Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 05:37

... SOLDAT INCONNU.

Je remercie chaleureusement mon frère Michel SENNEPIN, pour sa contribution essentielle, en quantité comme en qualité, et son aide constante et inappréciable pour la réalisation du présent texte.

Aujourd'hui, jour anniversaire de la Victoire contre le fascisme.

HOMMAGE au plus grand combattant de tous les temps contre le suprématisme.

Repose en paix, incomparable Ami.

« Le destin du Monde repose sur le Courage d'un seul guerrier ». Mononoke Hime, Hayao Miyazaki, 1997.

« We can conclude that whales are killed because they represent a national front. » Rauno Lauhakangas, 1996.

http://www.helsinki.fi/~lauhakan/whale/europe/norway/mehamn.html

« Vive Mocha Dick ! » The Knickerbocker 33, mars 1849.

Ceci fait suite à « Baleine verte, corps et âme » mis en ligne le 27 mars dernier.

Summary : THE GREATEST AMERICAN HERO OF ALL TIMES. MOCHA DICK : A REASSESSMENT.

I. Marvel and glory of southern seas.

1. « Mocha Dick », the great spermwhale who has radically changed, both strong disymetry between whalers and their preys (from hunt to war) and cultural representations about them from publication of « Moby Dick » up to now, has indeed, no recorded personal biography. His TRUE name (given to him by his congeners) is unknown, as well as his parents, children, date and place of birth. Those of his death are quite doubtful.

1a. A supposed « strange anatomy ». A teratological sperm whale?

- Length and volume. « Mocha Dick » was, in any case, a very big male, but estimations of length vary from 70 to 110 feet, depending of various sources. In the second case (more than 30m for almost 145 metric tonnes) , he could have been as long and as heavy as a blue whale.

- Barnacled head. Contrarily to his congeners, the white spermwhale (or cachalot as both more respectful and realistic term) hosted not only whale lice, but also barnacles, at least on his head. This aggregation (rocky pyramid) perhaps induced his vertical and abnormally noisy blowing, and a unique tonality to his « voice » who gave him a particular power upon both his preys and enemies, and a charismatic influence on his congeners.

-Personal psychology. (As far as we know), he was both very sweet and affable with his congeners, and tremendously efficient in fighting against whalers, in a combination of prodigious bravery, intelligence, quickness, agility, all inserted in a great determination and self control.

- Colour ; The « white » spermwhale was perhaps a (rare) true albinos, or a fighting bull with head cleared by multiple scars.

2. « Official » biography, in linkage with first Pacific war.

« Known » since the beginning of XIXth century near Mocha Island ( Pacific coast of central Chile).

First « direct contact » in 1810.

Breaking leg of captain Edmund Gardner in 1815.

Essex sunk, 20 september 1820, a « 9 - 11 » prototype.1830's years : enormous losses for whalers (boats, men, ships).

1841 : decision of targeting big males as absolute priority.

September 1842 : near japanese coasts (south east of the archipelago), Mocha Dick alone defeats a whaling float of three ships, six boats and 90 men come to target him. 6 men killed and 4 boats stove, the whole float pushed to retreat to avoid many more losses. It can be compared to Abbottabad operation, with Ben Laden not killed, but pushing marine seals to retreat after heavy losses...

1846 : big fire of Nantucked, nourished by whale oil, beginning of the end fot the island.

1848 : « divine surprise » for american whalers : discovery of numerous gigantic bowhead whales in Bering strait. 1849 : Mocha Dick is observed in the same region.

20 august 1851 : Ann Alexander ship sunk by a big male cachalot.

18 october 1851 : publication of « Moby Dick ». January 1852 : the male who has sunk the Ann Alexander is killed. August 1859 : « A very old white spermwhale » is killed by a swedish whaler in Atlantic (Brazilian banks).

3. How spermwhales have succeeded in changing situation from hunting to war ? Explanation : the South American Spermwhale web (or : The seven Samuraïs of the first Pacific war). Contrarily to their congeners of atlantic ocean, hunted since centuries and fragilized, spermwhale populations of oriental coasts of South America were widely developed , when Nantucketers invaded what they called « the Offshore Ground ». Since tens of millenaries, they constitute strong and evolutive cultures (as demonstrated by Hal Whitehead, Mauricio Cantor and their research team).

They were strongly linked between each other, and their memory capacities were (are) very high, as widely demonstrated by Shane Gero.

As territories (or « marinories ») throughout oriental coasts from north to south were ancient or recent results of « classical » sociotomic events between male fighters inside the same group, big males knew each others, and after the discovery of « offshore ground » by whalers of Nantucket, they easily constitute a coordinated defensive confederation (Jurgen Stumpfhaus has well shown this phenomenon in his documentary « True story of Moby Dick' in 2014). And de facto, the higher losses submitted by whalers occured in this region.

Il has been, indeed, a war between two very strong cultures, whose fate was the complete destruction of one of them. And Nantucket fell down...

4. The day after.

- 1842 - 1849, then 1849 – 1859. What happened ?

After his « supervictory » of september 1842, Mocha Dick was seen only one more time, during 1848 or in the very beginning of 1849, in Bering strait, so in the same time as american whalers discovered russian / chukchi bowhead whales. Nobody tried to attack him... After that, no tracks up to August 1859 (in Atlantic ocean, for his death). Has he been conducted and even nourished by congeners during his very old age ?

- Thus, has Mocha Dick really been killed by a swedish whaler in August 1859 ? The log of swedish whaler only evokes « a very old white spermwhale » ( old male have generally the head of pale colour, consequently to exfoliation as well as important and numerous scars during their life). The american political context could justify the « official » (but not real) killing of Mocha Dick (by human hands) as a national and religious success for a country confrontated to the realistic fear of immediate dislocation.

II. A white dragon in the heart of the world.

Beyond his real life and personality, the Great white Cachalot, as a « Jungian archetype », summarizes and recapitulates various mythological monsters present in many cultures, not only marine but also aquatic, subterranean and terrestrial. Instances are taken from european and american representations, as well as those of maoris and lafkenshes, mongolians and japanese. The sculpture of artist Tristin Lowe may induce cruised evocations for each culture.

III. The three « centuries » of « whaling modernity ».

Each « century » has infact a specific cultural dimension.

1670 - 1770. Atlantic right whales' hunting. Animals are a gift of God for men. Whales are flegmatic, submissive, and are considered by their murderers to give their approval to their slaughter, respectfully to God's plan.

1770 – 1870. First (and crucial) phasis of paradigmatic change. Spermwhales' hunting. Animals are in opposition to God's plan, and must be punished. It's a very difficult war, and official ideology is weakened (« Moby Dick » : Mocha / Moby Dick is also considered as the Agent of God. And so, who is the Devil ?).

1870 – 1970. The technological secularism era. Animals are just things, matter, ore.

Since then, this last approach is more and more strongly refused. It's now time for second phasis of paradigmatic change : american culture might now consider the true heart of the sea as that of whales and big fishes, « spermwhale » as a disgusting word, symptomatic of the worst antibiotic ideology of all times, and the vigorous establishment of best conditions for come back of very big males in cachalots' populations as a national priority, (like this of Russia with Amur tigers since the end of 2000' years). As, infact, the Great white cachalot of Mocha island is perhaps, after all, the Greatest National Hero in the History of the United States of America. As he has shown to the country, MORE CLEARLY THAN ANYBODY ELSE, the right way to take, as well as this to absolutely avoid.

RESUME : Entre 1820 et 1860, les américains ont redouté de voir non seulement leur industrie mais aussi leur civilisation s'effondrer sous les coups d'un animal sauvage, qu'ils n'avaient cessé de poursuivre, de brutaliser et de tourmenter, sans parvenir à le tuer... Et si le naufrage de l'Essex en 1820, coulé par un grand cachalot mâle, a été comme un coup de tonnerre pour le complexe industrialo - baleinier (un véritable 11 septembre avant la lettre), engageant les baleiniers dans une guerre exterminatrice totale contre des populations diabolisées, c'est en 1842 que le complexe connaît, contre toute attente, une défaite navale grandiose et absolument stupéfiante, genèse du récit « Moby Dick », texte sacré et mythe fondateur de l'Amérique moderne. Cette formidable épopée, qui fut la véritable « première guerre du Pacifique » se solde par l'effondrement complet de l'hyperpuissance baleinière de Nantucket à partir de 1846. Elle n'a pu prendre corps que grâce à la solidité des liens communautaires établis par les différents groupes de cachalots de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud, et leurs prodigieuses capacités d'adaptation et de résistance à l'incommensurable agression qui leur fut infligée au XIXème siècle. De tels évènements entrent en profonde résonance avec les représentations collectives de toutes les cultures humaines. Et apportent un éclairage sur notre avenir commun, selon notre façon de penser, et d'agir en conséquence.

LES MÂCHOIRES DE L'OCEAN

La merveille et la gloire des mers du Sud.

Du héros à la « renommée océanique » selon une formule melvillienne, appelé « Mocha Dick » par les baleiniers américains, nous savons, de fait, peu de choses solidement étayées. Sa biographie personnelle est inexistante : Nom véritable (celui que lui donnèrent les siens) inconnu, parents et enfants inconnus , lieu et date de naissance inconnus (peut être entre les côtes péruviennes et celles du Chili méridional, entre 1775 et 1795), lieu et date de décès - ainsi que les circonstances de celui - ci – douteux (peut être en août 1859, près des côtes brésiliennes, dans l'Atlantique). La description de l'animal consignée dans le journal de bord

(Gary's nautical information, lundi 19 novembre 2007)

http://nauticalinformation.blogspot.fr/2007/11/terror-whale-of-pacific-mocha-dick.html

évoque étrangement celle d'un autre cachalot abattu 7 ans et demi auparavant (Philbrick 277 – 278).

L'ÎLE MOCHA.

Le sobriquet dont il a été affublé fait référence à l'île Mocha (côte Pacifique du Chili central) où il fut observé pour la première fois. D'autres cachalots célèbres sont, de même, référencés géographiquement : New - Zealand Jack, Timor Tom... « Dick » peut avoir deux significations antinomiques. D'une part, il peut être un diminutif de « Dickens », vocable euphémique pour évoquer le démon. D'autre part, il peut aussi suggérer « Dicky » : un officier agissant sur commission, et donc, en l'occurence, bras armé de Dieu.

Melville effacera l'ancrage territorial supposé du personnage en remplaçant « Mocha » par « Moby », qui peut être traduit par « encapuchonné », « voilé », « dissimulé ». Le qualifiant de « fantôme voilé », l'auteur fait ainsi référence à la dimension élusive et insaisissable de l'animal réel, perçu comme invisible et potentiellement présent toujours et partout.

Rogers, Ben. "From Mocha Dick to Moby Dick: Fishing for Clues to Moby's Name and Color", Names: A Journal of Onamastics. Vol. 46, No. 4, Dec. 1988, pp. 263–276.

Les « témoignages » dont nous disposons évoquent une apparence physique étrange et atypique (lusus naturae), peut être celle d'un individu tératologique.

Sa couleur claire est systématiquement évoquée. Mais s'agissait – il d'une blancheur « normale » chez les grands mâles combattants due à l'exfoliation de la peau, et bien plus encore à la présence d'une multitude de cicatrices ou à l'expression d'un albinisme ? Les données sont, sur ce point, contradictoires. Et ce point à son importance, car selon la véracité de l'une ou l'autre hypothèse, ceci influe sur l'âge supposé de l'animal (déjà relativement âgé en 1810 dans le premier cas, pas nécessairement dans le second).

Il était décrit comme un géant de son espèce, d'une taille si vertigineuse qu'elle en est a priori peu crédible ( 110 pieds, correspondant au volume d'une baleine bleue) - Reynolds, qui a écrit une fiction présentant Mocha Dick comme un albinos « blanc comme laine » et qui imagine la mort de celui -ci en 1838, évoque, pour sa part, «près de 70 pieds « en insistant sur le caractère exceptionnel de telles mensurations … Le Knickerbocker, qui avait publié la nouvelle de Reynolds en 1839, publiera d'aillleurs, dix ans plus tard une forme de démenti cinglant aux délires du rhapsode de Reynolds (Editor's Table, vol. 33) en rapportant une nouvelle observation du Grand cachalot blanc dans l'Arctique cette fois, et concluant ainsi : « Vive Mocha Dick ! »

Un cachalot de 33m, pour une masse inconnue, supérieure à 110 tonnes. C'est ce qu'indique le journal de bord d'un baleinier suédois qui aurait abattu l'animal pendant l'été 1859 (il est simplement notifié, par ailleurs, qu'il s'agit d'un très vieux cachalot « blanc », sans commentaire additionnel) Celui - ci précise qu'il n'y a pas eu combat, le cétacé n'étant plus qu'un vieillard épuisé, pratiquement édenté, manifestement à l'article de la mort (et qui s'est donc isolé de ses congénères, sentant la fin proche). L'équipage put en tirer une centaine de barils d'huile. Dans « Epopée salvatrice », mis en ligne sur ce blog le 18 janvier 2015, une simulation mathématique effectuée à partir de recoupements entre différents éléments, provenant d'une part de « Moby Dick »(Melville) et d'autre part, de « Nos amies les baleines » (Diolé et Cousteau 1973), établit une longueur « effective » de 31, 50m pour une masse proche de 144t. Mais un individu très âgé et probablement mal nourri serait évidemment moins lourd. Sachant que le spécialiste des baleines bleues John Calambokidis, estime que les baleiniers, même de bonne foi, commettaient certaines erreurs dans leurs estimations, avec une tendance habituelle à surestimer la longueur et sous - estimer la masse. Ce qui fait donc encore mieux correspondre les mensurations annoncées par le suédois avec les chiffres objectifs dégagés par notre simulation. De plus, alors que, de nos jours, les plus grands cachalots n'excèdent pas les 18 à 20 m, des animaux gigantesques « Physeter Major » n'étaient pas rares, au moins jusque dans la première moitié du XIXème siècle. Ces chiffres apparemment incroyables n'ont donc rien de farfelu a priori. Le gigantesque cachalot qui envoya l'Essex par le fond avait une longueur estimée à 25, 50m. Melville évoque des témoignages de baleiniers évoquant des grands mâles « de près de 30m ». Et sur la côte Pacifique de l'Amérique du Sud, les communautés de cachalots qui prospéraient depuis des dizaines de millénaires pouvaient voir apparaître occasionnellement en leur sein des individus aux proportions défiant l'imagination (comme c'est aussi le cas, par exemple, chez les grands carnivores et herbivores terrestres quand ils peuvent durablement s'épanouir). De fait, tirer 100 barils d'huile d'un cachalot de 33m vieux,malade et amaigri constitue un ordre de grandeur plausible. Un autre animal, long de 27m, avait offert 137 barils. Un autre encore, 145 barils. Et en 1876, le mâle abattu offrit 162 barils à l'équipage du trois – mâts barque Wave, de New – Bedford (toutes ces données dans Philbrick , 316). Quelles pouvaient bien être les mensurations et la masse de tels mastodontes ? Le Knickerbockers de mars 1849, qui note la présence de Mocha Dick cette année là, dans le détroit de Béring (le rapport du navire « Superior » de retour à Honolulu, lui attribue 200 ou 300 harpons pour toute sa « carrière », et, bien qu'il eut pu rapporter 300 ou 400 barils d'huile (!), l'équipage le laissa aller, plein de crainte respectueuse (« a whale so large that they did not dare to attack him »)...

Des bernacles sur le front de Mocha Dick. Realisation de l'artiste Tristin Lowe. Statue d'environ 16m de long, soit à peu près la moitié de la taille de l'animal réel.

Certains lui prêtent la présence de pouce - pieds sur la tête (ses congénères n'en ont généralement pas, et leur présence occasionnelle se situe sur les dents de ces animaux), faisant de lui, ainsi muni d'une bosse frontale pyramidale, une sorte de licorne marine gigantesque (« Ils [les bernacles] s'étaient regroupés sur sa tête au point de lui donner un aspect raboteux » Reynolds, page 30). Ceci induisait - il le jet vertical (et non oblique) au bruit métallique « de puissant moteur », et peut être un « cri de guerre » (émission d'ondes dans le milieu marin – avec des « clicks » de 230 decibels, audibles à 10km sous l'eau, le son émis par le cachalot est le plus puissant du règne animal -) d'une puissance et d'une tonalité particulières, au charisme singulier sur ses congénères proches ou éloignés ? (Le cachalot possède également le cerveau le plus massif du règne animal).

Voir aussi :

http://news.nationalgeographic.com/news/2003/11/1103_031103_tvspermwhale.html

Les cachalots ne sont pas porteurs de pouce - pieds (bernacles) en temps normal. Cette particularité était - elle la conséquence d'une anomalie foetale, impliquant une malformation de la hure ? Les cachalots mâles possèdent, par ailleurs, des ectoparasites (« poux des baleines »), Cyamus catodontis, qui leur sont spécifiques (les femelles sont infectées par une espèce différente. Ceux – ci s'installent volontiers dans les blessures et cicatrices, présentes à foison chez les mâles combattants. La présence des pouce - pieds constituait - elle, chez Mocha Dick une surinfection secondaire à celle des Cyamus? Y a t-il eu progression des bernacles sur d'autres parties du corps lors de la vieillesse ? Carapace de bernacles, armure de guerre... Christian Garcin, dans son livre consacré à J. Reynolds, attribue à tort une telle interprétation à l'écrivain explorateur américain, qui évoquerait un guerrier en armure , carapaçonné comme un tatou ou un glyptodon « [son dos] couvert de tant de bernacles qu'il ressemblait à un gigantesque rocher »...Reynolds n'a rien écrit de tel, évoquant la présence de bernacles sur la tête, donnant à celle – ci un aspect raboteux. Melville évoque une bosse frontale « haute et pyramidale », mais ne mentionne pas les bernacles.

Détail de la réalisation (Tristin Lowe).

Personnalité. Comme beaucoup de ces congénères, Mocha Dick était doux, pacifique jovial, joueur (Reynolds, page 32, Melville montre aussi qu'il est volontiers joueur et ne cherche jamais artificiellement l'affrontement), et un grand sens de l'altruisme, de l'empathie et de la compassion (Essemlali p 39) : un esprit chevaleresque, juste, et bon.

Voir aussi :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-1248202/The-Whale-Whisperer-Astonishing-bond-diver-Scar-giant-sperm-whale.html

et

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3325747/Incredible-moment-curious-sperm-whale-swims-right-tourists-snorkeling-Dominican-Republic.html

Mais face à ses ennemis, ce charmant compagnon pouvait être saisi par la fureur exaltée du héros (comme le furent Achille, ou Cuchulainn le héros irlandais, dont un champ magnétique foudroyant sort du crâne et renverse tout sur son passage). C'est bien ainsi que fonctionne le cachalot déchaîné à la caboche hyperpuissante. Il renverse ses proies à distance, tel un séisme, comme le fera plus tard le tigre de la Panchelaza, - Vaillant 2010 -). Philbrick (confirmant Melville) a bien illustré la capacité de certains cachalots à faire preuve d'une grande volonté de vengeance avec une ruse vindicative, un esprit de méthode et une détermination « d'homme » (Vaillant observe la même chose chez le tigre).

BIOGRAPHIE "OFFICIELLE", EN REGARD DE LA CHRONOLOGIE DE LA PREMIERE GUERRE DU PACIFIQUE (1820 - 1852).

Il semble avoir été connu de ceux - ci dès les toutes premières années du XIXème siècle. Et autant que l'on sache, son premier « accrochage sérieux » avec des cachalotiers eut lieu en 1810, aux environs de l'île Mocha (au large de la province d'Arauco). En 1815, il brisa la jambe du capitaine Edmund Gardner, événement qui est probablement à l'origine de la jambe d'ivoire d'Achab, dans « Moby Dick » de Melville. Gardner devait abandonner les courses en mer en 1826, mais il fut particulièrement actif dans la mise au point, en 1841, d'une politique d'assassinats ciblés des grands cachalots considérés comme les plus dangereux, comme l'a montré Jurgen Stumpfhaus dans son film : « La véritable histoire de Moby dick (2014). [De Nantucket aux Vesterålen, des Açores à l'île Mocha, dans le Pacifique Sud, ce documentaire part à la recherche de Mocha Dick, la terreur des baleiniers. On le sait depuis peu : ce n'est pas un, mais plus d'une dizaine de cachalots qui se sont mis en travers du chemin de leurs chasseurs, attaquant même les grands trois-mâts.] Mocha Dick n'a pas coulé l'Essex en 1820, événement traumatique pour l'industrie baleinière dans son ensemble. Cela ne signifie pas forcément, comme nous le verrons plus bas (« Les 7 cachalots de l'Arc – en -ciel ») qu'il n'ait srictement rien à voir avec cette affaire. Entre 1820 – 1840, une guerre totale et impitoyable entre baleiniers et cachalots entraîne de lourdes pertes chez l'agresseur. En 1841, ce dernier se lance dans une politique systématique d'assassinats ciblés (Stumpfhaus 2014). Melville (I, 286 - 290) a décrit cette guerre précisément et dans le détail, comme Philbrick (274). Septembre 1842 : près des côtes sud - est du Japon, Mocha Dick inflige à lui seul, dans des conditions improbables, une défaite sévère à une armada de baleiniers voués à sa perte, et en réchappe. Ceci constitue une humilation absolue pour ces derniers (Ben Laden obligeant les marine seals à une retraite précipitée à l'issue de lourdes pertes ). Après cet épisode, Mocha Dick « disparaît ». 1846 : Nantucket est en grande partie incendié, le feu puissamment alimenté par l'huile de cachalot, qui imbibe littéralement chaque parcelle de l'île. Un baume inespéré pour les baleiniers à partir de 1848 : la découverte, dans le détroit de Béring, des gigantesques et pacifiques baleines franches boréales, sauvera pour quelques années l'industrie du désastre infligé par les cachalots combattants et mènera, 5 ans plus tard, au « forçage » des ports du Japon (Guerre et Paix 26 juillet 2015, Soleil levant 20 mars 2016). En 1848 ou au début 1849, Mocha Dick est observé dans ces parages par le baleinier "Superior" (Knickerbocker 33, mars 1849, 267 - 268). Après le Pocahontas en 1850, le dernier navire baleinier coulé par un cachalot sera l'Ann Alexander, le 20 aout 1851, et l'interrogation qui valait pour l'Essex (Mocha Dick n'était – il pas le véritable décisionnaire?) se pose également dans ces deux derniers cas. « Moby Dick » d'Herman Melville est publié 18 octobre 1851, soit moins de deux mois après le naufrage. Melville dira : « Dieux ! Quel critique fait ce cétacé de l’Ann Alexander. Ce qu'il a à dire est court et concis et très au point. Je me demande si mon mauvais art a soulevé ce monstre »... Son ouvrage met en scène un personnage mythique un peu en deçà (!>) ng>de ce que l'on croit savoir >du personnage réel, aussi bien sur le plan physique que comportemental. Il décrit une « étrange odyssée » à l'issue fatale , des rives du Massachusetts au Pacifique Sud, mais SANS FRANCHIR LE CAP HORN (contrairement à l'Essex en 1820 et l'Ann Alexander en 1851). Poursuite obsessionnelle d'un animal haï, par une route à l'opposé du territoire de celui ci... (Les marine seals cherchant prioritairement Ben Laden en Europe ou en Amérique). Hommage rendu à la surnaturalité de l'adversaire, et témoignage de l'état de fascination angoissée qu'il exerce, car il est supposé être à la manœuvre partout sur l'Océan mondial (les nantucketers percevaient donc le niveau d'organisation stratégique de l'ennemi). « L'aberrant voyage » du Pequod au delà de l'obsession est manifestement un procédé littéraire : l'itinéraire spatial de ce navire pourrait bien être une allégorie de celui, temporel, de la puissance, puis de la chute de Nantucket, en 27 ans (de juillet 1819 : recrutement de l'équipage de l'Essex, au grand incendie du 13 juillet 1846, dont l'île ne se relèvera pas)....

Janvier 1852. Mort du destructeur de l'Ann Alexander, tué par l'équipage du baleinier Rebecca Simms. Le grand mâle était « vieux, fatigué, malade ». Ses flancs étaient piqués de harpons et de lances tordues, d'énormes fragments de bois hérissaient sa tête (Philbrick, 277 – 278). L'exploitation des baleines franches boréales géantes dans le Pacifique du Nord - Ouest sauve l'industrie baleinière américaine en apparence, mais le forçage des ports japonais un an plus tard (Yokohama 1853) annonce en réalité Pearl Harbor et la deuxième guerre du Pacifique (Guerre et Paix, 26 juillet 2015, Soleil Levant, 20 mars 2016). Anticipant avec lucidité, Melville (I, 160) précise : « Si ce pays fermé à double verrou, le Japon, doit jamais devenir hospitalier, le crédit en reviendra au seul baleinier, qui en est toujours sur le seuil. » Mocha Dick est peut - être tué par l'équipage d'un navire baleinier suédois en 1859, dans l'Atlantique sud. Il est alors décrit par ses meurtriers supposés de façon étonnamment semblable au grand mâle abattu 7 ans et demi plus tôt par le Rebecca Sims...

Et l'Océan fut alors protégé par des animaux immenses, guidés par l'individu le plus gigantesque de l'Histoire de la Terre. Photographie satellite de notre planète, à la verticale de Papeete. Et dans un roman d'anticipation d'Alan Dean Foster, CACHALOT  est une planète entièrement océanique où s'épanouissent les descendants des cétacés terriens transférés dans ce sanctuaire 6 siècles auparavant. Aux côtés de quelques colonies humaines dans des cités flottantes, les grands mammifères marins y prospèrent démographiquement, physiquement et intellectuellement dans des proportions inédites. A. D. Foster. CACHALOT. 1980. NY. Ballantine.

 

LES 7 CACHALOTS DE L'ARC - EN - CIEL .

Pourquoi et comment les cachalots ont -ils contre - attaqué, de façon coordonnée ? D'une façon générale, on peut dire que le siècle des cachalotiers américains (1770 – 1870) a concentré des évènements stupéfiants, relatifs aux dégâts occasionnés au sein de la flotte baleinière par des contre - attaques de cétacés. En outre, une proportion remarquablement élevée de celles dont on a connaissance (et précisément celles qui ont le plus défrayé la chronique) ont toutes eu lieu près des côtes Pacifique du continent sud - américain. Si, au cœur de cette saga, se distingue la figure emblématique de « Mocha Dick » la grande baleine blanche, ce fut, en fait, au moins 6 ou 7 vieux mâles, tous de très grande taille (« Physeter Major ») qui participèrent en première ligne, ponctuellement ou régulièrement, à cette « première Guerre du Pacifique ».

L'explication à ce jour la plus convaincante est la suivante : alors que les communautés de cachalots avaient été longuement massacrés dès le XVIème siècle dans l'océan Atlantique, par des chasseurs moins bien équipés qu'au XIXème siècle, pendant ce temps, sur la façade Pacifique du continent, les représentants de cette espèce avaient été laissés en paix depuis toujours, développant ainsi des cultures originales, ainsi qu'une confiance en soi commune aux nations qui dominent sans crainte leur milieu naturel. Ces populations prospères présentaient une remarquable variété interindividuelle de couleurs (les « 7 samouraïs » constituaient – ils une assemblée aussi bigarrée que les chevaliers de la Table ronde?) et de volumes, et il n'est pas exclu que les grands mâles du Pacifique Sud étaient, à l'époque, à ceux de l'Atlantique, ce que les tigres de Sibérie étaient à ceux du Bengale... Par ailleurs, les cachalots mâles sont entraînés par leurs joutes liées aux rivalités amoureuses, à procéder à des charges et autres tactiques dépourvues de la moindre timidité (« Tout est dans la caboche », mis en ligne le 7 avril 2016), qui pouvaient être particulièrement spectaculaires et sanglants (Philbrick 121 – 122). Dès lors, à partir du moment où la flotte baleinière américaine doubla le Cap Horn et envahit le Pacifique Sud, leur rencontre avec ces cachalots en particulier provoqua une collision inédite, car les Nantucketers, du fait de leur fanatisme, avaient développé, de façon obsessionnelle, une logistique, des techniques, des tactiques, les plus efficaces et impitoyables de l'Histoire, pourtant déjà si cruelle et sanguinaire, de la chasse industrielle des cétacés.

Or, les grands mâles sud - américains se connaissaient depuis leur enfance, avant 1800. Chacun d'entre eux devint le leader d'une « tribu » (voir les travaux d'Hal Whitehead et Mauricio Cantor sur les cultures que développe l'animal dans cette région).

http://www.nature.com/ncomms/2015/150908/ncomms9091/full/ncomms9091.html

La solidité de leurs liens familiaux et leur mémoire sont de véritables clefs - de - voûte de leur édifice social, comme l'a montré Shane Gero.

http://www.bbc.com/earth/story/20150707-the-whales-that-never-forget

Ils avaient eu le temps, après leurs pères et les pères de leurs pères, de s'affronter, bâtir de nouvelles tribus à l'issue d'essaimage de dissidents vaincus, de conclure des pactes, des « paix des braves ».

Après avoir subi l'invasion des fanatiques éradicateurs, ils ont élaboré, dans l'urgence, à partir des contacts qu'ils entretenaient lors de la période précédente, une confédération de plus en plus coordonnée, qui a étendu son influence vers le Nord – Ouest . Et ils furent les pionniers de cette organisation défensive panocéanique, précisément parce qu'ils se connaissaient bien depuis longtemps, et qu'ils furent les premiers à acquérir à leur corps défendant une expertise particulière. Stumpfhaus constate que ce n'était pas seulement Mocha Dick mais CHAQUE animal chargé de la protection d'un secteur qui présentait une peau beaucoup plus claire que leurs congénères. A moins d'admettre qu'une famille d'albinos avait pris le contrôle d'espaces marins gigantesques*, l'explication la plus vraisemblable est que tous étaient couverts, dans des proportions ahurissantes, de cicatrices de tous types, en lien structurel avec la nature de la fonction sociale qu'ils adoptèrent à cette époque. Dans ce contexte, la confédération a été d'autant plus facile à mettre en place avec l'existence d'un leader exceptionnel en tous points, dont le « cri de guerre » particulier » constituait un mot repère et une assurance pour tous, du Chili au Japon... D'où l'efficacité de la Résistance... C'est aussi pourquoi on ne peut pas exclure que « Mocha Dick » ait eu un rôle indirect mais important dans le naufrage de l'Essex dont il ne fut pas l'auteur, ainsi que de ceux qui suivirent à partir du milieu des années 1830 jusqu'au début des années 1850.

Melville (II, chapitre « L'Armada » - « The Gam » -) évoque, pour sa part, l'évolution de la structure des troupeaux de cachalots soumis à la pression de la pêche industrielle - qui annonce, à quelques décennies de distance – des changements homologues chez les bisons des plaines. Le théâtre d'observation se situe, en l'occurence, dans le détroit séparant Sumatra de Java, avant que le Pequod ne longe les Philippines et gagne « la côte lointaine du Japon, pour y être à temps pour la grande saison de la baleine » : « du fait de l'activité inlassable avec laquelle on les a chassés sur les 4 océans, les cachalots, au lieu de naviguer presque invariablement en petits groupes, comme autrefois, se rencontrent maintenant souvent en grands troupeaux, quelquefois si nombreux, qu'il semblerait presque que leurs nombreuses nations aient juré un pacte solennel d'assistance et de protection mutuelles … poursuivie dans le détroit de la Sonde, la vaste armée ne se déployât dans les mers orientales seulement pour être le témoin de la capture de bon nombre de ses soldats. Et qui pouvait dire si, dans cette foule, Moby Dick lui - même ne nageait pour l'instant, comme l'éléphant blanc adoré à la procession du sacre des Siamois ! »

On conclura cet aspect des choses par la formule suivante : « Au cœur de la Guerre du Pacifique, 7 Samouraïs »

Ils réformèrent leur organisation communautaire (mâles annulant ou réduisant drastiquement la durée anuelle de leur présence dans les zones circumpolaires, pour être beaucoup plus durablement au contact des troupeaux de femelles et de jeunes), de façon à RESISTER au mieux à l'hyperpuissance Nantucketer (voir à ce sujet Philbrick, ainsi que l'article suivant du même auteur, en décembre 2015)

http://www.smithsonianmag.com/history/nantucket-came-to-be-whaling-capital-of-world-180957198/#uBQmCaboYRFfZ0w0.99

Etablissant une continuité entre les Wampanoag, premiers occupants de l'île et leurs successeurs d'origine européenne, Melville (I, 99 – 100) indique que « finalement, lançant une flotte de grands navires, explorèrent le monde aquatique ; firent sans cesse le tour du monde ; jetèrent un regard sur le détroit de Béring ; et en toutes saisons et sur les océans déclarèrent une guerre éternelle à l'être le plus monstrueux qui ait survécu au Déluge ...Et ainsi, ces gens de Nantucket...ont envahi et conquis la surface des eaux comme autant d'Alexandre ; se partageant l'Atlantique, le Pacifique et l'océan Indien...deux tiers de notre globe terrestre appartiennent à Nantucket. »

Les cachalots s'adaptèrent psychologiquement (« Que le cœur se bronze »). à la férocité de leurs agresseurs, et le complexe de supériorité de ceux - ci (aristocratie cachalotière : peuple élu). Et c'était plus facile avec un leader charismatique, aux mensurations prodigieuses et à la physionomie anomalique, d'établir progressivement une réponse à l'échelle transpacifique ( grâce notamment aux capacités de communication sur longue distance) qui soit à la hauteur de la menace...

Et que ce serait - il passé si les baleines franches du détroit de Béring avaient été découvertes quelques années plus tôt, quand l'armée des Samouraïs n'avait pas encore été drastiquement décimée ? (Mocha Dick a peut - être assisté, impuissant, à leur massacre - Knickerbocker 33, 1849, 267 - 268 -, et même si sa voix si particulière a réussi à s'accorder à celle de ces merveilleuses polyglottes, cela n'a semble t-il pas suffi, même si le Knickerbocker de mars 1849 ne fut certainement pas le seul à dire « Vive Mocha Dick ! »... )

Ce n'est qu'au XXème siècle que l'extermination des Physeter Major sera complète, réalisée par d'autres flottes, composées désormais d'immenses navires en métal, armés de canons lance - harpons à tête explosive. Depuis lors, les évènements particuliers qui défrayèrent la chronique au XIXème siècle furent relégués au rang du folklore, et on réduisit volontiers la nouvelle d'Herman Melville « Moby Dick » à sa seule dimension allégorique. Le public s'imagina facilement, au regard de la douceur proverbiale (effective au demeurant) de la plupart des cétacés, que tout cela n'était en fin de compte que le fruit de l'imagination des chasseurs (ou leurs dons de rhapsodes madrés et malicieux), ceux – ci ayant la réputation (non usurpée), de souvent raconter tout et n'importe quoi... Et même parmi les cétologues actuels, certains ont manifestement du mal à prendre en compte toutes les facettes de l'évolution historique dans les communautés humaines et cétacéennes, en fonction, notamment, de la nature des relations entretenues entre les unes et les autres...

* Chez les hippopotames, des albinos peuvent progressivement contrôler certains secteurs. C'est ce qu'a découvert David Livingstone au début des années 1860 : « A quelques milles au - dessous du village de Chikoumboula nous avons rencontré un hippopotame blanc... Il était d'un blanc rosé, tout à fait de la nuance des albinos, et paraissait être le père d'une nombreuse famille ; car un grand nombre des individus qui composaient le troupeau étaient marqués de larges tâches de couleur claire... Un hippopotame de couleur sombre se tenait à l'écart comme s'il avait été chassé de la bande, et mordait la rivière en secouant la tête horizontalement avec frénésie. » (Livingstone & Livingstone 1881, page 302). Ceci induit que, dans l'hypothèse où le cachalot de l'île Mocha était albinos, au moins certains de ses lieutenants pouvaient être</em>trong>/em> ses ong>fils, et d'autres, ses frères...

Par ailleurs, l'anthropologue Jean Rouch, qui assista, en Afrique de l'Ouest, au siècle dernier, à la déroute de pêcheurs Bozos face à un grand hippopotame mâle vindicatif (celui - ci mit à mal leurs pirogues, et en particulier la plus grande d'entre elles), évoqua "le Moby Dick des rapides de Labbezanga"...

Le jour d'après.

Que s'est -il passé pour « Mocha Dick » entre 1842 et 1859 ? Si l'on accepte « la thèse officielle » indiquant qu'il a été tué par l'équipage d'un baleinier suédois en Août 1859 près des côtes du Brésil, comment expliquer la « disparition » de l'animal après sa victoire de septembre 1842 ?

Celle – ci ne fut apparemment pas complète puisqu'on le retrouve dans l'Arctique (détroit de Béring) en 1849 : « Bolchoï plavun » était - il aux côtés des baleines franches boréales, découvertes un an plus tôt, pour leur plus grand malheur, par les baleiniers américains ? S'est - il définitivement « retiré du jeu » par la suite, pour des raisons de santé majeures, et / ou après le constat de son impuissance en mer de Béring? A t-il continué à « tirer les ficelles » en s'appuyant sur des « lieutenants » ? S'est -il finalement rendu dans l'Atlantique discrètement, par étapes, mis à l'abri, et peut être, sur le tard, escorté et même nourri par une garde rapprochée ? Car « sa »mort en solitaire (si toutefois c'est bien de lui qu'il s'agit...) indique probablement qu'il s'était simplement écarté des siens pour mourir, comme le font les vieux mâles à l'agonie, point confirmé par le journal de bord de ses meurtriers (Gary's nautical information, lundi 19 novembre 2007

http://nauticalinformation.blogspot.fr/2007/11/terror-whale-of-pacific-mocha-dick.html)

Mocha Dick est - il vraiment mort en 1859 ? Le journal de bord du baleinier suédois mentionne simplement un très vieux cachalot « blanc » (A.B.C Whipple. 1954. Yankee whalers in the south seas. Doubleday), couleur commune aux cachalots âgés dont le cuir céphalique, le plus épais du règne animal, est alors largement desquamé... Peut être Mocha Dick, qui n'a jamais quitté la zone Pacifique jusqu'en 1849 au moins, est -il mort de vieillesse dans l'Arctique, invaincu.

Une hypothèse alternative. Le parti républicain américain, fondé en 1854, était, pour une part décisive, sous l'influence directe des grandes familles de l'industrie baleinière. En Août 1859, ce parti a peut être ressenti plus que jamais le besoin urgent de conjurer par tous les moyens la perspective, qui se profilait de plus en plus, d'auto - destruction des Etats - Unis d'Amérique par la guerre civile (celle - ci éclatera 20 mois plus tard). Dans ce contexte, il est possible que le récit de la mort de Mocha Dick (par un baleinier étranger, et innommé...), soit le fruit de la propagande de ces yankees à l'esprit dérangé. La description faite de l'animal dans le « journal de bord » est étonnamment semblable à celles de Reynolds (1839) et de Melville (1851). L'animal aurait simplement été encore agrandi, et « vieilli » … La tonalité générale du « compte - rendu » (pas de fanfaronnade) peut très bien correspondre à une véracité de la capture et de ces circonstances (quasi euthanasie d'un vieillard cacochyme), mais on peut aussi penser au souci diplomatique de ne pas humilier les maîtres des lieux, lesquels avaient poursuivi en vain l'animal pendant plus de 3 décennies, et sans l'autorisation desquels les baleiniers étrangers ne pourraient plus se rendre sur la zone.

Le contexte socio - politique était des plus chargés. En 1859, la première puissance baleinère était désormais New Bedford, mais c'était encore peu ou prou les familles de Nantucketers qui tiraient les ficelles. Ils étaient « les rois du pétrole » de l'époque, New – Bedford était l'un des principaux financeurs de l'industrie états - unienne dans son ensemble. Le parti républicain, mis sur les fonds baptismaux 5 ans auparavant, était explicitement et implicitement entre les mains de ces gens – là, qui avaient de puissants mobiles pour organiser une manipulation autour du destin de Mocha Dick. Tout au long de l'épopée du cachalot blanc, les rumeurs concernant son décès s'étaient multipliées, mais celles – ci avaient été à chaque fois démenties de façon spectaculaire par le principal intéressé, jusqu'au point d'orgue de septembre 1842, où une véritable armada baleinière internationale (anglo - américaine) qui avait réussi à le cerner, fut, elle aussi, contrainte de déguerpir, après avoir subi des dégâts matériels et humains considérables, et de crainte d'en subir de bien pires encore... Après cet épisode ahurissant et titanesque, l'animal disparut. Etait - il mort des suites de cet ultime combat ? En tout cas, si la réponse devait s'avérer négative, les baleiniers européens qui croisaient dans ces eaux ne se seraient sûrement pas avisés de refuser un « petit service » au gang de New Bedford (moyennant « pourboire », comme il se doit entre gens corrects et de bonne compagnie...). Quelles étaient les motivations du Gang pour exiger la fabrication d'un faux de la part de collègues européens ? On peut en réaliser la typologie suivante :

1. « Superficielle » : on ne peut en aucun cas exclure un quelconque trafic crapuleux, par exemple de l'huile frelatée à déstocker, et que le Suédois, en cas d'enquête, aurait pu mettre sur le compte d'un vieux cachalot peut être en proie à une septicémie généralisée provoquée par la rouille des pointes de harpons fichés dans son corps depuis de nombreuses années...

2. « L'occasion fait le larron » : le baleinier suédois exploite effectivement le cadavre d'un autre cachalot géant (possiblement plus grand que Mocha Dick), si extraordinaire que la nouvelle se répand comme une traînée de poudre, et le Gang en profite pour lui demander simplement de dire qu'il s'agit d'un cachalot blanc.

3. « Profonde » : alors que l'imminence de la guerre civile états - unienne est dans tous les esprits, la tension est à son comble dans les esprits dérangés des dignitaires du parti républicain. En guise de « soupape psychologique », ils font annoncer la mort du Grand Cachalot, leur ennemi invaincu. Plus encore, il y avait impérieuse nécessité pour eux, que le petit monde sur lequel ils régnaient croit - car en cela résidait la PRINCIPALE SOURCE DE LEUR POUVOIR -, que « l'animal » était bel et bien mort, et SURTOUT « de main(s) d'homme(s) ! ».

C'est ce « syndrome de Laelaps » qui a conduit les Etats – Unis d'Amérique à la conflagration cataclysmique à chaque fois qu'ils se sont laissés gouverner par lui... Dans la mythologie grecque, Laelaps est un chien qui réussit toujours dans sa capture du gibier. Le renard de Teumesse est un animal sauvage qu'aucun chasseur (homme ou chien) ne peut capturer. Zeus envoie Laelaps capturer le renard. Comme c'est là chose impossible et logiquement contradictoire, les deux personnages se désintègrent lorsqu'ils font jonction. Zeus et Laelaps confluent et fusionnent lorsque Achab décide d'en finir avec Moby Dick, puis lorsque les Etats – Unis, au début de ce siècle, se lancent à corps, cœur et âme perdus, dans une guerre illimitée dans l'espace et dans le temps « contre le terrorisme ». Melville II, 438 : «Vers toi je roule, cachalot destructeur universel, mais qui ne me vaincs pas ; jusqu'au dernier souffle, je me mesure à toi ; du cœur de l'enfer je te frappe ; par haine je te crache mon dernier souffle... il faut que tu me remorques jusqu'à ce que je sois en morceaux ». De fait, Melville décrit une apocalypse déjà advenue. Le Pequod figure Nantucket. C'est l'île entière, en tant qu'hyperpuissance, qui subit un naufrage foudroyant et définitif lors de la première Guerre du Pacifique. Ceux qui ont déclenché l'enfer sur mer périssent dans les flammes de cet enfer alimenté par l'huile, « sang » symbolique de leurs victimes, avec laquelle les « maîtres de l'Océan » avaient bâti leur puissance.

UN DRAGON BLANC AU COEUR DU MONDE.

« L'Eternel prépara un Grand Poisson » Jonas, I, 17

« Ô Don Miguel, baleine chilienne, marquée comme une vieille tortue de signes hiéroglyphiques sur le dos » (Melville I, 287)

« Ce tigre semblait avaler les balles comme Moby Dick les harpons... Sa tête était « grosse comme la lune » » (John Vaillant. The Tiger. 2010. « L'Amour est éternel, mis en ligne le 17 février 2015).

Le prophète annonciateur de la chute. Léviathan incarné aux yeux des quakers, le cachalot s'avère être le responsable surnaturel de la chute de Nantucket. Sa vengeance sur la nation entière est annoncée « tout au long du printemps et de l'été 1819 », par une sorte de poisson – pilote messager : « un animal marin, extraordinaire », un serpent avec des yeux chevalins noirs et un corps de cinquante pieds de long ressemblant à une chaîne de barils flottant sur l'eau » (Philbrick, 26). Serpens, Christus, proper sapientiam. L'année suivante, les gens de Nantucket établiront un lien entre cette apparition de mauvaise augure, et le naufrage de l'Essex. Mais c'est peut - être, plus largement, la prophétie de la chute foudroyante de la nation de Nantucket et de son hyperpuissance, dont le « dragon annonciateur » était porteur... Animée par un inlassable esprit de conquête, riche en technologie et dotée d'un sens religieux de sa destinée, Nantucket était, en 1821, ce que deviendrait plus tard l'Amérique. Personne n'imaginait qu'en un peu moins d'une génération, cette île, tout comme l'Essex, ferait naufrage, en raison d'une trop grande promiscuité avec les cétacés (Philbrick, 16). En 1835, Nantucket est largement dépassé par New Bedford. Le banc de sable de la baie, handicap négligeable pour la navigation au XVIIème siècle, avait fini par s'étendre au point de provoquer une gêne majeure au déchargement des navires. Il devenait donc un obstacle important à la prospérité de l'île. Au cours des années 1830 et 1840, le quakerisme avait éclaté en de multiples sectes rivales. Il s'ouvrit alors sur l'île plus de centres de réunion que jamais, alors même que le nombre de Quakers diminuait chaque année (Philbrick, 270 – 271). Dans le même temps, alors que les baleiniers de New Bedford, New London et Sag Harbour, exploitaient de nouveaux territoires dans le Pacifique Nord, ceux de Nantucket s'en tenaient obstinément aux territoires qui avaient jadis fait leur fortune (Philbrick, 270). Ils continuaient, notamment, à s'acharner sur le « Off - Shore Ground », c'est - à - dire les côtes orientales d'Amérique du Sud, précisément là où la résistance des cachalots était la plus déterminée et la plus efficace. Le 13 juillet 1846, Nantucket fut ravagée par un gigantesque incendie alimenté par l'huile de cachalot omniprésente. La vengeance du Léviathan, disait -on, était achevée (Philbrick, 272). La découverte d'or en Californie deux ans plus tard provoqua l'émigration de centaines d'habitants succombant à la tentation d'un enrichissement rapide. Ils s'embarquèrent sur des navires en partance pour San Francisco - les mêmes sur lesquels ils avaient chassé jadis le puissant cachalot -. Le Golden Gate devint le cimetière d'innombrables navires baleiniers abandonnés par leurs équipages et pourrissant dans la vase (Philbrick, 272). L'île devient un gigantesque vaisseau fantôme. Le 16 novembre 1869, l'Oak, dernier navire baleinier de Nantucket, quitta le port pour n'y jamais revenir (Philbrick, 273). Il fut vendu à Panama en 1872... (Philbrick, 348).

Le Grand Cachalot Blanc correspond parfaitement au Monstre Sacré (terme pris dans son acception originelle) fondateur et protecteur du Monde, présent dans de nombreuses cultures humaines (si ce n'est toutes), dont il résume et récapitule les différentes expressions.

Comme l'esturgeon, qui l'incarne avec tous les tétrapodes, il est « l'Animal - Monde" (« Retour dans la mère patrie, 24 mars », Melville II, 205).

Muni de sa pyramide frontale de bernacles, il est « la Licorne Ultime » (Profondeur, profusion, 30 mars 2015, Indomitus, 8 mars 2016).

Il est « ce vieil arrière grand - père » (Melville II, 255) - Léviathan n'était - il pas préexistant à Behemoth et YHVH ? -, porteur de mystères : « front - firmament plissé d'énigmes » (Melville II, 134), qui en a « assez vu pour faire éclater les planètes » (Melville II, 88).

Saumon fécondateur du Soleil, en qui blancheur et azur fusionnent : Melville II, 395 - 396 : « C'était un matin clair bleu d'acier. Les firmaments de l'air et de la mer étaient difficilement séparables dans cet azur universel... dans le ciel, passaient les ailes blanches … c'étaient les douces pensées de l'air féminin ; mais aussi, dans les profondeurs insondables de l'océan, couraient de puissants Léviathans, espadons et requins, et c'étaient les pensées fort troublées, meurtrières, de l'océan masculin... comme un tsar, le soleil paraissait donner un air doux à cet océan hardi et ondulant, comme une mariée à son époux. Et à la ligne qui ceinturait l'horizon, un mouvement doux et tremblant … dénotait la confiance aimante et palpitante, les craintes amoureuses avec lesquelles la mariée s'abandonnait. ». Pages 416 - 417 : « S'élevant avec la plus grande rapidité des plus grandes profondeurs, le cachalot lança ainsi toute sa masse dans le pur élément aérien, et accumulant une montagne d'écume éblouissante, montra son emplacement à une distance de onze kilomètres et plus... la baleine blanche se lançait à l'assaut du ciel comme un saumon. L'embrun qu'il soulevait en ce moment, vu si soudainement sur la plaine bleue de la mer, et se détachant sur la marge encore plus bleue du ciel, luisait et étincelait comme un glacier, et restait là à disparaître... jusqu'à imiter la brume sombre d'une averse qui passe dans un vallon. », figure masculine et paternelle (« Epopée salvatrice », 18 janvier 2015, annexe : « La figure masculine du cachalot : DELIVRE NOUS DU MAL).

Sculpture de bois, imitation turquoise (variscite).

L'Azur est aussi homologue à la blancheur chez les Lafkenches (« Baleine verte, corps et âme », 27 mars 2016). Dans leur mythologie (Trempulcahue), les âmes sont emportées par des baleines psychopompes vers l'île Mocha, sur laquelle elles peuvent ensuite renaître. Le règlement du service de transport s'effectue en turquoises (llancas). Comme chez les Taï – Wanais (voir lien avec les Lafkenches dans « Baleine, corps et Âme », 27 mars 2016) pour qui le requin - baleine est « la Montagne de Jade », le grand cétacé est « la Montagne de Turquoise » pour les Lafkenches. Et Melville (I, 359) évoque « … la vaste masse laiteuse, qui, éclairée par un soleil rasant, étincelait d'un éclat variable comme une opale vivante dans le bleu de la mer matinale ». Bleu et blanc fusionnent également chez une autre figure tutélaire, de la culture yakoute en l'occurence, le rhinocéros à fourrure (« Un rocher sur la Lande », 27 février 2016).

Pour les Japonais, plus encore que le Namazu, immense poisson – chat lové sous l'archipel nippon et qui frappe celui - ci de « stupeur et tremblements » quand il remue, qu'il résume par sa propre dimension « sismique » à travers l'espace et le temps, « Makko - kujira » est proche de l'Esprit Vengeur des cétacés outragés, la Bake kujira, squelette de baleine accompagnée d'oiseaux et poissons morts - vivants (Guerre et Paix, 26 juillet 2015, Soleil Levant, 20 mars 2016). De ce point de vue, la conclusion du Moby Dick de Melville évoque une Bake kujira apaisée retournant au sein de Gran Mamare, l'Océan Primordial, comme le Seigneur des sangliers combattants, Okottonushi, est apaisé par le Dieu de la Forêt, Shishigami (Mononoke Hime, Hayao Miyazaki, 1997). Melville II, 442 : « Les requins indifférents passaient près de moi comme s'ils avaient la gueule cadenassée ; les faucons sauvages volaient le bec dans un fourreau. »

LA FUREUR DU DRAGON

L'artiste Tristin Lowe lui donne une dimension terrestre et tétrapode. Il fait presque de lui un poisson pulmoné géant, voire un reptile, avec ses écailles / bernacles, et son dos quasiment crêté. Il évoque le saumon géant de l'Altaï des contes mongols, qui se meut sur le sol pour aller dévorer jusque dans leurs yourtes, les pasteurs qui l'ont fait souffrir (« Indomitus », 8 mars 2016).

La baie du dragon endormi. Rivière Hanas (Atlas chinois), source du lac du même nom, où vit le poisson géant ("Indomitus", 8 mars 2016).

Comme le Tigre - Ancêtre est le fils du Dragon du mont Paek Du San en Corée, Mocha Dick est - il le Fils du Dragon Originel, lové au cœur de l'Océan primordial (abrité dans le manteau de la Terre, à une profondeur de 450 à 600 km, vieux de 2, 7 milliards d'années, et qui contient 3 fois plus d'eau que l'Océan mondial de surface, où vivent peut – être ces « géants - salamandres » , seuls capables d'affronter la Vérité, selon Melville) ? Est - il envoyé par son Père en surface, comme les protées cavernicoles, aux yeux des populations rurales de Slovénie (« Le fruit de tes entrailles », 3 mars 2016) ? Et le cachalot de l'Essex serait - il son frère jumeau à peau sombre (Sket & Arntzen 1994) ?

« Mais soudain en écarquillant les yeux dans les profondeurs, il vit au fond une tache vivante blanche, pas plus grande qu'une belette, s'élevant avec une célérité merveilleuse » (Melville II, 405).

CONCLUSION : Merveille et Gloire du Pacifique Sud, Dragon Blanc « venu dans le Monde pour rendre témoignage à la Vérité » (Jean, XVIII, 37, Russie : enlumineurs réinclus, 5 avril 2015) il fut, avant tout et par dessus tout, quelqu'un dont le cœur était un Océan de Bonté et une Fournaise d'Amour, et qui, dans le contexte cauchemardesque d'extermination de son peuple, a souffert, lutté et triomphé, en faisant preuve d'une vertigineuse audace, d'un courage infini et d'une intelligence prodigieuse. Et rien, jamais, ne sera plus important. Dans l'Unité du Saint Esprit, en tout Honneur et toute Gloire, pour les siècles des siècles.

Les cachalots combattants dans le Maelström de la modernité (1742 - 1987). « Soleil et cachalots moururent tranquillement ensemble... cet étrange spectacle qu'on observe chez tous les cachalots mourants, qui tournent la tête vers le soleil pour trépasser... et ta baleine tournant sa tête vers le soleil pour mourir, et qui s'est ensuite retournée, m'a donné une leçon salutaire » (Melville II, 331 – 332).

Les trois temps de la Folie.

Voir Philbrick, décembre 2015.

http://www.smithsonianmag.com/history/nantucket-came-to-be-whaling-capital-of-world-180957198/?no-ist

D'une façon générale, on peut dire que l'enfance, l'adolescence, et la maturité de la civilisation industrielle, correspondent approximativement à 3 siècles consécutifs d'industrie baleinière, pratiquée dans 3 états d'esprit bien distincts.

1. L'enfance (1670 – 1770). C'est la « puissante Londres » qui en est le pivot, illuminée par l'huile de baleine « franche ». Entre 1690 et 1760, les Nantucketers éradiquent ces baleines de la côte Est. Cette époque se conclut par l'éradication des rhytines de Steller ( Genevois 2012, La condition humaine 13 avril 2015, Kamtchatka en toute logique 30 septembre 2015).

2. L'adolescence (1770 – 1870). Nantucket, puis New Bedford , sont les nouveaux phares de l'Humanité. C'est le siècle des cachalotiers. Bien que beaucoup moins destructeur, quantitativement, que la période suivante, il est le temps où s'exprime le plus grand fanatisme industrialiste, plein de férocité et de ferveur.

3. La maturité. Par ordre chronologique : la Norvège d'abord, (Svend Foyn et « L'oeuvre de Dieu » puis le Japon et la Russie (Blond 1953, Russie : enlumineurs réinclus 5 avril 2015).

Ces trois siècles ont en commun une idéologie et un projet : la réification du monde physique : le monde en tant que « minerai ».

Mais, en dehors de ce socle théorique, se développent des approches assez différentes selon les époques.

Tout d'abord, seul le XXème siècle sécularise (c'est le cas de le dire) pour de bon le projet industrialiste, alors que les deux siècles précédents répondent largement à une soi – disant injonction divine : le monde physique est donné à l'espèce humaine, qui doit le refaçonner et le civiliser en « répandant la lumière » et en « détruisant les ténèbres ».

Ainsi, entre 1670 et 1770, les baleines elles aussi sont inspirées par le (délirant) « commandement divin », et ne sont donc pas encore totalement considérées comme du minerai brut. Ainsi, sa placidité et ce qui est perçu par ses agresseurs comme un quasi - consentement à sa mise à mort (attitude qu'elle adopte aussi, confrontée à une meute d'orques) illustre la cohérence du « règne de la Lumière » : l'Homme exploite avec la plus extrême sauvagerie un monde qui se soumet plus ou moins volontairement à son déchaînement de cruauté. Et c'est justement pour cette raison que l'on appela cette espèce de baleine : « franche » au contraire d'autres espèces de cétacés « farouches » ou « sournois »:ce vocable est donc directement issu de l'appréciation des chasseurs. Et Dieu parla à la baleine et lui demanda de libérer Jonas... Mais les meilleures choses ont une fin. Baleines et rhytines, si bonnes et franches, merveilleuses poules géantes aux énormes œufs d'or, s'évaporent dans la nuit...

Les Nantucketers avaient, par ailleurs, commencé à chasser le cachalot dans l'Atlantique dès 1712.

Entre 1770 et 1870, le projet industrialiste répond exactement aux mêmes codes, et c'est logiquement une secte religieuse pleine de ferveur, les quakers, qui en devient le pilote. Ces hommes, comme les protestants européens avant eux, et les intégristes musulmans aujourd'hui, sont des littéralistes. Ils proscrivent toute exégèse des textes sacrés, qui serait hérétique à leurs yeux. Ils prônent une guerre totale contre « Léviathan » (Cazeils, 69 - 70), ignorant superbement le sens de ce théonyme dans l'Ancien Testament... Ils sont les djihadistes du suprématisme humain. Et en 1778 (deux ans après la déclaration d'indépendance), Thomas Jefferson écrit : « La Baleine spermaceti qu'ont découvertes les Nantucketers est un animal agressif et féroce qui réclame de ces pêcheurs autant d'adresse que de témérité ». Les « Grands Diables » (ainsi nommés par les Basques au Moyen – Âge, Cazeils) furent alors appelés les « cachalots combattants » (Diolé & Cousteau, 274). L'idée du cachalot ennemi de la Nation est donc constitutive de l'Amérique indépendante. La grand - mère et la mère de Benjamin Franklin étaient de Nantucket, son cousin Timothy Folger était capitaine de navire baleinier (Melville I, 160). Sur les quatre présidents des Etats - Unis statufiés au Mont Rushmore, trois (George Washington, Thomas Jefferson et Abraham Lincoln) étaient liés, à des degrés divers, à l'industrie baleinière.

Au début de la Révolution américaine, les Nantucketers étaient allés jusqu'aux limites du cercle polaire arctique. Ils avaient atteint la côte occidentale de l'Afrique, la côte orientale de l'Amérique du Sud, et jusqu'aux îles Malouines -dans l'Océan Austral- (Philbrick, 29).

Comme leurs prédécesseurs, ces baleiniers se légitiment d'autant plus en constatant que les cachalots qu'ils traquent sont en réalité de doux géants, qui « approuvent leur sort », leur cadavre flottant naturellement, comme celui de la baleine franche, facilitant ainsi l'exploitation de celui – ci. De plus, l'huile du cachalot est plus appréciée d'une part, et pour un plus grand nombre d'usages d'autre part, que celle de la baleine.

Les choses se compliquent lorsque des esprits chagrins viennent gâcher votre plaisir, en se mettant de façon inacceptable et insupportable en travers de la mission divine. C'est - à - dire quand certains individus protestent concrètement contre le massacre impitoyable dont leur communauté fait l'objet, qu'ils s'agissent des femelles de baleines grises faisant le vide pour protéger leurs petits (« poissons diables », le miroir, 10 novembre), ou des cachalots mâles, habitués, par les tournois saisonniers pour le leadership amoureux, à se défendre et attaquer, d'une part, (Philbrick, 121 – 122, Tout est dans la caboche, 7 avril 2016) et en tant que protecteurs de leurs familles, d'autre part. Tous apparaissent donc, aux yeux des quakers, comme se mettant d'une façon inadmissible en travers (en latin : dia bolos) du « projet divin ». Au fur et à mesure que des « incidents » de ce genre se multiplient, les armateurs dissimulent ceux - ci le plus possible , tout en menant une sévère politique d'assassinats ciblés, comprise comme une « Chasse aux Sorcières » à connotation de Guerre Sainte. Mais les demi - échecs rencontrés par cette politique d'extermination ne font qu'enrager encore plus les commanditaires. Et surtout, plusieurs évènements, stupéfiants à leurs yeux, vont venir ébranler leurs certitudes : Tout d'abord, en 1820, avec l'Essex, c'est un « 11 septembre » avant la lettre : jamais les baleiniers ni leurs mentors n'aurait pu imaginer qu'un cachalot fut capable de cela. D'autres navires baleiniers connaîtront un sort identique jusqu'en 1851 (Cazeils 2000, Baleine verte, corps et âme 27 mars 2016). De manière plus subtile, mais sans doute plus profonde à long terme, un cachalot plus intelligent, entreprenant et chanceux que les autres, que les marins affublèrent du sobriquet de « Mocha Dick », leur tient tête, sans peur et sans reproche, pendant plus de 3 décennies, causant des dégâts incalculables au sein de la flotte baleinière (sans, toutefois, couler aucun navire - amiral, du moins à notre connaissance). Il échappera finalement à ses poursuivants après les avoir mis en déroute en septembre 1842. Cet aspect des choses est très important aussi sur le plan psychologique. Car s'il est inconcevable que le plan divin puisse être mis en péril par un vulgaire animal sauvage (une « bête muette » selon Starbuck, dans « Moby Dick »), alors, la véritable volonté de Dieu N'EST PAS de se livrer à ce massacre des géants. Et ceci constitue une incommensurable agression pour quiconque a fondé tout le sens de sa vie sur ce massacre. On redouble donc d'ardeur et d'acharnement, car le Grand Animal NE DOIT PAS GAGNER, ou TOUT S'EFFONDRERA. Mais le malaise est palpable : On ressent, dans la nouvelle de Melville, l'extrême tension et les ambiguités sur ce point clef (le « Born again » G.W. Bush sera soumis aussi à de tels affres, un siècle et demi plus tard). « Dieu est contre toi », dit Starbuck à Achab, qui est présenté, et se présente lui même, à de nombreuses reprises, comme l'incarnation du Diable... Et, dans ce cas, QUI le Grand Cachalot représente t-il vraiment ? (Russie : enlumineurs réinclus : 5 avril 2015, La Condition Humaine 13 avril 2015, Baleine Verte, corps et âme 27 mars 2016).

C'est pourquoi ces 3 ou 4 décennies furent décisives dans le processus d'une déligitimation, certes beaucoup plus tardive (à partir du troisième tiers du XXème siècle) de cette société industrielle née dans le cerveau de fous furieux.

« Le courage d'un seul guerrier » n'a certes pas empêché le triomphe de la civilisation industrielle au XXème siècle, comme allant de soi, où la chasse baleinière n'est plus une guerre mais l'exploitation d'un minerai, et rien de plus.

Mais il aura probablement fragilisé la légitimité de ce projet, et ce, jusqu'au for intérieur de ses champions les plus fanatiques qui avaient mis tout en œuvre en vain, pour l'abattre, lui, Mocha Dick.

« Le passé n'est qu'un prologue ». William Shakespeare. La Tempête.

Après sa « SuperVictory » de 1842, l'Animal va donc réaliser un exploit plus colossal encore, en provoquant la réalisation par l'adversaire lui même, de l'outil de sa propre destruction, une œuvre littéraire, aérolithe sans équivalent se présentant comme une odyssée, en réalité nouveau Livre de l'Apocalypse, qui décrit l'effondrement foudroyant d'une hyperpuissance, sous le regard d'un adversaire insaisissable et invaincu : 1819 : le Dragon annonciateur, 1846, les flammes de l'enfer, 1848 – 1869 : le vaisseau fantôme (voir plus haut : « Le prophète de la chute »). L'attente interminable, insupportable et vaine, de sa mort ou de sa réapparition, va cristalliser au sein d'une société américaine fragilisée, cet énorme « rocher d'ambre gris », nouveau mythe fondateur ingérable, qui, s'il ne connaît pas son exégèse, sera fatal à l'Organisme (Soleil couchant, 11 décembre 2015).

De cet épisode singulier de l'histoire des Etats - Unis d'Amérique (1820 - 1852), qui est, aux yeux des états - uniens eux mêmes, le Héros indiscutable ? Quel nom leur vient spontanément à l'esprit ? « Car la mer nous révèle le visage obscur de Dieu, qui se confond avec celui de l'Adversaire ». Herman Melville. MOBY DICK.

Je reviendrai. Et je serai des millions. Tupac Amaru, 1472.

Après « Heart of the Sea », film sorti en salles le 11 décembre dernier, qui évoque l'odyssée de l'Essex d'après le livre de Nathaniel Philbrick (Soleil couchant, 11 décembre), le temps est venu, pour les Etats Unis d'Amérique, de porter un regard qui intègre plus franchement le point de vue de « l'adversaire », à travers une réalisation comparable à ce qu'est Dae - Ho (« Le Grand Tigre », sorti le 16 décembre) pour la Corée (« Refermer la blessure », 10 mars 2016), première étap>e de la résurrection d'un bouclier culturel , à travers un plan ambitieux de favorisation des Physeter Major, aujourd'hui éteints après em>ng>>avoir été cibs en priorité de>trong>puis 3 siècles par les chasseurs - ils rapportaient plus d'huile que leurs congénères moins volumineux - (Philbrick), et dont la>m>rong> réappamrong>>g>ritiog>n demandera encore quelques dizaines d'années...

BIBLIOGRAPHIE

Les références indiquant une date au jour près indiquent des textes mis en ligne sur le présent blog. Pour s'y référer, taper l'intitulé, sui vi de « retour du tigre en europe ». Par exemple, pour « Soleil levant, 20 mars 2016 », taper en mots - clés : soleil levant retour du tigre en europe

Blond (G). 1953. La grande aventure des baleines. Bibliothèque de la mer. Eds. Amiot Dumont.

Burdin (A), Potgieter (B), O' Corry - Crowe (G). 2012. Climate change : a view through the prism of Steller's sea cow extinction. Brief overview of 2011 field work. 12 pages.

Cazeils (N). 2000. Dix siècles de pêche à la baleine. Editions Ouest - France.

Calambokidis (J), Steiger (G). 1997. Blue whales. WorldLife Library. Colin Baxter Photography Ltd.

Deniel (A). 1991. Le chien du forgeron. Eds. Jean Picollec.

Diolé (Ph), Cousteau (J.Y).1973. Nos amies les baleines. Eds. Flammarion.

Domning (D.P). 1972. Steller's sea cow and the origin of North Pacific aboriginal whaling. Syesis, 5, 187 – 189.

Essemlali (L). 2012. Capitaine Paul Watson. Entretien avec un pirate. Editions Glénat.

Garcin (C). 2016. Les vies multiples de Jeremiah Reynolds. Eds. Stock.

Genevois (F). 2012. Le crépuscule des vaches de mer. Eds. Le Guetteur.

Heinz (B), Enos (R). 2014. Mocha Dick The Legend and Fury. Creative editions.

Lauhakangas (R). 1996. Do Norwegians hate whales ? 16 octobre 1996.

http://www.helsinki.fi/~lauhakan/whale/europe/norway/mehamn.html

Livingstone (D) & Livingstone (C). 1858 - 1864. Explorations du Zambèse et de ses affluents et découverte des lacs Chiroua et Nyassa. Traduit de l'anglais par H. Loreau. Librairie Hachette. 580 pages, en 1881.

Malaurie (J). 2003. L'Allée des baleines. Eds. Mille et une nuits.

Melville (H). 1851. The Whale. London, R. Bentley, 18 October, 3 vol. 927 pages. Moby Dick. New York, Harper & Brothers Publishers., 14 November, 1 vol., 635 pages. Edition française 1967. Deux Tomes. Tome I : 363 pages. Tome II : 442 pages. Collection du XXème siècle. Editions Walter Beckers. Kapellen - Anvers. Traduction par Georges Saint - Marnier.

Ortega (F) . Décembre 2012. Mocha Dick. La leyenda de la ballena blanca. Grupo editorial norma. 140 pages.

Philbrick (N). 2000. La véritable histoire de Moby Dick. Eds JC Lattès.

Reynolds (J.N). 2013. Mocha Dick. Préface de Thierry Gillyboeuf. Editions du Sonneur.

Sket, B., Arntzen, J.W. 1994. "A black, non-troglomorphic amphibian from the karst of Slovenia: Proteus anguinus parkelj n. ssp (Urodela: Proteidae)". Bijdragen tot de Dierkunde 64: 33–53.

Vaillant (J). 2010 . "The Tiger. A true story of vengeance and survival", Knopf eds, 24 août 2010. Edition française 2011. Les Editions Noir sur Blanc. "Le tigre. Une histoire de survie dans la taïga".

Zimov (S). 2014. Wild Field Manifesto. 15 octobre 2014. Accessible sur le site « Pleistocene Park », section « News ».

FIMOGRAPHIE

Miyazaki (Hayao). 1997. Mononoke Hime.

Stumpfhaus (Jurgen). 2014 . La véritable histoire de Moby Dick.

http://www.t411.ch/torrents/la-vritable-histoire-de-moby-dick-arte-hd

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens