Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 07:53

UN RAPPORT SUR LA COMPLEMENTARITE ECONOMIQUE ENTRE EUROPE OCCIDENTALE ET RUSSIE A ETE REMIS A LA FIN DU MOIS DERNIER A NICOLAS SARKOZY PAR JEAN PIERRE THOMAS.

CE QUI PEUT SE FAIRE EN ECONOMIE EST EGALEMENT POSSIBLE ET SOUHAITABLE EN ECOLOGIE (voir page du 21 mars).

  • Le rapport de 250 pages porte sur l'idée d'une zone de libre-échange entre l'UE et la Russie.

    La complémentarité, telle est l'idée maîtresse qui traverse le rapport de 250 pages «Pour un espace économique eurorusse» que Jean-Pierre Thomas a remis jeudi 29 mars à l'Élysée. Nicolas Sarkozy avait confié une mission, par une lettre du 17 janvier 2011, à l'ancien député devenu associé gérant de la banque Lazard pour faire avancer l'idée d'une zone de libre-échange entre l'Union européenne (UE) et la Russie, évoquée lors du sommet d'Évian de 2008 avec Dmitri Medvedev.

    Le constat sur la Russie est connu: une économie trop dépendante des matières premières ; une démographie déclinante, un climat d'investissement difficile notamment du fait de la corruption.

    Jean-Pierre Thomas n'esquive pas les handicaps russes mais préfère mettre l'accent sur les immenses besoins de ce pays grand comme 31 fois la France en matière d'infrastructures, d'efficacité énergétique, de logement ou de santé.

  •  Face à une Europe malade de sa dette, se dresse une Russie forte de 500 milliards de dollars de réserve de change. «Il y a une vraie complémentarité à jouer avec l'Europe, plaide l'auteur du rapport, qui voit dans l'ouverture d'une zone de libre-échange avec la Russie «un relais de croissance» pour une UE anémiée.

    Ignorer la Russie l'inciterait, lit-on dans le rapport, «à développer ses alliances avec l'Orient, avec la Chine voire avec les États-Unis dans le cadre d'une coalition antichinoise».

    Les opportunités des privatisations russes

    À plus court terme, le programme de privatisations lancé par l'État russe offre des opportunités aux entreprises européennes, et françaises. Les capitaux des sociétés publiques ouvertes aux investisseurs privés représentent 11 milliards d'euros, soit près de 1 % du PIB russe tandis que le secteur public pèse encore 40 % du PIB selon Moscou.

    Les investissements croisés au sein de l'UE et de la Russie ne pourront se développer que si les entraves aux capitaux russes sont levées, plaide encore le rapport. La crainte du blanchiment a rendu l'Europe méfiante à l'égard des investisseurs russes. Jean-Pierre Thomas souligne que le système bancaire russe s'est largement modernisé et que les ambitions de place financière internationale que caresse Moscou stimulent la mise aux normes internationales.

    Pour accélérer les négociations entre l'UE et la Russie sur un accord de partenariat et de coopération dont le but officiel est une zone de libre-échange, Jean-Pierre Thomas suggère que Paris et Berlin soient les moteurs d'un nouveau traité comportant «un calendrier de levée des freins aux échanges».


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens