Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 07:16

Cet article a été actualisé au 8 avril (voir en bas de page).

Popeye à la pêche à la baleine qui tue celle-ci d'un coup de poing, sa victime retombant sur le pont en boîtes de conserve... Un dessin animé que j'avais vu dans ma jeunesse, et que je n'ai pas pu retrouver sur internet (un effet de la cancel culture en vogue?) Quoi qu'il en soit, mes recherches m'ont permis de découvrir un segment de l'industrie baleinière américaine dont j'ignorais tout : dans les années 50 et 60 du siècle dernier, la viande, les os et l'huile des cétacés abattus fut utilisée pour la nourriture des animaux de compagnie (viande en boîte de conserve), à la volaille (os pilés), au bétail (huile mêlée au fourrage).

Une société baleinière (la "Del Monte Fishing Company") fut créée à San Francisco en 1956, et resta active jusqu'en 1972. Ses boîtes de conserve affichaient un cachalot blanc souriant -comme les cochons rieurs de nos boucheries- de marque "MOBY DICK" / 100% whale meat! (S'il vous plait! La qualité!). Les frères Caito ont-ils monté leur entreprise inspirés par l'adaptation du roman de Melville par John Huston au cinéma? Voici en tout cas un lien intéressant (bande dessinée très éclairante, vidéo d'un vieux harponneur nostalgique (Pratt Peterson) qui évoque notamment les jeunes gens franchissant le pont du Golden Gate en se prenant pour de modernes Ishmaël...

https://www.kqed.org/news/11771127/commercial-whalings-last-holdout-the-bay-area

Voir aussi :

https://www.sciencenews.org/article/50-years-ago-us-commercial-whaling-was-coming-to-an-end

 

https://www.nytimes.com/1971/03/07/archives/ban-on-whaling-stuns-coast-company.html

https://www.nytimes.com/1971/12/19/archives/last-of-us-whalers-call-it-quits-as-era-ends.html

Voir, pour la consommation humaine de viande de baleine par des états-uniens (couverture du spectre historique des derniers siècles) :

Frame (Kelly). 2015. « The Strong Do Eat » : David Mitchell and Herman Melville-A Study in Intertextuality. Australasian Journal of American Studies 34 (1) (July 2015), 17-29. Published by Australia New Zealand American Studies Association.

https://www.jstor.org/stable/44779750?seq=1

Shoemaker (Nancy). 2005. Whale Meat in American History. Environnemental History 10 (2) (April 2005), 269-294. Oxford University Press.

https://www.jstor.org/stable/3986115?seq=1

 

AU PAYS DES AVEUGLES... Quant à l'emblématique Popeye le Marin, si les histoires à travers lesquelles nous le connaissons se déroulent alors qu'il a plus de 34 ans (âge auquel il fait la connaissance d'Olive Oyl, qui devient sa fiancée), sa jeunesse est aussi pleine d'enseignements : à l'âge de 6 ans, cet orphelin de nom inconnu et "Hercule" moderne va chasser la baleine à l'aide d'une épingle tordue reliée à une bobine de fil. Il parvient ainsi à tuer un énorme cachalot vindicatif et tout son troupeau, pour venir en aide à son tuteur tombé dans la misère, qui porte le nom symptomatique de "Whaler Joe"... A 12 ans, il perd un oeil dans une bagarre avec un cuistot monstrueux à bord d'un navire, d'où son surnom acquis à cette occasion : "pop-eye" : "l'oeil éclaté"...

https://popeye.fandom.com/wiki/Popeye

Dans les années 80, Popeye et Olive pratiquent le "whale watching" avec une "Grande Baleine Blanche" parodique : la "Grande Baleine mouchetée", qui pose comme une star, est abusée par un leurre grossier tendu par un pêcheur baleinier, et finit, dopée aux épinards, par une "pêche au gros" dans la plus pure tradition de la famille américaine...

https://www.youtube.com/watch?v=7OIy4iIl_tQ

En conclusion, le XXème siècle a réifié le cachalot dans les années 20*, puis l'a "surréifié" après la seconde guerre mondiale... Brève parenthèse anomalique à l'échelle de l'Histoire, où les hommes ont toujours perçu les cachalots comme des êtres prodigieux et (lorsqu'ils se sont confrontés à eux) comme des adversaires extraordinairement valeureux...

* Par exemple,le cachalot porté à l'écran le 15 janvier 1926  dans « The Sea Beast » n'est, en cette période de taylorisme triomphant, qu'un misérable ersatz du monstre melvillien, prétexte à une intrigue amoureuse : un Achab sympathique est en compétition avec son frère pour l'amour d'une jeune femme, et les deux hommes vont se lancer dans une campagne baleinière destinée à tuer un cachalot célèbre pour faciliter le choix de la belle.... L'animal, en l'occurence de couleur sombre, est bien moins redoutable que le frère jaloux du capitaine, qui pousse celui-ci par dessus bord directement dans la gueule du cachalot. Ainsi, Achab perd sa jambe, motif trouvé par la femme qu'il aime pour l'abandonner et rejoindre son agresseur... Magnanime, Achab décide de pardonner aux humains qui l'ont trahi et reporte sa vengeance sur le cachalot, qu'il tue, et rentre au port sain et sauf Une « réplique » sera tournée en 1930, après l'avènement du « parlant, intitulée cette fois « Moby Dick » avec toujours le même acteur (John Barrymore) dans le rôle d'un Achab sympathique, optimiste et performant, face à un cachalot vraiment blanc, cette fois-ci. La version française s'intitulera « Jim le harponneur »...

 

 

MELVILLE ET SARANO. PRESOMPTIONS ET PREUVES.  A l'inverse complet de ce qui vient d'être évoqué, et dans la continuité des représentations que les hommes se font des cachalots depuis la Préhistoire, Melville a sublimé le personnage principal de son roman "Moby-Dick". Ne pouvant imaginer son statut réel de "Héros du Matriarcat" depuis l'âge glaciaire*, il en a fait un Héros conforme à la littérature épique, le premier qui soit un animal :

Slzezak (Klara Stephanie). 2018. « Famous », « Immortal » - and Heroic ? The White Whale as Hero in Herman Melville's Moby-Dick.

https://freidok.uni-freiburg.de/fedora/objects/freidok:15405/datastreams/FILE1/content

LA TRIPLE FONCTION DU « ICE BULL ». Il est donc envisageable que l'instrument social de première importance que devient le cachalot mâle à cette époque s'exprime par une fonctionnalité triple : reproducteur, pourvoyeur, protecteur.

Le Reproducteur n'est pas « aveugle » dans sa fonction, il est aussi co-éducateur précoce de ses enfants dès le stade intra-utérin.

Le Pourvoyeur peut offrir une provende qu'il est seul en capacité de recueillir (comme une ouvrière géante de fourmi Atta ou Pheidologeton).

Le Protecteur est à la fois co-stratège pour l'organisation d'ensemble de mise à l'abri de la communauté, et combattant direct face à l'ennemi jusqu'au sacrifice de sa vie si nécessaire (comme un soldat géant de termite Hodotermopsis, Macrotermes ou Bellicositermes). S'il reste invaincu, il finit, dans son grand âge, par se retirer définitivement loin des siens . De façon plus "rugueuse" (hypothèse émise par Rosenblum au début des années 1960 et restant à vérifier), l'orientation du mâle vers un rôle plus ou moins exclusif de guerrier protecteur peut être additionellement facilité par les femelles [qui] n'hésitent pas à jouer des mâchoires pour convaincre le sultan fatigué de céder la place à un plus fluet mais plus galant candidat). Rosenblum 1962, cité dans : Berzin Al'fred Antonovich. 1972. The Sperm Whale. Israêl Progr. Scient. Transl. Jérusalem. 394 pages. Translated from Russian : Izdatel'stvo „Pishchevaya Promyshlennost”︁, Moskva 1971.

 

La guerre des « vieux soldats » : un leurre. Ce qui a profondément marqué les baleiniers au XIXème siècle, et qui a durablement marqué leurs communautés nationales (l'affrontement inattendu avec de grands cachalots « agressifs ») constitue le pic de la partie émergée de l'iceberg stratégique tel qu'il a été conçu et mis en place par les communautés cétacéennes. Et même ce pic, connu à travers diverses légendes orales, rapports historiques (Owen Chase sur le naufrage de l'Essex) ou productions littéraires (« Mocha Dick, la baleine blanche du Pacifique » de Jeremiah Reynolds, « Moby-Dick » d'Herman Melville) a été mal compris dans son essence.

Dans le chapitre 87 de "Moby-Dick" : " The Grand Armada", Melville, dans une intuition géniale, a parfaitement dépeint le "massacre" (apparent : quelques individus sont harponnés, un seul sera finalement capturé) d'un immense "troupeau" de cachalots dans le détroit de la Sonde, au sein duquel l'équipage du Pequod soupçonne le cachalot blanc d'être dissimulé. L'organisation collective des cétacés rend vite toute utilisation des harpons impossible, et femelles et jeunes se retrouvent à l'abri dans un sanctuaire situationnel et psychologique...

 "To this aggregation of the Sperm Whale into such immense caravans, may be imputed the circumstance that even in the best cruising grounds, you may now sometimes sail for weeks and months together, without being greeted by a single spout; and then be suddenly saluted by what sometimes seems thousands on thousands."...  And who could tell whether, in that congregated caravan, Moby Dick himself might not temporarily be swimming, like the worshipped white-elephant in the coronation procession of the Siamese!...  It had been next to impossible to dart these drugged-harpoons, were it not that as we advanced into the herd, our whale’s way greatly diminished; moreover, that as we went still further and further from the circumference of commotion, the direful disorders seemed waning. So that when at last the jerking harpoon drew out, and the towing whale sideways vanished; then, with the tapering force of his parting momentum, we glided between two whales into the innermost heart of the shoal, as if from some mountain torrent we had slid into a serene valley lake. Here the storms in the roaring glens between the outermost whales, were heard but not felt. In this central expanse the sea presented that smooth satin-like surface, called a sleek, produced by the subtle moisture thrown off by the whale in his more quiet moods. Yes, we were now in that enchanted calm which they say lurks at the heart of every commotion. And still in the distracted distance we beheld the tumults of the outer concentric circles, and saw successive pods of whales, eight or ten in each, swiftly going round and round, like multiplied spans of horses in a ring; and so closely shoulder to shoulder, that a Titanic circus-rider might easily have over-arched the middle ones, and so have gone round on their backs. Owing to the density of the crowd of reposing whales, more immediately surrounding the embayed axis of the herd, no possible chance of escape was at present afforded us. We must watch for a breach in the living wall that hemmed us in; the wall that had only admitted us in order to shut us up. Keeping at the centre of the lake, we were occasionally visited by small tame cows and calves; the women and children of this routed host. Now, inclusive of the occasional wide intervals between the revolving outer circles, and inclusive of the spaces between the various pods in any one of those circles, the entire area at this juncture, embraced by the whole multitude, must have contained at least two or three square miles. At any rate- though indeed such a test at such a time might be deceptive- spoutings might be discovered from our low boat that seemed playing up almost from the rim of the horizon. I mention this circumstance, because, as if the cows and calves had been purposely locked up in this innermost fold; and as if the wide extent of the herd had hitherto prevented them from learning the precise cause of its stopping; or, possibly, being so young, unsophisticated, and every way innocent and inexperienced; however it may have been, these smaller whales- now and then visiting our becalmed boat from the margin of the lake- evinced a wondrous fearlessness and confidence, or else a still becharmed panic which it was impossible not to marvel at. Like household dogs they came snuffing round us, right up to our gunwales, and touching them; till it almost seemed that some spell had suddenly domesticated them. Queequeg patted their foreheads; Starbuck scratched their backs with his lance; but fearful of the consequences, for the time refrained from darting it."

Illustration d'Evan Dahm :

Le roman de Melville a été lu, analysé, disséqué sous toutes ses coutures pendant des siècles sans que cette réalité ne soit mise en lumière, le lectorat n'étant pas prêt culturellement et psychologiquement à VOIR ces choses. De même, le centre cultuel tchouktche de "L'Allée des baleines" sur les îles d'Ittygran (le "baleineau") et Arakamchechen (la "grande baleine franche") (Jean Malaurie. 2001. Editions Mille et une nuits) ne fut officiellement découvert et compris en tant que tel qu'en Juillet 1976, alors que les membres de plusieurs expéditions navales avaient "vu" le site et l'avaient parcouru en tous sens depuis 1785...

 

De fait, l'héroïsme dont ont fait preuve les « vieux soldats » dans ce contexte est en prolongement direct de celui que leurs ancêtres avaient déployé à l'âge glaciaire pour assurer la survie de leurs communautés dans un contexte déjà extraordinairement difficile (« La Mort en face »).

De plus, ce leurre spectaculaire qu'est "The infuriated fighting whale" n'est qu'une des modalités de diversion adoptées parmi les groupes de cachalots, celle du "Shy Jack", "le guerrier timide et fuyant" étant à la fois beaucoup moins évocatrice, et donc remarquée, par les agresseurs, mais tout aussi efficace, voire plus, et en tout état de cause pleinement complémentaire à la première...

Voir aussi, en complément, l'étude de Hal Whitehead, Tim Smith et Luke Rendell, publiée dans Biology Letters 17 March 2021 animal Behaviour , THE ROYAL SOCIETY PUBLISHING : Adaptation of sperm whales to open-boat whalers : rapid social learning on a large scale?

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsbl.2021.0030

Un résumé et commentaire en a été effectué sur le site de Sciences et Avenir, le lendemain (18 mars), par Anne-Sophie Tassart : ""Ciblés par les baleiniers au XIXème siècle, les cachalots ont appris à éviter les harpons" :

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/cibles-par-les-baleiniers-au-19e-siecle-les-cachalots-ont-appris-a-eviter-les-harpons_152661

La chasse à la baleine, notamment au 19e siècle, a été une industrie majeure. Malgré la mort de millions de spécimens, les cétacés ne sont pas restés passifs face aux assauts de leurs poursuivants et ont rapidement appris à contrer leurs attaques...

Des registres du 19e siècle numérisés

Au 18e et au 19e siècles, les baleiniers d'Europe et d'Amérique du Nord se répandent comme une traînée de poudre dans les océans du monde entier. A bord de leurs puissants voiliers, ils ont ciblé notamment les cachalots (Physeter macrocephalus). Après en avoir trouvé, les baleiniers mettaient à l'eau de petites embarcations et ramaient jusqu'à leur cible. Là ils se saisissaient de harpons et tentaient de les planter dans la chair de l'animal. Les cétacés mis à mort étaient ramenés à bord du voilier puis "traités", c'est à dire découpés en morceaux pour le stockage à bord.

"Certains historiens ont suggéré que le taux de succès des baleiniers dans les petites embarcations, lors du harponnage des baleines, a considérablement diminué au cours des premières années d'exploitation industrielle", notent trois chercheurs dans une étude parue le 17 mars 2021 dans la revue Biology Letters. Etait-ce vraiment le cas ? Et dans l'affirmative, pour quelle raison ? Pour répondre à ces questions, les chercheurs ont exploité des registres numérisés remplis par des baleiniers américains lors de leurs pérégrinations dans le nord du Pacifique, des documents datant du milieu du 19e siècle.

Surpris, "les baleiniers eux-mêmes ont décrit des méthodes défensives"

Grâce à ses données, les scientifiques ont pu évaluer les taux de réussite lors du harponnage des cachalots. "L'analyse des données des journaux de bord numérisés des baleiniers américains dans le Pacifique Nord a révélé que le taux auquel les baleiniers réussissaient à harponner les baleines avait diminué d'environ 58% au cours des premières années d'exploitation dans une région", souligne l'étude. Les chercheurs ont suivi plusieurs hypothèses pour expliquer cette chute. Les baleiniers étaient-ils de moins en moins compétents ? Les auteurs en doutent : "Le fait que les premiers baleiniers du Pacifique Nord et ceux qui ont suivi plus tard ont eu un succès similaire dans d'autres océans, où les cachalots étaient généralement exploités depuis longtemps, plaide contre la diminution de la compétence des baleiniers entraînant la baisse du taux de harponnage", commentent-ils. Cette diminution est-elle survenue parce que les spécimens les plus faibles (jeunes, malades...) ont tous été touchés en premier ? Une modélisation de cette hypothèse ne permet pas de retrouver les bons chiffres. La seule explication qui corresponde est l'apprentissage social : les cachalots ont développé des mesures défensives et ce savoir a été transmis entre les individus.

"Les baleiniers eux-mêmes ont décrit des méthodes défensives qu'ils pensaient que les baleines adoptaient, notamment la communication du danger au sein du groupe social, la fuite ou l'attaque des baleiniers. Des plongées profondes auraient également été efficaces", notent les chercheurs. Les groupes naïfs, c'est-à-dire n'ayant jamais fait l'expérience des baleiniers, pouvaient néanmoins savoir comment leur échapper auprès des groupes plus expérimentés. Des changements de groupes auraient notamment permis "qu'un animal naïf soit regroupé avec un individu expérimenté lors de sa première rencontre avec des baleiniers".

 

Les présomptions deviennent des preuves. Celles-ci s'accumulent et se diversifient à travers la démonstration scientifique factuelle qu'est parvenu à établir François Sarano sur le rôle des mâles pour une communauté cétacéenne de l'océan indien et qui établit restrospectivement, en traits pleins, le mécanisme intime de protection des populations lors de la Première Guerre du Pacifique : Les mâles quittent le clan maternel lorsqu'ils sont à maturité sexuelle, autour de leur dixième année et n'y reviennent jamais. Ils sont dans les eaux froides jusqu'à environ 20 ans. Ils retournent alors dans les eaux chaudes pour s'y reproduire. UN RÔLE SOCIAL ET INFORMATIONNEL DETERMINANT. Le grand mâle PORTEUR DE RECITS revient régulièrement, et pour des périodes assez longues, dans les clans où il a des descendants (éventuellement sur plusieurs générations). Il est accueilli et tout le clan lui fait fête. Jeunes et moins jeunes viennent le saluer en se frottant à lui, et ils l'écoutent. Le récitant se met en chandelle et entame sa narration. Ses auditeurs descendent alors vers sa tête, comme pour mieux l'écouter. Et La caresse par le son émis va jusqu'à  induire une forme de programmation mentale des enfants au stade intra utérin... On peut entendre l'intervention de François Sarano le 12 mars dernier ici :

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-12-mars-2021

Actualisation au 8 avril : Intervention de François Sarano (45mn) dans l'émission "L'Heure Bleue" de Laure Adler : "Réconcilier les hommes et la vie sauvage"

https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-08-avril-2021

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens