Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 08:03

LE DESTIN DU MONDE.

Cette page s'inscrit à la suite de celles des 14 juillet, 11 et 26 septembre, 26 et 29 octobre 2011.

 

ALEXANDRE NEVSKI, TIGRE DE SIBERIE. QUAND UN GUERRIER SE LEVE, ET CHANGE LA FACE DU MONDE. Avec le Drang nach Osten, le Saint Empire Romain germanique se lance, à partir du 12ème siècle, dans une invasion et une colonisation des territoires slavo – baltes, présentée comme une croisade anti païenne. Les autochtones sont présentés comme des bêtes répugnantes, dont l’extermination offrira le Ciel à ses auteurs. Les Polonais sont presque exterminés (les survivants serviront ultérieurement de « chiens de chasse » à l’Empire).  Au 13ème siècle, le but est d’annihiler la Russie orthodoxe. Alexandre Iaroslavich, alors Prince de Novgorod, arrête les Suédois sur la Néva en 1240, puis les chevaliers teutoniques au lac Peïpous en 1242. La « bête répugnante des marais »  devient un héros national russe, sanctifié.  700 ans plus tard, après les effroyables revers de l’Armée rouge dans le Golfe de Finlande, Staline associe 1242 et 1942 dans la lutte du peuple russe pour sa survie…
En 1997, le réalisateur Hayao Miyazaki porte à l'écran ce qui est probablement le plus grand dessin animé de l'histoire du cinéma : Princesse Mononoke. Le sous - titre est le suivant : "Le destin du Monde repose sur le courage d'un seul guerrier".

En Décembre de la même année, dans une Russie en chaos, un tigre massacre un chasseur qui lui avait volé sa proie. Les circonstances particulières du drame créent une prise de conscience à plusieurs niveaux : le tigre pense et agit comme un être humain, la misère amène les miséreux à s’affronter : ce qui arrive aux tigres arrive aux hommes (la Russie perd ses références culturelles, un sentiment d’effondrement s’impose et le pays subit une perte de un million de morts supplémentaires par rapport à la période précédente). L’évènement  fit l’objet d’un film de la société Scandinature en 2004 : « The last roar of the tiger », et d’un livre de John Vaillant en 2009 « The Tiger. A true story of vengeance and survival »). La « vermine » devient alors le joyau et l’emblême de la Russie (basculement sanctionné institutionnellement par Vladimir Poutine).  L’affaire renvoie à l’extermination du tigre des marais quelques décennies auparavant en Asie centrale, où animaux sauvages, lacs et cours d’eau ainsi que leurs populations riveraines subirent l’anéantissement (Kazakhstan, Ouzbekistan).  Celui qui était devenu une « peste » agricole avait pourtant été « La Merveille et la Gloire des montagnes d’Hyrcanie » aux yeux du poète latin Martial….

 

LE TIGRE : il est au carrefour de tous les mythes russes : l’opposition Europe (occidentalistes) / Asie (slavophiles, eurasistes), bois et herbe (cultures de la forêt et de la steppe), orthodoxie et islam. Il est l’un des principaux animaux référents de la civilisation Scythe (7ème – 3ème siècles avant J.C). Il est présent dans l’Ancienne Russie , c’est à dire dans une zone qui va jusqu’à la Pologne orientale actuelle,  au moins depuis l’arrivée des premiers slaves (4ème siècle). On en trouve sa représentation à Cernigov (actuelle Tchernihiv au Nord de l’Ukraine) lié aux cours d’eau, avant le 10ème siècle. Il affronte le Grand prince kiévien Vladimir Monomaque dans les marais environnant la ville à la fin du 11ème siècle. Sa présence est peut être beaucoup plus tardive (Polésie comme conservatoire naturel, traces littéraires liées à l'épopée cosaque au 17ème siècle). Le tigre russe médiéval est européen, il hante les marais. Le tigre russe actuel est asiatique, et habite la forêt. Il est  le descendant du premier.

 

LES PLUS GRANDS PROTECTEURS DE LA RUSSIE : LES FORÊTS (abri contre les peuples de la steppe),  LES LACS ET LES MARAIS ((Peïpous 1242, protection de Novgorod contre la Horde d’Or, Berezina 1812) SONT AUSSI SES PLUS GRANDS NOURRICIERS ET POURVOYEURS D’ACTIVITE. Le plateau du Valdaï,où à la fois Dniepr et Volga prennent leur source, est le cœur battant de la Russie européenne ( et vécu comme tel par les russes.)

L'année 2010 a été l'Année du Tigre, et 2011 l'année de la Forêt, ce qui a permis une réorientation de la réflexion et de l'action pour la sauvegarde de ceux ci. En toute bonne logique, 2012 devrait concerner les milieux humides, cours d'eau, lacs et marais. Pour rappel, les bassins des plus grands fleuves de la Russie du centre -Est constituent (de celui de la Volga à celui de l'Amour), un continuum territorial de 12 millions de km2.

 

Depuis son entrée dans l’ Histoire, la Russie  est à la recherche d’une mythologie nationale solide et fédératrice. Jusqu’à présent, elle a assumé, avec plus ou moins de bonheur, des référents exogènes, qu’elle a cru faire siens sans qu’ils lui correspondent.  Dans les années qui viennent, le pays sera confronté à de gigantesques défis de sécurité nationale (maîtriser un territoire immense avec une population en déclin démographique). Le pays  doit d’urgence sécréter un ciment national efficient,  qui sera son protecteur le plus important.  La question est en débat et la presse s’en fait l’écho. La redéfinition de l’identité nationale sous tend des changements dans ses représentations symboliques.

En Mars 2011, russes et Kazakhs ont officialisé un plan de réintroduction du tigre au Sud du Lac Balkash, visant à la constitution, à terme d’une population comprise entre 100 et 300 individus. Après un échec l’an dernier, un nouveau plan de réintroduction en Iran est engagé depuis octobre 2011.  La suite logique devrait concerner la Turquie, et bien sûr la Russie européenne (le retour au berceau originel).
LE TIGRE, LA FORET, LES MILIEUX HUMIDES CONSTITUENT LES SOMMETS DU TRIANGLE DE SANCTUARISATION OU IDENTITE ET SECURITE NATIONALE SE REJOIGNENT POUR LA RUSSIE.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens