Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 19:28

CET ARTICLE A ETE ACTUALISE LE 24 SEPTEMBRE

Hier, à Harbin (Chine du Nord), des scientifiques russes, chinois et sud - coréens ont engagé un programme ambitieux d'étude sur les grands félins dans la zone transfrontalière russo - chinoise.

http://programmes.putin.kremlin.ru/en/tiger/news/25177

A meeting on studying the transboundary movements of rare wild cats using trail cameras and DNA analysis took place in Harbin (China). Representatives of the Amur Tiger Centre, Land of the Leopard National Park and the Institute of Biology and Soil Science of the Russian Academy of Sciences in the Far East participated in the event.

The DNA monitoring of Amur tigers and Far Eastern leopards started earlier this year in north China, with support from the Russian Environment Ministry. At the first stage, experts collected samples of fur and feces. The materials were used to extract samples of the animals’ DNA at the Institute of Biology and Soil Science labs. During the final stage, the DNA samples are to be studied with special equipment in Harbin.

At the meeting, Russian, Chinese and South Korean experts discussed the scope and timeline of the research. According to preliminary estimates, 250 DNA samples of rare wild cats from the two countries will be sent to the labs. The research may take several months, after which the samples will be studied again at Seoul National University.

Sergei Aramilev, director of the Primorye branch of the Amur Tiger Centre, noted that over the past years, the data available on the population of Amur tigers and Far Eastern leopards in China has significantly expanded, owing in part to the project.

“The upward trend in the number of the two rare wild cats in China is partially due to the work of Russian government and public organisations. Most of the leopards and tigers inhabiting these areas move across the Russian-Chinese border. Also, I would like to note the efforts of our colleagues from China, because the animals have been spotted further away from the border, and there have been sightings of females with cubs,” Sergei Aramilev added.

Le même jour, plusieurs villes et villages russes et chinois ont organisé de concert le "festival du léopard de l'Amour". Voir WWF Russie (en russe), hier.

http://www.wwf.ru/resources/news/article/13690

Voir aussi : gb times, le 24 septembre. Zhanna Koiviola. "Russia and China protecting the endangered Amur leopard".

As part of Russia and China's active expansion of their cooperation in various fields, scientists and conservationists from the two countries have joined together in studying and protecting the Amur leopard, the rarest large cat on the planet.

Russia’s “Land of the Leopard” National Park, a federal nature reserve located on the southeastern border with China, and the Beijing Normal University, China’s leading research hub for the Amur leopard, are both fully committed to saving the critically endangered species from extinction.
Last month, Russian and Chinese researchers attended an inaugural meeting in the Russian city of Vladivostok. There, they verified the number of wild Amur leopards in their respective countries and, for the first time ever, compared their data.
Yelena Salmanova, Deputy Director for Science at the “Land of the Leopard” National Park, told gbtimes about the meeting and its results, as well as further joint activities planned for the future.

From both sides of the border

The Amur leopard's prime habitat is now restricted to the Primorsky province of the Russian Far East and to Chinese border areas. That is why joint efforts from both sides of the border are needed to measure the world population of this rare animal.
In Russia, tracking leopard numbers is a longstanding and well-established procedure. According to Salmanova, the only way to estimate the size of the population was previously by analyzing their tracks in winter time; a method which was considered unreliable because of its high dependency on weather conditions. But after camera traps were installed at the park in early 2012, Russian researchers became able to update their census data all year round.
Conversely, keeping track of the Amur leopard population is a relatively new thing for China. Here, the size of the leopard population was unknown until recently, as Salmanova explains.
“Three years ago, the Beijing Normal University took on responsibility for studying the Amur leopard. It was then that the camera traps were installed along the border with Russia, allowing both parties to document the animals more efficiently.”

The so-called Tiger-Leopard Observation Network established by the Beijing Normal University now covers an effective area of 6,000 km2, adjacent to the “Land of the Leopard” park in Russia.

Data and experience exchange

Over three years of photo monitoring, Chinese researchers gathered sufficient data on the Amur leopard population to present it to their Russian colleagues for the first time.
“Our primary goals were to negotiate our future cooperation and to share our data,” says Salmanova when asked about August’s meeting. “Together, we estimated the world population of the Amur leopard to be at least 80 animals.”
The term “at least” is used because experts are still unaware of the situation in North Korea, a possible habitat for the Amur leopard: “It’s likely that a few leopards can be found there as well.”
70 of the documented leopards live in Russia, and another 10 in China.

“The result was more or less as expected. We knew that about 70 leopards could be found on the Russian side of the border. We also realized that, with their gradually increasing population, China would be the most likely direction for them to expand into.”
Comparisons of the two countries' sets of photo-monitored data showed a lot of duplicates. This, Salmanova explains, means that the leopards actively move across the border.
“Leopards wander back and forth across the border. Unlike people, they don’t need passports to do so.”

Following the leopards’ example

As if following the example set by their leopards “visiting” each other across the border, the Russian and Chinese researchers agreed to deepen and expand their bilateral contact.
“This was our first meeting, but we hope that such activities will continue. We need to regularly exchange data and experience, and to always work together,” says Salmanova.
As a result of the meeting, the “Land of the Leopard” National Park and the Beijing Normal University have signed a long-term agreement to further exchange information about the leopard population on the border.
“The Russian researchers have both wider and richer experience when it comes to observation and conservation of the Amur leopard, while the Chinese researchers are very diligent. They learn quickly and have millions of fresh ideas,” Salmanova notes enthusiastically.
A fresh perspective and plenty of experience – isn’t that just what the Amur leopards need to pull them back from the brink of extinction?

Repost 0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 07:37

PLUS DE 1000 TIGRES SAUVAGES VIVENT EN DEHORS DES ZONES PROTEGEES EN INDE. La fragilité, voire la virtualité des corridors verts implique une cohabitation de plus en plus frequente avec les communautés urbaines ou villageoises. Les clés de l'Avenir résident donc dans la nature des relations que les uns et les autres tisseront. Adaptations comportementales et communicationnelles croisées sont les cultigènes indispensables pour qu' hommes et tigres vivent dans une quiétude relative en Inde aujourd'hui, demain et plus tard. Hindustan Times, ce jour. Chetan Chauhan. "40% of India's tigers are outside protected areas".

Around 35%-40% of tigers in India live outside the protected areas, but their movement could get restricted as many wildlife corridors are in a bad condition, said the Wildlife Institute of India (WII).

The computation of big cat population inside and outside the reserves was a part of the 2014 tiger estimation that found 2,226 tigers in 92,000 sq km as compared to 81,000 sq km in 2010.

In Maharashtra, 74 of the 170 tigers are outside protected regions. They were found in new areas around the Todaba and Pench reserves, leading to an increase in man-animal conflict. According to the WII, connectivity between wildlife corridors in the state was threatened by infrastructure development, plantations and industrialisation.

Similarly in Karnataka, around 38% of the 406 tigers are estimated to be in the fringe and buffer zones of protected areas. The impact could be visible in Nagarhole tiger reserves, where at least five incidents of tigers attacking cattle in nearby villages have been reported. However, the WII applauded relocation of villages that has led to an improvement in tiger habitat.

The WII also added that tiger populations in high humandominated areas, as seen around Tadoba and Bor in Maharashtra, Uttarakhand’s Corbett National Park, Rajasthan’s Ranthambore and Madhya Pradesh’s Bandhavgarh, has increased human tiger conflict.

Corbett also has a sizeable population outside the core area — in recent years, this has led to a tiger’s killing. State government officials said CCTV cameras, called ‘eye in the sky’, have been set up around fringe areas to monitor the tiger population moving out of the core area.

Ullas K Karanth of the Wildlife Conservation Society argued for the revival of green corridors that make movement easier for tigers from high-density habitats to lesser ones.

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 05:00

LE TROUPEAU AVEUGLE, L'OBSCURE EXPRESSION DU DESIR. Le naturaliste Sergeï Zimov, en octobre dernier, a mis en évidence la nature fondamentalement révolutionnaire, et intrinsèquement destructrice y compris sur le long terme, de la prise du Pouvoir des hommes contre les grands prédateurs au Pléistocène (voir sur ce blog, le 13 décembre dernier "Une Grande Prairie en Russie centrale"). L'anthropologue Alain Testart avait montré dès 1982 que les sociétés développées, sédentaires, fortement hiérarchisées et inégalitaires (qui n'avaient rien à "envier" aux sociétés d'agriculteurs du Moyen - Orient) ont représenté non pas l'exception mais au contraire la norme des organisations sociopolitiques de chasseurs - cueilleurs. Les sociétés nomades égalitaires survivaient aux marges des premières quand l'emprise de celles - ci ne leur était pas fatale.Toute l'Histoire humaine peut se résumer à une tension entre un Pouvoir tsunamique, et des réactions de survie en son sein même, souvent de nature spirituelle ("Dionysienne, Orphique, Pythagoricienne"...) ou socioéconomique (le Potlatch -don et contre don-, impliquant la destruction des surplus) et ces anticorps eux mêmes évoluent progressivement en agents auxiliaires de l'illimitation, générant de nouveaux anticorps qui les combattent. L'établissement de "sociétés de masse" est donc manifestement un produit spontané de l'évolution humaine, qui se traduit par la puissance foudroyante du superorganisme et l'appauvrissement vertigineux des capacités psychiques et intellectuelles de la plupart de ses membres. Ce mécanisme tsunamique reproduit l'usurpation pleistocène (voir sur ce blog le 24 août "Sanctuaire ancien pour félins géants"), et les "révolutions industrielles" qu'elle implique (voir la prolifération vertigineuse des villages européens en os de mammouth au XIIIème millénaire avant notre ère, étudiée par K. Kris Hirst). Testart insiste pour sa part sur la chasse aux grands mammifères marins des hautes latitudes (voir le cas de "L'Allée des Baleines" tchouktche). Les "cultures de la baleine" ont ainsi infligé des pertes irrémédiables aux grandes rhytines sur tout l'arc du Pacifique Nord (voir sur ce blog le 13 avril "La condition humaine") : quand on ne sait plus parler aux vivants ni les écouter, on les tue, pour les célébrer par la suite . Ainsi, le monument de 1500 crânes de baleineaux gris dans la baie de Mechigmenski exprime t-il une forme "pervertie" de Potlatch? Pourquoi, à Masik, des baleineaux servent -ils de support aux poteaux de côtes de baleines groënlandaises? Ces enfants abattus contre tout principe socioéconomique figuraient -ils, pour leurs meurtriers, les rhytines anéanties d'un "temps des rêves"? Peut être faut - il rappeler ici que la baleine grise semble proche de la rhytine, non seulement dans sa morphologie mais aussi dans certains traits de son comportement. Ainsi, contrairement aux autres baleines, elle utilise son museau pour déloger les petites proies du fond océanique, ne les passant qu'ensuite au crible de ses fanons (Oliver & al, 1984, voir résumé )... De même (Pierre - Olivier Combelles, communication personnelle du 18 septembre), "L'ethnobotaniste Jacques Rousseau (1905 - 1970) a vu des énormes tas d'ossements et de panaches de caribous près de certaines rivières au Québec - Labrador, où les Amérindiens attendaient, autrefois, auprès des gués, les immenses troupeaux en migration pour les massacrer, ne prélevant que certaines parties. il a été stupéfait par ce gigantesque gaspillage."

L'ESPRIT EST PLUS FORT. "Il existe peut être une sorte de champ biologique, de lien cosmique que les tigres partagent" dit Yuri Trouch, dans "Le tigre" de John Vaillant. Les millions de dugongs de l'Hemisphère Sud, qui recouvraient parfois l'Océan sur des centaines d'hectares, ou mettaient des heures à traverser un chenal ("dugong stream" d'Ebenezer Thorne) s'inscrivaient - ils en résonance avec les grandes Rhytines du Nord? (voir aussi "Le coeur a ses raisons" sur ce blog le 9 septembre). Celles là n'ont - elles pas concrètement magnifié ceux ci (comme d'autres l'ont virtuellement fait : voir Annexe 2, dans "Guerre et Paix", sur ce blog le 26 juillet, et "Un rêve français" le 9 septembre).

LA POLITESSE DES "VAINCUS" : la salutation porteuse du Salut. Des alliances pérennes, effectivement mutualistes, ont été (ou sont encore) établies entre de petites communautés humaines qui sont parvenues à s'abriter de l'obscurantisme des sociétés complexes avec des grands prédateurs (lions en Afrique occidentale et australe, tigres à Sariska jusque dans les années 90 (voir aussi : orques en Australie, dans "Le coeur a ses raisons" sur ce blog le 9 septembre, hyènes en Ethiopie : "L'Umma véritable", sur ce blog le 22 août, et plus généralement, "Simplement un coeur qui bat" le 6 juin).

LE FARDEAU DES "VAINQUEURS". Pas plus qu'Herman Melville (voir sur ce blog le 18 janvier "Epopée salvatrice"), Rudyard Kipling, chevalier de l'impérialisme britannique, ne peut trouver le repos. A la fin du "Livre de la jungle", Mowgli, pour avoir "libéré" hommes et loups de la "tyrannie" du tigre Shere Khan, est banni par les uns comme les autres... Dans "The tomb of his ancestor", la famille Chinn "est au service de l'Inde génération après génération, comme se suivent les dauphins pour traverser la haute mer". Ils tirent sur le cerf qui vole la moisson du pauvre... et tuent lions et tigres dans le meilleur style (Hannah Arendt 1982). L'ancêtre vénéré de la famille sort régulièrement de son tombeau pour parcourir le ciel sur un tigre non pas strié et lancéolé mais marbré comme une panthère nébuleuse, ce qui augure des catastrophes. Le plus jeune de la famille doit "apaiser" son ancêtre en tuant sa monture monstrueuse, et c'est ce qu'il fait... Dans "Le Phoque blanc", le petit phoque entre en contact avec des Rhytines résolutrices du problème existentiel de sa communauté, mais ne parvient pas à communiquer avec elles... Alors que tigres, baleines blanches et cachalots le pourraient peut être, à travers l'espace et le temps (pages blog des 13 avril et 9 septembre mentionnées plus haut).

A lire :

Arendt (H). 1982. L'impérialisme. Editions Fayard.

Malaurie (J). 2003. L'allée des baleines. Mille et une nuits (Arthème Fayard).

Oliver (J.S), Slattery (P.N), Silberstein (M.A), O' Connor (E.F). 1984. Gray whale feeding on dense ampeliscid amphipod communities bear Bamfield, British Columbia. Revue canadienne de zoologie, 62 (1) : 41 - 49.

Résumé : Les baleines grises se nourrissent à même les populations denses d'amphipodes ampéliscidés lorsqu'elles passent l'été le long de la côte ouest de l'île de Vancouver. Ces communautés de crustacés amphipodes constituent les équivalents écologiques des communautés du principal territoire d'alimentation des baleines grises du Nord de la Mer de Béring. Les baleines grises qui se sont nourries dans la baie de Pachena ont fait d'importantes excavations dans les sédiments du fonds. Les excavations permettent de croire que les baleines extraient les proies endobenthiques et les sédiments par succion, qu'elles font un maximum de six excavations par plongée, que l'importance de chaque excavation dépend de la taille de la baleine,que les petites et les grosses baleines se nourrissent à des endroits différents de la baie, que les baleines sont capables de localiser et d'exploiter les bancs les plus peuplés de proies benthiques. Les amphipodes lysianassidés nécrophages sont attirés en quelques secondes aux points d'alimentation des baleines et se nourrissent des proies délogées ou blessées. Les excavations forment de vastes et profondes vallées sur un plateau de treillis de tubes.

Testart (A). 1982. Les chasseurs - cueilleurs ou L'origine des inégalités. Société d'ethnographie, Paris.

Thorne (E). 1876. The Queen of the colonies, or Queensland as I knew it. Sampson Low, Marston, Searle & Rivington, London.

Vaillant J). 2011. Le tigre. Eds. Noir sur Blanc.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 08:07

Le Chili envisage une solide protection des poissons vivant au large de l'île de Pâques par l'établissement rapide d'un sanctuaire marin d'environ 720 000 km2. Et avant la fin de l'année, il sera suivi par la Grande Bretagne pour une initiative analogue autour de l'île Pitcairn, d'une superficie encore supérieure (834 000 km2). The Guardian, hier. Adam Vaughan. "Chile plans world's biggest marine park to protect Easter Island fish stocks".

http://www.theguardian.com/environment/2015/sep/13/chile-plans-easter-island-marine-park-fishing

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 19:15

80 ans après sa création, et en vertu de la nature du travail entrepris et des résultats obtenus pour la protection du tigre, la Réserve de Sikhote Aline a reçu ce jour le Certificat International d'Excellence (CATS : Conservation Assured Tiger Standards), délivré par Rajesh Gopal, Secrétaire Général du Global Tiger Forum. Elle est la deuxième réserve au monde à recevoir cette récompense, qui ouvre la voie à une multitude de facilités pour renforcer encore l'efficacité et la diversité des actions (après le parc national Chitwan, au Népal). WWF Russie, ce jour (en russe).

http://www.wwf.ru/resources/news/article/13658

La formule utilisée lors de la cérémonie de remise du prix : "La Russie est en train de devenir un poids lourd dans la protection du tigre" prête à sourire, celle - ci étant la seule et unique nation digne de cette catégorie depuis le début du XXIème siècle, avec une influence de plus en plus marquée depuis 5 ans sur plusieurs autres pays. Mais mieux vaut tard que jamais...

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 15:58

Il resterait encore 500 léopards endémiques de Java, la plupart établis dans l'Ouest de l'île. Tempo.Co, ce jour : "Only 500 javan leopards left in the wild".

TEMPO.CO, Bandung - The number of Javan leopard (Panthera pardul melas) is estimated to be around 500. Anton Ario, program manajer at Conservation International, said that the number is based on the calculation of the remaining forest area in Java and the leopard's exploration range.

The majority of the leopards' habitat, said Anton, is believed to be centered in West Java, where there are more forest area left compared to Central Java and East Java.

Conservation International has been monitoring the activities of the Javan leopard using infrared cameras in West Java at Mount Gede, Mount Salimun, Mount Salak and Mount Malabar since 2013.

In Mount Gede, said Anton, the estimated population is 25 leopards. At Mount Malabar there are seven, while in Mount Salak-Halimun it is expected to be at least 50 leopard.

"Each leopard usually roams around their areas by about 6 to 8 square kilometers," he said.

The birth rate of leopards is three cubs per one female at most. "Generally one female gives birth to two cubs, with only one cob likely to survive," he said.

The Javan leopard is a leopard subspecies restricted to the island of Java. The International Union for Conservation of Nature (IUCN) has classified the leopards as critically endangered since 2008.

Les tigres de Java, quant à eux, "officiellement" disparus en 1980, vivraient encore en petit nombre dans les zones montagneuses du centre de l'île.

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 15:38

ALTRUISME, EMPATHIE, COMPASSION. Le 3 Mai 2012, deux baleines à bosse ont cherché à empêcher neuf orques de séparer un bébé baleine grise de sa mère. Celui ci finit par mourir, probablement de stress et d'épuisement. D'autres baleines à bosse rejoignirent alors les deux premières, et protégèrent le petit mort contre les dents des orques pendant 7 heures. Elles semblaient particulièrement affectées et le faisaient savoir bruyamment. En Antarctique, des baleines à bosse parviennent parfois à protéger des phoques de l'attaque des orques. Huffington Post Green, ce jour. Candace Calloway Whiting. "Humpback whales intervene in killer whale attacks on a baby gray whale, and save seals."

http://www.huffingtonpost.com/candace-calloway-whiting/humpback-whales-intervene_b_8093080.html

A L'INVERSE, il a existé une coopération mutualiste étroite entre trois meutes d'orques et une famille de baleiniers (les Davidson), au Sud Est de l'Australie, pendant plusieurs générations (de 1840 à 1930). Voir "Killer Whales of Eden, Australia" dans "Wikipedia, the free encyclopedia".

AUTRE EXEMPLE : Témoignage de Vsevelod Belkovich, Directeur du centre d'étude des îles Solovetsky sur les baleines blanches Beluga assistant une grande baleine (donc d'une espèce différente) lors de son accouchement : Bel’kovich tells that the belugas definitely have a language. He first knew it, for certain, while witnessing a group of females surround a whale giving birth. They offered her "vocal encouragement". And when the healthy baby finally emerged, the group expressed joy to one another. Then they all turned to the new mother to offer congratulations. L'oraison qui relate la fondation (1436) du monastère des Solovki évoque le "Cheval blanc", le "Troisième compagnon" en lien avec cette fondation, parfois considéré comme une baleine blanche Beluga :

http://www.helsinki.fi/~lauhakan/whale/petroglyph/whitesea/whitehor.html

VOIR AUSSI, à propos des évolutions culturelles des différents groupes sociaux de cachalots au large des îles Galapagos. 8 septembre 2015, Nature Communications. Cantor (M), Whitead (H) and al. "Multilevel animal societies can emerge from cultural transmission".

http://www.nature.com/ncomms/2015/150908/ncomms9091/full/ncomms9091.html

Pour rappel, c'est à partir de cette zone que Mocha Dick et ses congénères élaborèrent un outil de communication interclanique sur l'ensemble du Pacifique Sud et même au delà (de la Nouvelle - Zélande au Japon) pour faire face efficacement à l'agression massive et généralisée infligée à leurs communautés (voir sur ce blog, le 18 janvier, "Epopée salvatrice").

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 05:38

LE LION, L'AVENIR. Les lions d'Afrique du Nord - Ouest ont été au coeur de l'Empire français, comme les tigres de Haute Asie l'ont été pour l'Empire russe. A l'heure où la Russie s'efforce de sauver ses grands félins en se sauvant elle - même, il n'y a rien de plus urgent ni de plus important pour la France que d'agir de même pour ceux qui furent les siens. La problématique est à la fois climatique, politique et culturelle. C'est l'Avenir du pays lui même qui est en jeu.

AVEUGLEMENT. Le mois dernier, Ségolène Royal, en tant qu'"Emissaire de la COP 21 pour l'Afrique australe", visitait le Botswana, où, à l'initiative des autorités locales, elle a pu admirer le delta de l'Okavango, qui, sans sa population florissante d'hippopotames, deviendrait un lac salé. Ces gros mammifères sont donc, de ce fait, particulièrement choyés, alors même qu'ils sont considérés comme les grands animaux sauvages les plus dangereux et meurtriers du Continent. De plus, elle écouta poliment Yann Arthus Bertrand expliquer que la protection des animaux et des écosystèmes était un axe majeur indispensable pour une lutte efficace contre le changement climatique en cours. Or, la France d'aujourd'hui s'acharne sur de puissants amortisseurs de la crise climatique que sont les loups et les lynx dans l'Hexagone, les requins à la Réunion, ainsi que sur les petits prédateurs... Des théoriciens comme Xavier de Planhol appellent à "veiller sans relâche et tuer sans pitié".

UN CERTAIN ETAT D'ESPRIT : GEDEON ET TARTARIN. La mentalité française semble figée dans une aversion du "sauvage" et un désir d'annihilation de celui - ci, état d'esprit très répandu dans les pays de culture européenne aux 19ème et 20ème siécles, et largement battu en brèche aujourd'hui dans la plupart d'entre eux. Deux icônes culturelles majeures de la IIIème république furent Gédéon le canard, héros des bandes dessinées de Benjamin Rabier, qui moleste et tue les prédateurs (renard, brochet, aigle) devant une basse cour reconnaissante et hilare, et Tartarin de Tarascon, le "tueur de lions" couard et fantasque d'Alphonse Daudet, qui incarne à merveille cet "esprit français" dans lequel "chacun peut se reconnaître". André Suarès voit en Alphonse Daudet rien moins qu' un Cervantès français : "Il ne sera plus rien de Daudet et de tant d'autres que Tartarin vivra toujours. C'est une création immortelle. Tartarin est notre Don Quichotte. La France entière s'y est reconnue..."

LES LIEUTENANTS DE LIONCELLERIE DE L'EMPIRE. Fort éloignés de la pusillanimité d'un Tartarin, le Général Jean - Auguste Margueritte, Jules Gérard, Charles - Laurent Bombonnel, Eugène Pertuiset (pour ne citer que les plus célèbres) furent les chevaliers adulés de l'Empire français. Ce que Strabon avait révé (il saluait les chasses romaines qui avaient "libéré l'Afrique des lions") ils l'ont fait, renforçant la France dans sa conviction d'être l'héritière et la continuatrice de la Rome antique. Bombonnel évoque pour sa part l'Algérie comme "la Terre promise du chasseur". En 1958, les français brûleront une forêt située juste au Nord de Sétif, où avait été observé, deux ans plus tôt, celui qui fut peut être le dernier lion d'Algérie...

FLAUBERT ET ROSNY : UNE FRANCE OUBLIEE. Totalement à contre courant de l'état d'esprit général, Gustave Flaubert, dans Salammbo (1862) puis Joseph - Henri Rosny Aîné, dans "Le Félin Géant" (1920), vont donner au lion un autre visage et une autre dimension, dans des manières d'écrire très voisines. Flaubert décrit la "Guerre des mercenaires" contre Carthage à l'issue de la première guerre punique, Rosny illustre l'alliance entre une communauté humaine et un gigantesque lion des cavernes. Si Rosny magnifie le lion d'Afrique du Nord à travers le "lion des rocs" (voir sur ce blog, "Guerre et Paix" - annexe 2 - publiée le 26 juillet), Flaubert le montre martyrisé et crucifié "en masse" dans une scène hallucinante qui évoque la fin de Spartacus et de ses compagnons. Plus tard, quand les mercenaires sont soumis au même supplice, le gaulois Autharite lâche, à leur propos, avant d'expirer : "C'étaient nos frères!" Flaubert et Rosny ont sans doute pensé aussi à Androclès...

FRANCE - RUSSIE, TIRS CROISES. Les Russes ont totalement exterminé les tigres en Asie centrale quand les Français en firent autant pour les ours et les lions en Afrique du Nord. Les premiers réduisirent les tigres de l'Amour à un niveau relictuel quand les seconds obtinrent le même résultats avec les lions d'Afrique occidentale (souvent par les mêmes moyens, comme l'utilisation massive de strychnine). Des explorateurs comme Vladimir Arséniev et Nicolas Baïkov dénoncèrent cet état de fait, et disparurent des radars de la culture russe pour des motifs politiques (voir sur ce blog, "Guerre et paix", 26 juillet), quand les écrits de Flaubert et Rosny s'effacèrent, victimes de leur inadéquation à la psychologie collective. Au XXIème siècle, la Russie a sauvé le tigre de l'Amour, et va reconstituer celui d'Asie centrale, du fait de sa proximité génétique avec le Tigre de l'Amour (voir sur ce blog, le 21 août, "2000 - 2030 : bref bilan d'étape"). Arseniev et Baïkov ont été réhabilités (voir sur ce blog, le 4 septembre : "La Chine russe à nouveau sur orbite").

Le 8 Août 1942, le Mahatma Gandhi proposa à ses condisciples la maxime "Agir ou mourir". La France est désormais face à elle - même. Les Prédateurs sont nos frères, mais Autharite le gaulois s'en est rendu compte un peu tard. François Hollande, dans sa conférence de presse du 7 Septembre, a évoqué "le jugement de l'Histoire"...

Alain Sennepin, 9 Septembre 2015.

Blog "Retour du tigre en Europe".

http://europe-tigre.over-blog.com

(Je tiens à disposition de quiconque toute précision ou référence bibliographique, à la demande.)

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:36
NOYADE D'UN JEUNE ENFANT...

... PORTEUSE DE PERSPECTIVES. Sasha, le très jeune (environ 18 mois) rhinocéros à fourrure découvert en septembre 2014 sur la rive droite de la rivière Semyulyakh, dans le district d'Abyysky, en Yakoutie :

http://siberiantimes.com/science/casestudy/news/n0129-meet-sasha-the-worlds-only-baby-woolly-rhino/

est probablement mort noyé il y a 34000 ans, alors que le climat de cette région était beaucoup moins rigoureux qu'actuellement. Sa peau, son pelage, ses pattes, sa tête, ses dents, sa langue, ses yeux et ses oreilles étant remarquablement préservés, une étude génétique détaillée va pouvoir être entreprise, qui s'efforcera de mesurer, notamment, le degré de proximité de cette espèce avec les rhinocéros "modernes". Voir l'article détaillé et illustré d'Anna Liesowska, The Siberian Times, ce jour : "Sasha, the world's only baby woolly rhino, is 34000 years old, say scientists."

http://siberiantimes.com/science/casestudy/news/n0393-sasha-the-worlds-only-baby-woolly-rhino-is-34000-years-old-say-scientists/

Si la proximité génétique du rhinocéros à fourrure avec le rhinocéros blanc s'avérait aussi importante que celle du mammouth "laineux" avec l'éléphant d'Asie, la perspective d'une reconstruction de l'espèce s'ouvrirait.

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 03:41

A l'issue du premier recensement concernant les léopards, l'estimation les concernant se situe entre 12000 et 14000. L'Inde centrale abrite près de 4500 animaux, les Ghats occidentaux près de 2500, l'Himalaya indien près de 950 (voire 1300). Le Karnataka (Ghats occidentaux, qui compte plus de 400 tigres, abrite environ 1130 léopards. Le Madya Pradesh (Inde centrale), particulièrement pauvre en tigres régulièrement braconnés sur son territoire, serait l'état le plus riche en léopards de tout le pays (plus de 1800 individus). The Times of India, ce jour. Amit Bhattacharya, TNN. "Finally, India gets a count of its leopard numbers : 12000 - 14000."

http://timesofindia.indiatimes.com/home/environment/flora-fauna/Finally-India-gets-a-count-of-its-leopard-numbers-12000-14000/articleshow/48850420.cms

India finally has an estimate of its most populous and elusive large predator, the leopard. The first ever count of India's leopards, conducted alongside last year's tiger census, has put the spotted cat population at 7,910 in and around tiger habitats across the country, except the northeast.
The leopards were counted using the same methods adopted for the tiger census, which involved getting pictures of animals through camera-trapping and gathering other evidence of their presence, and then extrapolating the numbers to cover the entire forest landscape.
"There are leopards outside the areas we covered. Based on these numbers, we estimate India's total leopard population to be in the range of 12,000 to 14,000," said Yadvendradev V Jhala, the lead scientist of the tiger census, who presented the leopard figures at Wildlife Institute of India's annual research seminar in Dehradun last week.
The census numbers give the first accurate picture of the density and distribution of the spotted cats, which were previously guesstimated to be anywhere between 10,000 and 45,000 in the country.
The exercise covered 3,50,000 sq km of forested habitat across the Shivalik hills and Gangetic plains, central India and the Western Ghats landscape. As many as 17,143 pictures of 1,647 individual leopards were obtained during the exercise that covered most forested landscapes, even the low-grade revenue forests.
The study found the species well distributed across the country, indicating that India's leopard population is "quite healthy".
"Most of the leopard populations are contiguous, ensuring a healthy genetic exchange. So, leopards do not face the problems of isolated populations that plague Indian tigers," Jhala told TOI.
The wildlife biologist said since there were no previous estimates, there was no way of knowing whether the leopard population was growing or declining. "But leopards are doing far better than tigers because they can survive in scrubs and human-impacted forests as well. That's why they are not in imminent danger as the tigers," he said.
However, healthy forests remain crucial to the long-term survival of leopards in India. "There's an impression that leopards are everywhere. That's not the case. Leopards need a protected patch of forest to occur in the vicinity. They aren't found in purely agricultural stretches," Jhala noted.
With an estimated population of 1,817, Madhya Pradesh has emerged as the top leopard state in the country. It's followed by Karnataka (1,129), Maharashtra (905), Chhattisgarh (846) and Tamil Nadu (815).
In another major leopard state, Uttarakhand, the study estimated a population of 703. But Jhala said the actual number could be higher by 300-400, because the census did not cover the higher Himalayas.
The census also did not cover Gujarat, parts of Rajasthan and east India, and the entire northeast.
"We have included 34 leopards that were captured in camera traps in the northeast. The region could not be properly covered because all forest areas were not sampled in phase I of the census by the respective forests departments," Jhala explained.

Repost 0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens