Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 20:24

ETUDE OFFICIELLE SUR L'IMPORTANCE DE LA REPRODUCTION ET LE REENSAUVAGEMENT D'ANIMAUX CAPTIFS

Publiée dans Science, une étude menée par des spécialistes allemands en biodémographie suggère que, moyennant une solide organisation, les zoos du monde pourraient permettre de sauver et de réintroduire dans la nature des espèces animales en danger.

 

Des programmes ciblés de reproduction en captivité pour les animaux menacés : c'est ce que préconisent Dalia Condé et Alexander Scheuerlein, biologistes au laboratoire de biodémographie évolutionnaire de l'Institut Max Planck (MPIDR) à Rostock. Après étude des données du Système d'information international sur les espèces (ISIS), ceux-ci ont en effet déterminé que de tels programmes mis en place dans les zoos pourraient permettre de préserver les espèces, en complément de leur protection dans la nature. Pour ce faire, les zoos devraient s'organiser en réseaux et se spécialiser dans une ou deux espèces rares, garantissant à celles-ci une sorte « d'assurance-vie » jusqu'à une possible réintroduction en milieu naturel.

20 à 25 % de toutes les espèces de mammifères en danger sont actuellement conservées dans les zoos, un peu moins pour les oiseaux (9 % seulement pour les espèces aviennes très menacées), et 3 % chez les amphibiens.Selon l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), la reproduction dans des zoos a joué un rôle clé pour 17 des 68 espèces de vertébrés parmi les plus fragilisées, telles le cheval de Przewalski ou le condor de Californie.

Les programmes de reproduction en captivité fournissent également de nouvelles données démographiques utiles à la conservation des espèces : âge de la maturité sexuelle, importance de la portée ou de la couvée, fréquence de reproduction... "Ces données fondamentales (...) ne sont pas connues pour de nombreuses espèces, et sont pourtant nécessaires pour estimer le futur sort d'une espèce et ses chances de survie dans la nature", expliquent les auteurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel CHALVET 24/06/2011 23:23


Tout d'abord félicitation pour votre blog aux articles très instructifs et merci pour votre courageux engagement, il est juste. Je partage votre philosophie.

Ma réaction à l'article :
Je n’ai guère confiance en ces programmes d’apprenti sorciers. Les animaux sauvages doivent le rester et se reproduire librement. Pourquoi les capturer dans le dessein de réintroduire leur
descendance plus tard alors qu'ils sont déjà libre ? J’ai bien lu que cela serait en complément de leur protection dans la nature, mais je trouve que ce n’est pas prendre nos responsabilités.
Protégeons et n’intervenons pas outre mesure afin de les laisser vivre naturellement. Qui a l'intention de sauvegarder une espèce menacée se doit de le faire à partir du milieu où vit l'animal,
donc sans enfermement ni semi liberté (ou semi emprisonnement). Eventuellement quelques grands herbivores dans de vastes parcs seront ensuite réintroduits, mais j'ai du mal à croire que l'on
accorde la même chance aux grands carnivores une fois dans un zoo.
Le parc à loups de Sainte-Lucie (Lozère) n'a jamais vu un loup relâché volontairement en France et ne semble pas en avoir l'intention. On n’en donne pas la possibilité aux responsables du parc
certes, mais font-ils la démarche pour changer cet état de fait ? Idem concernant le parc à Bison de Sainte Eulalie dans le même département. Peut-être en est- il différemment en Allemagne et
ailleurs dans le monde, mais si cela est c’est probablement trop rare.
J’estime que les arguments avancés, comme les données sur la reproduction, sont fallacieux. En zoo, il y a toujours une partie d’artificiel. Outre que la chasse n’existe pas, la fréquence des
accouplements doit aussi différer, l’éducation des jeunes également, etc.
J’ose une comparaison quitte à choquer : Si l’on enfermait un couple d’humain afin qu’il se reproduise et élève sa progéniture en cage, même spacieuse, il aurait assurément un comportement parental
différent qu’en étant libre. Il en est de même pour une grande partie du reste du vivant, particulièrement les mammifères.
Sous le sceau de la science on est prêt à faire n’importe quoi. La croyance en sa soit disant capacité à tout résoudre est dangereuse.

Michel
Né l’année du Tigre


Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens