entre Japonais et coréens, entre Aïnous et japonais.

DEUX VISAGES, UN SEUL COEUR. Dans la nouvelle de Baïkov, le père de Van va mourir dans le cratère du mont Paek - Du san, qui est aussi la demeure d'un dragon noir. Pierre - Olivier Combelles (communication personnelle) m'a fort judicieusement fait remarquer que le "Grand Tigre" (Dae - Ho) figurait peut être la réminiscence d'un grand félin préhistorique. Baïkov relie celui - ci au tigre de Mandchourie (nous reviendrons ultérieurement sur la permanence identitaire et les mutations phénoménologiques). Le "Grand Van" d'Ahn Soo - gil est porteur d'une crinière (Tigre (T2), 2012, Editions Clair de Lune, Chapitre 11 : "La mort du roi", pages 250 - 251). Et les généticiens coréens travaillent à la reconstitution de la faune ancienne de Yakoutie (voir "Nul ne meurt jamais", mis en ligne sur ce blog le 4 mars dernier).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens