Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 13:04

CEUX GRACE AUXQUELS NOUS SOMMES TOUJOURS ICI.

Hommage à Lev Kaplanov et Yuri Salmine. (Source principale : John Vaillant. Le tigre. Une histoire de survie dans la taïga. Version française : éditions Noir sur Blanc. 2011).

 

L'annexion par la Russie, au cours de la deuxième moitié du 19ème siècle, de la région de l'Amour (arrachée à la Chine), puis de l'Asie centrale (lors du "Big Game" avec l'Angleterre impériale, alors première puissance mondiale), fut une véritable malédiction pour les tigres habitant ces espaces. En 50 ans, 40 000 tigres russes et centre asiatiques furent abattus, dont 6000 pour le seul extrême - orient (80 000 furent tués dans l'Inde anglaise au cours de la même période). 

 

Quand Lev Kaplanov naît, en 1910, leur situation est donc, d'ores et déjà, très critique (pour employer une formule modérée). Dans les années qui suivent, elle devient désespérée aux yeux de tous les observateurs contemporains. Les  tigres d'Asie centrale encore en vie à la fin des années 20 périssent dans les roselières en feu pour faire place à la monoculture du coton. Celles - ci, qui furent leur maison, deviennent leur bûcher.

En extrême - Orient, face à la mer du Japon, la situation pour les tigres de l'Amour est bien pire que lors de la katastroïka eltsinienne, période au cours de laquelle tout espoir semblait pourtant perdu.

En effet, au début des années 30, l'indifférence de l'opinion est totale vis à vis des animaux sauvages. L'étude scientifique des grands herbivores et carnivores passe automatiquement par la mort des animaux recherchés. Les grands prédateurs sont universellement considérés comme des bêtes nuisibles, à éradiquer en toute priorité.

Dans la région de l'Amour, les officiers russes comme les chinois, par le fusil et les trafics, sont d'un activisme particulièrement destructeur.

Tout celà intervient dans un climat de terreur généralisée, où personne n'ose briser les tabous et mettre la réalité à nu, chacun anticipant aussi bien l'inefficacité sociale d'une telle démarche que ses terribles conséquences au niveau personnel...  

C'est à ce moment que Kaplanov, jeune naturaliste et chasseur hors de pair, choisit une autre approche, totalement révolutionnaire et à contre temps, pour l'étude des tigres : la poursuite sans effusion de sang ni mise à mort (un "no kill" avant la lettre, mais infiniment plus dangereux, à tous niveaux...).

Lev est soutenue dans sa démarche par Yuri Salmine, zoologiste cofondateur de la réserve de Sikote - Aline, dans le Primorye.

Durant deux hivers (1939 et 1940), Kaplanov, assisté de deux gardes forestiers,  effectue un recensement des tigres de Russie orientale. Il couvre ainsi une distance de plus de 1500 kms, sillonnant la chaîne montagneuse de Sikote - Aline dans les tempêtes de neige et par un froid polaire, se nourrissant des proies tuées par les tigres. Il interroge des chasseurs aux quatre coins du Primorye. Le résultat de son enquête montre qu'il reste au plus 30 tigres dans toute la Mandchourie dont une douzaine de femelles reproductrices.

En 1941, Lev Kaplanov met un point final à son traité " Le tigre dans le Sikote - Aline" dans lequel il préconise l'instauration immédiate d'un moratoire de cinq ans sur la chasse de ce grand fauve. Le traité ne sera publié qu'en 1948, 5 ans après la mort de son auteur, dans un livre signé de Kaplanov ; "Tigr, Izioubr, los" ("Le tigre, le cerf de Sibérie et l'élan").

Au cours de la même année 1941, Yuri Salmine franchit une étape supplémentaire en publiant dans une revue nationale un appel urgent à une interdiction totale de la chasse au tigre dans l'extrême - orient russe.

 

Yuri Salmine est envoyé au front. Il n'en reviendra pas.

Lev Kaplanov est mort en 1943, à l'âge de 33 ans. Peu auparavant, il avait été promu à la tête de l'importante réserve Lazovskii. Il est assassiné par des braconniers dans le Sud du Primorye. Les gens qui sont au courant des détails du dossier sont convaincus que l'homme qui a été envoyé en prison n'était pas le coupable et que l'assassin, un personnage bien connu dans la ville de Lazo, n'a jamais été inquiété.

Le corps de Kaplanov, caché dans les profondeurs de la forêt, ne fut retrouvé qu'au bout de deux semaines et dut être transporté à bras d'hommes sur une civière en branches de cerisier du Japon spécialement confectionnée à cet effet. C'était en Mai, les arbres étaient en pleine floraison et les hommes qui le portèrent ce jour - là se souviennent des fleurs qui entouraient son corps.

Lev Kaplanov et Yuri Salmine ont contribué, ô combien, à hisser le tigre du statut de vermine et de trophée à celui d'icône. En 1947, la Russie fut le premier pays au Monde à déclarer officiellement l'espèce protégée.

 

Depuis, par delà de nombreuses et dramatiques vicissitudes, le nombre de tigres russes a été multiplié par 10. Si la situation reste précaire, ils se sont éloignés du risque d'extinction immédiate, d'autant plus que le regard que leur portent les russes s'est totalement modifié. L'Annexion de ces terres extrêmes orientales, il y a 150 ans, qui fut si calamiteuse dans un premier temps, devient une bénédiction désormais : le tigre de Mandchourie, qui coulait des jours heureux et tranquilles dans la Chine du Nord Est du 19ème siècle, n'aurait probablement pas survécu au maoisme éradicateur, fatal aux dizaines de milliers de tigres de Chine méridionale, puis aux pratiques de la Chine d'aujourd'hui...

 

Pour sécuriser solidement l'avenir des tigres, il convient de mettre en place les accords politico économiques et les protocoles zootechniques les plus à même d'amener leurs populations, à terme, à hauteur de ce qu'elles furent en Russie et en Asie centrale avant 1850, avec des effectifs de 50 à 80 fois supérieurs à ce qu'ils sont aujourd'hui. Ceci est un point minimal, ne tenant pas compte des tigres de la Russie Européenne, vraisemblablement disparus dans cette partie du pays depuis le 17ème siècle...

 

L'action courageuse et lucide de Lev Kaplanov et Yuri Salmine a donc eu des conséquences considérables, non seulement à l'échelle du XXème siècle, mais même à celle de l'Histoire dans son ensemble, passée et future.

Nous leur devons VRAIMENT beaucoup (je m'exprime ici, notamment, au nom de personnes tellement plus nombreuses qu'imaginé par le profane,aveugle et sourd), et en particulier, cette petite chose anecdotique, qui est le fait d'être toujours en vie.

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 08:19

Léopards en Europe, jaguars en France, mais pas de tigre en Sibérie.

Rappel de données, avec inductions.


1. Les léopards caucasiens, dont les populations peu nombreuses doivent être renforcées à partir de 2014, sont des animaux européens, au sens géographique et historique du terme.


2 . Les jaguars n'existent pas à l'état sauvage en Europe, mais ils sont présents sur le territoire français, puisque la Guyane est sous contrôle de la métropole.

A ce propos, peut - être n'est - il pas inutile d'indiquer ici qu'à l'issue des adaptations les plus récentes des normes du droit international, l'addition des espaces terrestres et marins sous contrôle politique exclusif de la France représente désormais une superficie d'ensemble supérieure à 12 millions de km2, avec des implications considérables pour une trame verte et bleue à bonne échelle, pour qui a des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un cerveau pour comprendre.

La France a, en effet, l'opportunité de devenir un exemple à l'échelle internationale pour la valorisation écologique des espaces sous son autorité (si l'audace, l'intelligence et l'imagination sont au rendez - vous).

Quelques exemples suffisent à illustrer les perspectives immenses ouvertes à des dirigeants lucides et responsables. Pensons notamment aux troupeaux de cétacés méditerranéens, aux terres antarctiques représentant les 4/5 de la superficie hexagonale...  La question politique fondamentale de la grande faune sauvage concerne bien plus que la genette, le renard, le blaireau, le lynx, le loup, l'ours, le bison, le raton laveur, le chien viverrin ou l'oie bernache. Voici d'autres (et ô combien éminents, représentants de la faune française : jaguar, caïman noir, anaconda, tapir guyanais, marlin bleu et noir (5m pour 700 kgs), espadon (600kgs), Lampris des profondeurs ("saumon des dieux", 200kgs) neo - calédoniens...

Les futurs dirigeants du pays peuvent peut - être comprendre l'intérêt, en ces temps plus que difficiles pour la psychologie collective, de l'incarnation d'un véritable "rêve français", aux antipodes de l'insignifiance, inconsistance et incohérence actuelles.


3. Le tigre qui fut présent ,dans l'Histoire, sur toute la région eurosibérienne, centre - asiatique (chaîne himalayenne, ainsi que Chine occidentale et centrale incluses), de même qu'en Chine du Nord et dans la péninsule coréenne, représente une souche unique, au génôme caractéristique. Il fut même présent, anciennement, dans le Nord du Japon. 

Originaire de Chine du Nord (au Nord du Huang - Ho / Fleuve Jaune), il représente l'une des deux souches subspécifiques de l'espèce. Son ère de distribution historique correspond à  l'Eurasie septentrionale et centrale.

Cet animal n'a pas reçu de nom scientifique approprié à ce jour.

La deuxième souche, originaire de Chine du Sud (au sud du Yang - Tsé / Fleuve Bleu), a historiquement habité l'Asie méridionale. Elle s'est répandue  en Asie du Sud jusqu'à l'Indonésie, où l'animal fut même présent, anciennement, à Bornéo et dans l'île philippine de Palawan, et, secondairement, en Inde méridionale et centrale ("tigre du Bengale").

 

3a. Historiquement, le tigre russe est fondamentalement européen. Il est présent en Europe orientale (Russie kievienne), au moins entre le 6ème et le 12ème siècle, et sans doute beaucoup plus tardivement : présence probable dans les vallées du Dniepr et de la Volga (coeur hydrique de la Russie européenne) au 16ème siècle, et même plus à l'Ouest, en Polésie, zone marécageuse jouant le rôle de conservatoire naturel, au 17ème siècle, jusqu'aux portes de Liublin, en Pologne orientale (selon par une Dumka - chanson cosaque - de 1618, parmi les sources de l'auteur polonais Sienkiewicz pour son livre "ogniem i miezciem").

3b. Le tigre de Sibérie n'existe pas. Les tigres présents historiquement en Sibérie (il n'y en n'a plus aujourd'hui) étaient des tigres d'Asie centrale - qui ne sont qu'une variété géographique du tigre russe européen : les félins présents dans les bassins du Don et de la Volga  l'étaient aussi (et s'y sont maintenus beaucoup plus longtemps), en Turquie, Iran, Kazakhstan... 

Ceux - ci migraient pour devenir transvolgaïques. Ils rejoignaient l'Altaï et le bassin de l'Ob (Sibérie occidentale) via la steppe khirgize en période d'aridité excessive d'une part, et les bassins de l'Ienisseï (Cis - Baïkalie) et de la Lena (Transbaïkalie) via la Mongolie, d'autre part.

La Bouriatie sibérienne a comme emblême un tigre tenant en sa gueule une zibeline, comme le montrent d'ailleurs les armoiries de la ville d'Irkoutsk, sur la rive sud - ouest du lac Baïkal (tigre noir et zibeline rouge dans un pré vert).

3c. Les tigres russes actuels ne vivent pas en Sibérie. Ils sont fondamentalement sino - coréens et appartiennent au monde sinisé "extrême - oriental". Les Russes, qui ont annexé cette région dans la deuxième moitié du 19ème siècle, ne parlent pas de Sibérie, mais d'extrême - orient russe, qui se situe au delà, géographiquement (et psychologiquement) de la Sibérie orientale. Historiquement, ces tigres avaient colonisé une partie de la Sibérie du Nord Est, en Yakoutie, face à l'Alaska. Ils y faisaient encore des incursions ponctuelles au début du siècle dernier. Mais leur distribution actuelle est réduite à sa façade la plus méridionale, qui borde la mer du Japon.

Dans cet extraordinaire carrefour floro - faunistique, cette jungle boréale qui rappelle le bayou de Louisianne pendant l'été et où l'on passe à gué en camion pendant l'hiver, le tigre se nourrit, en plus des sangliers et des cerfs, d'élans, de saumons et parfois d'ours, de loups et parfois de phoques.

Dans le dernier cas, il abat ses victimes dans les vagues de la mer du Japon, ramène les cadavres dans un endroit dissimulé de la plage où il empile les corps comme des bûches pour consommation ultérieure, comme le fait un écureuil avec des noisettes ou un renard polaire avec des mergules nains (petits passereaux polaires).

Le futur tigre russe a vocation à retrouver progressivement l'amplitude de sa distribution passée.

Et bien sûr, SON NOM.

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 10:23

Les tigres braconnés dans la réserve de Panna le furent avec la complicité des autorités locales (source : TNN du 9 Novembre)

Tigers in Madhya Pradesh's Panna Tiger Reserve were poached in connivance with forest officials, an internal state government report has admitted. But the state government, despite repeated requests from the Union environment and forests ministry, has refused to constitute a CBI probe as was done in the wipe-out of the elusive wild cats in Rajasthan's Sariska Tiger Reserve.

 

Extinction officielle d'une des 4 sous espèces de rhinocéros noirs

Mise en coupe réglée par les mafias chinoises et leur relais locaux, l'Inde réserve à ses tigres sauvages le même destin que l'Afrique de l'Ouest pour ses rhinocéros noirs : L'EXTINCTION, désormais officiellement admise pour les seconds par l'UICN le 10 Novembre (et pour des raisons homologues : contrôle du "marché local" par les réseaux de trafic à destination de l'extrême - Orient). La dernière expédition à la recherche de la dizaine d'individus supposés encore en vie au Cameroun, effectuée en 2006, s'était avérée totalement infructueuse.

 

L'ART DE TUER LA POULE AUX OEUFS D'OR, ENCORE ET ENCORE...

 

Repost 0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 08:03

LE DESTIN DU MONDE.

Cette page s'inscrit à la suite de celles des 14 juillet, 11 et 26 septembre, 26 et 29 octobre 2011.

 

ALEXANDRE NEVSKI, TIGRE DE SIBERIE. QUAND UN GUERRIER SE LEVE, ET CHANGE LA FACE DU MONDE. Avec le Drang nach Osten, le Saint Empire Romain germanique se lance, à partir du 12ème siècle, dans une invasion et une colonisation des territoires slavo – baltes, présentée comme une croisade anti païenne. Les autochtones sont présentés comme des bêtes répugnantes, dont l’extermination offrira le Ciel à ses auteurs. Les Polonais sont presque exterminés (les survivants serviront ultérieurement de « chiens de chasse » à l’Empire).  Au 13ème siècle, le but est d’annihiler la Russie orthodoxe. Alexandre Iaroslavich, alors Prince de Novgorod, arrête les Suédois sur la Néva en 1240, puis les chevaliers teutoniques au lac Peïpous en 1242. La « bête répugnante des marais »  devient un héros national russe, sanctifié.  700 ans plus tard, après les effroyables revers de l’Armée rouge dans le Golfe de Finlande, Staline associe 1242 et 1942 dans la lutte du peuple russe pour sa survie…
En 1997, le réalisateur Hayao Miyazaki porte à l'écran ce qui est probablement le plus grand dessin animé de l'histoire du cinéma : Princesse Mononoke. Le sous - titre est le suivant : "Le destin du Monde repose sur le courage d'un seul guerrier".

En Décembre de la même année, dans une Russie en chaos, un tigre massacre un chasseur qui lui avait volé sa proie. Les circonstances particulières du drame créent une prise de conscience à plusieurs niveaux : le tigre pense et agit comme un être humain, la misère amène les miséreux à s’affronter : ce qui arrive aux tigres arrive aux hommes (la Russie perd ses références culturelles, un sentiment d’effondrement s’impose et le pays subit une perte de un million de morts supplémentaires par rapport à la période précédente). L’évènement  fit l’objet d’un film de la société Scandinature en 2004 : « The last roar of the tiger », et d’un livre de John Vaillant en 2009 « The Tiger. A true story of vengeance and survival »). La « vermine » devient alors le joyau et l’emblême de la Russie (basculement sanctionné institutionnellement par Vladimir Poutine).  L’affaire renvoie à l’extermination du tigre des marais quelques décennies auparavant en Asie centrale, où animaux sauvages, lacs et cours d’eau ainsi que leurs populations riveraines subirent l’anéantissement (Kazakhstan, Ouzbekistan).  Celui qui était devenu une « peste » agricole avait pourtant été « La Merveille et la Gloire des montagnes d’Hyrcanie » aux yeux du poète latin Martial….

 

LE TIGRE : il est au carrefour de tous les mythes russes : l’opposition Europe (occidentalistes) / Asie (slavophiles, eurasistes), bois et herbe (cultures de la forêt et de la steppe), orthodoxie et islam. Il est l’un des principaux animaux référents de la civilisation Scythe (7ème – 3ème siècles avant J.C). Il est présent dans l’Ancienne Russie , c’est à dire dans une zone qui va jusqu’à la Pologne orientale actuelle,  au moins depuis l’arrivée des premiers slaves (4ème siècle). On en trouve sa représentation à Cernigov (actuelle Tchernihiv au Nord de l’Ukraine) lié aux cours d’eau, avant le 10ème siècle. Il affronte le Grand prince kiévien Vladimir Monomaque dans les marais environnant la ville à la fin du 11ème siècle. Sa présence est peut être beaucoup plus tardive (Polésie comme conservatoire naturel, traces littéraires liées à l'épopée cosaque au 17ème siècle). Le tigre russe médiéval est européen, il hante les marais. Le tigre russe actuel est asiatique, et habite la forêt. Il est  le descendant du premier.

 

LES PLUS GRANDS PROTECTEURS DE LA RUSSIE : LES FORÊTS (abri contre les peuples de la steppe),  LES LACS ET LES MARAIS ((Peïpous 1242, protection de Novgorod contre la Horde d’Or, Berezina 1812) SONT AUSSI SES PLUS GRANDS NOURRICIERS ET POURVOYEURS D’ACTIVITE. Le plateau du Valdaï,où à la fois Dniepr et Volga prennent leur source, est le cœur battant de la Russie européenne ( et vécu comme tel par les russes.)

L'année 2010 a été l'Année du Tigre, et 2011 l'année de la Forêt, ce qui a permis une réorientation de la réflexion et de l'action pour la sauvegarde de ceux ci. En toute bonne logique, 2012 devrait concerner les milieux humides, cours d'eau, lacs et marais. Pour rappel, les bassins des plus grands fleuves de la Russie du centre -Est constituent (de celui de la Volga à celui de l'Amour), un continuum territorial de 12 millions de km2.

 

Depuis son entrée dans l’ Histoire, la Russie  est à la recherche d’une mythologie nationale solide et fédératrice. Jusqu’à présent, elle a assumé, avec plus ou moins de bonheur, des référents exogènes, qu’elle a cru faire siens sans qu’ils lui correspondent.  Dans les années qui viennent, le pays sera confronté à de gigantesques défis de sécurité nationale (maîtriser un territoire immense avec une population en déclin démographique). Le pays  doit d’urgence sécréter un ciment national efficient,  qui sera son protecteur le plus important.  La question est en débat et la presse s’en fait l’écho. La redéfinition de l’identité nationale sous tend des changements dans ses représentations symboliques.

En Mars 2011, russes et Kazakhs ont officialisé un plan de réintroduction du tigre au Sud du Lac Balkash, visant à la constitution, à terme d’une population comprise entre 100 et 300 individus. Après un échec l’an dernier, un nouveau plan de réintroduction en Iran est engagé depuis octobre 2011.  La suite logique devrait concerner la Turquie, et bien sûr la Russie européenne (le retour au berceau originel).
LE TIGRE, LA FORET, LES MILIEUX HUMIDES CONSTITUENT LES SOMMETS DU TRIANGLE DE SANCTUARISATION OU IDENTITE ET SECURITE NATIONALE SE REJOIGNENT POUR LA RUSSIE.

Repost 0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 17:12

INTERPOL AU SECOURS DU TIGRE

Lors de sa 80ème assemblée générale à Hanoï, au début de ce mois, Interpol a lancé une campagne de sauvetage du tigre, "L'OPERATION PREDATOR", estimant, ce qui est nouveau dans un discours institutionnel, qu'un échec à préserver l'animal aurait des répercussions sociales et économiques. La mise en place concrète du plan d'action commencera véritablement à Bangkok les 13 et 14 février 2012.

https://www.interpol.int/Public/ICPO/PressReleases/PR2011/PR092FR.asp

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 05:19

LES EQUIPES DE PAVEL FOMENKO OBSERVENT UNE REDUCTION SIGNIFICATIVE DU BRACONNAGE DANS LES ZONES OU ELLES OPERENT (source: WWF Russia, hier).

 

In early November, office ohotnadzora Primorsky Krai, chasseur service model hunting

"Sidatun" with WWF anti-poaching raid conducted on the northern borders of tiger habitat in Primorye.

 During the six days of the operative group ohotnadzora Primorsky Territory under the supervision of one of the most experienced hunters Boris Viktorovskogo worked Krasnoarmeysk area.  The result was the drafting of the three protocols on violators of environmental laws, the removal of illegal products of hunting and two illegal guns.  Much time was devoted to work in the hunting   "Sidatun" four years is a model farm for the WWF environmental sustainability: the territory of 360 thousand hectares of lease Projects for the preservation of the unique cedar Mill nut-fishing zones, anti-poaching and sustainable ohotpolzovaniyu.

"The recent snow has allowed a very reliable estimate of the situation in the hunting   "Sidatun" in terms of the availability of ungulates and the extent of poaching.  I was pleasantly surprised that even on a fairly busy road miller - Plastun 10 kilometers route we found traces of 15 wapiti, about 20 deer and two wild boars, bears, six and one tiger.  This is, first of all, says the good result of the territory as its own Jaeger service and competent work of the head hunting "- says program coordinator of WWF-Russia Amur branch biodiversity, one of the raid, Pavel Fomenko.

The network model hunting the Amur branch of WWF-Russia's Primorye ten counts of hunting, the location of which geographically is important to save the Amur tiger and its habitat.  Their territory, as a rule, or buffer zones of existing reserves, sanctuaries and national parks, or - ecological corridors that allow animals to effectively use the space at the expense of strengthening the protection and proper game management.  "The Bear", the number of ungulates in the aggregate is higher than in adjacent protected areas.  "Sidatun" in the eastern part adjacent to the Sikhote-Alin Biosphere Reserve, in the north is bordered by national park "Udege Legend," and in the southwestern part - with the Reserve   "Taiga". This underscores the importance of proximity of the area, the effective management of the territory which extends almost around protected areas.

"Reduction of poaching - one of the main tasks of service ohotnadzora. And the fact that the results of the raid on the territory "Sidatuna" was not arrested a single offender - it is just a good indicator.  This means that chasseur service is effective hunting, so it is at ease they feel the animals.  Unfortunately, the adjacent areas, where households own security almost does not work, the results were not encouraging, and that was confirmed last raid ", - said Boris Viktorovsky, head of Arsenyevsky ohotnadzora Primorsky Krai.

Repost 0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 09:46

UNE EQUIPE INTERNATIONALE DE ONZE SCIENTIFIQUES PUBLIE UN ARTICLE SUR LES PERSPECTIVES DE REINTRODUCTION DE TIGRES REENSAUVAGES DE LA RESERVE DE LAO HU (AFRIQUE DU SUD) EN CHINE. VOIR L'ARTICLE, daté du 3 Novembre, SUR LE BLOG DE LI QUAN, INITIATRICE DU PROJET (émissions sur France 2 des 9 et 16 Octobre dernier)

http://tigerliquan.blogspot.com/

Repost 0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 09:35

MORT D'UN TIGRE DE SIBERIE EN CHINE DU NORD, ETRANGLE PAR UN PIEGE (source : WWF Russia, il y a deux jours)


 

News agencies reported the death of China tiger in the district of Mishan, Heilongjiang Province.  

As reported by our colleagues from WWF China, the tiger killed a local farmer discovered Liu Isun and immediately reported the incident to state security.

 Researcher Heyluntszyanskogo Research Institute of Wildlife, a member of the expert advisory committee for the protection of WWF China tiger Sun Hajj, he went with his team in the district Mishan examine the dead tiger, and to establish the causes of his death.

 On the neck of the animal was discovered the noose of wire.

At the conclusion of Sun Haya male tiger about 5-6 years, with a width of 11.5 cm heel caught in a loop, but tore the wire, unable to free himself from lingering loops.  Slipknot did not give him the opportunity to hunt, which was the cause of death.

According to research conducted by WWF China in winter 2010-2011, for every 10 kilometers route length of 609 km, which took place after 9 forest districts, it was found on 1.6 loops.  These studies have strong evidence Steel scale poaching threat.

"The discovery of a dead tiger, unfortunately, was not a surprise to us, the death of the animal was predictable, - says Sergey Aramilev, coordinator of WWF-Russia Amur branch biodiversity - working a year ago in the neighboring province (Jilin) ​​on each route, we found is the number of loops that have hoofed animals living there, there was no chance of survival.  Most likely, the tiger got into a loop, installed on the hog, it is made ​​of a stronger rope than a deer or a deer and is attached to larger trees.  Bracing spell of this trap adult male could easily come in and with Russia.  Let me remind you that the males are able to travel long distances, exploring new territory for a possible settlement.  It should be noted that at present China has not been established in the required security system, which would effectively fought with mass production methods of barbaric animals, such as the use of loops and poisons. "

To restore the tiger population in China is necessary to radically change the situation, to restore the number of hoofed animals, after which the Tigers out of our territory themselves begin colonize forests of China.To date, user-friendly places to go there are only two: a reserve   "Leopard" and the planned reserve   "Sredneussuriysky." Unfortunately, the materials to build Sredneussuriyskogo reserve more than a year are being approved by the Administration of Primorsky Krai.

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 20:25

Après la mise en place, en mars dernier, d'un accord russo kazak pour la réintroduction du tigre au Kazakstan (voir pages des 25 mars et 14 avril), un nouveau plan est en cours concernant le territoire iranien (région du Mazandaran). Celui ci devrait franchir une importante étape d'ici la fin de l'année.

http://premier.gov.ru/patron/en/tiger/news/16897

 

Après ces deux grands pays d'Asie centrale, les étapes à venir pour la redissémination des tigres dans leur espace historique doivent logiquement concerner la Turquie et la Russie centrale.

Repost 0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 19:14

PRATIQUEMENT RIEN N'EST CONNU DES FORÊTS RUSSES. LEUR LISIBILITE EST A CONSTRUIRE, SUR TOUS LES PLANS (source : WWF Russia, ce jour).

 

Where and how much forest is left in Russia and in which they state?

   How much wood is chopped and many illegally - legal?

How many Russian forests burned?

  Reliable data on the Russian forests is simply not present.


 Russia does not apply to   "White spots" on the map of the planet. Unfortunately scientists in our territory will not make great discoveries, in its forests, not to find new kinds of trees, birds and mammals.  Nevertheless, it appears that about Russian forests we know very little. 

Virtually every citizen of our country is inextricably linked with the forest.  Each of us use wood products and paper, is breathing purified air and the woods drinking clean water.  For millions of people in Russia forest - a place of work, or the raw material resources, or place of rest, or a source of basic survival at the expense of collecting and selling mushrooms and berries, place of firewood for heating, or an inexhaustible source of spiritual enrichment. 

Is there enough reliable information on our forests in the Russian political leaders and ordinary public servants in   "Pillars" of business and "Ordinary" timber merchants, a non-governmental and educational organizations, the Sun ex lovers of nature?  But without actual data on the forests can not make informed decisions on the development of forest sector development, environmental sustainability and economic efficiency of forest for their conservation.

It is known that Russia - the richest forest country in the world.  There are more than 20% of the boreal, boreal forests of the planet, the forest area of ​​Russia is about 1.2 billion hectares, the reserve is estimated at 83 billion cubic meters.   However, this does not mean that forest resources are limitless Russia .

No information about the condition of the vast forest areas are - where there are affordable wood that can be cut without much damage to the environment, and where there are forests, which all forces must be maintained.  As shown in the rating of forest management regions of Russia, only in some regions have fresh lesotaksatsionnye materials describing the species and age composition of forests, the quality and quantity of timber.  In most regions of the forest inventory data is older than 15 to 20 years, and in some areas, the last forest assessment was carried out at all in the 60s of last century.  The actual collapse of a coherent and effective system of forest management is associated with the adoption of the new Forest Code in 2006. During the period of the last of the Forest Code (1997-2006) average annual forest inventory was about 40 million ha, and the action of the present - about 4 million hectares - about 10 times smaller.  The last card of the Russian forests based on forest inventory data of ground was composed in 1991, all that was created later constructed on the basis of aviation and space monitoring and has a much less accurate.

Allowance for the annual forest management in our country, officially estimated at nearly 600 million cubic meters of timber merchants believe that the potential of forests for wood production is used only by 20-30%.  However, these estimates do not consider that economically accessible forests in Russia are not so many and they are significantly depleted. About 40% of our forests are unproductive - it's forests, mountain forests, wetlands forest areas, forest on permafrost soils.  These forests are very important from an environmental standpoint, uninteresting to timber merchants. Many forests economically inaccessible due to their remoteness and lack of infrastructure.

The conclusions suggest themselves.  Can I make decisions about the development of the forestry sector, invest, grow your business without such information?  Partially fill this information gap is designed to project of WWF-Russia . As part of the project will create an interactive map of forests and isolated areas where the need for intensification of forest management, primarily due to thinning of competent and effective reforestation, to get wood from forests already developed, not past dorubat tracts of intact forests.

Last year, the smoke of forest and peat fires was shrouded in Moscow and much of the central regions of Russia in the Federal District. This year, choking, Bratsk, and some other localities, the situation in which paid attention to the media.  However, we do not even know how many actually burned forests in the past year and burns every year in Russia because of deficiencies in the forest legislation, the collapse of forest protection, the lack of systematic work with local communities to prevent forest fires. Even the official statistics on the number and area of ​​fires in the country in different state structures varies considerably, sometimes several times.  Thus, according to the Ministry of Emergency Situations of Russia, in 2010, wildfires passed about 1 million hectares, FFA estimates the area of fires in the country of 2.1 million hectares, researchers of the Russian Academy of Sciences believes that this value is much larger and is about 6 million hectares.

As it turns out, the authorities not only can not yet provide reliable protection of our forests, which are in the national property from fires and illegal logging, but not even able to determine how much wood voruetsya in our woods. The volume of illegally logged timber, according to official reports, the Federal Forestry Agency ranged from 1.4 to 1.8 million cubic meters. м), - in order to visualize this amount of wood - it's more than 20 thousand wagons loaded round timber!

However, these figures should only revealed the volume of illegal timber, and is usually harvested only when clear-cutting.  Illegal selective logging, where   "Black lumberjacks' seized the most valuable part of the trunks of the most expensive and often rare species are not visible in satellite images and are not considered, and yet, this is the way to the illegal harvesting is predominant. Experts estimate that about 20% of timber harvested illegally in Russia - but exactly how much wood they steal into our woods - is unknown.  Moreover, It is not known how much timber is harvested legally in our forests, for example, according to the Federal Forest Service in 2009 was harvested 134 million m3 of timber, and according to Rosgosstata - 151 400 000 000 m3 (a difference of 17.5 million cubic meters, even in these data government agencies!).

By many indicators, forest statistics generally closed to the citizens of Russia - neither the Federal Forestry Agency website, or on the website of regional administrations in fact there is no official data is not only to fires and harvesting of timber, but also about how much it is dying from pests and diseases, industrial emissions and construction various objects, etc.

Unknown forests: what do we DO NOT know about Russian forests

- Where and how much is left in Russia forests suitable for economic use? - No data

- Where and how inaccessible and uneconomic forests? - No data

- Where and how many hectares of forest is under protection or a high-value forests, which should be saved? - Data is available for protected areas, but no data on the valuable forest sites in industrial forests

- How much wood in our forests voruetsya and how much is harvested legally? - No data

- How much forest burned in recent years and how much is burned each year in Russia?  - The data are contradictory

- The condition of the vast forest areas in Russia?

How many of these patients forests, as well as healthy, as old and young, soft and hard - these are closed.

- How many forests are dying from pests and diseases, industrial emissions and construction of various facilities? - The data are closed

Repost 0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens