Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 08:19

Léopards en Europe, jaguars en France, mais pas de tigre en Sibérie.

Rappel de données, avec inductions.


1. Les léopards caucasiens, dont les populations peu nombreuses doivent être renforcées à partir de 2014, sont des animaux européens, au sens géographique et historique du terme.


2 . Les jaguars n'existent pas à l'état sauvage en Europe, mais ils sont présents sur le territoire français, puisque la Guyane est sous contrôle de la métropole.

A ce propos, peut - être n'est - il pas inutile d'indiquer ici qu'à l'issue des adaptations les plus récentes des normes du droit international, l'addition des espaces terrestres et marins sous contrôle politique exclusif de la France représente désormais une superficie d'ensemble supérieure à 12 millions de km2, avec des implications considérables pour une trame verte et bleue à bonne échelle, pour qui a des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un cerveau pour comprendre.

La France a, en effet, l'opportunité de devenir un exemple à l'échelle internationale pour la valorisation écologique des espaces sous son autorité (si l'audace, l'intelligence et l'imagination sont au rendez - vous).

Quelques exemples suffisent à illustrer les perspectives immenses ouvertes à des dirigeants lucides et responsables. Pensons notamment aux troupeaux de cétacés méditerranéens, aux terres antarctiques représentant les 4/5 de la superficie hexagonale...  La question politique fondamentale de la grande faune sauvage concerne bien plus que la genette, le renard, le blaireau, le lynx, le loup, l'ours, le bison, le raton laveur, le chien viverrin ou l'oie bernache. Voici d'autres (et ô combien éminents, représentants de la faune française : jaguar, caïman noir, anaconda, tapir guyanais, marlin bleu et noir (5m pour 700 kgs), espadon (600kgs), Lampris des profondeurs ("saumon des dieux", 200kgs) neo - calédoniens...

Les futurs dirigeants du pays peuvent peut - être comprendre l'intérêt, en ces temps plus que difficiles pour la psychologie collective, de l'incarnation d'un véritable "rêve français", aux antipodes de l'insignifiance, inconsistance et incohérence actuelles.


3. Le tigre qui fut présent ,dans l'Histoire, sur toute la région eurosibérienne, centre - asiatique (chaîne himalayenne, ainsi que Chine occidentale et centrale incluses), de même qu'en Chine du Nord et dans la péninsule coréenne, représente une souche unique, au génôme caractéristique. Il fut même présent, anciennement, dans le Nord du Japon. 

Originaire de Chine du Nord (au Nord du Huang - Ho / Fleuve Jaune), il représente l'une des deux souches subspécifiques de l'espèce. Son ère de distribution historique correspond à  l'Eurasie septentrionale et centrale.

Cet animal n'a pas reçu de nom scientifique approprié à ce jour.

La deuxième souche, originaire de Chine du Sud (au sud du Yang - Tsé / Fleuve Bleu), a historiquement habité l'Asie méridionale. Elle s'est répandue  en Asie du Sud jusqu'à l'Indonésie, où l'animal fut même présent, anciennement, à Bornéo et dans l'île philippine de Palawan, et, secondairement, en Inde méridionale et centrale ("tigre du Bengale").

 

3a. Historiquement, le tigre russe est fondamentalement européen. Il est présent en Europe orientale (Russie kievienne), au moins entre le 6ème et le 12ème siècle, et sans doute beaucoup plus tardivement : présence probable dans les vallées du Dniepr et de la Volga (coeur hydrique de la Russie européenne) au 16ème siècle, et même plus à l'Ouest, en Polésie, zone marécageuse jouant le rôle de conservatoire naturel, au 17ème siècle, jusqu'aux portes de Liublin, en Pologne orientale (selon par une Dumka - chanson cosaque - de 1618, parmi les sources de l'auteur polonais Sienkiewicz pour son livre "ogniem i miezciem").

3b. Le tigre de Sibérie n'existe pas. Les tigres présents historiquement en Sibérie (il n'y en n'a plus aujourd'hui) étaient des tigres d'Asie centrale - qui ne sont qu'une variété géographique du tigre russe européen : les félins présents dans les bassins du Don et de la Volga  l'étaient aussi (et s'y sont maintenus beaucoup plus longtemps), en Turquie, Iran, Kazakhstan... 

Ceux - ci migraient pour devenir transvolgaïques. Ils rejoignaient l'Altaï et le bassin de l'Ob (Sibérie occidentale) via la steppe khirgize en période d'aridité excessive d'une part, et les bassins de l'Ienisseï (Cis - Baïkalie) et de la Lena (Transbaïkalie) via la Mongolie, d'autre part.

La Bouriatie sibérienne a comme emblême un tigre tenant en sa gueule une zibeline, comme le montrent d'ailleurs les armoiries de la ville d'Irkoutsk, sur la rive sud - ouest du lac Baïkal (tigre noir et zibeline rouge dans un pré vert).

3c. Les tigres russes actuels ne vivent pas en Sibérie. Ils sont fondamentalement sino - coréens et appartiennent au monde sinisé "extrême - oriental". Les Russes, qui ont annexé cette région dans la deuxième moitié du 19ème siècle, ne parlent pas de Sibérie, mais d'extrême - orient russe, qui se situe au delà, géographiquement (et psychologiquement) de la Sibérie orientale. Historiquement, ces tigres avaient colonisé une partie de la Sibérie du Nord Est, en Yakoutie, face à l'Alaska. Ils y faisaient encore des incursions ponctuelles au début du siècle dernier. Mais leur distribution actuelle est réduite à sa façade la plus méridionale, qui borde la mer du Japon.

Dans cet extraordinaire carrefour floro - faunistique, cette jungle boréale qui rappelle le bayou de Louisianne pendant l'été et où l'on passe à gué en camion pendant l'hiver, le tigre se nourrit, en plus des sangliers et des cerfs, d'élans, de saumons et parfois d'ours, de loups et parfois de phoques.

Dans le dernier cas, il abat ses victimes dans les vagues de la mer du Japon, ramène les cadavres dans un endroit dissimulé de la plage où il empile les corps comme des bûches pour consommation ultérieure, comme le fait un écureuil avec des noisettes ou un renard polaire avec des mergules nains (petits passereaux polaires).

Le futur tigre russe a vocation à retrouver progressivement l'amplitude de sa distribution passée.

Et bien sûr, SON NOM.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens