Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 05:59

EPOQUE GLACIAIRE : LA  FABRIQUE DU « HEROS ». Adaptation possible d'une société matriarcale à d'importants changements environnementaux.

Ceci fait suite à « Les vieux soldats ne meurent jamais », mis en ligne le 22 février 2017, et à « Courant Etabli », mis en ligne le 5 avril 2020.

http://europe-tigre.over-blog.com/2017/02/les-vieux-soldats-ne-meurent-jamais.html

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/04/courant-etabli.html

Voir aussi les vidéos de la chaine YouTube sur la Guerre Victorieuse des cachalots, réalisées, sonorisées et montées par MARC SENNEPIN :  

https://www.youtube.com/channel/UCIH9M8YL7iik51fjMYjO6kQ

 

RESUME. Il y a juste 200 ans aujourd'hui, le navire baleinier ESSEX était coulé dans le Pacifique central (« offshore ground ») par un grand cachalot mâle (d'environ 26m de long) qui s'efforçait de protéger sa communauté... J'ai déjà montré que cet événement constituait à la fois un mirage et un masque pour les communautés de Nouvelle-Angleterre, qui a dissimulé à leurs yeux une stratégie particulière des cachalots au cours du XIXème siècle destinée, avec succès, à échapper à leurs agresseurs et, parfois, à en finir avec ceux-ci.

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/06/premiere-vague.html

Le corps du sujet du présent article est consacré à la mise en lumière des origines possibles d'une telle capacité chez ces grands cétacés. Celles-ci remonteraient au dernier âge glaciaire. A cette époque, les conditions environnementales défavorables peuvent avoir poussé les cachalots à des changements sociaux et culturels, impliquant des modifications physiologiques et comportementales chez les mâles, offrant à ceux-ci un statut social rénové au sein de cette société matriarcale, sous une forme probablement unique dans le monde animal.

Désormais, compte-tenu de ce cadre interprétatif général, le Projet « Courant du Cachalot Blanc » (5 Avril 2020 – 26 Janvier 2062) a pour objectil la reconstitution progressive de formes supergéantes, aussi bien chez les cachalots que les plus grands Mysticètes (Baleines franches du Pacifique Nord, rorquals bleu, commun, sei). Le rétablissement de telles clés de voute pour l'ensemble de l'architecture océanique peut constituer un moyen puissant de vigorisation de l'océan mondial, médicament efficace contre notre déclin culturel, nos désordres sociaux et nos risques géopolitiques.

 

SUMMARY. Exactly 200 years ago today, the whaleship ESSEX was sunk in central Pacific (« offshore ground ») by a big male sperm whale (85 feet in length -26 meters-) who tried to protect his community...We have already shown that this event was both a mirage and a mask for New-England communities, that has hidden an unthought strategy amongst spermwhales in XIXth century. We have named this strategy as well as its results « the First Pacific War » (April 5, 1820- January 26, 1862) in our book published in June 2020 (in french language) :

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/06/premiere-vague.html

We now add that the origin of this ability could have flowered during the last ice age. At this time, unfavorable environmental conditions could have pushed sperms to social and cultural changes, particularly implicating physiological and behavioral modifications in males, giving them a new social status in a matriarcal society, which is probably unique in animal kingdom.

Nowadays, taking into account this general interpretative framework, the « White Whale Stream » (WWS) Project » (April 5, 2020 – January 26, 2062) aims to establish strong facilities for revival of supergiant forms both in sperms and largest whales (bowheads & blue, fin, sei whales). Putting such keystones into operation for the whole of oceanic architecture can constitute a powerful means of strengthening the global ocean, an effective medicine against our social disorders, cultural decline and geopolitical risks.

Il y a aujourd'hui 200 ans, le baleinier américain « Essex » était coulé par un grand cachalot protecteur de sa communauté. Cet événement « ne fut que le pic » d'une campagne calamiteuse de bout en bout. Sa dimension particulièrement cauchemardesque bouleversa toute la communauté baleinière, puis, à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle, infusa jusqu'à nos jours dans les représentations collectives états-uniennes . En particulier, il était « difficile » d'admettre qu'un animal put infliger une défaite retentissante à une superpuissance montante : Nantucket affrétait 23 navires pour cette activité en 1815, 61 en 1819, 84 en 1821 :

Tower (Walter Sheldon). 1881. A history of the american whale fishery.

https://archive.org/details/ahistoryamerica02towegoog/page/n12/mode/2up

L'île était devenue la puissance dominante de l'océan mondial à la fin des années 1810 :

Herman Melville : «Moby-Dick », chapitre 14.

Le départ de l'ESSEX eut lieu le 12 août 1820. Le 14, un terrible coup de vent faillit couler le navire, et détruisit deux des cinq canots destinés à la chasse.

Le 16 novembre, la baleinière d'Owen Chase (second du navire et véritable homme fort du bord) fut pulvérisée par un cachalot avant que celui-ci puisse être harponné.

Le 20 Novembre, le grand mâle détruit le navire, et l'équipage commence un voyage dans l'immensité du Pacifique, dans 3 canots différents, qui durera (pour ceux qui survivront) plus de 90 jours (92 pour Chase, 94 pour Pollard, capitaine du navire).

Le 28 Novembre vers 11 heures du soir, le canot de Pollard est attaqué par une orque.

Dans les premières heures du 16 janvier 1821, en pleine nuit, c'est celui de Chase qui le sera par un énorme requin, presque aussi grand que l'orque.

Tenaillés par la fin, les hommes finirent par se livrer au cannibalisme. L'épisode le plus bouleversant de ce voyage (qui en compta tant et plus, plus effrayants et atroces les uns que les autres) fut celui où Owen Coffin, en oblat volontaire et surdéterminé, IMPOSA à son cousin et capitaine George Pollard de l'abattre et de le manger avec les survivants de l'équipage. Quand ce dernier fut finalement recueilli, il avait encore des os dans ses poches et continuait à sucer les restes de moelle... Genevieve Carlton. 2 Novembre 2020. « The Harrowing Story of the Whaleship « ESSEX »that inspired »Moby-Dick ».

https://allthatsinteresting.com/essex-ship?fbclid=IwAR0VWImVFpM1adltiePcrm4fB03WV3pIjXYS_Ib94MOfvkuuYHgAfPZI4Ww

Et pour une connaissance plus approfondie du sujet :                                                              Séminaire sur les conséquences écologiques, culturelles et littéraires de l'évènement, en juin dernier à Newberry :

https://www.newberry.org/06032020-stove-whale-essex-shipwreck-200#:~:text=Two%20centuries%20ago%2C%20on%20November,harrowing%20attempt%20to%20reach%20land.

Chase (Owen). 1821.  Narrative of the Most Extraordinary and Distressing Shipwreck of the Whale-Ship Essex ; which was attacked and finally destroyed by a large spermaceti-whale, in the Pacific ocean ; with an account of the unparalleled sufferings of the captain and crew during a space of ninety three days at sea, in open boats, in the years 1819 & 1820. W.B. Gilley, NY.

http://mysite.du.edu/~ttyler/ploughboy/1821%20-%20Owen%20Chase%20-%20Essex%20Narrative.htm

Philbrick (Nathaniel). 2000. In the heart of the sea. Harpers Colins Publishers. VF par Gérald Messadié. 2000. La véritable histoire de Moby Dick. JC Lattès.

 

Nous avons montré que cet épisode n'était que la pointe de la partie émergée d'un iceberg stratégique mis au point par les cachalots pour échapper à leurs agresseurs et, dans certains cas, d'en finir purement et simplement avec eux, dans notre livre paru en juin dernier aux éditions de l'Onde : « L'incroyable victoire des cachalots dans leur guerre contre les baleiniers au XIXème siècle » :

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/06/premiere-vague.html

Or, après avoir regroupé et mis en perspective une multiplicité d'indices recueillis dans la littérature scientifique, nous constatons que les origines de cette capacité particulière chez ce grand cétacé remontent à l'age glaciaire, et aux nécessités de faire face aux changements défavorables à la survie des populations que ce changement climatique induisait...

 

AVERTISSEMENT : Les incertitudes de la Paléontologie marine nous invitent à une extrême humilité. De fait, nous ne savons pas et ne saurons jamais, nous illusionnant parfois de ce que nous ressentirons comme des approximations vraisemblables, à tort ou à raison.

 

MIOCENE.

Une tentative désespérée pour éviter le pire. Dans une émission sur les grands animaux disparus (diffusée notamment sur la chaîne Arte il y a quelques mois) :

https://www.pointculture.be/mediatheque/documentaires/la-terre-des-geants-to54202

Shane Gero envisage que la disparition du grand requin Megalodon d'une part, et du grand cachalot prédateur Livyatan d'autre part, serait liée à des modifications physico-chimiques de l'Océan induisant des bouleversements au sein de la chaîne alimentaire, et privant ces prédateurs géants de leurs proies. A l'inverse, il émet l'hypothèse que d'autres cachalots, proches des ancêtres de Physeter et Kogia, seraient parvenus à se maintenir en allant chercher leur pitance à des profondeurs plus importantes, malgré toutes les difficultés et tous les dangers inhérents à ce choix novateur (les choses restent d'ailleurs compliquées encore à l'heure actuelle, pour Physeter lui-même) :

http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.1021.1621&rep=rep1&type=pdf

Les choix reproductifs des femelles peuvent s'être alors orientés vers une conformation foetale plus à même de visiter des profondeurs plus importantes, et pour un temps plus long, avec comme conséquence (parmi d'autres), l'expansion volumique du melon.

A ce stade, ceci n'induit aucune dissymétrie entre mâles et femelles, les deux sexes participant à une collecte de nourriture dans des eaux plus profondes qu'auparavant. De fait, Physeter (femelles incluses) possède un melon particulièrement « anomalique » par rapport à l'ensemble des Odontocètes, aussi bien vivants que fossiles. Les Odontocètes possèdent tous un melon, plus ou moins important selon les espèces, sans dissymétrie particulièrement accusée de cet organe entre mâles et femelles.

L'hypothèse de Shane Gero induit donc, selon moi, pour les ancêtres des cachalots actuels, une hypertélie du melon chez les deux sexes, dans des proportions uniques chez les odontocètes, mais sans dissymétrie entre les sexes.

PLIOCENE. Pas d'élément saillant répertorié, à ma connaissance.

 

PLEISTOCENE.

Eemien. Une « mondialisation mixte ». Ce stade « interglaciaire » (le dernier avant l'âge glaciaire qui a immédiatement précédé les temps « historiques ») commence il y a 130 000 ans, et atteint son pic de chaleur il y a 126 000 ans. A cette époque, le Sahara vert atteint des proportions encore plus gigantesques que celles qu'il atteindra à l'optimum néolithique, avec des mers intérieures (dont le lac Tchad) immenses. Dans de telles conditions, les zones recouvertes de glace, dans les zones polaires et dans les hautes montagnes, étaient beaucoup plus réduites qu'aujourd'hui, et les espaces océaniques d'eau libre encore nettement plus importants. La prospérité des cachalots est vraisemblablement importante, mâles et femelles évoluant de concert tout au long de l'année au sein de communautés florissantes. Au cours des 200 000 dernières années, c'est peut-être « l'époque/climax » pour des cachalots qui n'ont pas encore leurs caractéristiques actuelles.

Âge glaciaire le plus récent (80 000 – 14 000 -pic du froid entre 29 000 et 23 000-) :Vistulien ou Wurmien pour les européens, Valdai pour les russes, Wisconsin pour les Américains... Demondialisation, apparition des cultures modernes, réorientation sociale exigée pour la sauvegarde de l'espèce, en fixant une priorité absolue à la sécurisation des femelles et des jeunes par la« fabrique » de mâles à la physiologie et au comportement spécifiques : les « ICE BULLS ».

Comme on peut s'y attendre, le bouleversement climatique entraîne une péjoration des conditions de vie des cachalots. Leur démographie s'effondre, leurs zones d'activité se fragmentent et se réduisent drastiquement. A l'inverse de l'époque éémienne, l'eau libre océanique concerne des espaces bien plus faibles qu' aujourd'hui, la nourriture fait cruellement défaut, etc...

Une étude publiée en 2017 a montré dans le détail, à quel point les remaniements avaient sans doute étaient majeurs à cette époque, sur tous les plans essentiels de la vie sociale :

2017 Dec; 9(12): 3260–3264.

Published online 20Genome Biol Evol17 Sep 13. doi:  10.1093/gbe/evx187

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5726484/#evx187-B1

Les réorganisations géographiques à l'échelle planétaire poussent les cachalots à disparaître progressivement, leurs petits groupes isolés s'éteignant les uns après les autres, ou tenter de conquérir des failles océaniques dans les zones d'eau restées libres (actuellement équatoriales, tropicales, et subtropicales en tout ou partie), en s'enfonçant encore plus profondément vers le plancher océanique et peut-être même certaines zones de subduction... Tâche apparemment impossible à réaliser.

En étroite coordination avec les matriarches, les mâles les plus vigoureux vont alors tenter le tout pour le tout, comme prospecteurs et pionniers, et certains parviendront à revenir vivants des abysses, et porteurs d'informations précieuses sur ces lieux hostiles... Quelques communautés parviennent à se maintenir, au sein desquelles les choix reproductifs privilégient les embryons à melon particulièrement développé et à mâchoire « mutante » pour une meilleure préhension des grands calmars abyssaux... Génération après génération, les mâles à melon hypertrophié et à mâchoire modifiée sont préférentiellement choisis par les femelles comme reproducteurs... Au cours de cette période particulière où la nourriture était parfois extrêmement rare pour tous, le « ICE BULL » remontait-il parfois des grands calmars pour sa famille et le clan tout entier ? Les communautés isolées développent en tout état de cause des cultures spécifiques.

Est-ce à cette époque que se situe l'origine des « Gardiens » de secteurs particuliers (qui ont tant frappé les baleiniers au XIXème siècle) et qui correspond alors, simplement, à des espaces d'eau libre restreints, comme les petites îles orientales de la Sonde, mince chenal entre le continent Sahul (SuperAustralie) et le sous-continent Sunda (« archipel » indonésien actuel, d'un seul tenant en continuité terrestre à l'époque) :dynastie « Ikan Paus Puthi »/ « Timor Tom » , les fjörds de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud : dynastie « Mocha Dick » des Chiloé à la Terre de Feu, dynastie « Spotted Bob » dans l'espace libre entre un Cap-Horn « chemisé glace » et un océan austral à la banquise expansée ?

« Ice Bull » fut sans doute le plus grand animal de son époque, les filtreurs les plus gigantesques de la période historique (bowhead, rorquals bleu, commun, sei) ne devenant des supergéants qu'à l'optimum néolithique, surnourris par la profusion planctonique de cette époque...

En résumé : LA TRIPLE FONCTION DU « ICE BULL ». Il est donc envisageable que l'instrument social de première importance que devient le cachalot mâle à cette époque s'exprime par une fonctionnalité triple : reproducteur, pourvoyeur, protecteur.

Le Reproducteur n'est pas « aveugle » dans sa fonction, il est aussi co-éducateur précoce de ses enfants dès le stade intra-utérin.

Le Pourvoyeur peut offrir une provende qu'il est seul en capacité de recueillir (comme une ouvrière géante de fourmi Atta ou Pheidologeton).

Le Protecteur est à la fois co-stratège pour l'organisation d'ensemble de mise à l'abri de la communauté, et combattant direct face à l'ennemi jusqu'au sacrifice de sa vie si nécessaire (comme un soldat géant de termite Hodotermopsis, Macrotermes ou Bellicositermes). S'il reste invaincu, il finit, dans son grand âge, par se retirer définitivement loin des siens ou, selon la formule de Francisco Coloane dans « Le sillage de la baleine », il « pourrit seul au milieu des glaces ».

 

Et notons aussi que les solutréens, couverts de graisse de grand pingouin de la tête aux pieds et le ventre plein de la viande de cet oiseau, arrivent sur les côtes atlantiques américaines juste au moment où les « têtes glacées » viennent d'apparaître sur la scène de l'Histoire...  D'autres communautés humaines colonisèrent la façade Pacifique du continent à la même époque (Science Advances, 29 juillet 2020), il y a occupation humaine de la grotte de Chiquihuite il y a 33 000 ans :

https://www.inverse.com/science/mexico-cave-finding-2020

Cette communauté avait développé une industrie lithique jusque là inconnue qui aurait duré pendant 20 000 ans.

42 autres sites répertoriés ont été datés entre 27000 et 19000 ans (pendant et immédiatement après le dernier maximum glaciaire).

Ces « premiers arrivants » se déplaçaient le long de la côte pacifique, leur arrivée semblant avoir coïncidé avec la disparition de la mégafaune nord-américaine lors d'un « court » interglaciaire inscrit dans le Wurm/Wisconsin/Valdai...

HOLOCENE.

Optimum néolithique. Remondialisation, avec ségrégation saisonnière. Le « POLAR BULL »*. Cette période est presque aussi chaude et humide que le fut l'Eémien. Il y a donc possibilité d'une remondialisation assez généralisée et limitée tout à la fois : elle permet des contacts réguliers entre les différentes cultures, entraînant l'effacement de certaines et l'évolution plus ou moins importante de toutes les autres, mais sans effacer la réalité de cultures distinctes pour autant.

Et cette remondialisation relative s'effectue désormais sur la base d'une ségrégation saisonnière entre mâles et femelles, résultant directement des transformations intervenues à l'âge glaciaire. Les « ICE BULLS », très différents de leurs ancêtres dans leur physiologie, comportement, représentations, ne peuvent tout simplement plus vivre comme ceux-ci au sein des communautés en permanence. Femelles et jeunes peuvent largement se nourrir, et l'équilibre social nécessite désormais la constitution « d'écoles -cohortes, théories- de mâles, dans des espaces qui leur sont plus appropriés, les zones polaires en saison estivale... Les plus vieux d'entre eux ne font d'ailleurs pas la migration hivernale, et restent « au milieu des glaces ».

L' « inflation » des filtreurs dans le gigantisme. Dans le même temps, d'autres animaux optent pour une stratégie très différente. Profitant de l'explosion de la vie planctonique, les filtreurs (« à fanons »), mysticètes et quelques requins, connaissent une prospérité inédite et une dérive prodigieuse vers un gigantisme jamais vu dans l'Histoire de la Terre, autant que l'on sache. Les baleines franches du Pacifique Nord, les rorquals bleus, la plupart des rorquals communs et certains rorquals sei dépassent alors en volume les « Polar Bulls »... Certains requins ayant opté pour une stratégie trophique similaire deviennent des géants (requin grande gueule) et même supergéants (requins pèlerin et baleine). Même les choix reproductifs semblent ne pas être si éloignés entre filtreurs, qu'ils soient baleines ou requins (naissances multiples pas si rares et parfois spectaculaires chez les grands rorquals notamment)**.

De nouvelles fluctuations interviennent avec la péjoration climatique de l'aride post néolithique, puis retour du balancier favorable à l'optimum médiéval (Groenland : pays vert).

Le petit âge glaciaire, la préparation éducationnelle précoce à la Première Guerre du Pacifique. A cette époque, tous les mécanismes sociaux et comportementaux sont donc en place pour faire face avec bonheur, le cas échéant (et c'est d'ailleurs ce qui va se produire) à une agression extérieure inédite.

En effet, à partir des observations et interprétations croisées de Whitehead, Gero, Sarano, Glotin (parmi d'autres), une Entité Sensorielle qui est aussi un groupe social dense, où tes paroles me touchent et tes yeux sont les miens, a probablement une puissante capacité d'anticipation et d'orientation du groupe (biologique et comportemental) en fonction des contextes.

Le cachalot, confronté à un contexte environnemental particulier, peut orienter non seulement les choix démographiques mais aussi éducatifs à un stade précoce : le dialogue mâle/femelle est complémenté par un dialogue femelle/foetus et mâle/foetus : le dialogue parents enfants au stade intra-utérin, du fait des spécificités communicationnelles du cachalot, est plus étoffé, plus charpenté et plus précis que dans l'espèce humaine par exemple. En particulier (comme ne l'exclut pas Whitehead), le père (mais aussi tous les membres du clan autre que la mère), VOIT le (ou les) enfant(s) à l'intérieur du ventre de leur mère...

On peut donc concevoir l'élaboration, entre mâles polygames et femelles matures, d'une stratégie à la fois bivalente et complémentaire pour la force et la capacité de résilience du groupe, de solidification démographique d'une part et d'orientation comportementale d'autre part, dès le stade intra-utérin (peut-être dès la conception, voire avant...).

L'aspect comportemental dans le contexte d'une préparation « aux aléas majeurs de l'existence peut éventuellement être simplifié à travers la conception de fœtus multiples monozygotes...

Des naissances multiples peuvent être, de plus, viabilisées par l'existence des nourrices et autres accompagnatrices même si « la truie n'a pas suffisamment de tétines »...

Processus biologiquement délicat chez toutes les espèces, les fœtus multiples comptent plus d'anomalies que les fœtus seuls. Mocha Dick, physiologiquement anomalique à plus d'un titre, répondait-il à ce cas de figure ?... Accessoirement, y aurait-il une capacité particulière à « diriger » des naissances multiples au sein des « clans blancs » ?

Le processus pourrait donc être qualifié d'anticipation générationnelle de moyen et long terme, par la constitution/favorisation de prototypes, puis d'écoles de ce qui deviendra des nœuds communicationnels au sein des Megasecteurs. Le « mâle Alpha » correspondrait à un individu ou un complexe fraterno-sororal (2 ou plusieurs individus du même sexe ou de sexes différents), fer de lance structurant d'un Megasecteur ou d'une portion de celui-ci...

La guerre des « vieux soldats » : un leurre. De ce point de vue, ce qui a profondément marqué les baleiniers au XIXème siècle, et qui a durablement marqué leurs communautés nationales (l'affrontement inattendu avec de grands cachalots « agressifs ») constitue le pic de la partie émergée de l'iceberg stratégique tel qu'il a été conçu et mis en place par les communautés cétacéennes. Et même ce pic, connu à travers diverses légendes orales, rapports historiques (Owen Chase sur le naufrage de l'Essex) ou productions littéraires (« Mocha Dick, la baleine blanche du Pacifique » de Jeremiah Reynolds, « Moby-Dick » d'Herman Melville) a été mal compris dans son essence.

Par contre, l'héroïsme dont ont fait preuve les « vieux soldats » dans ce contexte est en prolongement direct de celui que leurs ancêtres avaient déployé à l'âge glaciaire pour assurer la survie de leurs communautés dans un contexte déjà extraordinairement difficile (« La Mort en face »).

L'épisode de l'ESSEX n'est qu'un mirage...

 

Le réchauffement climatique actuel. Contrairement à ceux du passé, il n'offre pas de capacité d'expansion aux cachalots dans la mesure où il s'inscrit dans le cadre d'un affaiblissement de l'organisme « Gaïa » et de ses possibilités immunitaires du fait d'activité humaines en prolifération quantitative et péjoration qualitative. Des eaux plus chaudes finiront par favoriser les invertébrés (si la surpêche finit par décroître et donc leur laisse cette possibilité). Les cachalots seraient théoriquement bénéficiaires de cet état de fait dans un premier temps (avec, notamment, des calmars plus nombreux et plus volumineux), et peut – être perdants dans un deuxième temps (comme les morues confrontées à la prolifération de leurs proies, les méduses, qui deviennent prédatrices des alevins et interdisent du même coup la survie d'un nombre suffisant jusqu'à l'âge adulte, dans un processus de cercle vicieux...

 

Le « White Whale Stream » EST DONC EN PREMIER LIEU UN MANIFESTE POUR UNE RESURRECTION DES CETACES SUPERGEANTS, QUI FURENT ET PEUVENT REDEVENIR LES PILIERS DE NOTRE MONDE.

Le cœur du dispositif organisationnel de ce projet doit cibler cet impératif.

Les animaux immenses sont les piliers du Monde. Si celui-ci se défait aujourd'hui, c'est parce qu'ils ont été enlevés. Il faut les reconstruire d'urgence pour rendre à nouveau notre Monde habitable. Refabriquer des Héros.

* A travers la personnalité singulière d'un combattant de la Première Guerre du Pacifique , nous illustrerons le 20 décembre prochain un cas archétypique de « Polar Bull », non compris comme tel par quiconque jusqu'à présent, dans un article intitulé « Un cœur qui bat : les vies multiples de « Mocha Dick » ».

 

* * REFERENCES à propos des naissances multiples.

Les baleines (comme les cachalots, mais sur des bases sociales totalement différentes) solidifient leurs populations à travers un pourcentage significatif de « Majors », très vieux et très grands. (Historiquement), si l'écrasante majorité des cachalots concernés sont des mâles, c'est exactement l'inverse chez les baleines.

Chez ces dernières, la stratégie de survie me semple plus « biodémographique » que sociale.

J'ai cru repérer en leur sein 2 modalités bien distinctes :

A. Bowheads. La femelle vit plusieurs centaines d'années, ce qui lui permet d'assurer dans de bonnes conditions le renouvellement des populations. Plus elle vieillit, plus elle grandit, et donc plus ses rejetons sont statistiquement viables et sains, éduqués par une « mère/bibliothèque ».

B. Baleinoptères géants. La femelle atteint progressivement (mais beaucoup plus vite qu'une bowhead) une taille gigantesque ; dès lors, elle se révèle apte, dans des cas représentant peut-être, environ, 0,5 à 1 % des naissances, à mettre au monde des jumeaux, et même des naissances multiples. Chez les baleines bleues, on connaît des cas rares de triplets, et même de quadruplets. Chez les rorquals communs, ont également été répertoriés des quintuplets et des sextuplets :

The twinning in southern fin whales. Seiji Kimura. 23 pages.

https://www.icrwhale.org/pdf/SC012103-125.pdf

[Pour Branch (Trevor A.). 2008. In the WWC database (for blue whales), 24560 single fetuses, 206 twins, 5 triplets and 1 quadruplet

https://www.researchgate.net/publication/214839287_Biologically_plausible_rates_of_increase_for_Antarctic_blue_whales]

Fin Whales (sur 39 947) : 328 twins, 13 triplets, 4 quadruplets, 1 quintuplet, 2 sextuplets

 

Seiji Kimura travaille dans les années 50 et 60 en lien direct avec l'industrie baleinière japonaise. Il publie des données uniques à ma connaissance sur la balance homozygotes / hétérozygotes au sein des naissances multiples des grands rorquals :

«I (Kimura) think that the determination of the differentiation of EZ (monozygotes) and TZ (hétérozygotes) is easier and more exact in whales than in man and domestic mammals. Because, when we catch a whale, it is dissected directly, its uterus is opened, and we can observe placenta. Further more, by the removed ovaries we can confirm the result of ovulation.

Fin whales : ¼ to 1/3 EZ, 2/3 to 3/4 TZ.

Photo de jumeaux monozygotes page 6 du document (108 sur papier)

Abortion and mortality rate after birth not clear.

The frequency of twins varies remarkably with their mother's age. And it increases in proportion with the mother's age. Slijper (1949) shows that the mode of size distribution of females which have twins and triplets is found at a greater length than the common pregnant females. Les mères sont plus grandes.

Monozygotic triplets (page 17/119 du document). Photo of trizygotic triplets.

Plus le nombre de fœtus augmente, plus il y a de mâles, à l'inverse de ce qui se passe chez l'être humain.

Pour le cas des quintuplets, ce sont tous des mâles.

Par contre pour les 2 cas de sextuplés, il y a : 5 femelles et 1 mâle dans un cas, 4 femelles et 2 mâles dans l'autre.

« …7 or more than 7 foetuses have not been reported yet.

The growth of twins is not inferior to the common foetuses. The difference of body length of two individuals in a couple of twins increases with the growth, and it will be 2 feet long when they are born. The difference of body length between two individuals of monozygotic twins is more than that of dizygotic twins.

The morphological studies of twins are important to the basal investigation of races in whales. We must catch the characters which are truly hereditary, and the precise investigation of monozygotic and dizygotic twins makes it clear. However, we have not had the morphological data of twins. This will be the important subject to survey in future. »

Voir aussi : Biological investigations on the whales caught by the Japanese Antarctic Whaling Fleets in the 1951-1952 season. Zenzo Kakuwa, Takehiko Kawakami, Ken'ichi Iguchi. Biological Research Section, Research Division, Fisheries Agency, Japanese Government. 68 pages.

https://www.icrwhale.org/pdf/SC008147-213.pdf

(Espèces concernés : Rorquals bleu et commun, baleine à bosse, et dans une moindre mesure, cachalot).

Et, pour le cachalot seul :

35 pages. Seiji (Kimura) Ohsumi. 1965. Reproduction of the sperm whale in North-west Pacific.

https://www.icrwhale.org/pdf/SC0191-35.pdf

Of the total of 446 sperm whales which were investigated their both ovaries and had corpora lutea in the ovaries, 442 whales (99.11 %) had only one corpus luteum, 3 whales (0.67%) had 2 corpora lutea and one whale (0.22%) had 3 corpora lutea in the ovaries. Therefore, the frequency of multiple ovulation is considered to be extremely low. A frequency of multiplets is also an indication

of multiple ovulations. However, the frequency of multiplets should be lower than that of multiple ovulation, because all ovulations do not always succeed to the fertilization. On the occurrence of twins in the sperm whales, Bennett (1840), Beneden & Gervais (1880), Matsuura ( 1936) and Matthews ( 1938) reported. And the frequency of twins is calculated as 0.66% from the data in the papers of the latter two authors. Using the records of foetuses of sperm whale in the International Whaling Statistics, of total 2,664 pregnant whales only 12 whales (0.45%) had twins. There is no record on the multiplets more than twin in the sperm whale. But, it is dangerous to connect the figures to the fertilization rate of ovums, because the sperm whales are usually flensed in land stations where equipments are often worse than those in factory ships, and it will be apt to miss the finding of foetuses in the flensing at land stations.

 

Des éléments additionnels intéressants peuvent aussi être trouvés dans les travaux d'Obla Paliza

 Obla Paliza (1968) notes : Female sperm whales in the Southeast Pacific may ovulate up to four and possibly five times during an oestrus.

Moreover : 12% of male foetuses and 7% of females showed one or other abnormality,

comprising notches in tail flukes or flippers, the head or lower jaw slightly

curved, a knot in the umbilical cord, an abnormally large clitoris or a folded caudal region...

"Mocha Dick" et ses multiples "anomalies", tel qu'il fut décrit oralement par Samuel Lewis en mars 1830...

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens