Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 08:44
"Je ne sais pas où je naquis. Je sais bien pourtant qui m'a élevé. Une grande tigresse m'allaita dans les rochers où elle me découvrit. Elle me trouva sur une grosse pierre, et me nourrit de sa mamelle".
La Folie Tristan, XIIème siècle, traduction J-C Payen, 1982, Eds. Garnier.

Nuit de Noêl de ressourcement. Début de nuit en balade avec mon ami Michel Ots, délicieux auteur de "Plaire aux vaches", sous un firmament magnifique et protecteur, aux reflets mordorés, comme le pelage d'un immense animal indestructible.
Puis quasiment dans les bras de la Grande Ourse, qui a traversé la fenêtre -   hublot  de mon modeste vaisseau cosmique d'Ouest en Est à mesure que la nuit avançait.
Preuve qu'elle tourne, vibre et vit encore, malgré le malheur des temps.
Le vaisseau est bercé par une houle harmonique,  vagues de chevaux sauvages dans lesquelles, au Moyen - Âge, tigre chasseur et prince pasteur prélevaient leur tribut en Europe orientale, vague vitrifiée dans le lac Ladoga en 1942, victime de la surfusion naturelle et de la folie humaine, vagues des pivoines géantes des roselières de la steppe lacustre mongole du siècle dernier,  évoquant d'immenses troupeaux de cygnes... Le lac des Cygnes...
Ressourcement, pour une fin d'année riche en espoirs, actions et obstacles, où au total, les écorcheurs et avaleurs tiennent, plus que jamais, le haut du pavé.

2009 : VIRADHA
De dépeçages géants en conférences de diversion, les écorcheurs dévorateurs ont placé 2009 sous leur botte, leur immense pouvoir de destruction. Ils voudront parachever le travail en 2010, en tout cas ils essaieront...

LES EBREUILLEURS DE LA TERRE (
chez les "travailleurs de la mer", l'ébreuilleur éviscérait les morues).
Depuis la nuit des temps, l'Eurasie sécrète le Tigre comme la Montagne cristallise le Diamant.
Depuis le milieu du 19ème siècle, le Continent subit des agressions de plus en plus monstrueuses.
Un premier coup sérieux avait abouti, au début des années 70, à la mort de la Mer d'Aral, paysage désertique parsemé de bâtiments et de véhicules détruits, de monticules d'ossements et de bateaux rouillés et encalminés. C'était le point final d'une opération de liquidation de la steppe lacustre d'Asie centrale, par l'extermination de ses grands prédateurs dans un premier temps, puis de ses roselières géantes (les forêts "tugaï") dans un second.  Aujourd'hui, l'Eurasie est véritablement dépecée vivante.
Le pacte faustien russo - chinois du 23 Septembre (voir page blog du 28 Novembre) est le point d'orgue de ce plan de démembrement et de dispersion des richesses du territoire en pièces détachées.
Le Diamant subit le même sort que la Montagne : les tigres comme les léopards sont dépecés vivants, à travers le protocole "Khatka", qui assure que l'animal ne meure qu'après le retrait complet de sa peau. Cette technique permet un prix plus élevé, les peaux "fraiches" connaissant une demande accrue (The Asian Age, 15 Octobre).
Quand j'étais petit, j'ai observé bien des fois avec une curiosité mêlée de répulsion la mise à mort d'un lapin par une voisine, qui le saignait en l'énucléant, puis le dépouillait. Il y a quelques années, la vue d'un "lapin ensanglanté" géant (un tigre de Sibérie) dans une émission sur les espèces en danger m'avait particulièrement marqué.
Ceci coïncide avec une loi chinoise de facilitation du commerce "légal" des peaux, votée dès 2007, aux conséquences dramatiques sur les populations de tigres sauvages dans le Sud est asiatique (The Times, 3 Septembre 2009). Birmanie, Malaisie, Vietnam reconnaissent officiellement leur impuissance à préserver le joyau de leur patrimoine national (Cat News 51, Automne 2009).
Dans les mangroves Sundarbans, les autorités locales maintiennent, contre toute évidence, que 250 tigres sauvages hantent encore les berges mouvantes du Brahmapoutre. Au début de cette année, une estimation scientifique indépendante avait ramené l'estimation à 75 individus. Aujourd'hui, le comptage le plus rigoureux aboutit à une estimation de 10 individus! Un nouveau protocole de recensement sera appliqué en Octobre 2010 (Sunday Express, New - Dehli, 13 Septembre 2009).
De même, l'important déclin des populations de tigres dans l'extrême orient russe correspond non seulement au "déménagement" de la forêt boréale  et au braconnage massif des proies du tigre, mais aussi (après la mode des tigres apprivoisés), à une forte et récente augmentation de la demande de peaux de tigres chez les nouveaux riches, aussi bien en Chine qu'en Russie (21st Century Newsletter, Automne 2009).
L'année s'achève donc sous le signe de Viradha, dévastateur écologique et social, démon "mangeur d'hommes" de la mythologie hindoue, qui porte sur son épaule un trident avec des têtes humaines en brochettes, une tête de buffle sanguinolente dans la main. Il est muni de deux défenses, sur lesquelles sont respectivement empalés un tigre et un éléphant...
Quelqu'un va devoir mettre fin à son règne.

QUESTIONS AUTOUR DU REENSAUVAGEMENT
"Dried bones, I will lay sinews upon you, will bring up flesh upon you, and cover you with skin, and put breath in you, and you shall live..." EZECHIEL 37.
Nul doute que redonner chair à la Nature martyrisée est de loin le moyen le plus puissant et le plus efficace pour que s'enclenche un robuste et vigoureux cercle vertueux d'épanouissement  des communautés en synergie avec leur environnement, sur les plans écologique (dans lequel "l'économique" pourra alors s'enchasser), social et culturel.
Le réensauvagement d'individus captifs dans des milieux restaurés parait de toute façon inévitable, étant donné l'état des populations sauvages. Il a déjà donné de brillants résultats avec les lions de Georges et Joy Adamson dans les années 60, il est en bonne voie avec les guépards d'Arabie, et prometteur avec les lynx Pardelle de la péninsule ibérique (Cat News 51, Automne 2009).
Dans certains cas, comme dans celui des derniers tigres de Sibérie, il semble même s'imposer. Les 250 individus vivant encore à l'état sauvage possèdent une variété génétique comparable à celle d'une population d'une trentaine d'individus, alors qu'on trouve chez des individus captifs des variations génétiques désormais inexistants à l'état sauvage (travaux de M. Russello et P.Henry, de l'Université de Colombie britannique, dans BBC Earth News, 2 Juillet 2009).
Pour avoir une chance significative de réussite, il doit être mené avec beaucoup de rigueur et de précautions.
Certaines expériences sont discutables dans leur principe même, comme celle des guépards en Inde à l'heure actuelle (voir les réserves de Nirmal Gosh, "indian jungles.com, à ce sujet).
De mauvaises pratiques aboutissent à des échecs, comme c'est le cas dans deux expériences avec les jaguars (Hunter et Rabinowitz, Cat News 51, automne 2009, 28 - 29), ou à Sariska, en Inde, où l'implantation d'individus trop proche génétiquement multiplie les problèmes (Hindustan Times, 29 Juin 2009 ).
Et parfois, de malheureux concours de circonstances viennent contrarier et retarder un projet en développement (tigreau nouveau né dévoré par un prédateur en Afrique du Sud, voir blog de Li Quan sur le site "Save China's tigers" du 23 Décembre).
L'INUTILE CONTROVERSE D'ALAN RABINOWITZ
Alan Rabinowitz, Président de la puissante association Panthera fondée par le milliardaire Thomas Kaplan,  réalisatrice du  "Jaguar Corridor" du Mexique à l'Argentine et porteuse d'un projet similaire pour le tigre du Népal à l'Indonésie, en conclut que seul, un renforcement des populations sauvages existantes a une chance de sauver l'espèce, et prône la mise entre parenthèse de toutes les initiatives différentes ou complémentaires (in Cat News 51 page 30). Il définit un "Tiger Conservation Protocol" en dix points (page 31), seul à même, à ses yeux, d'assurer un avenir aux tigres sauvages.
Alan Rabinowitz se trompe. Lourdement. Une coordination entre projets (Tiger Conservation Protocol, Action de Save China's Tigers, Dragon Vert, Snow leopard Project d'Evgenyi Kashkharov et de l'Altaï Conservancy) est nécessaire, mais entre partenaires libres, où chacun apporte sa contribution enrichissante pour l'ensemble, où les insuffisances respectives sont amoindries, les forces multipliées.
Le principe "mettez vos initiatives au placard et ralliez vous à mon panache blanc", appauvrissant et sans objet, est voué à l'échec.
Qui plus est, le choix des partenaires mérite, tout autant que les protocoles de réensauvagement, rigueur et discrimination. Le partenariat actuel de Panthera avec le WCS dans le cadre du Tiger Forever program a sans doute sa raison d'être. Ceci étant, la politique de Radio tracking des tigres de Sibérie par le WCS, officiellement destinée à mieux recenser les individus pour les protéger plus efficacement, a tout de même entraîné, entre 1992 et 2008, une augmentation de 50% du braconnage, grandement facilité par les techniques de localisation adoptées par les "protecteurs"...
Le Dragon Vert doit prendre corps, et nous reprendrons langue avec Rabinowitz ensuite. Peut être son optique se sera - t - elle alors quelque peu modifiée...

POUR QUE 2010 SOIT VRAIMENT L'ANNEE DU TIGRE
IL FAUT DES COMBATTANTS QUI RESISTENT A L'AIR DU TEMPS, QUI EST UN VENT MAUVAIS
Le pire est assuré si la politique de mise en coupe réglée des territoires et des organismes est maintenue sereinement et contractuellement entre quelques  cartels institutionnels , pendant que des "réunions" et autres  "sommets" (4 sont prévus à propos de l'avenir du Tigre en 2010), tels des nouveaux "Kathmandou" ou "Copenhague", amusent la Galerie.
Je proposerai une politique alternative, le 23 Janvier prochain, à partir de 14h30,
lors d'une conférence intitulée "Le retour des grands félins au coeur de l'Europe : renaissance du Dragon Vert" que je donnerai dans l'Amphithéâtre de la galerie de Paléontologie et d'Anatomie comparée du Museum National d'Histoire Naturelle, à Paris.
J'ai relu "Les mémoires d'un soldat" que le géneral Alexandre LEBED ("CYGNE" en russe) avaient fait publier en Russie en 1995 (édition française 1998). Lebed était un homme courageux, solide, droit et bon, qui faillit diriger le plus grand pays du Monde, et qui a su arrêter deux guerres, celle de Transnistrie en Moldavie, et, plus encore, par l'intelligence, la modération et le sens du dialogue, la première guerre de Tchétchénie.
Jamais la Russie avec Lebed à sa tête n'aurait accepté de vendre à l'encan la moitié orientale de son territoire aux entreprises minières et industrielles chinoises. Il aurait pu être un second Alexandre Newsky.
Elu gouverneur du district sibérien de Krasnoïarsk, très interrogateur sur les circonstances et très critique sur les modalités de la deuxième guerre de Tchétchénie, il est mort le 28 Avril 2002 dans les monts Saïan, dans un "accident d'hélicoptère". Il avait 52 ans.
 Ce fut, pour la Russie, le "chant du Cygne".
Alexandre Lebed insiste beaucoup sur le fait qu'il n'aurait rien pu accomplir sans sa femme, Inna, qui fut toujours à ses côtés, et dont il publie une photo bouleversante où le port altier du visage et l'extraordinaire regard, d'une éblouissante beauté, expriment tout à la fois bienveillance, force, dignité, courage, intelligence. La légende de l'auteur précise simplement : "Il suffit de voir cette photo d'Inna pour comprendre pourquoi elle est restée la seule femme de ma vie".
J'ai déjà mentionné la seule attitude tenable dans les temps présents de barbarie, à partir du personnage de l'ours céleste des kanthis de l'Ob (voir conclusion à la page du 28 Novembre) qui vient à bout, contre tout pronostic "raisonnable", de Koul, le Monstre avale - tout du Fleuve.
Je peux aussi mentionner Enkidu, compagnon de Gilgamesh dans l'épopée mésopotamienne de celui - ci.
Ainsi le décrit Boris Porchnev dans son livre "la lutte pour les troglodytes".
"Il avait la force d'une bête sauvage. Son corps était entièrement couvert de poils épais. S'il était privé de la raison humaine, il avait en revanche le flair des fauves. Il était l'ami des animaux sauvages : il broutait l'herbe en compagnie des gazelles et se rendait avec elles vers les points d'eau.  il avait pitié des quadrupèdes et les défendait contre les attaques des hommes. Colosse chevaleresque,  il comblait les fosses creusées par les chasseurs à l'intention des loups, et il brisait leurs pièges. Les créatures des steppes voyaient en lui un défenseur puissant, et les fauves l'approchaient sans crainte."
A sa mort, Gilgamesh lui rend, lors de son oraison funèbre, l'hommage suivant :
"Ô Enkidu mon ami, Tigre du Désert,
Après avoir accompli tant d'exploits
Et surmonté tant d'obstacles,
Pourquoi ne lèves tu pas les yeux?
Pourquoi ne me prends tu pas dans tes bras?"


LE TIGRE : COURAGE ET INTELLIGENCE
Des comportements tels que ceux décrits précédemment aideront puissamment le tigre à être lui - même : un animal formidable, profondément adaptable, qui s'est déjà sorti, par ses propres moyens, des pires situations (Evgenyi Kashkharov, Yuri Bersenev, communications personnelles).
Et qui pourrait bien être aussi, d'assez loin, le plus intelligent des grands félins (voir l'étude de Nobi Yamaguchi résumée dans Cats News 51, p.40, "Are tigers "brainier" than lions?")

GRANDE OURSE, GRANDE TIGRESSE
A quelques jours du changement d'année, je rends donc un hommage vibrant à la Grande Ourse, grâce à laquelle mon vaisseau n'est pas encalminé, cygnes et pivoines dansent toujours, et le grand Fauve cosmique, loin des sordides ébreuillages d'ici bas, a superbement conservé tâches, ocelles, marbrures et stries.
Et aussi, ô combien, à la grande Tigresse de Tristan, qui lui a évité la folie.
Grâce aux deux qui ne sont qu'une, le Monde garde ses chances d'un avenir d'Harmonie, ou, selon le terme médiéval, d' "ACCORDANCE". Dans l'éternité de la Lumière.






Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> L'émotion est vive, au point d'en pleurer à chaudes larmes... Vos mots, valeureux dragonnier, révèlent à quel point votre force est immense. Vous êtes auréolé d'une lumière inextinguible et le<br /> dragon vert peut être fier de son guide. Soyez assuré du soutien sans faille de tous, Fauvette et autre Grand Ourse, Isolde et autre Alphonsine...<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens