Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 11:11

La merveilleuse culture de Sariska, si bien décrite par Pedro Galhano Alves, a été détruite à l'extrême fin du siècle dernier par des autorités engoncées dans une idéologie anglo-saxonne de la "protection de la nature" (artificiellement séparée des communautés villageoises, au détriment de ses derniers dans un premier temps, et de tous, nature sauvage incluse, dans un second). Nous avons consacré de nombreux articles à cette question , depuis des années. Les tigres ayant totalement disparu (comme par hasard) du secteur en 2004, il y fut mené une politique de réintroduction. Aujourd'hui, avec l'observation, hier, de trois tigreaux, la population se restaure peu à peu (19 individus répertoriés à ce jour, dont 3 mâles adultes, 8 femelles adultes, et 8 jeunes... The Times of India, ce jour. Rajendra Sharma, TNN.

https://timesofindia.indiatimes.com/city/jaipur/3-tiger-cubs-spotted-at-sariska-reserve/articleshow/67200658.cms

La reconstitution d'un substrat biologique n'est, en l'occurence, que l'étape"0" du processus virtuel menant les uns et les autres à retrouver les chemins menant à la symbiose mutualiste d'antan...

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 10:03

Après la décision des autorités japonaises de se retirer de la Commission Baleinière Internationale ("Eloge de la lenteur" mis en ligne hier), la population japonaise se divise sur le sujet, y compris au sein des gens favorables à la chasse commerciale. Le Japon de Shinzo Abe va se fracturer sur une question importante pour sa civilisation, et devenue vitale pour l'avenir de celle - ci depuis 140 ans ("Soleil Blafard" qui sera mis en ligne après-demain), de façon aussi profonde que l'est l'Amérique de Donald Trump, en proie à une guerre civile des esprits ("Jean Giono dispensateur d'empathie" mis en ligne le 13 septembre 2017). Abe conforte ostensiblement et maladroitement les intérêts à très court terme de son clan "la mafia de Shimonoseki". Attitude passablement odieuse pour une bonne partie du peuple japonais, et donc stupide et risquée. Détail dans "The Japan Times" de ce jour. "Japan's decision to withdraw from whaling body  filled with "risk"."

https://www.japantimes.co.jp/news/2018/12/22/national/japans-decision-withdraw-whaling-body-filled-risk/#.XB4KvVVKjIU

Japan’s apparent decision to exit the International Whaling Commission, a plan disclosed Thursday by government sources, carries the risk of forfeiting international trust and damaging momentum for conservation — all in exchange for an uncertain outlook on commercial whaling as demand for the mammals’ meat wanes.

While the government has considered leaving the international body many times in the past over the longstanding rift between pro- and anti-whaling members, the Foreign Ministry had stressed the importance of international cooperation and called for reforming the IWC from within.

But that position apparently changed when the IWC voted down the country’s proposal to resume commercial whaling by 41 to 27 at an annual meeting in Brazil in September, prompting Tokyo to issue a veiled threat of a pullout.

With the country’s pro-whaling groups, including the Fisheries Agency, criticizing the IWC for, in their view, offering no scientific or legal grounds for opposing whaling, the ministry came around to the idea to ditch the framework following the vote, deeming that it can no longer coexist with anti-whaling members.

Japan is the biggest donor to the IWC, and there are concerns its departure will lower the commission’s profile and undermine its conservation efforts.

But of more concern for Tokyo is the reputational damage it could suffer from pulling out, similar to the criticism the United States has faced for withdrawing from international frameworks such as the Paris agreement on climate change, in the view of some experts.

Yuichi Hosoya, professor of international politics at Keio University, said Japan’s move was “symbolic of a wave of populism spreading over the world.”

“It will become more difficult to have an international consensus on various issues, including Brexit,” Hosoya said, referring to Britain’s planned exit from the European Union.

A clear signal that Japan was planning to ditch the IWC came when Prime Minister Shinzo Abe said at a Diet plenary session in October he is “determined to explore every possibility to resume commercial whaling at the earliest date.”

Abe’s electoral power base is in Shimonoseki, Yamaguchi Prefecture, a city known as a former whaling hub, and ruling Liberal Democratic Party heavyweight Toshihiro Nikai is from Wakayama Prefecture, where the country’s traditional whaling techniques originated.

Although whaling municipalities welcomed the move, some consumers and wholesalers of whale meat have expressed worries about the government’s lack of a clear vision on the course of whaling after withdrawing from the IWC.

“The hard-line stance is almost like that of the administration of U.S. President (Donald) Trump,” said a 41-year-old customer at a whale steak restaurant in Tokyo.

“Whale meat is tasty, but I wonder if we need to increase the volume of catches even at the cost of being isolated internationally,” he said.

“I understand we have the option of withdrawing, but there is always a risk that accompanies deviating from international rules,” said Kunio Suno, 75, working for a whale meat wholesaler in Ishinomaki, Miyagi Prefecture. The government “needs to remove our worries by showing what kind of strategy it will adopt after departure,” he added.

Some 30 years have passed since Japan stopped commercial whaling and whale meat consumption has stagnated and shown no signs of improvement.

Whale meat sold domestically comes from what the country calls research whaling in the Northwest Pacific and Antarctic oceans that targets smaller whales not controlled by the IWC, and imports from whaling countries, such as Iceland.

Although people in the industry hope the resumption of commercial whaling will help revive their businesses, others believe demand will be limited due to changes in the Japanese diet over the past few decades.

Whale meat was widely consumed amid food shortages in the years following World War II and was a feature of school lunches. In fiscal 1962, some 230,000 tons of whale meat were eaten.

But annual consumption has dropped significantly since the ban on commercial whaling and hovered around 5,000 tons in recent years due to international regulations on whaling and major supermarkets refraining from selling the meat in fear of attacks from anti-whaling groups.

“Whale meat used to be appreciated as a source of protein, but it is no longer regarded as valuable in the market,” said a person at a major fisheries company that used to be involved in whaling.

The exit from the IWC will redraw whale meat supply channels as the country will not be able to take part in whaling in the Antarctic and will have to review its activities in the Northwest Pacific as well. It now plans to resume commercial whaling in seas around Japan and within its exclusive economic zones, but will exclude species facing extinction from its catches. *

Even as uncertainties remain over whether the industry will pick up again, traditional whaling municipalities are hoping to pass down whaling traditions and techniques they fear will be lost.

In Minamiboso, Chiba Prefecture, a city with a 400-year history of whaling, Wada elementary school has been holding classes for the past 20 years in which students observe how whales are dissected.

“There are different points of view on the IWC pullout,” said Naoko Hasegawa, the vice principal, “but what we worry about is what will happen to the food culture that has taken root in this region.”

 

*Les clefs de l'Avenir dans le Pacifique Nord n'ont pas grand chose à voir avec une Commission Internationale Baleinière dysfonctionnelle, mais, d'une part, dans l'attitude qu'adopteront les Japonais vis - à - vis des cétacés présents dans leur zone économique exclusive (aujourd'hui essentiellement l'objet d'un "whale watching" touristique rémunérateur et appréciatif pour l'image du pays à l'étranger), et d'autre part, dans l'aboutissement à un traité de paix définitif entre Russie et Japon par le règlement du partage de souveraineté dans l'archipel des Kouriles, qui s'étend du nord d'Hokkaido au Sud du Kamtchatka, et constitue la porte orientale de la mer d'Okhotsk. 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 09:03

En souvenir des années 60 du siècle dernier...

Ceci fait suite à "Le fantôme de la guerre" mis en ligne le 13 septembre dernier, à "Et maintenant..." du 17 septembre, et à "Mise en perspective" du 27 septembre.

Hier, le Japon a pris la décision de se retirer de la Commission Baleinière Internationale, dans le but de reprendre librement la chasse aux cétacés. Comme déjà précisé dans les pages blog du mois de septembre précités, la complexité de la situation est telle qu'une longue période de "transition" s'ouvre, sur l'issue de laquelle il serait déraisonnable d'augurer... Voir (par exemple) The Japan Times, hier.

 https://www.japantimes.co.jp/news/2018/12/20/national/japan-withdraw-international-whaling-commission-bid-resume-commercial-whaling-sources/#.XByt5VVKjIU

Et, plus encore, le rapport de Tetsushi Yamamura et Natsuki Okamura sur les difficultés et incertitudes à venir, dans "The Asahi Shimbun" d'aujourd'hui. "Leaving the IWC does not ensure a resumption of whale hunts".

http://www.asahi.com/ajw/articles/AJ201812210027.html

"L"Arche" de Tomoko Ohmura

 

La "baleine-poisson" des anciens slaves

La "Baleine Galère" de Fred ("Le chateau suspendu")

 

L'Arche des tortues

En Chine, la tortue porte le Monde

 

Les "navires tortues" (Geobukseon), navires cuirassés et bombardiers chimiques, furent utilisés avec succès lors de la guerre de 1592-1598, par  Yi Sun -sin, le plus grand Amiral de tous les temps, contre la flotte japonaise. Ne perdant pas un seul navire, il en détruisit plus de mille chez l'envahisseur (bilan authentifié par des sources écrites). Il parvint ainsi à libérer la Corée des griffes de son ennemi. Il suscita une telle admiration chez ses adversaires vaincus qu'il devint la divinité officielle de la flotte japonaise jusqu'au début du XXème siècle...

Cette reconstitution se trouve au Musée de la Guerre de Seoul.

Première illustration connue d'un Geobukseon de Yi Sun-sin. Elle date de 1795, soit 200 ans après la guerre.

Les premiers cuirassés fonctionnels de l'Histoire furent des bateaux tortues "de première génération" (Gwiseon) utilisés par les coréens dès les années 1410... 

O Don Miguel! thou Chilian whale, marked like an old tortoise with mystic hieroglyphics upon the back! "Moby-Dick", chapitre 45. Vu par Kathleen Piercefield, 2016.

Les cachalotiers de Lamalera (Indonésie du Sud-Est) qualifient un groupe de cachalots de "tortue marine" (chaque individu figurant un motif de la carapace). Tomoko Egami & Kotaro Kojima. 2013. (Publication au 30 août). Traditional whaling culture and social change in Lamalera, Indonesia : ananalysis of the catch record of whaling 1994 – 2010. Senri ethnological studies 84, 155 – 176.

file:///C:/Users/Alain/Downloads/SES84_08.pdf

 

 

"KUJIRATORI". Hayao Miyazaki. 2001.

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2018 6 01 /12 /décembre /2018 15:15

Le dernier livre de Valmik Thapar traite de l'intimité sexuelle des tigres sauvages à Ranthambore (Rajasthan). "The sex life of tigers. Ranthambore tales."

Wildlife expert and writer Valmik Thapar has observed tigers for over 40 decades. In his new book, The Sex Life Of Tigers, provides a rare peek into the private lives of big cats in Ranthambhore.

 

Voir le détail dans "Hindustan Times", ce jour.

https://www.hindustantimes.com/india-news/the-intimate-secret-world-of-wild-tigers/story-DUpafDnKKa9OkcYflSSSxI.html

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 09:51

LA NEIGE EST UNE BONNE MERE

Dans l'Himalaya oriental, les tigres peuvent vivre à de hautes altitudes (4200m au Bhoutan). Dans la vallée de Dibang (Arunachal Pradesh, extrême Nord Est de l'Inde), l'une des 108 caméras disposées dans le cadre du recensement des grands félins en a photographié un à une altitude déjà respectable de 3630m en janvier 2017, dans la neige épaisse. Les zones les plus élevées de la Dibang n'ayant pas été prospecté pour le moment, le principal responsable de l'opération, VG Gopi, a bon espoir, quand ceci aura pu être réalisé, de mettre en évidence la présence de tigres himalayens à des altitudes supérieures à 4200m, car  11 tigres himalayens ont d'ores et déjà été répertoriés dans cette zone entre 2015 et 2017, à partir d'une étude couvrant moins de 10% du territoire de la vallée. Ces tigres sont peut-être différents génétiquement de ceux vivant dans les plaines de cet Etat, et notamment dans les réserves à tigres de Pakke, Kamlang et Nampdhapa. Le tigre de la Dibang vit dans un autre monde, où il est révéré comme un grand frère par la tribu Idu de Mishmi,  et où il se nourrit de proies particulières (non pas des sambars ou des chitals, absents dans leur environnement, mais du takin de Mishmi (Budorcas taxicolor taxicolor), un volumineux caprin endémique de la région)...  Hindustan Times, ce jour. Sadiq Naqvi.

https://www.hindustantimes.com/india-news/camera-traps-capture-tigers-at-3-630-metres-in-arunachal-s-dibang-valley/story-hHcZDdl4a29awDlS04ahuJ.html

LES FLEURS SONT PLUS HEUREUSES DANS L'HERBE. Dans le même temps, au Népal, la croissance spectaculaire de la population des tigres (doublement entre 2009 et 2019) ne peut être viabilisée que par une abondance de proies herbivores. Or, l'herbe manque... Un cas emblématique est celui du parc national de Bardia. Les herbivores y ont progressivement décliné, faute de pâtures naturelles suffisantes. Dans le même temps, la population tigréenne y a quasiment été multipliée par 5 en une décennie ( de 18 à 87 individus).

Nepali Times, ce jour. Kunda Dixit. 

https://www.nepalitimes.com/here-now/its-a-jungle-out-there/

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 09:34

Face à la dégradation des corridors écologiques dans bon nombre de régions indiennes, la National Tiger Conservation Authority a édicté, dans une circulaire publiée avant-hier, une série de règles impératives de renforcement de leur fonctionnalité. Ces couloirs de vie sauvage sont indispensables à la connection effective des populations d'animaux sauvages (dont les tigres) sur l'ensemble du sous-continent, et peuvent éviter la mort d'un trop grand nombre de rameaux (voire de branches) de l'arbre tigréen... The Times of India, ce jour. Vijay Pinjarkar, TNN.

https://timesofindia.indiatimes.com/home/environment/flora-fauna/reinforce-rules-in-tiger-corridors-buffer-zones-ntca/articleshow/66874193.cms

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 15:47

Le tigre de Chine du Sud est absent (ou quasi absent, peut être quelques individus vivent - ils encore à l'abri des regards dans la cordillère des frênes - Chine centrale -) du territoire chinois à l'état sauvage.

178 tigres de Chine du Sud captifs se trouvent actuellement dans 17 parcs zoologiques répartis dans 16 villes du pays. Luoyang, dans le Henan (Chine centrale) abrite 33 individus (10 y sont nés cette année).

Photos prises au zoo de Wangcheng, dans la ville de Luoyang, avant-hier.

China Daily, hier. Guo Kai. 

  http://www.chinadaily.com.cn/a/201811/28/WS5bfe5b51a310eff30328b9d6_4.html

Dans la réserve de Laohu, en Afrique du Sud, 19 tigres de Chine du Sud (dont 9 femelles) vivent à l'état semi-sauvage sur un espace de 330 km2. Leur population croît régulièrement, et une partie est vouée à être réintroduite ultérieurement dans des espaces sauvages de Chine méridionale.

http://www.savechinastigers.org/breeding.html

Preventing the extinction of the South China tiger depends fundamentally on breeding - even more than rewilding. It has been estimated that a genetically viable population of tigers requires something on the order of 100 breeding females.  This could mean a total population of something like 300 individuals because not every female breeds successfully.

South China tigers today are descended from only 6 individuals caught in the 1950s and have therefore been reproducing in captivity with close relatives for many years. This presents a number of challenges. For example, loss of genetic diversity, can cause a potential overall reduction in the health of a species.

However, other species have survived genetic bottlenecks, including: Pere David’s deer, black-footed ferrets, California condors, Przewalski’s horses, the Southern white rhino and the giant panda. The cheetah survived an extreme population reduction some 10,000 years ago to possibly a handful of females. The bottleneck was so extreme that even usually highly diverse genes showed very low levels of diversity. So, low genetic diversity and inbreeding is not always deleterious. Some small populations may be stable while permanently maintaining low levels of genetic diversity.

An important pillar of the Chinese Tiger Project is a well-planned and aggressive breeding program that has seen notable success. Our breeding program is managed with the input from scientific experts, coordination with our Chinese government partners as well as ongoing veterinary supervision.  A healthy diet of fresh game and living in a protected natural environment is an important part of our breeding program. We are offering this subspecies a chance to breed through the genetic bottleneck which they would not otherwise have. There were approximately 50 South China tigers when Save China’s Tigers was established in 2000.  There are over 100 today.

Laohu Valley Reserve had its first two sexually mature females, Cathay and Madonna, in 2005 and 2006. Recent years has seen the birth of another healthy female cub followed by triplets – important milestones in creating a viable base population of healthy individuals for later reintroduction in China.

We now have 9 females and a healthy total population of 19 South China tigers.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 08:29

GRAN PARADISO. Françoise Bourdin. Publié chez Belfond en septembre 2018.

http://www.francoise-bourdin.com/site/gran_paradiso_&400&3&2&9782714474773.html

Les rêves les plus fous s'accomplissent dans les vies sans réserve.
Découvrez le roman d'un homme qui rêvait de distraire les tigres...


Lorsque Lorenzo décide de changer de vie pour construire son propre paradis, c'est dans le Jura qu'il s'installe, sur les terres que son grand-père lui a laissées en héritage. Des dizaines d'hectares en friche sur lesquels ce jeune vétérinaire pose la première pierre du parc animalier de ses rêves, où les espèces évolueront au plus près de leur habitat naturel.

Un pari fou qui suscitera admiration ou hostilité, mais Lorenzo, aidé de ses proches et de son équipe, sera prêt à tout pour faire vivre ce paradis terrestre... et reconquérir celle qu'il aime toujours en secret.

Comme le dit l'Auteur, qui s'exprime sur son parcours personnel : 

Ainsi j'ai reconquis le Pays des Merveilles, celui de mon enfance, magique, et aujourd'hui mon seul souhait est de poursuivre l'aventure. La vie d'un écrivain, à la frontière de la réalité, est parfois un peu un conte de fées.

http://www.francoise-bourdin.com/site/francoise_bourdin&400&2&1.html

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 16:06

Le grand tigre mâle qui a vécu pendant deux mois, cet été, dans la région bengalaise de Lalgarh, ne venait pas, comme on l'a supposé dans un premier temps, de la réserve de Similipal, dans l'Etat voisin, mais, comme l'ont montré des analyses génétiques, de celle de Bandhavgarh (Madhya Pradesh. L'animal a donc parcouru, au total, plus de 1000kms. Voir le détail, et le tableau explicatif dans "The Times of India" de ce jour. Krishnendu Mukerjee, TNN.

 https://timesofindia.indiatimes.com/city/kolkata/lalgarh-tiger-had-bandhavgarh-dna/articleshow/66743350.cms

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 11:20

Ceci fait suite à "Remise à plat" mis en ligne avant-hier et actualisé hier.

La réserve de Satkosia, en Odisha, où est mort MB2, probablement du fait d'un piège métallique (le rapport d'autopsie n'a pas encore été publié pour l'heure) compte probablement des milliers d'appareils de ce type. The Times of India, ce jour. Riyan Ramanath V, TNN. "Satkosia LITTERED by metal snares"

https://timesofindia.indiatimes.com/city/bhubaneswar/mb2-death-ntca-wii-experts-begin-probe/articleshow/66659603.cms

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens