Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 06:10

BÛCHERONNAGE TRES MALVENU

Alors que l'on attend les résultats du recensement des tigres et léopards de l'Amour réalisé en Septembre avec caméras dissimulées qui semblent avoir fait la preuve de leur efficacité, une conférence sera donnée conjointement demain 20 Octobre par le WWF Russie et le WWF USA concernant une nouvelle vente aux enchères à destination de l'industrie du bois (contrôlée notamment par le mafieux chinois Sun Laijun, dirigeant de l'entreprise Longjang Shanglian, voir page blog du 11 Octobre 2009 "La course à l'abime") de zones forestières dans le district du Primorye, situées en plein coeur de l'habitat du tigre.

Les conclusions seront transmises à la presse locale, habituellement tenue à l'écart de telles transactions.

Source : WWF Russia des 15 et 18 Octobre.

Cette réalité de terrain relativise sérieusement les déclarations officielles sur la protection du pin de Corée (voir page du 12 août "Les choses à l'endroit?") ou l'engagement - sans doute sincère par ailleurs - de Vladimir Poutine pour la sauvegarde des tigres russes (voir le site "Prime Minister of Russian Federation"). Les autorités russes doivent désormais se donner les moyens d'agir vraiment, efficacement, en profondeur, dans cette région.

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 12:15

INITIATIVE EUROPEENNE POUR UN CONTINENT PLUS SAUVAGE

Le 18 Novembre prochain (soit 3 jours avant le début du Sommet International sur l'Avenir du Tigre à Saint Petersbourg), un projet européen de réensauvagement de vastes espaces sera officiellement lancé, à

Bruxelles : "REWILDING EUROPE. Key to ecological and economic development" à la philosophie homologue à celle du "Dragon Vert" eurasien. Il s'agit d'engager, d'ici 2020, le retour de milieux à l'Etat sauvage, dans une dizaine de zones pionnières d'au moins 100 000 ha, soit un total de 1 million d'hectares dans un premier temps. Ces "noyaux spatiaux" à forte naturalité s'agrandiraient progressivement au cours des années et des décennies suivantes.

Ainsi, les 5 zones d'ores et déjà définies (frontalière entre Espagne et Portugal, Velebit (Croatie), delta du Danube et Carpathes méridionales (Roumanie), ainsi que Carpathes orientales, frontalières de la Pologne, de la Slovaquie et de l'Ukraine), pourraient à elles seules, à terme, occuper une superficie cumulée de 3 440 000 ha.

Pour les détails, annonce sur le site :

"Large herbivores"

A visiter le site passionnant :

http://rewildingeurope.com

 

EURASIE : LA BONNE ECHELLE

Ce projet est, à tous égards (civilisationnel, politique, économique dans son sens premier), le plus efficace et le mieux pensé pour la véritable (re)construction d'une Europe digne de ce nom. 

Au delà, l'échelle permettant une solidité dans l'efficience est celle de l'Eurasie ("cordon" vert alluvial des siècles passés de l'Asie à l'Europe orientales), voire de la zone holarctique (Eurasie septentrionale + Amérique du Nord) - réimplantation de boeufs musqués dans le Taïmir russe en 1974 (plusieurs milliers d'individus aujourd'hui à partir de 30 fondateurs), puis en Norvège (200 individus aujourd'hui) -.

Ceci sous tend des choix politiques et civilisationnels clairs pour les structures de pouvoir concernées au premier chef (Fédération Européenne, Russie, Etats - Unis, Canada) - voir page publiée sur ce blog le 9 Octobre -.

Le maillage floro -  faunistique complet peut se reconstituer progressivement, jusqu'à retrouver, à terme, sa continuité continentale perdue :

A l'Est, du volcan Baekdu - San nord coréen (*) au lac Khanka (page blog du 10 Octobre) et plus au Nord, à la Yakoutie des bisons des bois et des boeufs musqués, avant les mammouths et les tigres de Sibérie (voir page du 3 Septembre "Le retour des géants"),

jusqu'à l'Ouest, dans le delta du Danube, les marais de Pinsk, les Carpathes, "l'Amazonie polonaise" de la haute - Narew, et les marais austro - hongrois du lac de Fertö des élans, loups et ours, avant léopards et tigres.

La première marche de l'escalier peut être franchie le mois prochain, à Bruxelles et St Petersbourgh.

 

(*) La montagne volcanique Baekdu "la caverne du dragon" a une dimension fondatrice pour les civilisations coréenne et mandchoue.

Elle est indissociablement lié au "Grand Van", le tigre divinisé par les populations locales (voir Nicolas Baïkov, page publiée le 30 Juin 2009).


 


Repost 0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 08:25

KHANKA, RELIQUE ET MATRICE

 Le Dragon Vert, géant chlorophyllien qui fertilisait l'Eurasie, a connu un sort parallèle à son habitant le plus emblématique, le tigre eurosibérien. Celui - ci "s'était retiré" d'Europe au Moyen Âge (12ème siècle? 14ème en région balto - finnoise? Ou plus récemment encore?) et d'Asie centrale au début du siècle dernier. Il n'est plus présent aujourd'hui que dans l'extrême orient russo - chinois (zones côtières de la mer du Japon).

La formidable richesse floro - faunistique passée du "Dragon" existe encore dans cette région. Dans le Primorye, le lac Khanka rappelle l'Europe orientale et l'Asie centrale d'antan.

C'est le plus grand lac d'Asie du Nord Est (4190 km2, les trois quarts côté russe), alimenté par un réseau de 23 rivières (15 côté russe, 8 côté chinois) représentant un bassin hydrographique de près de 17 000km2, la plus grande partie constituée de marais.

On y trouve des animaux comme la tortue molle, et le grand poisson rampant (80cm) Channa argus (warpachowskii), qui franchit le rivage pour aller cueillir ses proies grouillantes dans les grandes flaques ou les bras morts.

Il est probablement le dernier endroit au monde où cohabitent (comme en Asie centrale et Europe orientale il y a des siècles), le dhole (loup rouge), le tigre eurosiberien, et l'esturgeon géant Huso dauricus "kaluga", dont des individus de 600kgs hantent les lieux.

La scène du film d'Akira Kurosawa "Dersou Ouzala" (1984),  où Dersou et Arseniev construisent à toute vitesse un abri à l'aide de graminées géantes pour ne pas mourir pendant la nuit, avait été tournée sur les rives de ce lac.

Plus récemment, lors d'une tempête estivale, en 2001, le lac avait rejeté un tigre mort sur son rivage.

Relique du "Dragon vert" du passé, Khanka est aussi la possible matrice de celui de l'avenir, écaille scintillante et noyau indestructible protecteur du principe actif.

 

UNE LONGUE RECONQUÊTE

La restauration des milieux naturels liés aux cours d'eau eurasiens est la condition sine qua non d'un rééquilibrage écologique, socio économique, et politique, du Continent, et même bien au delà.

Si l'on prend pour exemple la pêche, activité potentiellement capitale pour de nombreuses communautés, le pillage des mers est originellement dû à un épuisement précoce des rivières. L'Angleterre, pays où la grande faune sauvage fut détruite très tôt, hébergeait des brochets de 80cm jusqu'en 975, après quoi leur nombre et leur taille s'effondrèrent. D'une façon générale, jusqu'à cette période, les rivières européennes abritaient des poissons infiniment plus nombreux mais aussi deux fois plus gros qu'aujourd'hui.

Le kaluga géant du lac Khanka peut atteindre 1 tonne dans l'Amour voisin (huitième Fleuve du Monde). Et les Huso huso (beluga) du delta de l'Amou Daria vers la mer d'Aral, des 70 estuaires de celui de la Volga vers la mer Caspienne, et de l'estuaire du Dniepr vers la mer Noire,  pouvaient même être deux fois plus lourds encore, au 17ème siècle (et peut être plus récemment).

Ressusciter les lacs, rivières et marais, c'est aussi rééquilibrer les sociétés humaines riveraines et soulager les océans.

Un long, difficile et exaltant voyage, commence. Il doit mener Channa argus de son scintillant repère extrême oriental jusqu'aux marais austro-hongrois du lac Fertö, puis vers le bassin Allier-Loire.

Comme l'anguille argentée quitte son lac de montagne pour la mer des sargasses.

Pour que se referme cette parenthèse historique pendant laquelle, comme dit le proverbe chinois "quand le tigre n'est plus là, les singes sont les rois de la montagne".

 


Repost 0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 09:42

LA RUSSIE A LA CROISEE DES CHEMINS

Le propre de la Puissance est de protéger. Blaise Pascal

 

La population russe est en baisse depuis 1995. Ces dernières années, la baisse s'est accélérée puisque le pays perd entre 700 000 et 900 000 personnes par an. Ce phénomène est le résultat de facteurs multiples et complexes, ceux rarement présentés n'étant probablement pas les moins importants, qui touchent à l'évolution de la psychologie collective.

Le Courrier International 1040, paru le 7 Octobre, présente un intéressant dossier sur la question, "Quand la Russie disparaîtra" pages 16 à 21. Un article particulièrement émouvant est consacré à la désertification des campagnes (Ivan Podchivalov, Izvestia), qui évoque visuellement et physiquement pour l'auteur les ruines d'une grande civilisation, d'énormes isbas vides, construites en rondins centenaires, qui résisteront encore longtemps. "Une maison splendide, bâtie pour traverser les siècles, se vend ici une misère, et les prix baissent à mesure qu'on s'éloigne de la nationale, puis des autres routes, et enfin des chemins, qui ne cessent de rétrécir pour se transformer en sentiers bordés de forêts à la beauté saisissante. A la saison des champignons, on peut y ramasser des seaux entiers  de lactaires délicieux d'une vigueur remarquable, de nobles lactaires à lait abondant et de magiques baies des marais parfumées. Mais il n'y a personne pour les cueillir" (quand le village perd son dernier habitant, des électriciens viennent retirer les quelques kilomètres de fil électrique qui reliaient le village au reste du monde.

Comme le preux boegatir du tableau de Viktor Vaznetsov, la Russie est à la croisée des chemins, lieu de tous les dangers et de toutes les opportunités.

 

APPELER LES CHOSES PAR LEUR NOM

Or, l'état d'esprit et la nature de la parole semble encline à évoluer sur des questions qui tiennent à la maîtrise de son avenir par la Société. Il y a un peu plus d'un an, fut signé un accord historique entre les présidents russe et chinois qui a marqué les esprits : le programme de coopération (2009 - 2018) entre les régions russes d'extrême - orient et de Sibérie orientale d'une part et celles de la Chine du Nord Est d'autre part (voir page blog du 28 Novembre 2009 consacrée à ce sujet). Interviewé tout récemment par la Nezavissimaïa Gazeta, un géographe russe explique que cette initiative s'apparente à un pacte colonial au profit de Pékin. En effet, tous les projets implantés sur le territoire russe sont liés à l'extraction des ressources alors que les activités de transformation sont basées en Chine. Ce programme organise, selon le géographe "le pillage des ressources de la Russie, l'expulsion de sa population locale et l'installation progressive de citoyens chinois". 

 

PROTEGER LA RUSSIE

J'avais déjà évoqué des alternatives possibles à ce choix calamiteux et suicidaire (pages du 23 Mai 2010 "Vie et destin", du 23 septembre "Espoir d'un rééquilibrage" et du 6 Octobre "Europe sous contrôle"). J'ajoute aujourd'hui que l'intensification des liens russo - allemands tels qu'ils se dessinent est à la fois une précaution et une sagesse. Disons les choses très clairement. Les populations de culture européenne (de Brest à Vladivostok, en Amérique, Australie, Nouvelle Zélande...) furent, jusqu'au siècle dernier, les pires destructeurs de la Nature et des équilibres sociaux fondamentaux qui en dépendaient directement, dans le monde entier. 

Mais les choses sont différentes aujourd'hui. De très nombreuses personnes dans cette aire culturelle sont désormais prêtes, et ont même une très grande motivation pour cela, à contribuer à une réorganisation des espaces qui, au contraire, rétabliraient des équilibres rompus.

A titre de simple illustration, la photo qui suit est celle de vieux croyants au début du siècle dernier. Ils durent fuir en Amérique du Sud quelques années plus tard pour échapper à la répression bolchevique. Ce sont leurs descendants directs qui, rentrés récemment au pays, protègent plus efficacement que quiconque les tigres dans le Parc National "Légende Udeghe", avec un soin et un savoir faire tout particulier (pour voir le détail, page du 28 Novembre 2009).

 

tigre (6) 

 

Le territoire russe sera beaucoup plus efficacement protégé si de vastes espaces y sont sanctuarisés de façon stratégique (l'aire de distribution du léopard de l'Amour a été divisée par 40 au cours des 30 dernières années)  dans le cadre d'une politique résolue de protection et de renforcement des milieux naturels incluse à une réorganisation d'ensemble des choix d'activité et de peuplement les plus réalistes et efficients selon les zones concernées.

La marge de manoeuvre est, de fait, considérable.

Pour mémoire, rappelons ici les chiffres comparés des espaces protégés en Russie et aux USA (source Zov Tigra 2009, transmis par Yuri Bersenev, Directeur du Parc National du même nom, aux services de Yuri Trutnev, ministre de l'Ecologie et des ressources naturelles) :

Superficie : 10,5% du territoire (USA: 21, 2%)

Personnel professionnel : 11500 personnes (USA : 30 000 personnes)

Budget : 40 millions de dollars (USA : 2,3 milliards de dollars)

Augmentation de la superficie 2002 - 2009 : 1, 25% (USA : 10%)

(Concernant Zov Tigra et Yuri, voir cet après - midi 16h sur la 5 : "Terres sauvages de Russie. Le Primorie". Film de Maria Hemmleb. 50mn.)

 

Le  prochain Sommet international du Tigre (St Petersbourg, 21 - 24 Novembre 2010) peut être le point de départ d'une perspective d'avenir de long terme solide pour le tigre, le territoire, la civilisation et la population russes.

S'il a un sens, c'est bien celui là.



Repost 0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 07:27

VERS UNE EURASIE SOUS DOMINATION CHINOISE

 

"Opposons l'optimisme de la volonté au pessimisme de la réalité". Gramsci.

 

Les gouvernements grec et chinois ont solennellement paraphé hier, avec la bénédiction de la commission européenne, un accord économique comportant notamment le rachat par la Chine d'une partie des dettes grecques et la prise de contrôle par celle - ci du port du Pirée, noeud stratégique d'une importance capitale pour le commerce eurasien.

Les Chinois, possesseurs d'excédents financiers gigantesques, se sont dits prêts à assurer la sécurité financière mondiale.

Ils avancent tous azimuts et prennent le contrôle d'espaces immenses en Afrique, Amérique latine, Russie, Kazakstan...

Dans ce contexte, les célébrations des jours du tigre en Russie orientale comme les initiatives symboliques à l'endroit de la Chine du Nord Est des naturalistes et étudiants russes et allemands (voir infos des 29 septembre, 5 et 6 octobre sur le site WWF RUSSIA) tendent à se réduire à une dimension incantatoire. Il en va de même pour le Sommet international du Tigre à St Petersbourg du 21 au 24 Novembre prochains. Il est en effet à craindre que cette réunion de Chefs d'Etats ne s'avère être, pour l'essentiel, qu'une grand messe sans apport original, simple chambre d'enregistrement des conclusions du Sommet de Bali (12 - 14 Juillet), non suivis d'effet, qui plus est... A suivre.   

Plus que désargentée (prisonnière de ses déficits vertigineux), l'Europe officielle applaudit et se sent soulagée.

Ceci n'est qu'une première étape. De nombreux économistes observent que l'Union Européenne perd de facto

toute autonomie dans sa politique d'échange. La constitution du groupe Spinelli pour la mise en place d'une véritable fédération européenne supranationale et l'Appel à l'Alliance européenne de diplomates russes influents se trouvent torpillés avant d'avoir eu un début de mise en place. De même, le "Dragon Vert" perd toute possibilité de matérialisation : le Pirée devient un canon lance harpon pointé sur lui par anticipation.

Véritable coquille vide depuis des années, l'Europe politique tombe comme un fruit mûr dans l'escarcelle chinoise. Elle le doit principalement à sa faiblesse interne et son vide politique abyssal, comme la Russie des apanages du 13ème siècle qui tomba sous la domination mongole.

 

LE CHEVAL DE TROIE EST UN TIGRE DE PAPIER

Après la Russie (accord Medvedev - Hu Jin Tao du 23 Septembre 2009, voir blog du 28 Novembre 2009 "Bear, wake up! Yellow Dragoon devours you, and you are OK?") l'Europe occidentale se vend elle même à la Chine, en pièces détachées, comme un ours ou un tigre qui se suicideraient.

Ces choix politiques combinent lâcheté et stupidité. En effet, contrairement à l'Empire Mongol nomade, aux  structures socio - écologiques et mentales solides, l'Empire sédentaro-financier n'a aucune viabilité. L'histoire chinoise depuis 3000 ans est instructive à cet égard : le géant aux pieds de loess sera confronté, dans les années et les décennies à venir, aux plus grands risques de dislocation (voir blog du 4 octobre 2009 : "Saving tigers in 2010 : the war of dragoons" et du 29 juillet 2010 : "Point de rupture").

Pour l'heure Cheval de Troie d'un Aurochs européen méconnaissable, au comportement de buffle d'eau, le dragon jaune n'est qu'un tigre de papier.

 

Des changements importants doivent intervenir instamment, qui sous tendent un volet idéologique : "la politique prime l'economie" et un volet moral: "le courage prime la lâcheté, comme l'intelligence a barre sur la bétise".


Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 06:55

AUTOMNE 2010 : SITUATION DEMOGRAPHIQUE PREOCCUPANTE

Selon les résultats d'une étude de terrain, publiés le 30 Septembre sur le site du WWF Russia, la situation actuelle des tigres des provinces de Khabarovsk et du Primorye reste extrêmement fragile. Il n'y a quasiment aucune amélioration par rapport à la catastrophique année 2009.

 

Amur tiger monitoring working group under supervision of the Wildlife and Hunting Management Department of Primorsky province has discussed the results of tiger monitoring conducted in winter 2010. We would like to remind, that the results of last monitoring (2009) had registered the lowest density level of tiger tracks over the whole 13-year history of monitoring and, undoubtedly, provoked a serious concern of specialists of the Far Eastern Branch of the Russian Academy of Sciences, NGOs and specially authorized bodies. In this situation the next monitoring on the model plots was very important to realize the true situation and to make timely decisions.

In this situation, for the first time, the specialists of the Wildlife and Hunting Management Department of Primorsky province took the responsibility of the supervision over the implementation of an important field work and strict compliance with the monitoring methodology on the monitoring plots located within hunting estates, while the Special Inspection “Tiger” monitored strictly nature protected areas. Specialists checked about 250 routs, having inspected the area of 23,555 km² (15-18% of the total tiger habitat). In Khabarovsky province a part of activities was financed by provincial Government, the other part of financial support both in Khabarovsky and Primorsky provinces was provided by WWF.

As it was assumed, the gained data on density of tiger tracks is considerably higher than the density registered last year and can be compared with the monitoring results of 2007. Specialists explain such discrepancy in numbers by the fact that exceptionally heavy snowfalls in north-western part of Primorye in 2009 did not allow to count tigers and ungulates fully. Track density of ungulates – the main tiger prey – was also registered to be at the level of 2007.

However, in general, the specialists of the Wildlife and Hunting Management Department, Special Inspection “Tiger”, WCS and WWF came to a consistent opinion – there is a tendency of a decrease of Amur tiger tracks density.

The monitoring, as well as in previous years, was conducted on 16 plots located in Khabarovsky and Primorsky provinces. As it was assumed by WWF-Russia experts this year we observe somewhat different situation than in the past. Generally speaking, tiger numbers within recent four years is relatively stable, without taking into consideration the data of the last year, when there were external and internal reasons having influenced the final data, - comments Sergey Aramilev, coordinator of biodiversity conservation projects of WWF-Russia Amur branch. - In spite of good results the situation remains alarming. On the whole, over the all time of research there is an observable tendency of a slow decrease in tiger numbers on the monitoring plots. Primarily, it happens due to the number of problems, and most of them are not solved until now: degradation of habitat, logging Korean pine and mature stands of Mongolian oak, inadequate legislation in part of wildlife and hunting management and tiger protection, as well as the lack of an effective law against “black” trade of tiger derivatives, absence of a rehabilitation center and many others. It is necessary to implement the recommendations prepared by WWF-Russia to change this tendency. Our common goal is to do everything possible by the next tiger census in 2015 so the tiger numbers remain not less than 500 individuals within the whole tiger home range.”

The working group paid great attention to the discussion of improvement of the monitoring methodology and working out of the counting algorithm which excludes the subjective opinion of field specialists.

 

Repost 0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 08:42

Vendredi 24 Septembre, l'acteur américain Leonardo Di Caprio a rencontré à New York le ministre de l'environnement indien, Jairam Ramesh, en marge d'un forum international sur les forêts ombrophiles. Il a fait part à ce dernier de son envie de jouer un rôle important pour sensibiliser l'opinion à la cause du tigre indien.

 

NEW DELHI (AFP) – Hollywood actor Leonardo DiCaprio will put his fame to work to raise global awareness about India's dwindling number of tigers, an official said Saturday.

DiCaprio and India's Environment Minister Jairam Ramesh met at a reception Friday in New York organised by the Coalition of Rainforest Nations, an inter-governmental organisation.

"The actor met the minister and has expressed his interest to play a crucial role in sensitising the global community to the cause of the Indian tiger," a senior environment ministry told AFP in New Delhi.

"DiCaprio plans to come to India to be a part of the conservation efforts," the official said, asking not to be named.

India's endangered tiger population has plummeted to 1,350 -- just over a third of the 3,700 estimated to be alive in 2002.

Earlier this year, Bollywood actor Amitabh Bachchan joined a campaign to protect the tiger.

Prime Minister Manmohan Singh, alarmed by the dwindling number of tigers, set up two years ago a national wildlife crime prevention bureau, drawing experts from the police, environmental agencies and customs to end poaching.

The government has enlisted former soldiers to be part of a "tiger protection force" in state-run sanctuaries.

But despite the new measures, poachers killed 32 tigers in 2009 and three this year, according to the Wildlife Protection Society of India.

Tiger hunting is illegal worldwide and the trade in tiger parts is banned under a treaty binding 167 countries, including India.

But demand is driven by China, Thailand, Myanmar and other Asian nations where pelts, claws and bones are prized in traditional medicine, environmentalists say.

 

Un rapport publié récemment oriente la politique de renforcement des populations de tigres en Inde sur la sauvegarde de 18 sites possédant de nombreux jeunes âgés de un an. Le but est de passer, en une douzaine d'années, de 1000 à 3000 individus sur 10% du territoire.

Voir ci dessous l'article consacré à ce sujet le 23 septembre dans l'Hindustan Times par le journaliste Chetan Chauhan.

 

 

 
Eighteen sites in India can support up to 1,500 tigers more than the country’s present big cat’s population, provided resources are utilised for rejuvenating these sites, a global study on tigers has found. There are less than 3,500 tigers in wild around the world of which 1,411 are in India withEighteen sites in India can support up to 1500 tigers more than the country's present big cat's population, provided resources are utilised for rejuvenating these sites, a global study on tigers has found. 

“India provides powerful, contrasting examples of what works and what does not for saving tigers,” said the report, Bringing the Tiger Back from Extinction. It described India’s bid to save tigers as “confused”.

“Instead of announcing new tiger reserves (which increased from 27 to 39 in two years) the government should focus on providing on best habitats where tigers can survive,” said an expert.

The study by 23 global wildlife experts under the aegis of Wildlife Conservation Society (WCS) provides solutions and will be released by Russian president Vladimir Putin in November as part of Global Tiger Initiative, to which India is a signatory.

For India, the recommendation is clear: concentrate on 16 source sites, which have 1,000 tigers over one year of age and can support up to 1,500 tigers, rather than “over wider landscapes”.

The study has identified 42 “source sites”, each with over 25 breeding tigresses, of which 18 are in India.

The best sites in India (see graphic) are Kaziranga tiger reserve in Assam with density of 16.8, where the density can increase to 18 and three sites in Central India and two in Western Ghats, where the density can increase by 60-70 percent.

“These sites have potential for providing safe homes to tigers but we need specific policy framework for this,” said Ravi Chellam, Director of WCS India, whose research contributed to the study.

Protecting and conserving these habitats could mean that number of tigers increases to 3,000 tigers in only 10 per cent  of suitable habitat.

 

Voir aussi la découverte de tigres au Bouthan, à plus de 4000 mètres d'altitude (BBC video). Le biologiste Alan Rabinowitz y voit le "chaînon manquant" permettant de compléter un corridor naturel pour les tigres sur l'ensemble de l'Asie orientale.

http://www.huffingtonpost.com/2010/09/20/tigers-discovered-in-hima_n_731373.html

 

A documentary titled " Lost Land of the Tiger" has provided the first real evidence that tigers can thrive and breed in the foothills of the Himalayas, which are more than 13,000 feet above sea level.

A team from the BBC Natural History Unit captured the images using hidden cameras wedged into gullies and trees over six weeks during an expedition to Bhutan.

Wildlife cameraman Gordon Buchanan said he was reduced to tears the first time he saw the footage.

He was quoted as saying: "It was beyond words, pretty overwhelming. We were there about six weeks. For me the whole purpose of the expedition was to film evidence of the tigers living in Bhutan so all the effort and everything we did came down to a few seconds of footage."

He added, "This is such a significant discovery for tiger survival. The tigers' behaviour suggests they are breeding and I am convinced that there must now be cubs somewhere on this mountain. At current rates tigers will become extinct in around 15 years."

Conservationist Dr Alan Rabinowitz said the discovery took them one step closer to an ambitious plan to link up isolated tiger populations across Asia with a "corridor" where they are safe from humans. The team also captured film of the elusive snow leopard.
Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 08:03

LES ECUREUILS D'IRAN OCCIDENTAL , PIERRE ANGULAIRE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DES MONTS ZAGROS OU PROSPERAIT AUTREFOIS LE TIGRE D'HYRCANIE, SONT VICTIMES D'UN IMPORTANT BRACONNAGE.

L'écureuil de Perse des montagnes du Zagros est la victime d'un important marché de contrebande. Les animaux capturés sont vendus comme animaux de compagnie à Téhéran. De plus, les techniques utilisées par les braconniers provoquent des dommages irréversibles dans les forêts de chênes du Lorestan. Ils mettent en effet le feu aux chênes pour faire sortir les rongeurs de leur nid, élément qui s'ajoute au fait que les écureuils jouent un rôle primordial dans la bonne santé des chênaies. Ces dernières sont indispensables à la fertilisation des sols de la région, qui constitue l'une des plus importantes zones d'élevage et d'agriculture du pays.

D'une façon générale, les écureuils jouent un rôle de première importance dans les ecosystèmes forestiers. Dans son livre

" The eternal frontier, an ecological history of North America and its people" publié en 2001 aux Editions londoniennes William Heinemann, le scientifique australien Tim Flannery avait démontré que sans l'action des écureuils dans les chênaies du sud des Etats Unis actuelles, les civilisations amérindiennes protohistoriques, de la Californie à la Floride, n'auraient tout simplement pas pu s'épanouir (chapitre : "a fatal configuration", pages 88 - 90).

Les pâturages de cette région d'Iran occidental constituent une des zones les plus abondantes en eau et les plus fertiles d'Iran. Grâce à la diversité de sa flore et de sa faune, la région de Douroud, en particulier, pourrait devenir "la capitale de la Nature d'Iran". Aux côtés des écureuils, elle abrite aussi des vautours, des loups, des ours, des mouflons et des sangliers. Si les chênaies sont détruites, c'est toute l'agriculture locale qui pourrait être menacée, par l'érosion des sols et les inondations.

Source : BBC Persian (Londres), dans "Courrier International" 1038, du 23 au 29 septembre 2010, page 46.

 

Les Monts Zagros virent prospérer le tigre eurosibérien autrefois, "merveille et gloire des montagnes d'Hyrcanie" selon le poète latin Martial. Ils furent son ultime refuge circum européen à la fin du siècle dernier. Ils sont aussi le lieu de naissance de Dionysos (dit "Zagreus") selon la mythologie grecque. Celui ci se transforma plus tard en tigre pour séduire la nymphe Pasiphaé.

"Il est doux, dans les montagnes... de pourchasser le bouc pour le saigner, pour dévorer avec délices sa chair crue". Ainsi s'exprime le choeur des bacchantes... (Maria Daraki, Dionysos et la déesse Terre, Champs Flammarion,1994).

La capitale de la Nature a besoin de ses chênes, et donc de ses écureuils. Libres. Pour permettre aussi, le jour venu, le retour du tigre sur ses terres.

Les tigres "de Sibérie" relâchés en Iran cet été sont dans une région plus orientale, au Sud de la mer Caspienne (voir sur ce blog, pages des 24 et 30 mai 2010).



Repost 0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 18:22

Le festival du Tigre de Vladivostok aura lieu cette année après demain, dimanche 26 Septembre. Cette manifestation a une  tonalité particulière en 2010, année du tigre dans le calendrier chinois (14 février 2010 - 11 mars 2011), comme au niveau international (sommet de St Petersbourg du 21 au 24  Novembre prochain qui, après plusieurs rendez vous internationaux importants depuis janvier dernier, devrait dessiner les contours d'une nouvelle approche pour assurer un avenir solide aux tigres sauvages). Le pire n'est plus certain.

Voici le détail sur le site du WWF Russie.

 

 
 

26 September

Print version

Крупнейший экологический праздник Дальнего Востока - День Тигра - пройдет во Владивостоке 26 сентября при участии WWF.

 

Every year on the last Sunday in September Vladivostok turns orange with stripes. This year the largest city in the Russian Far East will be buzzing with extra excitement as the festivities take place prior to the first ever International Forum on tiger conservation on Earth, also to be held in Russia in the city of St. Petersburg from the 21 to the 24 of November. Russia will host ministers and heads of state from the 13 countries that still have tiger populations to sign a declaration on joint cooperation for tiger conservation, and initiate a global tiger recovery program which seeks double the iconic species numbers by the year 2022. The wild tiger population currently stands at a historic low of just 3,200.

Tiger Day is the biggest eco-celebration in the Russian Far East. Citizens of Vladivostok, students and representatives of many organizations wear orange from head to toe and join the tiger parade that moves through the center of the city. Participants show that they are proud to live in the land of tiger, and that they are concerned about tiger’s future. The Amur tiger, the largest of the six big cat sub-species that still survive, numbers only about 500 and lives in the forests of the Russian Far East near Vladivostok and in Northeastern China.

This year’s edition of Tiger Day will also include special guests:, members of the youth German-Russian expedition “On the Footpath of the Tiger”. The expedition connects young tiger enthusiasts from 18 to 24 years old, and also includes journalists and WWF staff members from both countries. Every member of the expedition has gone through tiger training in the field, learning how to set photo traps to take a picture of their “own” tiger, equipping a feeding complex for tiger prey, and learning how to count that prey from a specially built platform. Young German ecologists also have the opportunity to fly in a helicopter around the Shkotovsky plate to detect forest fires and illegal logging. Expedition members will greet Tiger Day participants in Vladivostok’s main square.

Prior to Tiger Day eminent actors and film directors who participated in the 8th international film festival of countries in the Asia-Pacific region, “Meridians of the Pacific”, signed a tiger conservation petition aimed at the 13 heads of state where tigers still live in the wild. The petition was signed by Gerard Depardieu, Vincent Peres, Valentina Talyzina, Svetlana Toma, Artemij Troizky and 100 other film festival attendees.

WWF will also hold an eco-lottery during the day, with planting stocks of Korean Pine amongst the prizes. The tree has just received protected status in Russia’s Far East cedar forests, and is a vital species in key Amur tiger habitat.

“It is absolutely possible to save and increase the population of our tiger,” stated Igor Chestin, WWF Russia CEO.The question is only in the political will. Russia has to accept a plan of action for the conservation of the Amur tiger and must provide adequate funding from its federal budget.”

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 14:40

ALLIANCE EUROPEENNE CONTRE PANDEMONIUM CHINOIS

Il y a un an aujourd'hui, la Russie passait avec la Chine un Pacte Faustien, accordant progressivement aux entreprises chinoises l'exploitation de l'essentiel des ressources naturelles de la moitié orientale de son immense territoire (voir l'ensemble du dossier sur ce blog, page publiée le 28 novembre 2009, "Bear, wake up! Yellow dragoon devours you, and you are OK?").

La semaine dernière, la publication d'un manifeste, par des diplomates russes, pour une "Alliance Européenne" est porteuse d'espoir pour la Russie comme pour l'Europe occidentale et centrale.

Dans une proposition courageuse et imaginative, les Russes semblent prêts à sublimer les terribles conflits historiques que leur ont infligé leurs voisins occidentaux, et à tendre la main aux Etats Unis d'Amérique.  L'Union Européenne, actuellement encalminée dans un vide abyssal d'imagination et de volonté politique, doit saisir cette chance qui peut lui offrir un nouveau dynamisme.

Saisir la main tendue peut aussi induire une redéfinition progressive des accords de la Russie avec ses voisins, amoindrissant le contenu de ceux passés à l'Est au profit d'une nouvelle orientation politique, économique et environnementale.

Voici l'article que Bernard Guetta a consacré au sujet sur Libération.fr.

 

22/09/2010 à 00h00
La Russie demande sa main à l’Europe
Par BERNARD GUETTA membre du conseil de surveillance de Libération.
Une étape après l’autre, obstinément, méthodiquement, la Russie courtise l’Europe au point de lui avoir, maintenant, proposé le mariage, une «alliance», dit-elle, en bonne et due forme. Discrètes, ses premières avances remontent à la campagne présidentielle de Dmitri Medvedev dont le thème dominant avait été que son pays était l’une des trois composantes de la «civilisation européenne», aux côtés des Etats-Unis et de l’Union européenne. Il avait, ensuite, creusé le sillon en martelant, à chaque discours, que la Russie devait combler son retard technologique, combattre sa corruption, marcher vers l’Etat de droit, s’européaniser, en un mot.

Le problème est que, pour séduire l’Union européenne, Moscou devait, d’abord, vaincre l’hostilité de la Pologne qui, rayée de la carte par la Russie au XIXe siècle et intégrée de force au bloc soviétique après-guerre, avait toutes les raisons de se méfier d’un voisin qui lui a fait tant de mal. C’est Vladimir Poutine, devenu Premier ministre, qui s’en était chargé en invitant, en avril dernier, le Premier ministre polonais, Donald Tusk, à une commémoration commune du massacre de Katyn. Par ce geste, la Russie reconnaissait définitivement que c’était bien elle qui avait procédé, en 1940, à l’assassinat de plus de 20 000 officiers polonais dans cette forêt des environs de Smolensk. Elle demandait pardon de ce crime où se mêlent la négation de la Pologne par l’empire russe et son asservissement par l’URSS. Elle disait que c’était bien ses deux têtes actuelles et non pas seulement la plus avenante d’entre elles, Dmitri Medvedev, qui voulaient ouvrir une nouvelle page avec Varsovie et elle y est parvenue.

Entre la Pologne et la Russie, les relations ne cessent plus, depuis, de se détendre. Il n’y a plus de veto polonais à une coopération entre l’Union européenne et la Fédération de Russie, à une négociation de ce tournant majeur des relations internationales que le rapport Karaganov vient d’appeler de ses vœux.

Massif et tout sourire, parfaitement anglophone et très lié aux plus influents des diplomates, journalistes et universitaires européens et américains, Sergueï Karaganov est l’intellectuel de la diplomatie russe. Président du Conseil de politique étrangère et de défense, il a publié la semaine dernière, avec quatre autres figures de l’aristocratie politique moscovite, un long manifeste appelant à la constitution d’une «alliance de l’Europe». La Russie joue, désormais, cartes sur table. Elle a formulé son offre, fait sa demande en mariage, et son idée maîtresse est que la Fédération et l’Union pourraient et devraient enrayer leurs déclins relatifs en unissant leurs forces dans l’organisation du continent Europe autour de leur alliance.

Cette proposition est tellement ambitieuse et brûle tant les étapes qu’elle rappelle trop les tentatives soviétiques de «découplage» des Etats-Unis et de l’Europe. Elle peut, donc, inquiéter mais ce parfum d’antan ne devrait pas faire oublier que la Russie contemporaine n’a plus peur de l’Amérique mais de l’affirmation de la Chine et des bouillonnements du monde islamique, que c’est à l’ensemble de l’Occident qu’elle voudrait s’arrimer pour les parer et que l’état de son économie le lui commande.

Tant que la Russie restera le contraire d’une démocratie, l’Union européenne ne peut pas envisager de s’allier à elle mais il est vrai que leur intérêt commun serait de développer un partenariat économique qui pourrait être porteur d’évolutions politiques prometteuses.

La Fédération a les matières premières dont l’Union manque et l’Union, la technologie dont la Russie a besoin. Entre elles, il n’y a pas de compétition mais une complémentarité dont l’organisation devrait et pourrait être fondée sur des règles commerciales et un droit des affaires qui marqueraient un pas dans l’établissement d’un état de droit en Russie.

Non seulement un tel partenariat renforcerait vite les économies de l’Union et de la Fédération, des deux piliers du continent, non seulement il donnerait la main aux deux forces russes qui aspirent à une évolution démocratique, aux milieux d’affaires et aux classes moyennes, mais il obligerait, aussi, l’Union à resserrer ses rangs.

Face au défi d’une négociation d’ampleur avec la Russie, les Vingt-Sept seraient contraints d’accélérer l’harmonisation de leurs politiques économiques et de leurs diplomaties et trouveraient, là, le nouvel horizon vers lequel concentrer et mobiliser leurs forces. En quête de l’ambition nouvelle qui la sortirait de son malaise et ressouderait ses rangs, l’Union se donnerait l’occasion d’un rebond en prenant aux mots la Russie, en tentant, avec elle, de construire, enrichir et stabiliser l’Europe, leur continent commun.

 

En complément au volet européen, aujourd'hui, Vladimir Poutine, dans le cadre du forum international : "Arctic, territory of dialogue", a tenu un discours extrêmement modéré et ouvert sur la future gestion internationale de la région arctique, rassurant pour la Norvège, et plus encore pour le Canada et les Etats - Unis. Le changement de ton est radical par rapport à celui des toutes dernières années, qui laissaient même craindre un conflit armé russo - américain à partir des années 2020, au fur et à mesure de la fonte de la banquise et de l'élargissement du passage du Nord Ouest.

Aux Etats Unis, une figure politique violemment opposée à Barack Obama, la célèbre Sarah Palin, ex gouverneur de l'Alaska et qui soutient les extrêmistes du Tea Party, revendique jusqu'à présent la nécessité de s'opposer militairement à la Russie sur la question des territoires arctiques.Voici quelques phrases du Premier Ministre russe :

«While we are taking care of a steady and balanced development of the Russian North, we are working to strengthen our ties with our neighbours in our common Arctic home. And we think that preserving the Arctic as a zone of peace and cooperation is of the utmost importance. It is our conviction that the Arctic area should serve as a platform for uniting forces for genuine partnership in the economy, security, science, education and the preservation of the North’s cultural heritage.”

 

Pour être pleinement efficient, un nouveau rebond de la civilisation européenne a aussi besoin du meilleur de son expression nord américaine, aujourd'hui elle aussi dans une situation politique intérieure délicate et dangereuse, et dans une diplomatie handicapée par de vieux réflexes à l'endroit de la Russie, désormais inappropriés.

USA et CANADA ont, de même, beaucoup à gagner dans ce rééquilibrage géopolitique.

Et des espaces protégés plus vastes que partout ailleurs dans le monde, une politique de libération progressive du réseau hydrographique aux résultats écologiques spectaculaires, voilà qui peut être un exemple pour l'"Eurasie  européenne".

A titre d'exemple, le retour du bison des bois en Yakoutie ne pouvait se faire que grâce à sa protection au Canada (voir sur ce blog, page publiée le 3 septembre 2010, "Vers le retour des géants" - bas de page - ).

 

L'AVENTURE CONTINUE.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens