Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 14:48

Ceci est un miroir inversé de "Mon corps offert à la multitude" mis en ligne le 29 septembre.

Une vingtaine d'ours polaires entourent le village de Ryrkaypiy* (d'environ 800 habitants, Chukotka, Russie du NE), et certains jeunes individus tentent de pénétrer dans des maisons (l'un d'entre eux a brisé une fenêtre il y a trois jours). Plusieurs dizaines de ces animaux avaient été attirés par 5000 morses qui avaient pris leurs quartiers d'automne dans le secteur, comme chaque année.

Face au danger, les morses ont cherché à fuir et plusieurs centaines d'entre eux sont morts après une ou plusieurs chute(s) collective(s) au bas de falaises du Cap Kozhevnikova.

Les milliers de survivants ont alors migré loin du village, et de nombreux ours ont également quitté les lieux, mais pas tous, ce qui fait que les villageois sont angoissés par  cette situation. Certes, ils n'ont rien à redouter de véritablement sérieux dans l'immédiat, car les 20 ours qui sont restés sur place se nourrissent des cadavres des grands pinnipèdes. Mais l'incertitude est totale. The Siberian Times, ce jour.

http://siberiantimes.com/ecology/others/news/village-besieged-by-polar-bears-as-hundreds-of-terrorised-walruses-fall-38-metres-to-their-deaths/ 

* "Ryrkaypiy" est une expression tchouktche qui signifie "Lieu des morses" ou "Embouteillage de morses".

Repost 0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 09:09

Les lions de Gir font recette. L'ouverture d'un Safari Park de 400 hectares à proximité immédiate de la réserve vise à faire de celui - ci une plaque tournante touristique pour tout le sous - continent. L'inauguration a eu lieu avant - hier. Celui - ci abritera 3 fauves dans un premier temps, 8 dans un second, ainsi que 250 cerfs. The Times of india, hier. PTI.

https://timesofindia.indiatimes.com/home/environment/flora-fauna/ambardi-lion-safari-to-help-area-emerge-as-tourist-hub-gujarat-cm/articleshow/61129996.cms

Les lions sauvages du Gujarat étaient officiellement 523 il y a deux ans. Ils sont probablement plus de 600 aujourd'hui.

Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 09:43

Aléas de l'existence. Un tigreau âgé d'environ deux mois a été retrouvé mort, avant - hier, sur le territoire de Khabarovsk*. Pour une raison indéterminée, il s'est retrouvé séparé de sa mère (à l'initiative de celle - ci ou non) et a dû partir à sa recherche. Apparemment mort de cause(s) naturelle(s), le petit animal ne pesait que 2,6kgs... Tiger Amur Centre, ce jour. 

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/910/

ЗАГАДОЧНАЯ НАХОДКА

* Le territoire de Khabarovsk était l'une des deux seules régions de Russie (avec la province maritime du Primorje) qui abritaient des tigres de l'Amour jusqu'à la première moitié des années 2010. Aujourd'hui, le Primorje accueille probablement plus de 420 tigres, et Khabarovsk environ 120. De plus, une dizaine d'animaux s'épanouissent en région autonome juive ("Villégiature", mis en ligne le 11 de ce mois). Et il est probable que moins de 5 tigres vivent dans la région de l'Amour proprement dite, 

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 14:43

Land of Leopard (South - eastern russian Far - East). Details in "The Siberian Times", ce jour.

 

Repost 0
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 08:38

En Colombie Britannique, des représentants de la culture des "Indiens du Nord - Ouest" occupent 2 fermes d'aquaculture de saumon de l'Atlantique, dans le Nord de l'île Vancouver. Les occupants font valoir que cette activité met en péril les populations de saumons du Pacifique, et ne quitteront les lieux qu'après le démantèlement des établissements. Hakai Magazine, hier.

https://www.hakaimagazine.com/article-short/first-nations-test-political-water-fish-farm-protests

D'autre part (si l'on peut dire), en Colombie britannique, les orques épaulards sédentaires et piscivores ont vu leur population décliner de près de 25 % en un peu plus de deux décennies. Voir Global News, hier. Jesse Ferreras et Linda Aylesworth.

https://globalnews.ca/news/3801003/southern-resident-killer-whale-population/

BALEINE BLANCHE AGONISANTE. Dans la même région, la réduction comme peau de chagrin du glacier Comox est en train de détruire la culture locale. Pour les riverains, le glacier est Queneesh, une grande baleine blanche, qui, lors d'un terrible déluge, tracta des survivants dans leurs pirogues en bois de cèdre, qui avaient attaché leurs embarcations à sa queue à l'aide de cordes, et qui les déposa sur une montagne où elle s'échoua quand les eaux se furent retirées, et se transforma en glacier...

https://www.hakaimagazine.com/features/whale-dying-mountain

To live for 500 years: a person can’t do it, but a culture can. In his shore-front house on the K’ómoks First Nation reserve, Andy Everson says he can’t remember when he first knew the Comox Glacier by its older name, Queneesh. He supposes he learned the story from his mother, who learned it from her mother, and so on.

In the version that Everson tells, an old chief is forewarned by the Creator to prepare four canoes for a coming flood. The floodwaters ultimately cover the land completely, leaving the people in the canoes adrift until they’re able to fasten ropes to a giant white whale: Queneesh. At last, as the waters begin to recede, the whale beaches itself on the mountains, and is transformed into a glacier.

Most people in the Comox Valley know the Queneesh narrative, with its curious resonance to the biblical story of Noah. One detail from Everson’s telling, however, is often left out: Queneesh didn’t just save the K’ómoks—it anchored them in place. “You almost can consider this an origin story,” Everson says.

http://www.beyondnootka.com/articles/queneesh.html

Above the Comox Valley on Vancouver Island the white, frozen ice of the Comox Glacier presides majestically over the inhabitants. To the Comox First Nation's People, the valley's original inhabitants, this glacier is more affectionately known as Queneesh - the great white whale.

The glacier is a perpetual sheet of frozen water curling and grinding its way over the top of the mountains the way a fog bank sweeps in over the ocean enveloping everything in its path. Residents of the Comox Valley (Courtenay, Comox and Cumberland) can view the glacier from their main street and for many it is one of their lifetime ambitions to climb to the summit.

The glacier has become a focal point for many of the valley artists and its outline can be seen on business cards, tourist brochures, postcards and magazines. These advertisements in turn attract many visitors to the recreational capital of Canada, as the valley is known, to come and see the glacier shimmering in the afternoon sun.

The Comox Glacier has been there since time immemorial and the legend of Queneesh has played an important role for the First Nations. It gives the present people knowledge of the past and a pride in their ancestors. It recounts the time when there was a great flood that inundated the land and is similar to the biblical story of Noah and his Ark.
In the Comox Valley, the legend of Queneesh tells how an old man had a dream where he was told to warn the Comox people to prepare for a coming disaster.

The voice in the dream tells him that soon the rain will begin to fall and it will not stop for a long, long time. This constant rain will result in tremendous flooding and the people must work hard to prepare themselves for this time. The Comox chief listens to the old man's story and due to his respect for their elders, decides to take his advice.

Groups were assigned various tasks, some to build more canoes; others to harvest much cedar bark and then have it prepared for weaving, as many miles of rope will be needed. Fish had to be smoked, seafood dried and preserved, deer hunted and the meat cured and made ready. Yet others were to make capes and woven hats that would be needed to shed the rain. Even the young children had to give up their games in order to help with the preparations.

Finally everything was ready and just in time. As the voice in the dream predicted, the rain began. A group of the strongest and wisest men was sent to the top of the glacier where they were to find the ideal location to attach the cedar ropes. The place of attachment was crucial as the very future of the people depended on their correct choice.

Before long the rivers began to flood so the canoes were loaded with their provisions, necessities and people, and attached to the cedar ropes from the glacier. Soon the waters rose above the totem poles and each day, they saw things that there was no room for in their canoes, float by.

The rain continued to pour, the people became more frightened and the canoes required constant bailing. Days and nights passed and the waters rose up the sides of the mountains. The rain was relentless. Eventually the day came when the glacier was almost covered and every person began to pray to the great spirit, and then something they had never dreamed possible occurred. The glacier, the very one that they had seen and watched from a distance for many years, suddenly took on a life of its own. It began to float and broke through the surface of the flood waters, the way a great whale breeches. At first the people were in awe of this unusual spectacle but they soon began to understand what was happening. The people began to laugh and cheer, and cry out to each other. "The glacier is a huge white whale!" they say. "Queneesh."

Soon, to their joy, the rain stopped and for the first night in a long time they were able to have a comfortable sleep in their canoes.

Next morning the sun shone through brightly and there was great excitement in the canoes. There was laughter and words of praise in their voices. The people began  planning celebrations for when they would be safely back at the site of their village. As the waters subsided, Queneesh began to settle back into his former position where the people see him ad admire him to this very day - overlooking the whole Comox valley as if he were resting upon a throne. 

So honoured is Queneesh that on the tribal grounds by the Comox estuary he is symbolized in paint on the front of one of the remaining long houses. Here the people assemble, dance and sing in the shadow of Queneesh.

For many people these mountains are nothing more than rock and ice, a frigid cold place where no one lives. But as we can see from these stories told by indigenous people, they are the homes of animals and mythical creatures, maybe we too can see the spirits they talk about and honor.

 

Repost 0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 05:34

En Inde occidentale, dans le minuscule Etat de Goa (frontalier du Maharashtra au Nord et du Karnataka au Sud et à l'Est, ancienne colonie portugaise annexée par l'Inde en 1960, Etat depuis 1987), les spécialistes des grands félins insistent auprès des autorités pour convertir les sanctuaires actuels en réserves à tigres, ce qui modifiera les règles à suivre sur ces territoires, et renforcera leur protection. The Times of India, ce jour. Paul Fernandes, tnn.

https://timesofindia.indiatimes.com/city/goa/experts-urge-govt-to-declare-sanctuaries-as-tiger-reserve/articleshow/61059746.cms

Repost 0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 05:10

Deux espèces de baleine à bec plongent à des profondeurs exceptionnelles (2 à 3km) et n'ont besoin que d'un peu plus d'une heure de "récupération" en surface entre deux plongées. Ce phénomène pourrait s'expliquer par le basculement vers un mode de respiration anaérobie à grande profondeur... Science Codex, hier.

http://www.sciencecodex.com/two-beaked-whale-species-take-very-long-deep-dives-their-size-615883

Repost 0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 16:33

Cette pointe de lance a servi à tuer un proboscidien géant il y a 28500 ans.

Des pointes de lance en ivoire de mammouth ou corne de rhinocéros à fourrure étaient utilisées pour tuer ces animaux. Certaines d'entre elles étaient équipées de microlithes coupant comme des lames de rasoir.

Cette arme datant de 10 000 à 12 000 ans a été découverte dans la toundra proche de la rivière Syalakh, dans les côtes d'un squelette de mammouth adulte. La canule est aménagée pour accueillir les microlithes.

Ces objets ont été découverts sur la côte arctique de la Yakoutie. Voir le détail dans "The Siberian Times", ce jour. 

http://siberiantimes.com/science/casestudy/news/is-this-proof-early-man-weaponised-ivory-from-woolly-mammoth-tusks-to-killwoolly-mammoths/

Repost 0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 16:07

La tigresse Philippa, relâchée au Birobidjan le 29 avril dernier, n'a plus cherché à entrer en contact avec les hommes ou leurs habitations depuis lors. D'après les observations réalisées sur le secteur de Dichun (frontalier de la Chine) où elle est parvenue à "faire territoire" dans de bonnes conditions, des griffures signant son activité ont été découvertes sur au moins 4 troncs d'arbre. Depuis 6 mois, elle s'attaque à de grosses proies tous les 6 à 8 jours. Parmi ses victimes, on compte non seulement le cerf, le cerf rouge et le sanglier, mais aussi l'ours noir asiatique et le loup. L'augmentation de la présence des tigres dans la région est en train d'affecter sérieusement celle des loups, dont l'impact sur les ongulés est plus important. En 2012, la région comptait 1 seul tigre. Ils sont aujourd'hui 9, sans compter des visiteurs occasionnels dans la partie Nord du territoire. Dans un secteur différent de celui occupé par la grande tigresse Philippa, la réserve Zhulavny, le tigre Boris et sa compagne Svetlana ( tous deux relâchés en 2014) manifestent eux aussi la solidité de leur implantation. Boris est facile à photographier par caméra piège, Svetlana beaucoup moins (sa timidité étant sans doute due à sa maternité). Le prochain suivi sur le terrain sera effectué de fin novembre à début décembre 2017. D'ici 10 ans, la population tigréenne du Birobidjan devrait avoisiner les 30 individus. Voir le détail, ainsi que les excellentes photographies, sur Tiger Amur Centre, ce jour.

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/907/

МОНИТОРИНГ ТИГРОВ В ЕАО ПРОДОЛЖАЕТСЯ

Voir aussi "Amur Tiger Programme".

http://programmes.putin.kremlin.ru/en/tiger/news/25602

Repost 0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 08:22

Charité bien ordonnée.

L'histoire du Monde est un Livre imprécis qu'il faut lire avec émotion. Dimitri. Le Voyage. Albin Michel 2003.

Je viens de lire "Moby Dick", adapté par l'illustrateur Anton Lomaev, qui est sorti le 4 octobre aux éditions Sarbacane. Tout y est immense : la taille du livre, des illustrations, des cachalots!, l'originalité du choix et du contenu du texte, comme celui des gigantesques et magnifiques illustrations. Mais ce qui m'a frappé plus que tout dans le travail de ce biélorusse de St Pétersbourg, c'est la nature du regard qu'il porte sur un tel récit. A mes yeux, une approche slave s'il en est.

Chaque illustration exprime une empathie pour son sujet, aussi sombre celui - ci puisse t - il être, implique plusieurs niveaux de lecture, associe "explicite" et "corps subtil(s)"....

L'Auteur, pour la première fois à ma connaissance depuis Melville, place avec ostentation sous miroir grossissant des étapes clés du récit, ordinairement négligées et incomprises, et que je me suis attaché à mettre en exergue sur ce blog depuis février dernier. 

1. Le jet fantôme - Funérailles / Le Sphinx - Le Pequod rencontre le Jungfrau. Pour rappel : 

"Le jet fantôme", ou l'effet chaudron. "Eclairé par la lune, il paraissait céleste, et semblait quelque dieu empanaché et étincelant surgissant de la mer." A la lumière lunaire ou stellaire selon les cas, le jet mystérieux "paraissait nous attirer toujours plus loin." "Pendant un moment, il régna, aussi, une sorte de crainte accompagnant cette apparition fugitive, comme si perfidement elle nous faisait signe de continuer, afin que le monstre tournât autour de nous et enfin nous abimât dans les mers les plus reculées et les plus désolées." Ceci est typique de "l'effet chaudron", manoeuvre d'enveloppement après avoir attiré l'ennemi, y compris par une force très inférieure en nombre et en moyens, mais regorgeant de vitalité, d'intelligence, de courage et d'imagination. Ainsi agirent avec plein succès le coréen Yi Sun - sin contre la flotte japonaise de 1592 à 1598, Mocha Dick contre l'armada baleinière en octobre 1842, des unités de 2 ou 3 combattants soviétiques dans les ruines de Stalingrad en 1943... Vertige...  "Pendant des jours et des jours nous continuâmes à naviguer sur des mers si doucement fatigantes et désertes que tout l'espace, par contraste avec notre course de vengeance, paraissait se vider de vie au - devant de notre proue." Melville connaît la même situation lors de l'hiver 42 - 43 dans les mers du Sud, à bord du Charles & Henry en route vers le Japan Ground... Nuit et brouillard, les kodamas. "... le Pequod aux dents d'ivoire s'inclina devant la tempête, et déchira les vagues noires en sa folie, jusqu'à ce que, comme des averses de copeaux d'argent, les flocons d'écume s'envolassent au - dessus des bastingages". "Toute cette absence de vie"... ou plutôt une vie grouillante élusive? (15). Ignorance, aveuglement. Des oiseaux de mer se posent alors sur les haubans du navire, "et en dépit de nos clameurs, ils s'accrochaient longtemps au chanvre, comme s'ils croyaient que notre navire était inhabité et dérivait, lieu de désolation, et par conséquent perchoir idéal pour des heimatlos comme eux." Il apparaît que les oiseaux et l'équipage du Pequod évoluent dans des univers parallèles. Le Pequod est déjà détruit, et son équipage est déjà mort. Les oiseaux se comportent à l'égard du bateau comme vis à vis d'un cachalot dépecé : 

"Funérailles" & "Le Sphinx". "Le corps blanc décortiqué du cachalot décapité luit comme un sépulcre de marbre... oiseaux braillards, dont les becs sont autant de poignards infligeant des insultes au cachalot... Le vaste fantôme blanc décapité s'éloigne de plus en plus du bateau et pour chaque mètre qui en flotte, il semble qu'il y ait des mètres carrés de requins et des mètres cubes d'oiseaux, faisant un bruit de mort."  Et Fata Morgana est déjà là, bien avant de planer sur le Pequod : "Et ce n'est pas la fin. Profané comme il est, ce corps, un fantôme lui survit et plane au - dessus de lui pour effrayer." Ceci s'articule pleinement avec le calvaire du "Vieil Adam" ("Le Pequod rencontre le Jungfrau", ch.81). Et pourtant, dans ce royaume où il y a quelque chose de pourri, Achab est convaincu que "cette tête sur laquelle luit maintenant ce soleil là - haut, s'est déplacée parmi les fondations de ce monde" et qu'elle en a "assez vu pour faire éclater les planètes et faire d'Abraham un incroyant"... Dans "Le Voyage", Dimitri fait dialoguer Pythéas avec un cachalot, bien vivant celui - là... Lecture "impossible". Auparavant, Ishmael était déjà resté interdit devant la peau du cachalot recouverte de véritables hiéroglyphes. prenant comme comparaison les monuments des mount builders du Mississippi, il rendait les armes : "Comme pour ces rocs mystérieux, aussi, le cachalot porteur de ces marques reste indéchiffrable ("La couverture", ch. 68).

"Le Pequod rencontre le Jungfrau". Une lune de Midi dans les ténèbres glaciales. Chapitre en puissante connection avec le paragraphe précédent.  Le "Vieil Adam", grand mâle épuisé par les ans, manchot, aveugle avec disparition complète de la structure oculaire, recouvert de tâches jaunâtres, couvert d'abcès purulents dont l'un provoqué par une pointe de lance en pierre précolombienne, se fait massacrer (dans le chapitre 81), de la façon la plus barbare, cruelle et ignominieuse qui soit, pour un résultat nul. Il exprime toute la Cétacéanité souffrante, torturée par l'un des officiers de bord, Flask, qui prend un malin plaisir à faire éclater son abcès principal à coups de harpon,et ce  malgré les appels à la modération de Starbuck. De petite taille, gauche, "d'une bétise pénétrante" selon les mots de l'auteur, Flask bout d'une haine structurelle et principielle à l'endroit de tout cétacé... Finalement attaché au navire, le martyr sombre et commence à entraîner celui - ci avec lui. L'équipage doit rompre les liens et laisser s'enfoncer la proie. 

Le tableau d'ensemble est celui du maelström nauséabond de la Bétise et de la Méchanceté triomphantes, déjà illustré dans un contexte voisin un siècle auparavant par Georg Wilhelm Steller à propos du massacre ignominieux des rhytines géantes...  

Le vieil Adam annonce aussi, étrangement, ce vieux mâle blanc cacochyme et agonisant, aussi grand qu'une baleine bleue, édenté et borgne, achevé sans combat * au large du Brésil 8 ans APRES la publication de l'ouvrage, que d'aucuns identifieront alors comme "Mocha Dick", alors que sa taille était de 60% supérieure à celui - ci, et qu'il appartenait vraisemblablement au "groupe açorien"...

On constate la présence d'une lune bleue énigmatique : "Comme les trois baleinières restaient là sur [la mer] ondulant faiblement, regardant [et] sa lune éternellement bleue, et comme pas un seul grognement ou cri d'aucune sorte, pas même une ride ou une bulle ne montait des profondeurs, [quel terrien aurait pensé que sous tout ce calme et cette placidité, le plus grand monstre des mers se tordait et se débattait mortellement ?] Mère - Océan éplorée ? Tombe et Matrice de l'Âme ? Déesse de la Vengeance ?

2. L'arrivée dans le Pacifique et la préparation de l'Arme absolue :  complexité et puissance magique du harpon commandé au forgeron Perth par Achab (véritable bombe atomique conçue avant d'aborder le "Japan Ground" ou le capitaine pense trouver son adversaire)...

... Et les trois jours de chasse, réintitulés en un seul  avec une grande intelligence géopolitique : " La course à l'abîme".

Parenthèses sur "une culture, un regard" avant conclusion. Rappelons simplement ici que :

1.  LE POISSON - BALEINE SLAVE. En mer d'Azov, ce "poisson géant" transporte sur son dos la communauté slave archétypale (voir "Retour dans la Mère Patrie" mis en ligne le 24 mars 2016). Et dans les représentations des anciens scandinaves, certaines baleines sont grandes comme des îles et leur dos est végétalisé, d'autres protègent les navires (voir "Culture glaciaire" mis en ligne le 1er mai 2017).

2. La découverte d'un troupeau de 6 rhytines de Steller par un baleinier russe, le Buran, en 1962, près de 200 ans après leur extinction supposée... 

Buran Whaleship, the discovery of the Gam (about 6 individuals feeding in a lagoon free of ice into which a small river entered). In the lagoon there were large quantities of giant kelp and other algae. One animal observed again on the following day . It was the unanimous opinion of the observers, many of whom had worked long years in the whaling and marine mammal industries of the Far East, that the animals encountered did not belong to any of the known cetaceans or pinnipeds : the skin was dark, the head relatively small and sharply set off from the trunk, the upper lip appeared to be split and overhung the lower one (it is possible however that this impression was created by dense vibrissae); the animal’s tail surprised the observers because it was bordered by a filamentous fringe [razmochalennoĭ bakhromoĭ, okaĭmliavsheĭ ego]. The animals swam slowly, periodically dived for a short time and then reappeared, rising some distance out of the water. The group formed a compact school probably consisting of animals of different ages (in size from 6 to 8 m), swimming in one direction from the coast. ). Reports of the occurrence of animals whose descriptions resemble Steller’s sea cow have been received periodically in recent years (before 1962) at the Pacific Research Institute for Marine Fisheries and Oceanography (TINRO), from fishermen who were local inhabitants of the North Kuril Islands, of the east coast of Kamchatka, and of Chukotka, but no great importance has been attached to them. However, in the light of the observations of the whale-catcher Buran, all these reports deserve close scrutiny.

In the mid 20th Century a harpooner reported regularly seeing 32 foot long, finless animals not far from Bering Island in July, several years in succession.

Another interesting fact is that the character of the region where the Buran encountered these unknown animals is extremely like that of the situations where sea cows used to live. We may again quote Krasheninnikov, to the effect that these animals live “in quiet bays of the sea, especially around the mouths of rivers.” And of course the region of the encounter, as indicated above, does not freeze up in winter.

CONCLUSION : L'ultime illustration du Livre, placée en écho et réponse à l'épilogue, est un portrait  de Tante Charité, soeur de l'abominable Bildad, et que Melville présente ainsi au chapitre 20 : "Vieille dame maigre à l'esprit résolu et infatigable, mais cependant ayant très bon coeur, qui semblait avoir décidé que, si cela dépendait d'elle, rien ne manquerait à bord du Pequod, une fois bien parti en mer. Un jour elle s'amenait avec un bocal de conserves au vinaigre pour l'office; un autre jour avec un bouquet de plumes pour le bureau du second, où il tenait son journal de bord ; une troisième fois avec un rouleau de flanelle pour les reins de qui souffrirait de rhumatisme. Jamais aucune femme ne mérita mieux son nom, qui était Charité, Tante Charité, comme tout le monde l'appelait. Et comme une soeur de charité cette charitable Tante Charité allait de-ci, de-là, prête à faire tout ce qui était en son pouvoir pour assurer sécurité, bien - être et consolation à tout l'équipage... Mais il était surprenant de voir cette excellente Quakeresse au grand coeur venir à bord, comme elle le fit le dernier jour, une longue louche à huile d'une main, et une lance à baleine encore plus longue de l'autre."

Anton Lomaev la présente assise, harpon dans une main, bocal de conserves dans l'autre, tête haute et regard d'une ineffable douceur. J'y ai trouvé une densité similaire à celle de certaines photos chargées d'émotion de la "photobiographie de Slobodan Despot... 

Repost 0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens