Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 08:50

CUIRASSE MYTHOLOGIQUE POUR TEMPS INCERTAINS

Il y a quelques mois, Alexandre Mekhanik publiait dans le magazine russe Expert un intéressant article sur la nécessité pour son pays de reconstruire un mythe fondateur pour le présent et l'avenir de la nation (voir les extraits publiés par le Courrier International 1075 du 9 Juin 2011).

Quelques semaines plus tard, j'avais proposé, sur ce sujet, des pistes précises, axées sur des éléments historiques circonstanciés (voir "Europe : le tigre ou la mort" du 14 Juillet, précisions ultérieures les 11 et 26 septembre). Les aspects principaux de cette thématique avaient été résumées dans une interview donnée à Pascal Esseric, Rédacteur en Chef de la Revue "Elements pour une Civilisation Européenne", et parue le 14 Octobre dans le N° 141 (Octobre - Décembre 2011), sous le titre "pour l'Europe, c'est le tigre ou la mort".

 

Aujourd'hui, l'urgente nécessité de la refondation d'un mythe national russe est plus pressante que jamais. En effet, le simple réalisme conduit à constater que les mouvements tectoniques actuels des ensembles géopolitiques placent l'immense espace central eurasien sous la menace directe de l'étau sino - américain.

Le rouleau compresseur Chinois dans la partie orientale du territoire est désormais dépassé par le tropisme américain, "parasite de l'économie mondiale" selon les mots de Vladimir Poutine, de solutionner la crise totalement hors de contrôle (et provoquée par les Etats - unis eux mêmes) par la seule méthode possible et réellement efficace en pareil cas : la guerre.

 

Alors qu'une Europe occidentale aboulique en tous domaines cherche désormais à se vendre au plus fortuné pour sauver, veut elle croire, son confort d'animal domestique et consumériste, l'Espoir viendra (comme toujours) du Courage, de la Détermination, de la Lucidité et de l'Imagination (cette "Intelligence en érection" selon Victor Hugo), seuls à même d'enclencher une Résistance effective porteuse de victoire.

 

Comme l'a montré Anne Galezowsky, les mythologies primordiales slavo - baltes ont été sérieusement impressionnées (dans le sens photographique du terme) par celles des Scythes, qui glorifient l'Animal le plus sauvage, et notamment le grand félin (voir mon blog du 14 juillet déjà cité plus haut). De même, la culture finno - ougrienne de l'ours et du tigre continue à maintenir des ponts entre finnois (finlandais) et Khantys de l'Ob (Sibérie occidentale, Altaï - Sayan), dont les mythes principaux sont parents jusque dans le détail.

Ajoutons que le tigre fut symboliquement au coeur du "Grand Jeu", compétition géopolitique colossale entre Russie et Angleterre impériale au 19ème siècle, dont la Guerre froide du siècle dernier ne fut qu'une pâle réplique. Le "lion" britannique "chatiait" le tigre musulman - qu'il fut indien (Tippu Sultan en 1799, et plus encore les Cipayes révoltés en 1857) ou d'Asie centrale, notamment ouzbek - perçu dans tous les cas comme allié des russes... Orthodoxes et soufis étant, de ce point de vue, dans la même sphère culturelle aujourd'hui, ils constituent les deux sources principales auxquelles s'abreuvera l'Aigle bicéphale à la triple couronne... 

 

D'autre part (et à l'occasion de la sortie en France de la traduction du livre de John Vaillant évoquant le drame des relations hommes - tigres dans la Russie des années 90, voir ma page blog "Pamiat : la mémoire" du 9 Septembre 2010) rappelons que, comme le dirent les indiens des plaines d'Amérique du Nord à la fin du 19ème siècle, "ce qui arrive aux loups arrive aux hommes". Et c'est aussi ce qu'exprimèrent les kazakhs à propos des tigres, quand les uns et les autres subissaient l'anéantissement "agricole" des années 30. De même, la réification du tigre de Sibérie en "pièces détachées" et son qualificatif de "Toyota" (parce qu'on pouvait s'en acheter une en en tuant un), coîncide à une surmortalité d'un million de personnes en Russie pendant cette période de "Katastroïka".

A contrario, prendre soin du tigre implique un net mieux pour l'homme.

C'est d'ailleurs aussi le cas pour la forêt qui, là où elle est effectivement épargnée, permet aux riverains de tirer parfois des revenus des centaines de fois supérieurs à ceux où celle - ci est mise en coupe réglée.

 

Le "dragon vert " est un dispositif potentiellement majeur de l'armature mythologique de la Russie en devenir. Dans le cadre de son élaboration, un symbole national important serait un nouveau nom pour un animal appelé à revivre au Kazakstan, en Iran, puis en Turquie, mais en premier lieu en Russie centrale et occidentale, le "tigre de Sibérie": Panthera tigris eurosibericus, Panthera tigris russicus...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens