Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 02:52

« Moby Dick » : questions ouvertes, perspectives.

« Le poète, c'est l'homme à qui Dieu restitue la splendeur ». Francis Jammes.

« L'Histoire du Monde est un Livre imprécis qu'il faut lire avec émotion ». Dimitri. Le Voyage. Albin Michel. Mai 2003.

Avertissement . Il n'est évidemment pas question ici d'avoir une quelconque prétention, de près ou de loin, à une réétude de cette œuvre si profuse qu'est Moby Dick, totalement hors de portée de l'auteur de ces lignes. Il s'agit simplement d'illustrer certains points peu soulignés jusqu'alors, qui permettent pourtant d'offrir à l'ensemble un nouvel éclairage.

EYELIDS OF DAWN. « MOBY DICK », REASSESSMENT AND PROSPECT.

The marine hyperpower of Nantucket has collapsed during the « First Pacific War » (1820 – 1852) between american whalers and Pacific fighting spermwhales. The real white whale Mocha Dick had a key importance in this defeat, induced novel of H. Melville « The Whale » which has a mighty resonance up to now. « Moby Dick » puts in light a pact of murder under the sign of Satan and a paradoxal trip : thus the white whale is known to firstly operate in south - eastern Pacific, the Pequod' fleet « searches » her all around the world excepting this region. And it's only at the end of the trip that the final tragedy occurs in this zone... Achab is a faustian archetype. He is linked to « Fedallah » (probably Evil's officer) like Ishmael is linked to Queequeg. He is also a patriarcal figure for humanity as a whole (« the old Adam »), in linkage with a very old, blinded, one - armed spermwhale, killed during a competitive hunting with german whaler « Jungfrau ». « Ishmael » is firstly a functional witness, but not a true character. His real name is unknown (if he has any) : ( Just call me « Ishmael »). Achab's project inspires him fear more than clear opposition (contrarily to Starbuck, the lieutenant - commander). He is saved (alone amongst all) by a coffin, as a final apparent paradoxe of this paradoxal odyssey. Ishmael has visions, dreaming of whales' processions, with amongst their huge gam « a great hooded phantom ...like a snowy mountain in the air »). He even has the presentiment of such a presence in a true huge gam in indonesian archipelago. He also evoques a white wild horse, bright shepherd of huge herds in northern America, at Adam's epoch...

White whale Moby Dick seems firstly to be the Golem of God. Both physically and behaviorally speaking, it figures several species of big cetaceans, and symbolizes all of them. Moreover, he is both male and female (the supposed diabolical dimension of the second, as considered by the fleet, might be contradicted by probable influence on Melville of Nathaniel Hawthorne's novel « Scarlett Letter » ). So, is the whale God himself (hooded behind his Golem) ? He rather illustrates the Divine Leviathan, deeply admired buy God himself, both tectonic, oceanic and cosmic agent of whole Universe, eyelids of dawn.

« Moby Dick » can be considered as both the coffin of modern era and the life - buoy for present and future. It is indeed near traditional representation of God (Inuit Sila, cleverness of World). Mac Kinley Cantor, in twentieth century, has shown a similar sensibility with « Andersonville » (concentration camp of civil war) and « The noise of their wings » (hope of seeing passenger pigeons again). And Mocha Dick, has so truly been both initial founder and final resolver.

A flash of future. And vision of Ishmael could nowadays be thought as following : a processon organized and directed by « the great hooded phantom », Shepherd of his Gam throughout times. From Martha's Vineyard (heart of American history and culture, and that looks like a big marine animal) via Mocha island (« The greatest american hero of all times. Mocha Dick : a reassessment », May 9, 2016) to Whale Alley in Chukchi Sea (« The indestructible polar star . Strength of gentleness », may 30, 2016). It ends at Fairway Rock, where whaling american industry has been definitely destroyed by confederate commander James I. Wadell on the CSS Shenandoah, between June 22 and 28, 1865... The trip rebuilds the sacred linkage between huge marine creatures and mankind, in both geographical and spiritual contrary to the odyssey of the Pequod. The Procession constitutes a « MYSTICETUS », leviathanomorphic stream whose scales are big marine animals.

Axis Mundi. Promoting> Oceanic Animal Landscape. Nowadays, climatic, ecosystemic, social, political, cultural, and spiritual emergency as a whole implicates, for all countries with important marine territories, a consistent strenghtening plan of Gaïa's bloodstream. It would be a vigorous help for populations of big marine animals, promoting demographic rising with special attention to big old individuals, for years, decades and centuries to come. It could be named WSP (Whale Stream Project), nevertheless concerning all marine mammals, big fishes and others. What russians have begun to do in Yakutia with big extinct terrestrial fauna must be seriously considered (Sennepin, February 14, 2016. The enigma of european rhinoceroses. Pp 6. « The Yakut Paradox », 5), as they could enhance similar projects upon hypergiant bowheads, and even Steller's sea cows. Chile, Argentina, New - Zealand and Australia could work on supergiant blue whales of austral ocean, and australians also on dugongs in their backyards, that were formerly millions (as shown by Ebenezer Thorne in 1876). Norway could do the same thing on ancient collaborative systems in arctic fjords between fin whales and peasants / fishers on herring and capelin's exploitation, including cods (as illustrated by Rauno Lauhakangas in 1996 « Do Norwegians hate whales » ? online) and perhaps even great auks, only apterous birds present in northern hemisphere during modern era - great auk, least auk (still millions nowadays) like Steller's sea cow and dugong... -. Of course, USA, who have the hugest marine territory in the world can do more than enormously in this way, on various levels of action. Their highest emblematic initiative would be a powerful politics for come back of huge and superhuge cachalots. And France has a marine territory almost as huge as this of USA... It seems to be the only politics able to fasten survival of mankind, peace throughout the world and friendship between people.

RESUME : Face à l'effondrement de l'hyperpuissance de Nantucket lors de la première guerre du Pacifique entre baleiniers américains et cachalots combattants, Melville montre qu'une telle issue procède de la volonté divine. L'itinéraire du navire baleinier Pequod est totalement aberrant. La baleine blanche Moby Dick n'est ni le Golem de Dieu, ni Dieu lui - même, mais un Léviathan à la fois masculin et féminin, océanique et cosmique, qui enveloppe ou induit la réalité dans son ensemble. Les processions de baleines guidées par un « grand fantôme encapuchonné », visions récurrentes chez Ismaël, seul rescapé humain de cette odyssée, peuvent être interprétées comme autant de prophéties d'une réalité non encore advenue, dont le catalyseur initial fut « Mocha Dick », cachalot bien réel dont la puissance tectonique a détourné le cours de l'Histoire de ces derniers siècles comme des prochains.

THE WHALE, THE WORLD. Le 18 Octobre 1851, paraissait le roman d'Herman Melville THE WHALE, titre auquel fut adjoint le sobriquet « Moby Dick ». Récit fondateur de l'Amérique moderne, c'est un authentique texte sacré, à la fois tourbillon aspirant le passé et carrefour catalyseur d'avenir. D . H. Lawrence le qualifia de "one of the strangest and most wonderful books in the world", et "the greatest book of the sea ever written ».

Constat d'une apocalypse advenue. « Moby Dick » cherche une signification à une apocalypse déjà advenue, l'effondrement de Nantucket lors de la première guerre du Pacifique (« Héros de la Résistance », 9 mai 2016) ou tout fait symbole et bouleverse les consciences.

« ...et en toutes saisons et sur les océans déclarèrent une guerre éternelle à l'être le plus monstrueux qui ait survécu au déluge » (I, 99). « Qu'est le globe terrestre tout entier sinon un poisson capturable ? » (II, 201). « Mort aux vivants, longue vie aux tueurs ». Extrait d'une chanson populaire de Nantucket (Philbrick, 37). « Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien grandes seront ces ténèbres ! » Matthieu 6, 23.

Après la tragédie de l'Essex en 1820, où intervient un cachalot immense mais de couleur ordinaire, la légende d'un cachalot d'une pâleur fantomatique se répand. Ralph Waldo Emerson y fait mention dans ses carnets en 1834, et prétend qu'il a subi la vengeance du second de l'Essex, Owen Chase. Cinq ans plus tard, Jeremiah Reynolds publie une fiction qui fait, elle aussi, mourir l'étrange créature. Melville s'est manifestement beaucoup inspiré du texte de Reynolds. L'animal, nommé « Mocha Dick » est bien réel. Il est même connu depuis les première années du XIXème siècle. En Septembre 1842, celui - ci met en déroute une armada baleinière dans des circonstances hallucinantes. Le 13 Juillet 1846, Nantucket part en cendres dans un incendie alimenté par l'huile de baleine qui imbibe littéralement toute l'île. A l'automne 1849, dans le détroit de Béring, Mocha Dick est soigneusement évité par les baleiniers qui chassent les grandes baleines franches boréales (« Reine des glaces, matriarche du monde », 30 mai 2016). L'humiliation est totale. Le chapitre 41, intitulé « Moby Dick », (Melville I, 251 – 263) est intégralement consacré à ce que l'on savait de la stupéfiante épopée de Mocha Dick, et à l'impact psychologique produit sur la quasi totalité des baleiniers de l'époque : une terreur absolue, allant jusqu'à le considérer comme ubiquiste et immortel. Et ce qui lui donnait un tel pouvoir de terreur, plus que toute autre considération, était « la malignité intelligente et sans exemple qu'il avait révélée sans cesse dans ses combats, d'après des comptes rendus précis. » (I, 257).

Cet impact résonne encore aujourd'hui. « Que les étoiles de son crépuscule s'obscurcissent, qu'elle attende la lumière, sans qu'elle vienne, et qu'elle ne voie point les paupières de l'aurore. » Job 3, 9.

« Mort à Moby Dick ! ». Le seul but du capitaine Achab est de détruire « Moby dick ». Il apparaît comme le gourou d'une secte apocalyptique, lancée à tombeau ouvert dans une quête mortifère. Lors d'un authentique rituel d'exécration (cérémonie connue de l'Egypte Antique), il associe tout l'équipage à sa pathologie. Tous hurlent : « Mort à Moby Dick ». « Voilà donc ce vieux à tête grise, impie, chassant avec des malédictions une baleine de Job autour du Monde, à la tête d'un équipage, aussi, principalement composé de rénégats bâtards, de hors - la - loi, de cannibales... Comment se fit – il qu'on répondit si bien à la colère du vieux, par quelle magie noire les âmes furent – elles captivées, pour que sa colère parût presque la leur, la baleine blanche autant leur ennemi mortel que le sien ; comment se fit – il que la baleine blanche fut pour eux, ou dans leurs subconscients, aussi, obscurément, à leur insu, le grand démon glissant des mers de la vie ? » (I, 262 – 263). Plus tard, il scelle un pacte de sang avec ses harponneurs sur un harpon spécialement forgé pour tuer la baleine blanche. Le pacte est explicitement passé au nom du Diable. Ego non baptizo te in nomine patris, sed in nomine diaboli !» hurlait Achab frénétiquement, tandis que le fer incandescent étanchait sa soif maligne dans le sang baptismal." (II, 322).

Un bien étrange voyage. Nul doute alors que ces caps - horniers vont foncer sur le « off - shore Ground » (population de cachalots au large des côtes orientales d'Amérique latine) où Mocha Dick opérait depuis des décennies. Or, l'itinéraire est tout autre (I, 280 - 281). Bien loin de doubler le Cap - Horn (au large duquel Achab, autrefois, est resté entre la vie et la mort pendant trois jours et trois nuits - I, 137 -) le Pequod traverse l'Atlantique et double le Cap de Bonne Espérance, au sud de l'Afrique, puis rejoint l'Océan indien Tous les lieux où les cachalots sont supposés se rassembler sont explorés, SAUF le plus évident d'entre eux, qui est aussi celui où se trouve à peu près certainement le cœur de cible officiel...

Un itinéraire aussi baroque où la poursuite obsessionnelle affichée s'exprime à travers un évitement factuel montre que ce voyage est fictif. C'est une odyssée, allégorie spatiale d'une réalité temporelle : celle de l'effondrement de l'hyperpuissance Nantucketer entre 1819 et 1846. Après avoir exploré toutes les autres, c'est d'ailleurs bien dans la région habituelle d'activité du grand cétacé que le Pequod finit par établir le « contact », et que se réalise l'inévitable tragédie (Job 8, 14 : « l'espoir de l'impie périra, son aplomb sera brisé ») : l'aire culturelle maorie – lafkenche (« Baleine verte, corps et âme, 27 mars 2016).

La malédiction du vieil Adam. Agissant « sur ordre » (II, 422), Achab est soumis à Satan (Starbuck, son premier lieutenant, ne cesse de lui répéter que Dieu s'oppose à son entreprise), par l'intermédiaire du personnage dont le nom supposé est « Fédallah », et qui est peut - être persan. Celui - ci est manifestement très proche d'Achab, mais en même temps le surveille et parfois l'effraie. Car contre toute attente, il arrive même à Achab d'être sur le point de renoncer. Se comparant au « vieil Adam », il sent la vanité de son entreprise, de sa vie, et le mal qu'il a fait et continue à faire à sa famille, et particulièrement sa femme, « ma Marie » (II, 397 - 400). Mais « Fédallah » veille... Il prophétisera la mort d'Achab, mourra avant lui, puis l'invitera à le suivre...

L'innocence de la jeunesse. Les démons du Pequod eux - mêmes sont parfois dépassés par d'autres dans l'appétit de massacre des innocents (II, 140 - 153) . C'est le cas avec le baleinier allemand « Jungfrau » (« La jeune vierge ») avec lequel ils engagent une compétition pour le meurtre de l'Adam des cachalots, créature immense, aveugle, épuisée, malade, quasiment inoffensive, vieille de centaines, voire de milliers d'années. Scène pénible au regard extérieur, joie et plaisanteries des acteurs. Le Pequod finit par triompher. Après ce forfait accompli, la jeune vierge, frustrée et dans toute la vigueur de sa jeunesse, se lance à la poursuite de rorquals (pourtant épargnés à cette époque du fait de leur vitesse) sous le regard ébahi de l'équipage du Pequod. Comme Achab n'a plus qu'un moignon en lieu et place de ce qui fut sa jambe, l'Adam des cachalots a l'une de ses nageoires dans le même état.... Le vieil Adam s'est tué lui - même.... « ces merveilleuses têtes blanches grisonnantes, qu'on rencontre quelquefois, et combattent comme des démons farouches exaspérés par une goutte torturante » (II, 195 ; voir aussi « Héros de la Résistance », 9 mai 2016, paragraphe « les 7 cachalots de l'arc – en - ciel »).

« Ismaë<strong>l » : ng>m>le Té>trong>moin. Il apparaît comme une fonction, plutôt qu'un personnage incarné. Celle de « rendre témoignage à la Vérité » (Saint Jean, XVIII, 37). « Et je suis le seul rescapé pour te le narrer » (Job). « Appelez moi Ismaël » : ainsi commence le roman. Nul ne sait si ce personnage s'appelle réellement ainsi, ni même s'il a simplement un nom. Perpétuel errant sans famille ni attache (Satan répondit à Yahvé et dit: "De parcourir le monde et de m'y promener. " Job 1, 7), narrateur partiel, défectif aussi dans la dénomination qu'il s'attribue ( sans h, contrairement au fils d'Abraham, « Divine promesse » qui s'achève en exil dans le désert, Onomastique de Moby Dick, Blog de Jean - Yves Cordier, 6 février 2013 http://www.lavieb-aile.com/article-mes-notes-de-lecture-de-moby-dick-115392516.html ) . Il évoque Melville (dimension narrative, rapport aux populations du Pacifique).

Il est lié au harponneur Queequeg (dont il fait son légataire universel, il en est alors à son quatrième testament - I, 318 -) comme Achab l'est à Fédallah. Après la mort du persan, « Ismaël » prend la place de celui - ci. Il est également entraîné vers l'abîme, et sauvé in extremis par « la bouée - cercueil » de son ami Queequeg, qui a péri avec tous les autres... L'Océan l'a rejeté, comme Jonas, dont le père Mapple dit dans son sermon que « Dieu le visita sous forme de la baleine » (I, 79).

Après avoir succombé à la folie meurtrière collective (« Mort à Moby Dick ! »), il se distancie de celle - ci, sentant confusément le danger d'une telle attitude (I, 263). Cette évolution psychologique va en se renforçant, vis – à – vis d'une entreprise qu'il perçoit de plus en plus comme une injure faite à l'ordre universel : « Et sous les cieux antarctiques resplendissants je me suis embarqué à bord du navire Argo, et me suis joint à la poursuite de la baleine étoilée bien au delà de l'ultime extrémité de l'Hydre et du Poisson Volant » (II, 34).

Et ceci n'est qu'une vision parmi d'autres pour « Ismaël », qui fonctionne comme un chamane. Il évoque « l'homme de Nantucket, loin de la terre, [qui] plie les voiles, et se couche, tandis que sous son oreiller courent des troupeaux de morses et de baleines » (I, 100). Avant même d'entamer son odyssée, il explique que : « les grandes portes d'écluse du monde des merveilles s'ouvrirent, et parmi toutes les pensées sauvages qui m'incitaient à la détermination, au tréfonds de moi flottaient par paire d'interminables processions de baleines, et au beau milieu de toutes, un grand fantôme encapuchonné, comme une montagne neigeuse dans l'air » (I, 26) . Confronté plus tard à un vaste troupeau bien réel dans le détroit de la Sonde, il ne peut s'empêcher de s'interroger : « Et qui pouvait dire si, dans cette foule, Moby Dick lui - même ne nageait pas pour l'instant, comme l'éléphant blanc adoré à la procession du sacre des Siamois ! » (II, 181). Comme le coursier blanc des prairies, « magnifique cheval de guerre d'un blanc laiteux, aux grands yeux, à la petite tête, au poitrail arrondi, à la dignité mille fois royale... élu de vastes troupeaux de chevaux sauvages... A leur tête, comme une lumière, il les conduisait vers l'ouest comme cette étoile élue qui chaque soir conduit des armées de lumières. La cascade étincelante de sa crinière, la comète recourbée de sa queue... Apparition très impériale et archangélique... qui... faisait revivre les gloires de ces temps primitifs où Adam marchait majestueux comme un dieu » (I, 266 – 267), le bison blanc, le mammouth et le rhinocéros à fourrure de même couleur (« Un rocher sur la lande, 27 février 2016), la « montagne neigeuse » guide et protège son troupeau, à travers les temps (I, 26 ; II, 181).

Moby Dick est - il le Golem de Dieu ? Ben Rogers (1998. From Mocha Dick to Moby Dick : fishing for clues to Moby's name and color. A journal of Onomastics 46 (4), 263 – 276) a montré que « Moby Dick » était en rapport avec un visage dissimulé : « Moby » (voilé, encapuchonné) et « Dickens », euphémisme littéraire pour évoquer le diable, mais les allusions allant dans ce sens sont peu nombreuses concernant le cachalot, alors qu'elles fourmillent littéralement en ce qui concerne Achab, son équipage, et son navire. Il s'agit donc plus vraisemblablement d'une référence à « Dicky », sobriquet pour un officier chargé de mission. Le cachalot est un auxiliaire de Dieu, son bras armé (comme le pensent d'ailleurs aussi bien Starbuck qu' Achab lui - même). « L'éternel prépara un grand poisson », Job I, 17. Du même coup, les « fils de la Lumière », tels que se définissent eux - mêmes les Quakers de Nantucket, sont renvoyés aux ténèbres, Achab étant leur représentant le plus extrême, puisque Dieu s'oppose à eux.« Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien grandes seront ces ténèbres ! » Matthieu 6, 23. Peut être doit – on discerner ici l'influence de Nathaniel Hawthorne, à la fois grand écrivain et grand ami de Melville (ce dernier lui a d'ailleurs dédié son roman -« Baleine verte, corps et âme », 27 mars 2016 - ). Hawthorne, issu d'une communauté puritaine, a sérieusement pris ses distances avec ce mode de vie et de pensée. L'architecture mentale du personnage d'Achab est peut être le fruit des discussions entre les deux écrivains... Ben Rogers évoque pour Moby Dick un double statut : à la fois bête muette (« dumb brute ») et Leviathan Divin (« divine Leviathan »). « Dumb » est aussi le vocable pour évoquer un Golem.

Un bien étrange Golem, composé de nombreuses argiles. Sous l'enveloppe apparente d'un cachalot, s'expriment plusieurs grands cétacés. Par certains aspects de sa physiologie, de son comportement, de l'impression qu'il produit sur ses ennemis et observateurs, Moby Dick s'apparente (parfois plus qu'à un cachalot) à une grande baleine boréale, ou encore à une baleine franche de l'Atlantique, ou même à un rorqual. « The whale » (titre du roman) indique que l'animal représente en fait le groupe dans son entièreté. Melville, qui a lu et annoté des mémoires sur l'Histoire Naturelle du cachalot, n'a pourtant pas intitulé son roman « The Spermwhale »... Le Golem est donc complexe. C'est un avatar de Behemoth, « la bête des bêtes », la première œuvre de Dieu.

Un Behemoth aussi féminin que masculin. Comme les divinités « archaïques » dans de nombreuses cultures, le sexe de « The whale » n'est pas défini. Comme Leviathan qui « fait de la mer un vase de parfums », Moby Dick « déverse ses séductions » à travers « des yeux charmants ». Il éprouve « une douce Joie … ô divine charmeuse » (Melville II, 404). « Je dis que le mouvement de la queue d'un cachalot au dessus de l'eau répand un parfum, comme lorsqu'une dame parfumée au musc froisse sa robe dans un salon tiède. » (II, 218). Il est aussi une Isis voilée (qui figure la Nature elle même, Hadot 2004). Moby Dick, Moby Mary...

Dans le roman de Nathaniel Hawthorne « La lettre écarlate »,publié en 1850, soit un an avant la sortie de « Moby Dick », une lettre « d'infamie » : « A » (comme « Adultère »), cousue sur la chemise d'une jeune femme, est réouvragée par celle - ci pour lui donner une apparence avenante. Hawthorne suggère à plusieurs reprises que ce « A » est plutôt celui du mot « Ange »... Hawthorne est né à Salem. Il connaît parfaitement la tragédie des « sorcières » intervenue en 1692. Tout comme le maleus maleficarum, outil institutionnel prônant la destruction prioritaire de celles « qui délivrent du mal » (« Epopée salvatrice, 18 janvier 2015, Annexe : « La figure masculine du cachalot. Délivre nous du mal. »)...

Behemoth, la réconciliation. "Irène gueule tordue", en plein sommeil. Baleine grise? Rorqual? Non, matriarche cachalot de l'île Maurice. Photo : René Heuzey. A droite : François Sarano. (F. Sarano, Communication personnelle gracieuse, 6 Avril 2016).

Moby Dick est - il Dieu lui - même ? Comment donne t-on vie à un Golem ? Après avoir modelé l'argile, une feuille de papier où est écrit le nom sacré de Dieu (YHWH) est placé sur le front de la créature encore inerte, ce qui lui donne vie. Dans ce cas, le véritable Golem est, dans l'esprit de Melville, Mocha Dick, Héros de la Liberté contre une secte mortifère, Behemoth à la tête de l'armée des anges : «De sorte que, lorsqu'ensuite je vous détaillerai toutes les formes spéciales et les concentrations de puissance se cachant partout dans ce monstre ; quand je vous montrerai quelques - unes de ses prouesses intellectuelles non négligeables, je pense que vous aurez rejeté toute incrédulité ignorante, et vous serez prêts à vous en tenir à ceci : que si le cachalot s'était forcé un passage à travers l'isthme de Darien, et avait réuni l'Atlantique au Pacifique, pas un de vos sourcils ne s'élèverait » (II, 122). Alors, pourquoi cette « dissimulation » (« Moby ») tellement grossière qu'elle ne trompe personne ? Qui se cache sous le grand capuchon, si ce n'est Dieu lui - même, grimé en son Golem supposé (comme « l'Ange » que Jacob combat) ? « Car la mer nous révèle le visage obscur de Dieu, qui se confond avec celui de l'Adversaire ». « ...pendant un instant, tout son corps de marbre forma une haute arche, comme le Pont naturel de Virginie, et, en avertissement, agitant sa queue – bannière en l'air, le grand Dieu se révéla, plongea et disparut. » (II, 405).

Les paupières de l'Aurore. Léviathan, au delà de Dieu. Et M>elvill>e posa sur le front de la bête muette une feuille de papier sur laquelle était inscrit un nom : Non point YHWH, mais « MOBY DICK »... YHWH exprime, à l'égard de Léviathan, son immense admiration : « Je ne veux pas taire ses membres, sa force, l'harmonie de sa structure... superbes sont les lignes de ses écailles...Ses éternuements font jaillir la lumière, ses yeux sont comme les paupières de l'aurore... Son coeur est dur comme la pierre, dur comme la meule inférieure... il se rit du fracas des piques... Il fait bouillonner l'abîme comme une chaudière, il fait de la mer un vase de parfums...Il laisse après lui un sillage de lumière...Il n'a pas son égal sur la terre... >Il regarde en face tout ce qui est élevé, il est le roi des plus fiers animaux » (Job 41). Melville constate que« cette dignité quasi - divine, puissante et grande, inhérente au front, est tellement amplifiée à l'infini, qu'en la regardant droit en face, on sent la divinité et les puissances terribles bien plus intensément qu'en contemplant n'importe quel autre être vivant...rien que cet unique front - firmament ; plissé d'énigmes » (II, 134), une tête qui en a « assez vu pour faire éclater les planètes et faire d'Abraham un incroyant » (II, 88). Dans le Livre d'Enoch (60, 7 – 8), qui illustre magnifiquement l'interdépendance écologique des milieux marin, terrestre et aérien, il est présenté comme la femelle marine du Behemoth terrestre.

"And on that day were two monsters parted, a female monster named Leviathan, to dwell in the abysses of the ocean over the fountains of the waters. But the male is named Behemoth, who occupied with his breast a waste wilderness ». Ce que rappelle Melville, en écho : « Les firmaments de l'air et de la mer étaient difficilement séparables dans cet azur universel »... ( II, 395 – 396).

Pour YHWH, Leviathan est tabou («Nul n'est assez hardi pour provoquer Léviathan. Qui donc oserait me résister en face? »). Vouloir s'emparer de la Bête est impie. Job 8, 14 : « l'espoir de l'impie périra, son aplomb sera brisé » (Dictionnaire des mythes du fantastique. 2003. Juliette Vion - Dury, Pierre Brunel. Eds. Pulim.) Car il est le socle panchronique sur lequel peut s'épanouir le Royaume, et sa matrice membranée. Au delà de YHWH, Elohim?

Starbuck est clairement conscient (beaucoup plus qu' Ismaël en l'occurence) de cet état de chose. Il est manifestement convaincu de l'invincibilité de Moby Dick, et que chercher à le tuer est sacrilège et suicidaire : « jamais, au grand jamais, vieillard, tu ne le captureras … C'est pire qu'une folie diabolique... Continuerons - nous à pourchasser ce poisson meurtrier jusqu'à ce qu'il balaie le dernier homme ? » (II, 422). C'est ce qui se produit, en effet, et l'Univers s'en réjouit : « Le matin du 3ème jour eut une aube belle et fraîche » (II, 425). Après avoir accompli son œuvre, Léviathan retourne se lover dans l'abîme (« Un dragon blanc au cœur du Monde », dans « Héros de la Résistance », 9 mai 2016 ).

Cétus, miroir cosmique de Léviathan. C'est la grande baleine boréale céleste (« la baleine étoilée » II, 34). « Mort à Moby Dick ! » signifie « Mort à l'Univers ! » Et toute la complexité de la psyché humaine se retrouve à l'identique dans « Le vieil homme et la mer », d'Ernest Hemingway (1952, Folio : Gallimard, 87 - 88) : « Les premières étoiles se montraient. Il ne connaissait pas le nom de Rigel, mais il la voyait, et savait que bientôt toutes ses amies lointaines parsèmeraient le ciel. Le poisson aussi est mon ami, dit - il tout haut. J'ai jamais vu un poisson pareil ; j'ai jamais entendu parler d'un poisson comme ça. Pourtant faut que le le tue. Heureusement qu'on n'est pas obligé de tuer les étoiles ! Une supposition que tous les jours un homme devrait essayer de tuer la lune ? pensa t -il. Bon, la lune se débine. Mais une supposition que tous les jours un homme devrait essayer de tuer le soleil ? On a encore de la veine d'être comme on est, pensa t-il. Il se sentit alors tout triste à l'idée que son grand poisson n'avait rien à manger, sa volonté de le tuer ne s'en trouva d'ailleurs pas diminuée le moins du monde. Combien de gens pourront se nourrir dessus ? Se demanda t-il. Mais est - ce que les gens méritent de le manger ? Non, bien sûr. Y a personne qui mérite de le manger, digne et courageux comme il est, ce poisson là. Je comprends pas bien tout ça, pensa t-il. Mais c'est encore heureux qu'on ne soit pas obligé de faire la chasse au soleil, à la lune et aux étoiles. On a assez de mal comme ça, à vivre sur la mer, et à tuer nos frères les poissons. »

Le Don de Melville. Car tu auras une alliance avec les pierres des champs, et les bêtes de la terre seront en paix avec toi. Job 5, 23. L'avenir se lèvera pour toi plus brillant que le midi, les ténèbres se changeront en aurore. Job 11, 17.

Melville, poète panthéiste plongé dans le maelström de la Modernité sous sa forme la plus infernale, nous a offert son roman comme une bouée, comme le fit Queequeg pour Ismaël avec son cercueil... « Alors, je tournai sans cesse, , en cercles se concentrant vers la bulle noire semblable à un bouton, qui était l'axe de cette roue aux lentes révolutions... Jusqu'à ce que la bulle noire, arrivée à ce centre vital, volât en éclats ; et maintenant, libérée...s'élevant avec force, la bouée - cercueil s'éleva en flèche de la mer » (II, 441 - 442). « g>Moby Dick » fut la Lune de Midi, au pic d'intensité de La Grande Noirceur (Saladin d'Anglure 2006) de la Modernité

La "Baleine verte" (27 mars) sporule la Lune de Midi...

Dans les représentations inuit, soleil et lune ont un sexe social distinct et complémentaire, encore que marqué dans les deux cas par l'androgynie, que nous avons proposé d'appeler 3e sexe social. Ces deux astres combinent leur action dans une unité des contraires et se fondent en Sila, le grand principe cosmique qui donne à l'univers sens et mouvement (BSA 1990. Frère – Lune (Taqqiq), sœur – soleil (Siqiniq) et l'intelligence du monde (Sila). Inuit Studies 14 (1 – 2), 75 – 119.

Mac Kinley Kantor montrera, au XXème siècle, une sensibilité comparable (voir Yves Berger. 2003. Dictionnaire amoureux de l'Amérique. Plon. Chapitres « Andersonville » et « Ectopiste migrateur) face au visage obscur de l'Amérique, avec « Andersonville », qui fut le plus effroyable des 104 camps de concentration mis en place lors de la guerre civile*, et « Le bruit de leurs ailes », rêve de reconstitution des ectopistes migrateurs disparus, alors qu'ils avaient été des milliards...

*C'est au début de l'été 1865, soit deux mois et demi après la reddition du général Lee à Appomatox, que le trois - mâts sudiste CSS Shenandoah, dirigé par James Iredell Waddell, détruisit de nombreux baleiniers nordistes, occupés à chasser les grandes baleines boréales dans la zone arctique du Pacifique Nord. En 7 jours (des 22 au 28 juin inclus), il en détruisit 24, dont 11 en 7 heures le 28 juin. Et ce, dix - sept ans après l'arrivée de Mocha Dick sur les lieux et son évitement par T.W. Roys à bord du Superior (« Reine des glaces, matriarche du Monde », 30 mai 2016), et vingt trois ans après la victoire du cachalot blanc seul face à une armada baleinière (« Héros de la résistance », 9 mai 2016)...

LE METEORE DE LA GUERRE. "The Portent" (Le Présage sinistre) est un poème d'Herman Melville consacré aux campagnes de la vallée de Shenandoah et publié le 17 août 1866. Celles - ci se déroulèrent pour la première en 1862, pour les 3 autres (décisives sur le cours de la guerre) en 1864, jusqu'à l'ultime bataille de Cedar Creek le 19 octobre. Le navire confédéré reçoit sa patente le même jour et devient un ange de la vengeance contre le coeur de la puissance yankee. 

Une Vision de l'Avenir. La procession céleste rêvée par « Ismaël » (I, 26) peut désormais être réinterprétée sous un jour nouveau. Organisée et dirigée par « le Grand Fantôme encapuchonné ». cette procession est religieuse au plein sens du terme. Elle est un pèlerinage transocéanique, qui commence dans l'Atlantique, à MARTHA'S VINEYARD : la baleine - île nord américaine, qui porte sur son dos le cœur passé et présent des Etats - Unis d'Amérique, comme le fait la « baleine - poisson » pour le cœur de la Russie (Retour dans la Mère Patrie, 24 mars). Virant plein Sud, elle passe le Cap Horn et se poursuit dans le Pacifique entre deux sanctuaires de la spiritualité humaine : de MOCHA (Hommes - dauphins du Sud - Est (aire culturelle maorie - lafkenche)) : « Baleine verte, corps et âme », 27 mars 2016 ) à YTTIGRAN et ARAKAMCHECHEN (Hommes - orques du Nord - Ouest : « Reine des glaces, matriarche du monde », 30 mai 2016 - qui eussent été Hommes - bélougas s'ils avaient suivi un chemin culturel analogue à celui des Maoris – Lafkenches - ).

Il se termine à FAIRWAY ROCK (15km au Sud - Est des îles Diomède) où, fin juin 1865, l'officier de marine de la confédération James Waddell, à la tête du CSS Shenandoah, brisa définitivement l'échine de l'industrie baleinière américaine. Le voyage retisse un lien sacré, à l'exact inverse du voyage géographique et spirituel du Pequod. La Procession constitue un « MYSTICETUS », Léviathan dont les écailles sont les baleines et autres grands animaux marins. « A leur tête, comme une lumière, il les conduisait vers l'ouest comme cette étoile élue qui chaque soir conduit des armées de lumières. » (I, 267).

« Tu m'as pris par la main, dans cet enfer moderne ». Jean Ferrat. « Que serais - je sans toi ? »

ZONE BLANCHE. Mocha, l'intelligence du Monde.

Je sais que mon vengeur est vivant, et qu'il se lèvera le dernier sur la poussière. Job 19, 25.

Mais qu'auraient bien pu faire YHWH et Melville sans Léviathan ni Mocha Dick, sans cette Réalité immense, profuse et complexe, océanique et cosmique ? Mocha Dick est au roman « Moby dick » ce que la baleine franche boréale est à la civilisation du Nord - Ouest et ce que Leviathan est au Royaume de Dieu, c'est à dire le socle fondateur. Il a donc bien été ce guerrier sur le courage duquel repose le Destin du Monde (Miyazaki dans « Héros de la Résistance », 9 mai 2016), cet organisme apte à « penser comme une montagne » (Leopold 1949). « A la fois point nodal et vecteur de Lois Cosmobiologiques qui confluèrent en lui, Mocha Dick a sans doute lutté et souffert pour quelque chose qui dépassait, de très loin, son espèce, son espace et son temps. » (« La Condition humaine », 13 Avril 2015). « Sila, « l'Intel>ligence du Monde »... Le Pasteur mène son troupeau à travers les temps. Ainsi se lèvent les Paupières et se dévoile l'Aurore. Sic luceat lux .

La force stellaire résolutrice. Amplificateur curatif le plus puissant du Pacifique. Mocha Dick, sculpture de Tristin Lowe.

Aurore boréale terrestre

Aurore boréale jovienne

Aurore australe saturnienne

Et la musique...

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201606291026276977-mystere-sons-aurores-polaires/

BIBLIOGRAPHIE

Les références indiquant une date au jour près indiquent des textes mis en ligne sur le présent blog. Pour s'y référer, taper l'intitulé, sui vi de « retour du tigre en europe ». Par exemple, pour « « Reine des glaces, matriarche du Monde », 9 mai 2016 », taper en mots - clés : reine des glaces matriarche du monde retour du tigre en europe

Blond (G). 1953. La grande aventure des baleines. Bibliothèque de la mer. Eds. Amiot Dumont. Cazeils (N). 2000. Dix siècles de pêche à la baleine. Editions Ouest - France. Diolé (Ph), Cousteau (J.Y).1973.trong> Nos amies les baleines. Eds. Flammarion. Domning (D.P). 1972. Steller's sea cow andstrong> the origin of North Pacific aboriginal whaling. Syesis, 5, 187 – 189. Essemlali (L). 2012. Capitaine Paul Watson. Entretien avec un pirate. Editions Glénat. Genevois (F). 2012. Le crépuscule des vaches de mer. Eds. L</strong>e Guetteur. Hadot (P). 2004. Le voile d'Isis. Essai sur l'Histoire de l'idée de Nature. Editions Gallimard. Lauhakangas (R). ong>1996. Do Norwegians hate whales ? 16 octobre 1996. http://www.helsinki.fi/~lauhakan/whale/europe/norway/mehamn.html Leopold (A). 1949. A sand county almanach.Oxford University Press, London . > Malaurie (J). 2003. L'Allée des baleines. Editions Mille et une nuits. Melville (H). 1851. The Whale. London, R. Bentley, 18 October, 3 vol. 927 pages. Moby Dick. New York, Harper & Brothers Publishers., 14 November, 1 vol., 635 pages. Edition française 1967. Deux Tomes. Tome I : 363 pages. Tome II : 442 pages. Collection du XXème siècle. Editions Walter Beckers. Kapellen - Anvers. Traduction par Georges Saint - Marnier. Saladin d'Anglure (B). 2006. Être et renaïtre Inuit. Homme, femme ou chamane. Collection « Le langage des contes », éditions Gallimard.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens