Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 12:54

MICHEL PEISSEL. Le dernier horizon. A la découverte du Tibet inconnu. Robert Laffont. 2001.

Ceci fait suite à "Un emblème bicéphale pour l'OCS", mis en ligne le 12 juillet 2016, "L'Origine du Monde", mis en ligne le 8 août, et "Le Rouge et le Gris" mis en ligne le 16.

"...mes pensées se portent sur le lien entre beauté et bonheur, qui, en tibétain, sont synonymes."

"On sait que la domestication des moutons est bien antérieure à celle des yaks, des vaches ou des chevaux. Selon certaines études, elle aurait débuté six mille ans plus tôt... On a...retrouvé, dans des grottes et des cavernes d'Europe et d'Asie centrale, des peintures, dont certaines remontent à trente mille ans, représentant des bouquetins aux longues cornes striées. Des ossements exhumés prouvent que cet animal était l'un des mets favoris de nos lointains ancêtres. Pourquoi une telle prédilection pour la chair de cet animal, qui présente aujourd'hui la particularité de vivre dans des zones escarpées, particulièrement difficiles d'accès? Je crois avoir trouvé la réponse en étudiant les Minaro, au Zanskar et au Ladakh. Ils considèrent l'ibex, ou bouquetin, comme un animal sacré, et le dessinent sur les rochers, en hommage à la déesse de la fortune. Celle - ci règne sur le roi des ibex, qui n'a qu'une corne, ce qui l'apparente à la Licorne de notre tradition médiévale. Les Minaro, dont la mémoire collective s'enracine dans la préhistoire, m'ont expliqué que l'ibex était jadis un animal semi - domestique, comme les rennes aujourd'hui, ou comme sans doute les troupeaux de moutons ancêtres de nos moutons modernes. Pourchassé sans merci dans ses migrations saisonnières, l'ibex a trouvé refuge au sommet des montagnes, devenant sauvage par nécessité." Ibex, homme rouge : destin commun, association secondaire (voir "Le Rouge et le Gris" mis en ligne le 16 août).

"Au fur et à mesure que nous approchons du lac, des centaines d'antilopes, de gazelles et de kiangs (chevaux sauvages A.S) jaillissent comme de nulle part sur notre passage. Certains sont à peine à quelques mètres, d'autres ressemblent de loin à des jouets illuminés glissant sur la majestueuse toile de fond des sombres pics enneigés... Ici, nous flottons entre Ciel et Terre. La vie nous entoure sous toutes ses formes. Les antilopes au cou gracieux, dont les bois ressemblent à d'élégants sabres, ont une démarche souple et aisée, semblable à celle des chameaux...Pour elles, nous n'existons pas. Il y a des animaux partout. Les kiangs vont à vive allure, tandis que les troupeaux de gazelles broutent au loin tranquillement, formes éphémères contrastant avec les couleurs pastel, jaune, or, rose et vert pâle des montagnes qui se reflètent dans les eaux turquoise des lacs salés... en reprenant la route, j'aperçois ce qui me semble être un renard...Il est d'un brun doré et sa forte constitution est soutenue par de longues pattes. L'animal, qui marche le long des berges d'une cavité asséchée, semble gêné par notre présence. Il s'arrête pour marquer son territoire et nous jette un regard méfiant. Comme la plupart des bêtes que nous avons rencontrées jusqu'à présent, ce renard n'a pas peur des hommes. Il se tient sur ses gardes, sans plus, car nous avons piqué sa curiosité...Plus tard, en revoyant les images filmées de cette scène, je trouve qu'il ressemble beaucoup à un husky, surtout en position assise. De plus, ses petites oreilles n'ont pas la forme de celles du renard du Tibet, le wa, dont la fourrure couleur rouille coiffe les nomades. L'identité de notre animal ne sera révélée que trois mois plus tard par le Dr Robert Hoffmann, dans les sous - sols du Smithsonian Institute de Washington. Il s'agit d'un dhole (Cuon alpinus) également appelé "loup rouge" (voir aussi son association avec un paléanthrope relique dans la région de l'Amour - "Le Rouge et le Gris", mis en ligne le 16 août - A.S)... C'est en essayant de localiser la source principale du Mékong que j'ai fait la connaissance du Dr Hoffmann...Spécialiste de la faune du haut plateau tibétain, il a orienté ses recherches vers une espèce en voie d'extinction, le pika de Koslov ou Ochotona Koslowi, un lointain ancêtre de tous les mammifères...Quelques minutes après avoir admiré ce renard à tête de loup dont nous ignorons alors le nom, nous croisons le premier des très nombreux loups solitaires qui empruntent notre route. Sa fourrure est grise et jaune et il a la taille d'un énorme berger allemand. Il marche tranquillement à nos côtés et prend tout juste la peine de nous jeter un coup d'oeil. Les loups suivants, eux, s'arrêtent pour mieux nous regarder passer."

"Dans la vie, peu de visions provoquent des émotions à couper le souffle. Ma rencontre avec le grizzly (du Tibet. A.S) fut de celles - là. Bien qu'éloigné, l'ours paraissait immense et j'eus le sentiment instinctif qu'il était dangereux. Mais mon émotion n'était pas seulement due à cela. Le philosophe René Aleau m'expliqua un jour sa théorie selon laquelle l'homme primitif, en tuant un ours, tuait symboliquement son père. D'après lui, l'ours et l'homme ont un lien de parenté. Je pense qu'il est dans le vrai car cet animal a quelque chose d'étrangement humain. Il nous ressemble bien plus, me semble t-il, que les singes, nos caricatures."

"J'ai entendu beaucoup d'histoires à propos des grizzlis, de nombreux récits racontés à la lueur des feux, dans des endroits aussi lointains que le Zanskar. Là, une très vieille femme m'avait confié qu'un ours semblable s'était introduit dans son étable en défonçant la porte. Il avait reniflé et examiné les lieux, pour en sortir quelques minutes plus tard suivi par tout son troupeau de chèvres, qui l'avait pris pour le berger! L'ours et les chèvres avaient ensuite disparu dans la montagne et il avait fallu du temps à la vieille femme pour reconstituer son troupeau. Cette histoire me revient souvent à l'esprit, particulièrement les grognements de la vieille dame en train d'imiter l'ours..."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens