Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 07:33

DAVID AND GOLIATH
This page will be both in french and english.
Cette page sera à la fois en français et en anglais.

VERS 2010, DANS LE BROUILLARD
2010 sera "l'année du tigre", particulièrement en Chine et dans toute son aire d'influence culturelle.
En préparation à celà, des décisions fortes, SUIVIES D'EFFETS, doivent être prises au sommet du tigre de Katmandou des 27 au 30 Octobre prochain.  Pour celà, des projets alternatifs aux "fermes à tigres (de boucherie)" du surpuissant lobby du trafic des animaux sauvages, qui existent, doivent venir parasiter médiatiquement l'influence de celles-ci.
En effet, la situation des tigres sauvages n'est tout simplement plus tenable. Et bientôt, celle de la Chine ne le sera plus non plus.

TOWARDS 2010, IN THE SMOG
2010 will be "the year of tiger", particularly in China and in its cultural influence sphere.
In preparation, strong decisions  THAT  NOT STAY ONLY WORDS  must be taken  during the "Tiger Summit" in Katmandu on 27 - 30 October. For that, alternative projects to "(butchery) tiger farms" of the  superpowerful  lobby of wild animals trade, who already exist, must  mediatically parazite them. Infact, situation of wild tigers is almost desperate in the very short term.

INDE, LA FIN IMMINENTE
Les tigres sauvages indiens sont à l'agonie, et rien ne semble pouvoir empêcher une issue fatale très proche.
Les experts de ce pays viennent de reconnaître que la politique de protection du gouvernement indien était un échec, et que le braconnage se poursuivait tous azimuts, hors contrôle. Malgré l'argent dépensé, malgré les nombreuses initiatives prises depuis 2 ans, malgré les discussions avec les Chinois.
Le corridor à faune sauvage de l'Arc Teraï, entre Nepal et Inde du Nord, absolument vital pour la Nature, et le plus important réalisé à ce jour en Asie a été définitivement brisé par  d'énormes travaux d'infrastructure du département des forêts de l'Etat d'Uttarakhand, à hauteur de la rivière Gola.
Le célèbre parc de Kaziranga perd régulièrement, semaine après semaine, ses tigres, ses rhinocéros, ses éléphants.
Le 24 août, la cour suprême indienne avait décrété la  libération de Sansar Chand, condamné en 2004 pour braconnage.
Cet homme est le plus grand criminel direct sur la faune sauvage indienne depuis l'indépendance du pays.
La police avait retrouvé chez lui et les siens 40 peaux de tigres et 400 de léopards, pour une période de 11 mois.
Il avait reconnu plus tard avoir vendu 470 peaux de tigres et 2130 de léopards à seulement 4 clients, au Népal et au Tibet.
Toutes ces informations peuvent être retrouvées en détail sur le site de Nirmal Gosh, "Indian jungles".

INDIA, THE IMMINENT END
Indian wild tigers are in agony, and nothing seems to be able to  prevent a fatal issue in a very short term.
Protection politics of the government is clearly a failure, experts admit, after (and despite) 2 years of various initiatives and an apparent will.
Teraï Arch corridor, between Nepal and India, most important ever realized in Asia and fundamental for wild fauna, has been broken by heavy infrastructure development allowed by the Uttarakhand forest department.
Famous Kaziranga park loses, week after week, its tigers, rhinos, elephants.
On August 24, Supreme Court of India decided the enlargement of Sansar Chand, found guilty of large scale poaching in 2004.
Sansar Chand is the greatest direct and individual criminal against wild fauna since the independence of India.
Diaries seized from his familiy by the Rajasthan police in 2004, allegedly showed transactions of 40 tiger skins and 400 leopards skins, in a period of 11 months. Later (2006), Sansar Chand apparently admitted to selling 470 tiger skins and 2130 leopard skins to just four clients from Nepal and Tibet.
These informations can be found with details on the site of Nirmal Gosh "Indian Jungles".


CHINE : UN DRAGON JAUNE PUISSANT ET FRAGILE
Le 25 Septembre, le scientifique sibérien Evgueny (Zhenya) Kashkharov, aujourd'hui à l'Université des Rythmes à Irkoutsk, après avoir travaillé, jusqu'à l'an dernier, à celle de de Barnaul, dans l'Altaï, avait eu cette formule : "Le dragon jaune dévore le dragon vert", précisant que les tigres devraient, comme ils l'avaient d'ailleurs toujours fait, s'en sortir par eux mêmes, indépendamment des efforts des protecteurs, et parfois en dépit de certaines initiatives de ceux -ci aux conséquences catastrophiques (radio - tracking simplifiant la tâche des braconniers, par exemple).
La puissance du "dragon jaune" chinois parait en effet, de prime abord, irrésistible. Lors d'un voyage au Pamir en Août dernier,  le grand écrivain français et Ambassadeur de France en Kirghizie René Cagnat avait pu observer les immenses chantiers routiers ouverts par les fils du Ciel vers l'Asie centrale ex soviétique.
Derrière les célèbrations du 60ème anniversaire de la création de la République Populaire, qui se sont présentées comme l'expression de la marche triomphale d'un pays uni, solide, sûr de lui et dominateur, est soigneusement dissimulée une réalité beaucoup plus contrastée :
- une économie en trompe l'oeil, dont la croissance est une illusion (voir les travaux de Valérie Niquet, Directrice du centre Asie de l'Institut français des relations internationales)
- Une unité de façade : sans parler des cas bien connus des Ouïghours, Tibétains, Mongols et Mandchous, les "Hans" sont une création historiquement récente, artificielle et fragile, entre de nombreuses communautés à la langue et à la culture différente (voir les travaux de l'anthropologue Dru Gladney (article dans "Courrier international" 978 1er au 19 août 2009, page 21, avec une carte très parlante). Les oppositions resurgissent facilement à l'occasion de troubles sociaux et économiques : les cantonnais recommencent à faire entendre leur différence.
- Un pays sans eau : selon les termes  d'un spécialiste, "aucun pays n'est plus peuplé que la Chine, aucun pays n'est plus pauvre en eau que lui". Dans un excellent Dossier "Quand la Chine mourra de soif", le Courrier International 987 paru ce jeudi 1er Octobre met en lumière les mécanismes qui mènent à une catastrophe déjà largement commencée, mais aussi les doutes les plus sérieux quant au modèle de développement exprimés dans la presse chinoise : un article d'un journal "dans la ligne" s'intitule "Il faut reconsidérer la politique des grands travaux", et ce, en pleine célébration du 60ème anniversaire de la création de la République Populaire, où les barrages géants sont portés au pinacle par la propagande officielle.
Plus radical, Feng Yongfeng (NGOCN.COM) invite à dynamiter les barrages, pour rétablir le réseau hydrographique dans son état initial, et redonner à la ville de Pékin son persillage de mares.
On ne doit pas se laisser impressionner par l'étalage de puissance lors des célébrations qui se sont déroulées cette semaine. Le jubilé de la Reine Victoria, en 1896, saluait "l'Empire sur lequel le Soleil ne se couche jamais". 50 ans plus tard, celui - ci avait été réduit à néant.
Comme ses fermes à tigres, et le lobby qui les promeut, le Dragon Jaune est à la fois surpuissant, et particulièrement fragile.

CHINA : A POWERFUL BUT UNSTABLE YELLOW DRAGOON.
The russian specialist of big wild feline Evgeny Khashkharov wrote me on September 25th that "The Yellow Dragoon eats the green one". The power of chinese "yellow dragoon" seems to be undestroyable. from a Pamir journey in August,  the great french writer and Ambassador of france in Kirgystan René Cagnat observed immense road works towards (ex soviet) central Asia.
Infact, celebrations of 60th birthday of popular Republic creation, picture of united, powerful and solid country,  mask a much more contrasted reality.
- Econometrical illusions, with immense domains of weakness in real economy (see Valérie Niquet, Director of french Institute of International relationships, centre Asia)
- A false unity : beyond well known cases of Muslims and Tibetans, "Hans" are a recent and fragile historical creation between many communities of different languages and cultures, that could easily explode in a social and economical crisis (see Dru Gladney works, article of the french weekly journal "International mail" 978, August 1st, page 21).
 - A country in lack of water : as a specialist said, "no country is more populated than China, no country is poorer in water". In a very interesting compilation "when China will die of thirst", french "International mail" 987 of this week shows mechanisms conducting to an hydric crunch already begun. Chinese Press can sometimes write in an opposite way of the official propaganda (still more important this week) about giant dams and other immense infrastructure works. An "official" journal publishes an article entitled "We must change politics of great works". More radical, Feng Yongfeng 'NGOCN.COM) considers the necessity of blowing up dams to restore the hydrographic web in its original situation as well as the numerous ponds in Beijing.
Like its "tiger farms" and their promotors, the Yellow dragoon is both superpowerful... and freak.

KATMANDOU 2009, VLADIVOSTOK 2010 : LES DRAGONS DE L'ESPOIR
Comme ce fut le cas à la réunion de la CITES en Juillet dernier (voir la page de ce blog publiée le 14 Juillet), le lobby des fermes à tigres sera aux premières loges lors du "Sommet du Tigre" qui se tiendra à Katmandou du 27 au 30 Octobre prochain. Or, des projets alternatifs existent. Loin d'être des dragons jaunes dévorants, il s'agit de dragons porteurs d'un avenir solide pour la Nature sauvage. Leur matérialisation les rendrait porteurs, dans leurs flancs, de la grande Faune Sauvage de l'Avenir.
Ces projets doivent être largement diffusés et soutenus par une vague médiatique qui relèguerait les fermes à tigre au deuxième plan à l'occasion de ce sommet, puis pendant l'année 2010 avec son point d'orgue, le sommet du Tigre à Vladivostok à l'automne prochain. Quels sont -ils?
- Le Dragon Vert, déjà largement décrit dans les pages de ce blog. Il est possible que son tracé initial (entre Europe orientale et Chine centrale) soit réorienté selon un axe plus nordique (voir l'aricle qu'a publié à ce propos, E. Kashkharov, dans la revue russe "Rhytme" en 2008, que je tiens à disposition de toute personne intéressée), sa matérialisation initiale la plus raisonnable en dépit des apparences étant le "poumon vert de l'Europe", région marécageuse d'Europe orientale entre Baltique et Azov.
Il devrait donc aller d'Ouest en Est, comme Alexandre le Grand guidé dans les immenses marais par le Tigre bleu de l'Euphrate dans la pièce de Laurent Gaudé et non d'Est en Ouest comme les turcs originels guidés par la louve bleutée de la vallée d'Ergenekon dans l'Altaï.
- Le "Dragon de Montagne" de E. Kashkharov, avec comme espèce emblême le léopard des Neiges, qui impliquerait 14 pays, de l'Altaï à l'Himalaya
- Le "tiger corridor project" de l'association américaine Panthera, créée en 2006 par Thomas S. Kaplan et dirigée par Alan Rabinowitz, trame réticulaire qui irait du Népal à l'indonésie. Cette association a d'ores et déjà réussi la matérialisation fiable d'un "jaguar corridor", trame verte réticulaire du Mexique à l'Argentine, le plus important au monde à ce jour à avoir pris corps.

Ce sont des vermisseaux comparés au Dragon Jaune. Même avalés par lui, ils devront le parasiter.

KATMANDU 2009,  VLADIVOSTOK 2010 : DRAGOONS OF HOPE
For the "tiger summits" (Katmandu, 27 - 30 October 2009, and then Vladivostok, next Autumn 2010), what could mediatically relegate "tiger farms" on a second plan?
-The green Dragoon, already widely evocated and described in the pages of this blog. Its preliminary way (from oriental Europe to central China) might probably be reaxed in a more northern "bed" (see 2008 work of E. Kashkharov, University of Irkutsk, in russian review "Rhytm", that I can send to anybody interested), and would begin in  the "green lung of Europe", swampy area between Baltic and Azov seas.
-The mountainous Dragoon, of E. Kashkharov, with Snow leopard as emblematic species, implicating 14 countries from Altaï to Himalaya.
-The tiger corridor project, of the american association Panthera, founded in 2006 by Thomas. S. Kaplan and directed by Alan Rabinowitz. It would be a reticulary green web from Nepal to Indenosia. This association has already succeeded in the materialization and viable management of a green reticulary web from Mexico to Argentina, "the jaguar corridor", which is the most important in the world ever concretely realized up to now.

These are 3 dragoons of hope, which could be matrix of a new strong wild Nature, tomorrow.
 

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
<br /> Alain, quel bel article je l'ai diffusé sur facebook et sur mon site, merci encore pour tes précisions et ta précision.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens