Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 15:59

Un tigre mélanique photographié en 2012 dans le Parc National de Similipal

Le plan de transfert de 6 tigres de la réserve de Kanha (Madhya Pradesh) vers l'Odisha voisin, sanctuaire (fragile) de tigres mélaniques, est désormais fragilisé. Les riverains étaient très hostiles à une telle introduction depuis le début. L'un des deux individus déjà transférés, le 22 juin dernier, a été retrouvé mort, manifestement victime d'un acte de braconnage. La question de la pertinence d'un tel transfert dans un espace abritant encore quelques représentants d'une lignée rare et très particulière sur le plan génétique, les "tigres noirs" (particulièrement dans les réserves de Similipal et Satkosia, est désormais reposée avec beaucoup plus de force. On envisage désormais d'annuler un plan qui aurait fait plus de mal que de bien, et de le remplacer par un renforcement des conditions de reproduction sécurisée au sein du groupe des tigres noirs. The Times of India, ce jour. P. Naveen, TNN.

 https://timesofindia.indiatimes.com/city/bhopal/kanha-tigers-death-in-odisha-triggers-debate-on-translocation/articleshow/66649487.cms

Actualisation au 17 novembre. Par ailleurs, l'enquête sur le terrain s'intensifie. The Times of India. Riyan Ramanath V, TNN.

https://timesofindia.indiatimes.com/city/bhubaneswar/mb2-death-ntca-wii-experts-begin-probe/articleshow/66659603.cms

Par ailleurs, sur l'ilôt de Riau (Sumatra), un tigre de 80kgs âgé d'environ 3 ans blessé par un piège, qui s'en était libéré et qui avait pénétré sur un marché traditionnel à Indragiri Hilir, provoquant la panique générale, puis y était resté pendant trois jours, a finalement été récupéré ce samedi 17.

Il a été endormi à l'aide d'une seringue hypodermique, et sera envoyé au centre de réhabilitation de Dharmasraya (Sumatra occidental) où il y sera opéré par des chirurgiens de la Fondation Arsari. Pour ce faire, il prendra le bateau jusqu'à Tembilahan, puis transporté par camion jusqu'au centre. Du fait des risques de braconnage, le voyage se déroulera sous surveillance policière armée. The Jakarta Post, 17 novembre. Rizal Harahap. 

 http://www.thejakartapost.com/news/2018/11/17/wounded-tiger-rescued-from-traditional-market-on-riau-islet.html 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 10:43

Ceci fait suite à "Mortelle randonnée" mis en ligne le 3 Novembre dernier, puis actualisé aux 6 et 8 novembre, et à "Le Tracteur" mis en ligne le 5 Novembre, puis actualisé au 6.

Les 2 enfants d'Avni, abattue le 2 novembre dernier, dans des conditions controversées, ont été observés ce matin à Vihirgaon, puis plus tard dans la journée près du barrage d'Anji. Ils ont été attirés par la voix enregistrée de leur mère en train de les appeler. Il est envisagé, si tout va bien,  de les capturer et de les placer dans un vaste enclos de la réserve de Pench (Maharashtra, Inde centrale), où ils seront entraînés à chasser puis relâchés dans la nature. The Times of India, ce soir. Vijay Pinjarkar, TNN. 

https://timesofindia.indiatimes.com/home/environment/flora-fauna/cubs-of-tigress-avni-shot-for-killing-13-spotted/articleshow/66642585.cms

D'autres tigreaux ont eu moins de chance. Dans le même état, trois d'entre eux ont été écrasés par un train. The Hindustan Times, ce jour. Badri Chatterjee.

https://www.hindustantimes.com/mumbai-news/three-tiger-cubs-run-over-by-train-in-maharashtra/story-0Gut9Z3PcxvCgYqhWuIKaK.html

Un tigre sub-adulte traverse une rivière dans la réserve de Tadoba Andhari (Maharashtra, Inde centrale).

TIRER, ET REFLECHIR (OU PAS) ENSUITE... The Hindu, ce jour. Jacob Koshy. 

https://www.thehindu.com/opinion/op-ed/protecting-the-tigers-habitat/article25498494.ece

Why is the death of tigress Avni controversial?

Since 2016, the deaths of 13 people in the Pandharkawda divisional forest of Maharashtra have been attributed to tigers and at least five of them to Avni, a 6-year-old with two cubs. India’s wildlife laws permit a tiger which is believed to have preyed on humans to be killed. The State’s chief wildlife warden claimed he had evidence. The decision to shoot T1 (known as Avni) was taken in January but stayed by the Bombay High Court after appeals by activists. Three more deaths later, the Supreme Court, in September, cleared the way for the forest department to have the tiger killed. On November 2, it emerged that forest officials along with Asghar Ali, the son of hunter Nawab Shafat Ali, claimed to have chanced upon the tiger which, they said, charged at them. The hunting party failed to tranquilise Avni, as the rules required, and shot at it fatally. Union Minister for Women and Child Development Maneka Gandhi described the killing as “murder”, and several activists and some veterinarians have alleged that no attempt was made to tranquilise the animal. The National Tiger Conservation Authority has commissioned an independent team of wildlife experts to investigate the killing.

How serious is the tiger-human conflict?

The killing of a man-eating tigers is a rare but not unprecedented in India. As tigers are India’s apex predators and symbols of its success at conservation, the unusual death of even one tiger causes disquiet in forest departments and among conservation biologists, tourism officials and activists. Out of 553 tiger deaths from 2012 to 2017, 22.1% were due to poaching, 15.4% were seizures, and 62.4% were attributed to natural causes and causes not attributable to poaching, according to information from the Rajya Sabha. India has 50 tiger reserves, but with forest area increasingly spilling into hamlets, there have been several instances of tigers preying on cattle, livestock and, sometimes, people. Days after the killing of Avni, villagers in Lakhimpur Kheri, U.P., crushed a tiger to death with a tractor after it fatally attacked a farmer.

Are conservation efforts adequate?

While there is a larger concern about the shrinking space for tiger habitat in India, conservationists have also said that a few tiger reserves are being pampered at the expense of others. A recent study by the World Wildlife Fund said that eight tiger sanctuaries in India could, over time, support more than four times the current population of tigers in these sanctuaries. Ullas Karanth, the noted conservationist, has said that it is futile to preserve individual members of a species and that efforts must be made to conserve the species as a whole. Conservationists have also said that “man-eaters” is a legacy term from colonial hunters and incorrect in today’s times. Tigers don’t actively seek out humans; it is only because of increased contact between humans and animals that there are more conflicts which leads to deaths.

 

Voir aussi l'analyse de Rajesh Gopal, Secrétaire Général du Global Tiger Forum, dans "The Indian Express", hier."Not burning bright".

https://indianexpress.com/article/opinion/columns/yavatmal-tiger-killing-man-eater-5445042/

Agriculture and cash crops beyond protected areas readily lure wild pigs and other preys, which in turn lure big cats. The inevitable outcome is “conflict of interface” between wildlife and humans, which cause distress to people. And once wild animals earn a pest value, they get trapped in snares or succumb to revenge or avoidance killings, more often than not through a silent method of poisoning using pesticides...

Human-tiger interface management demands proactive measures. One cannot allow a big cat to get habituated and then brutally eliminate it. It is a tragic end for our national animal, and a complete travesty of the responsibility reposed on foresters and wildlife experts.  

Actualisation au 16 novembre. La question des conflits entre tigres et êtres humains en Inde centrale fera l'objet d'une importante réunion du 3 au 6 janvier prochain, qui se tiendra dans la réserve à tigres de Melghat. The Times of India. TNN. 

https://timesofindia.indiatimes.com/city/nagpur/meet-to-find-solutions-to-central-india-eco-issues/articleshow/66639737.cms

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 10:23

A la réserve à tigres de Pilibhit (Uttar Pradesh), on demande désormais aux touristes de choisir : avoir un comportement intelligent, ou assumer les conséquences de leur bétise. Seront obligatoirement laissés à l'entrée tous les produits plastiques (sera remis à chaque visiteur un sac en coton) ainsi que les armes(!) et tout matériel hétérodoxe, et chacun doit signer une clause selon laquelle il se rend dans l'espace de la réserve à ses risques et périls, les autorités du parc ne pouvant être tenues pour responsables en cas "d'accident"... A bord de leurs véhicules, ils ne devront jamais dépasser les 25km/h.... La Réserve à Tigres de Pilibhit  englobe les contreforts himalayens frontaliers du Népal ainsi que les plaines du Terai. The Times of India, ce jour. Keshav Agarwal, TNN.

https://timesofindia.indiatimes.com/city/bareilly/now-visitors-to-pilibhit-tiger-reserve-will-have-to-sign-indemnity-bond/articleshow/66626142.cms

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 17:01

Le nilgaut (antilope la plus grande d'Asie, dont les plus grands mâles peuvent excéder 300kgs) à la robe d'un beau bleu franc, observé depuis mars de cette année dans la réserve à tigres de Bhadra (secteur de Muthodi, Karnataka, Inde du Sud Ouest), est mort sous la dent d'un tigre, probablement vendredi dernier. Son corps partiellement dévoré et marqué de traces de griffes et de crocs  a été retrouvé avant-hier. La dernière observation d'un nilgaut à à Bhadra avant celle-ci remonte à 1952. Star of Mysore, ce jour. 

https://starofmysore.com/rare-neelgai-that-was-spotted-at-bhadra-tiger-reserve-dies/ 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 16:06

Ceci fait suite à "L'art de la guerre" mis en ligne le 31 octobre dernier. 

Après prise en compte des difficultés actuelles insurmontables de distinguer entre produits issus de l'élevage et ceux issus du monde sauvage, la Chine vient de reporter sine die la mise en application de son projet d'assouplissement du commerce des tigres et rhinocéros en pièces détachées, annoncé le 29 octobre dernier. Il est désormais envisageable que cette option soit définitivement abandonnée lors de négociations ultérieures. La Chine envisage actuellement un renforcement des contrôles d'importation et d'exportation des produits dérivés du tigre et du rhinocéros, ainsi que le renforcement des sanctions en cas d'extraction, de transports ou de stockage. Voir le détail et les réactions unanimes de soulagement dans "Amur Tiger Centre", ce jour.

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1128/

КИТАЙ ПРИНЯЛ РЕШЕНИЕ ОТЛОЖИТЬ ВНУТРЕННЮЮ ТОРГОВЛЮ КОСТЯМИ ТИГРА И РОГОМ НОСОР

Voir aussi, sur le même sujet, Mongabay, hier.

https://news.mongabay.com/2018/11/china-restores-ban-on-rhino-and-tiger-parts-for-now/

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, les gorilles de montagne, endémiques d'une zone à l'Est de la République Démocratique du Congo frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, ont vu leur population croître de 680 individus il y a 10 ans, à plus de 1000 aujourd'hui. Dans l'océan (ou tout est plus grand), le rorqual commun compte désormais 100 000 individus adultes, soit un doublement de sa population par rapport aux années 70 du siècle dernier. L'IUCN vient de retirer l'espèce de la catégorie "en danger" pour la qualifier maintenant de "vulnérable"... The Jakarta Post, ce jour. Nina Larson, AFP.

http://www.thejakartapost.com/news/2018/11/14/fin-whale-mountain-gorilla-populations-rise-amid-conservation-action.html

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 11:07

Deux navires baleiniers japonais (le Yushin Maru, 724t, et le Yushin Maru 3, 742t)  ont quitté ce jour le port de Shimonoseki et vont rejoindre trois autres navires incluant le célèbre Nishin Maru (8145t) qui dirigera la flotille pour une campagne de pêche "à but scientifique" de 333 rorquals de Minke, qui doit se dérouler jusqu'en mars prochain. The Mainichi, ce jour.

https://mainichi.jp/english/articles/20181112/p2g/00m/0dm/064000c

Cette campagne ne prévoit officiellement aucune capture de rorqual sei, un animal plus grand que le rorqual de Minke, et que la CITES a  placé en Annexe 1 des espèces en danger le mois dernier, interdisant ainsi tout commerce de la viande de cet animal. Les responsables de l'industrie baleinière japonaise craignent désormais que leur activité périclite progressivement, du fait de sa non rentabilité complète si la viande ne peut être vendue. L'Agence officielle des Pêcheries ne sait trop quelle attitude adopter; ses propositions vont un peu en tous sens, ce qui montre son désarroi : ne plus capturer de rorquals sei, distribuer la viande gratuitement dans les cantines scolaires, rejeter les carcasses à la mer après étude, ou ne vendre qu'une petite fraction de la viande... The Mainichi, avant-hier. Akiko Kato.

 https://mainichi.jp/english/articles/20181110/p2a/00m/0na/015000c

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 08:15

Le tigre Saikhan, relâché dans la nature le 19 mai dernier par des responsables du Centre de réhabilitation et de réintroduction du tigre du Nord, a traversé le fleuve Amour jusqu'en Chine le 22 octobre dernier, dans une région dépourvue de couvert végétal et densément peuplée, où il a tué le bélier d'un agriculteur, et s'est approché à 10m du chien de celui-ci, sans l'attaquer. Il est revenu en Russie une semaine plus tard (il se dirige désormais vers des zones où il a vécu au cours des trois derniers mois). Ce type de va et vient transfrontalier avait déjà été effectué, dans les années récentes, par les tigres Kuzi et Ustin. Selon une étude menée conjointement par la Chine et la Russie, au cours des dernières années, environ 40% des tigres de l'Amour vivant dans les régions frontalières de la Chine et de la Russie ont effectué des mouvements transfrontaliers actifs. Dans le cadre du forum international pour la protection du tigre et du léopard de l'Amour, qui s'est tenu à Harbin du 24 au 26 octobre 2018, des représentants de la Russie, de la Chine et d'autres pays du monde ont échangé leurs expériences en matière de protection des animaux sauvages, en mettant l'accent sur la coopération transfrontalière en matière de protection des tigres et des léopards de l'Amour.  

Il convient de noter que le début des relations de partenariat entre la Russie et la Chine dans le domaine de la conservation des tigres et léopards de l’Amour a été posé le 10 novembre 1997, lors de la signature du protocole entre le gouvernement de la Fédération de Russie et le gouvernement de la République populaire de Chine sur la protection du tigre. Les pays voisins ont accepté de coopérer à la protection transfrontalière du tigre de l'Amour et du léopard d'Extrême-Orient. Les parties sont convenues d’intensifier l’échange d’informations sur la protection des tigres et des léopards d’Amour, de synchroniser les travaux de surveillance de la population de ces animaux, de mener des recherches conjointes sur l’écologie de la région et de mener des activités communes de lutte contre le braconnage dans la zone frontalière des deux pays.

Actuellement, la Chine crée le parc national du Nord-Est du tigre et du léopard, dont le territoire borde le pays du léopard. Il est important de parvenir à des accords sur des activités scientifiques et de sécurité communes. C'est pourquoi les russes ont invité des collègues chinois à visiter le pays du léopard et à poursuivre les discussions sur les moyens de coopérer en vue d'une présentation ultérieure aux gouvernements des deux pays. 

Le programme de création du parc national du nord-est du tigre et du léopard a été approuvé en décembre 2016 par le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping. Les zones protégées comprennent les réserves naturelles précédemment établies de Hunchun, Wanchin, Suyan, Tientsaolin et les terrains de 10 entreprises forestières situées dans les provinces de Jilin et Heilongjiang, d'une superficie totale de 1,5 million d'hectares. L’objectif principal d’un projet unique en Chine est de renforcer les mesures de protection des espèces animales rares. Amur Tiger Centre, ce jour.

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1127/

ЧТО ТАМ ЗА РЕКОЙ ИЛИ В КИТАЙ БЕЗ ПАСПОРТА

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 07:56

Un requin baleine a été observé hier dans la Baie de Jakarta (capitale de l'Indonésie). Et ceci n'a rien d'inhabituel. The Jakarta post, ce jour. News Desk.

http://www.thejakartapost.com/news/2018/11/07/whale-shark-seen-in-jakarta-bay.html

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 09:55

LA BALADE DES GENS HEUREUX. Au cours de ces deux dernières années, 22 léopards qui avaient pénétré dans des agglomérations ont été capturés, avant d'être relâchés dans des zones "sauvages", dans les environs de Mysore, deuxième ville du Karnataka (Inde du Sud-Ouest). Le plus grand nombre d'entre eux a été pris dans les environs du village de Varakodu, très proche de la ville de Mysore. Relâchés près du parc National de Nagarahole et de la réserve à tigres de Bandipur, ils sont, selon les villageois, revenus dans les environs et ont tué des chiens, des moutons et des chèvres. Star of Mysore, ce jour. 

https://starofmysore.com/22-leopards-trapped-in-two-years-in-mysuru-division/

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 09:41

Deux paysans en colère ont tué une tigresse en l'écrasant avec un tracteur après que celle-ci ait attaqué un de leurs voisins, Devanand, 50 ans, mort à l'hôpital des suites de ses blessures. Cette agression s'était produite hier matin dans le village de Chaitua (Uttar Pradesh, contreforts himalayens, Inde du Nord). L'animal était probablement venu de la réserve de Dudhwa. C'est dans une zone voisine du village (secteur de Kishanpur) qu'il a été retrouvé par ses poursuivants et tué. The Times of India, hier soir. PTI.

https://timesofindia.indiatimes.com/home/environment/flora-fauna/up-villagers-kill-tigress-by-running-tractor-over-it/articleshow/66502655.cms

Voir aussi, sur le même sujet. The Hindustan Times, ce jour. Article rédigé par Deokant Pandey.

https://www.hindustantimes.com/india-news/tiger-crushed-to-death-with-tractor-by-angry-locals-in-up-s-dudhwa/story-MW488sBY6nxLhrertICkmI.html

Actualisation au 6 Novembre. Les villageois qui avaient décidé de se venger de la tigresse étaient 6 (Babloo, Mukesh, Lal Bahadur, Sauthi, Chubash, Om Prakash). Suite au décès de leur voisin, ils se sont munis d'outils agricoles, ont localisé la tigresse et ont essayé de la battre à mort. C'est ensuite que deux d'entre eux se sont emparés du tracteur du garde forestier Mohan Ram avec lequel ils ont écrasé le félin. Déchaînés, ivres de colère, ils ont aussi attaqué un éléphant et son mahout envoyé dans le village pour patrouiller, ainsi que plusieurs employés des services forestiers, qu'ils ont pris en otage. Ceux ci ont été libérés plus tard après l'intervention d'un nombre plus élevé d'employés... D'après les autorités de Pilibhit, les arrestations devraient intervenir très bientôt. The Indian Express.

https://indianexpress.com/article/india/uttar-pradesh-villagers-who-beat-tigress-to-death-also-attacked-elephant-mahout-fir-lodged-5435508/

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens