Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 15:36

EVITER LE PIRE, VISER LE MEILLEUR

L'Université technique du Kamtchatka, avec le soutien financier du Fonds mondial pour la nature (WWF), a l'intention de mettre en œuvre un projet très ambitieux dans le bassin fluvial de la Paratunka en utilisant des frayères artificielles autonomes.
La rivière Paratunka s'écoule dans la partie sud-est de la région à proximité des zones habitées et subit donc une charge anthropique importante. Plusieurs affluents de la Paratunka proviennent de petits lacs formés par la sortie des eaux souterraines près du village de Nikolaevka. Dans cette zone d'eau, plusieurs espèces de saumons du Pacifique fraient, parmi lesquelles une espèce particulièrement précieuse, le saumon coho, prédomine. Mais aujourd'hui, à cause du braconnage, la ponte naturelle s'est réduite à pratiquement rien. 

"Nous avons déjà identifié deux sites près de Nikolaevka, où nous allons effectuer des travaux. Nous prévoyons de commencer en Novembre, - a déclaré Alexander Bonk, chef du Département des ressources biologiques aquatiques, des pêches et de l'aquaculture de l'Université technique d'État du Kamtchatka. - Dans un premier temps, il sera nécessaire de déterminer l'état des frayères, la base du fourrage, la composition de l'ichtyofaune. Après cela, les saumons pondront des œufs dans des incubateurs autonomes, et au printemps 2018 nous pourrons déterminer l'efficacité du protocole et les paramètres des alevins à l'intérieur. "

Le projet sera assisté par les enseignants et les étudiants de l'université, les employés de KamchatNIRO. Les membres de la communauté vivant dans les environs immédiats des lacs pour qui le poisson et la pêche font partie intégrante de la vie avaient fait appel à l'université en leur demandant de trouver des solutions pour rétablir la population de saumons coho et se sont déclarés prêts à protéger les frayères contre l'empiétement des braconniers.

Le projet est à long terme. À propos de ses résultats, il sera possible d'y voir clair  au plus tôt dans trois à cinq ans, quand les premiers individus éclos au printemps prochain commenceront à retourner au lac pour le frai. Ensuite, il deviendra clair s'il est possible de mettre en œuvre un tel projet sur d'autres zones d'eau problématiques. Il y a un certain nombre de plans d'eau au Kamchatka, où les populations sauvages sont soit dans un état déprimé soit complètement perdues. Dans le même temps, la construction de couvoirs classiques les concernant est économiquement non rentable. Pour ces rivières et ces lacs, le projet du Kamchatka et le WWF peut être la dernière chance de restaurer la diversité des espèces de salmonidés. WWF Russie, hier.

https://new.wwf.ru/resources/news/morya/wwf-i-kamchatgtu-zaymutsya-vosstanovleniem-estestvennogo-neresta-lososya-na-poluostrove/

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens