Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 05:58

La population de panthères de l'Amour de la réserve "Land of Leopard" s'agrandit... Voir la video sur WWF Russie, ce jour. 

http://new.wwf.ru/resources/news/amur/zvezda-seriala-pyatnistaya-semeyka-beri-stala-mamoy/

Леопардесса Бэри, героиня уникального интернет-проекта ФГБУ «Земля леопарда» и WWF России «Пятнистая семейка», стала мамой: камеры зафиксировали самку дальневосточного леопарда и двух ее маленьких котят на видео.

La réserve accueille une centaine de grands félins (résidents permanents ou de passage) : 70 léopards et 30 tigres.

Voir aussi : "The Siberian Times", hier.Hero mother Barry boosts population of rarest cats in world with 2 healthy cubs.

http://siberiantimes.com/other/others/news/hero-mother-bary-boosts-population-of-rarest-cats-in-world-with-2-healthy-cubs/

 

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 07:38

Un important ossuaire de grands cétacés a été découvert sur la côte de la péninsule de Kaikoura (Nouvelle Zélande). Il a été exondé il y a deux jours et semble provenir d'une station baleinière présente dans le secteur au XIXème siècle. Les os seraient vieux de 150 ans. On ne devrait donc pas y trouver les restes de New Zealand Tom, vraisemblablement décédé avant 1810 (voir à ce sujet "Les vieux soldats ne meurent jamais" mis en ligne le 22 février 2017), ni même ceux des animaux de sa lignée, les cachalots de la mer de Tasman (probablement les cachalots les plus volumineux de tous les temps), chassés intensément entre les années 1840 et 1880 au large des îles Solander et de la péninsule du Fjordland, soit à l'opposé de Kaikoura sur la grande île du Sud...

http://docs.niwa.co.nz/library/public/NIWAis76.pdf

RNZ, ce jour. Whale graveyard discovered on the Kaikoura coast.

http://www.radionz.co.nz/news/national/328992/whale-graveyard-discovered-on-the-kaikoura-coast

Une centaine d'années après ces évènements (c'est à dire au début des années 1960), certains grands mâles continuaient à sillonner la zone, sûrs d'eux et dominateurs...

http://nzetc.victoria.ac.nz/tm/scholarly/tei-Bio12Tuat02-t1-body-d6.html

 

Another bull sperm was spotted off the east coast of the South Island, moving southward and spouting normally. As we approached this whale, which was a large and solitary bull, it stopped spouting and began to move towards the boat with a considerable part of the head clear of the water.

This last whale behaved in a manner that we had not encountered in any other before. With stories of single ‘rogue’ bull sperm in mind we gave this whale a wide berth.

De nos jours, Kaikoura est un des rares endroits au monde où des cachalots peuvent être observés près de la côte durant toute l'année.

http://www.whalewatch.co.nz/our-nature/marine-life/whales/

Voir aussi quelques individualités semi - résidentes :

http://www.whalewatch.co.nz/our-nature/recent-sightings/semi-resident-sperm-whale-tutu/

"We had quite a few of our semi-resident sperm whales feeding in the canyon this month, examples being: Tutu, MatiMati, Manu, Tiaki and Saddleback."

Repost 0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 06:50

NOSTALGIE DES ANNEES 50 et 60. Un restaurant spécialisé dans la viande de baleine cuite au barbecue vient d'ouvrir à Osaka. Ce " Kujira Ya" (sorte d'"Hippopotamus" nippon), tire son succès de la nostalgie des années d'après guerre pendant lesquelles la consommation de cette viande constituait un des pivots nutritionnels de la population. Un second restaurant de ce type devrait ouvrir à la fin de cette année. The Mainichi, hier. Rare whale meat barbecue restaurant spreads food culture.

https://mainichi.jp/english/articles/20170416/p2g/00m/0dm/008000c

OSAKA (Kyodo) -- A rare restaurant serving whale meat barbecue has recently opened in Osaka, stressing low-calorie, low-fat food, amid dwindling domestic consumption of whale meat under international whaling regulations.

    The restaurant "Kujiraya" -- literally a whale meat store -- opened in front of a busy railroad station, introduces various ways to eat whale, including raw "sashimi" and one-pot meals, while providing rare parts of whales such as tongue.

    Whale meat was once a common dish including for school lunch menus in Japan but has disappeared from the dinner table as domestic consumption of whale meat shrank to several thousand tons a year from around 200,000 tons in 1960s as consumers opted for cheaper imported meats.

    "It was a nostalgic taste I used to enjoy at home and at my school lunch in my childhood," said a male customer in his 60s.

    "Its taste and chewiness differ depending on the cut of meat. I think it's good for my skin too," said a female customer in her 40s.

    Many supermarkets and department stores in Japan are seen hesitant about dealing in whale meat amid long-standing debate on whaling in the international community.

    According to Syuhari Co., the operator of the restaurant, it has become difficult to suggest to restaurants various ways to eat whale meat as the number of wholesalers has decreased.

    "We would like to protect our food culture by directly sending out information on real deliciousness (of whale meat)," said Shigeru Fujimoto, sales manager of Syuhari, which also processes whale meat products.

    The company plans to open a second whale meat barbecue restaurant by the end of the year.

    Photos : http://fredasie.free.fr/fredasie/Kujiraya.html

     


     




     

    Repost 0
    13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 09:06

    Ceci fait suite à "Adieu à l'île" mis en ligne le 23 mars 2015, 9 jours après la mort de Valentin Raspoutine. 

    Témoignage sur l'amitié entre le poète Evgueny Evtouchenko (décédé le 1er Avril et enterré avant - hier à Peredelkino) et Valentin Raspoutine. Celle - ci n'a pas survécu à la fin de l'URSS.

    Evtouchenko (à gauche) et Raspoutine (à droite) à Irkoutsk en 1977. 

    Le Courrier de Russie, hier. L'Amitié Evtouchenko - Raspoutine : une histoire de la Russie contemporaine.

    https://www.lecourrierderussie.com/culture/litterature/2017/04/evtouchenko-raspoutine-histoire-contemporaine/

    Evgueni Evtouchenko est décédé le 1er avril 2017, à l’âge de 84 ans. Poète soviétique parmi les plus populaires, il remplissait, dans les années 1960, des stades de spectateurs venus l’écouter réciter ses vers. Auteur de plusieurs poèmes très critiques à l’égard de la politique du Parti, il est devenu une figure emblématique pour toute une génération de Soviétiques avide de changements. En 1991, il est parti enseigner la littérature russe aux États-Unis, où il a passé le reste de sa vie. Mais c’est à Moscou qu’il a demandé à être enterré, à Peredelkino [à l’époque soviétique, village où les auteurs appréciés du pouvoir obtenaient des résidences secondaires et pouvaient écrire en toute quiétude]. En URSS, Evgueni Evtouchenko comptait parmi ses plus fidèles amis Valentin Raspoutine, auteur remarquable de romans poignants sur la vie de la campagne russe. Très proches à l’époque, les deux hommes ont rompu toute relation à la chute de l’URSS, Evtouchenko saluant l’arrivée du capitalisme, Raspoutine déplorant la fin du socialisme. Les écrivains ont choisi des camps opposés, comme tous les Russes, divisés entre occidentalistes et slavophiles, « progressistes » et « conservateurs », « libéraux » et « patriotes ». Le journaliste Léonid Chinkarev, qui connaissait Evtouchenko et Raspoutine, retrace leur relation tumultueuse dans un essai pour la revue historique Rodina. Une analyse qui permet de comprendre les contradictions qui tiraillent toujours la société russe.

     

    Veuve Clicquot pour retrouvailles sibériennes

    Au printemps 1972, Valentin Raspoutine et moi nous trouvions au même moment à Moscou. Logeant dans des hôtels différents, nous apprîmes un jour, en nous téléphonant, que nous étions tous deux invités chez Evgueni Evtouchenko. « J’ai une variété de champagne que tu n’as jamais bue. Du Veuve Clicquot, de Paris ! », avait-il annoncé à chacun de nous au téléphone. Nous nous faisions une joie de rendre visite à notre compatriote – nous sommes tous trois originaires de la région d’Irkoutsk –, sentiment qui n’était qu’amplifié à l’idée de goûter ce fameux Veuve Clicquot.

    Après nous être retrouvés à la station de métro Barrikadnaïa, nous arrivons à l’heure dite rue Krasnopresnenskaïa, dans le premier immeuble stalinien de Moscou, où vivaient alors, à différents étages, Vassili Aksenov, Iouri Lioubimov et Faïna Ranevskaïa. D’un pas timide, nous pénétrons dans l’ascenseur.

    Sixième étage. L’appartement de Evtouchenko m’est familier : aussi bien l’entrée, avec sa collection de livres rares, que les murs et leurs tableaux de Picasso, Siqueiros et Chagall, que je pouvais contempler pendant des heures. Aujourd’hui, c’est Valentin qu’il est impossible d’arracher à la bibliothèque. Rozanov ! Chmeliov ! Remizov ! Ils sont trop nombreux pour tenir tous dans ses bras !

    Galina, l’épouse de Evgueni, apporte sur la table de grands verres en néphrite – l’œuvre de tailleurs de pierre d’Irkoutsk, commandés par le poète lui-même. Et voilà la Veuve, boisson préférée de Pouchkine. Nous vidons rapidement la bouteille autour des dernières nouvelles de Sibérie et de digressions littéraires. Le maître de maison en ouvre une seconde. Lorsque celle-ci se retrouve vide à son tour, Evgueni ne sait plus où se mettre : « Les amis, je suis désolé, je n’ai plus de Veuve… Mais il reste du Mukuzani géorgien. Un vin remarquable ! Tout droit venu de Tbilissi. Vous n’êtes pas contre ? »

    Nous restons perplexes, non pas parce qu’il n’y a plus de champagne mais face à l’agitation du maître de maison. Bien sûr que nous sommes d’accord !

    Sur le seuil de la porte, Galina fixe son mari dans les yeux et lui assène, en détachant chaque syllabe et en marquant des pauses : « Jenia ! Tu n’as pas honte ?! Ils sont venus te rendre visite ! Tes amis sibériens … ! »

    Valentin et moi rentrons la tête dans les épaules.

    « Tu étais si impatient de les voir … ! Et maintenant, tu es désolé de ne plus avoir de champagne français pour eux ?! Tu en as une caisse pleine dans la cuisine ! »

    Nous n’osons pas lever les yeux. Nous n’échangeons pas un regard. Nous ne savons pas comment réagir. Jenia, lui aussi, baisse la tête. Un silence pesant tombe. Galina reste sur le pas de la porte, sans bouger. Une scène muette.

    J’ignore combien de minutes s’écoulent. Elles me semblent durer une éternité.

    Evgueni lève finalement la tête. Et, l’air sincère, coupable et suppliant, il nous implore : « Mes amis, pardonnez-moi ! Je me suis dit que je n’aurai plus de champagne à proposer à mes prochains invités… Tu me pardonnes, Lenia ? Et toi, Valia ? Vraiment ?! »

    Evgueni se dirige vers la cuisine, prend sa femme dans ses bras et revient, joyeux, avec la caisse de Veuve sur l’épaule. « Vous ne partirez pas tant que nous n’aurons pas tout bu ! »

    Deux voies pour une Russie

    Durant ces années, Raspoutine considérait Evtouchenko comme un maître, il appréciait son soutien et avait été ravi de l’article de son ami sur sa nouvelle Vis et souviens-toi (1974). Et quand la publication des Baies sauvages de Sibérie (1981) de Evgueni a été retardée, Valentin, déjà lauréat du Prix d’État de l’URSS, écrivit la préface suivante : « Par son œuvre qui unit en elle littérature et civisme, Evtouchenko nous invite à redécouvrir ce qu’il y a de meilleur dans notre société, dans l’Homme et dans le monde. »

    Indéniablement, les deux écrivains avaient une conception commune de leur art. Qui ne les a malheureusement pas empêchés d’emprunter des chemins différents à un moment crucial de l’Histoire de leur pays.

    1993. Les chars de la division de Kantemir stationnent aux portes de Moscou. [La division, commandée par des officiers proches de Eltsine, participa à la répression de ses opposants dans les rues de la capitale, le 3 octobre 1993, ndlr.]

    Cet "Octobre Rouge" de Boris Eltsine  provoqua la mort violente de centaines d'opposants. Au total, au cours de la période 1992 - 1998, la population russe connut une surmortalité de 3 millions de personnes, liée au fait qu'une grande majorité fut entraînée en dessous du minimum vital ("seuil physiologique de survie"), et l'espérance de vie masculine baissa de près de 16% - ajouté par moi. A.S. -

    http://www.investigaction.net/Octobre-Noir-1993-ou-la-Methode/

    Les premières lignes de l’histoire de la Russie nouvelle s’écrivent dans le sang.

    Pris dans la tourmente : Evgueni Evtouchenko et Valentin Raspoutine.

    Encore très proches récemment, unis par une affection littéraire mutuelle, les deux hommes sont désormais les étendards de forces politiques opposées. Les adversaires ont chacun leurs héros, leurs historiens et leurs philosophes, et sont tout autant préoccupés l’un que l’autre par le sort de leur malheureuse patrie.

    La société se disloque, de vieilles amitiés s’effondrent.

    La communauté littéraire, pourtant unie, se scinde elle aussi.

    Raspoutine choisit un camp, Evtouchenko l’autre.

    Pour Evtouchenko, l’avenir de la Russie réside dans le passage du régime totalitaire à un système promouvant les libertés démocratiques, l’entrepreneuriat privé et le rapprochement avec la civilisation occidentale.

    Il est persuadé que l’amour réel pour la patrie abolit toute nécessité de s’enfermer dans les frontières d’un État ; que l’être né dans un nid peut et doit s’envoler pour planer au-dessus du sol, tel un oiseau à qui s’ouvre l’ensemble du globe terrestre.

    À l’inverse, pour Raspoutine, le destin de la Russie passe par une renaissance religieuse et morale, par la préservation de son identité, de ses valeurs traditionnelles et de sa voie propre de développement. « Les Russes n’ont plus d’autre appui que l’orthodoxie, autour de laquelle ils peuvent fortifier leur esprit et se purifier du Mal. Tous les autres leur ont été enlevés ou ont été gaspillés. Plaise à Dieu qu’il ne s’agisse pas du dernier », écrivait le romancier à la chute de l’URSS.

    Je ne pense pas – je ne veux pas penser – que ces deux voies soient incompatibles.

    Repost 0
    13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:18

    Ces chaussures appartenaient à une mongole décédée il y a plus d'un millénaire.

    Voir le détail dans "The Siberian Times" d'hier. Olga Gertcyk. "Ancient mummy with "1100 years Adidas boots" died after she was struck on the head."

    http://siberiantimes.com/science/casestudy/features/ancient-mummy-with-1100-year-old-adidas-boots-died-after-she-was-struck-on-the-head/

    Repost 0
    12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 08:26

    Ceci fait suite à "Reine des glaces. Matriarche du monde" mis en ligne le 30 mai 2016.

    Une baleine franche boréale vient d'être repérée au large des Pays - Bas. Il s'agit probablement du même individu qui avait été observé en Belgique la semaine dernière. S'agit -il d'un animal égaré? Malade? Sa présence sous nos latitudes n'avait jamais été officiellement répertorié jusqu'à présent. NL Times, hier. Janene Pieters. "Bowhead whale spotted off Vlissingen coast ; first ever spotted in netherland waters."

    http://nltimes.nl/2017/04/11/bowhead-whale-spotted-vlissingen-coast-first-ever-spotted-netherlands-waters

    Repost 0
    6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 06:41

    Tuer les tigres est contraire à l'Islam. C'est ce qu'a formulé le Conseil des Ulemas en Indonésie depuis 2014, et réaffirmé récemment.

    http://www.thejakartapost.com/news/2017/03/29/mui-lebong-speaks-out-against-tiger-hunting.html

    Repost 0
    6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 06:23

    La population de tigres d'Indochine (Panthera tigris corbetti) en Thaïlande orientale, considérée par les spécialistes comme au mieux résiduelle depuis des années, a repris, de façon significative, du poil de la bête, constituant désormais la seconde population viable et fonctionnelle sur le plan écologique de cette variété géographique. La seule reconnue comme existante depuis les années 2010 se situe en Thaïlande occidentale.

    https://news.mongabay.com/2017/03/worlds-second-breeding-population-of-indochinese-tigers-discovered-in-thailands-forests/

    Les thaïlandais sont désormais confiants pour effectivement doubler la population de tigres sur leur territoire d'ici 2022, car la situation dans l'Ouest s'améliore aussi de façon très significative, voire spectaculaire.

    http://www.bangkokpost.com/news/general/1225916/high-hopes-for-tiger-population-doubling

     

    Repost 0
    4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 07:20

    Le Premier Ministre Bakhytzhan Sagintayev  a confirmé la volonté du Kazakhstan de mettre en oeuvre un projet ambitieux pour réintroduire le tigre dans le delta de la rivière Ili. L'étude sur les modalités de sa mise en place se poursuit. Le lancement officiel devrait avoir lieu en septembre prochain, en présence, notamment, des autorités russes et néerlandaises, directement impliquées dans le projet. Celui - ci devrait connaître un écho considérable à l'échelle mondiale. WWF Russie, hier.

    Премьер-министр Казахстана поддержал идею возвращения тигра

    Repost 0
    3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 07:41

    La saison de chasse à la baleine grise pour les communautés côtières de la péninsule de Chukotka bat son plein. Les chasseurs utilisent des harpons manuels, après avoir mis leur bateau à l'eau à l'aide de mâchoires de cétacés.

    La Commission Baleinière Internationale avait alloué aux baleiniers de cette région un quota de 720 baleines grises et 30 baleines franches boréales pour la période 2013 - 2018.

    The Siberian Times, ce jour. Viktoria Sokolova. "Harpooning whales just like they did thousands of years ago."

    http://siberiantimes.com/other/others/features/harpooning-whales-just-like-they-did-thousands-of-years-ago/

    Ce sont ces populations qui organisèrent "L'Allée des Baleines" (Jean Malaurie 2003, Mille et Une Nuits eds) dès avant le XVIème siècle, sur les îles d'Yttigran, Arakamchechen et Mechigmenski. voir aussi "Les gens heureux n'ont pas d'histoire", mis en ligne le 16 septembre 2015, et "Le Miroir" mis en ligne le 10 novembre de la même année.

     

    Repost 0

    Présentation

    • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
    • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
    • Contact

    Recherche

    Liens