Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 07:59

Le corps sans tête d'un tigre de l'Amour mâle adulte a été retrouvé dans le parc national d'Anyuisky dans le territoire de Khabarovsk, près du village d'Arsenyevo, district de Nanaysky.

Le cadavre de l' animal pris sur des branches d'arbres dans la rivière Anyui a été retrouvé par les inspecteurs du parc national. Ils ont signalé la découverte à la police, sorti le corps de l'animal de l'eau et sont restés à ses côtés jusqu'à l'arrivée des forces de l'ordre.

L'examen visuel n'a pas révélé la présence de blessures par balle.  La tête avait été séparée pour une vente ultérieure ou afin de cacher les traces de blessures. 

Le corps de l'animal a été transféré pour examen au Centre du tigre de l'Amour. Les experts devront savoir quand le tigre est mort et combien de temps il est resté dans l'eau. Voir le détail sur le site du Centre de Réhabilitation et de Réintroduction du Tigre de l'Amour, hier :

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1580/

В ХАБАРОВСКОМ КРАЕ ОБНАРУЖЕНО ОБЕЗГЛАВЛЕННОЕ ТЕЛО ТИГРА

Dans "Mononoke Hime" (Hayao Miyazaki, 1997) le Grand Cerf, Dieu de la Forêt*, a la tête arrachée par une balle d'arquebuse tirée par Dame Eboshi (エボシ御前), qui dirige une vaste entreprise industrielle : "Les Forges"... Sur cette tête repose l'équilibre et la prospérité de la région...

ディダラボッチ Le Shishi Gami, le Dieu-Cerf, est appelé Didarabocchi lorsqu'il a sa forme nocturne. C'est le Dieu de la forêt et par conséquent le Dieu des animaux qui y vivent.
Le jour, il a l'apparence d'un cerf avec un visage étrangement humain. La nuit, il devient un géant trois fois plus grand que les arbres.

http://ghibli.free.fr/mh/shishi.html

https://ghibli.fandom.com/wiki/Forest_Spirit

Partager cet article
Repost0
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 06:22

Ceci fait suite à "Sommets et précipices" (paragraphe "Melville et Sarano), mis en ligne le 25 mars et actualisé au 8 avril :

http://europe-tigre.over-blog.com/2021/03/sommets-et-precipices.html

A travers les résultats des travaux les plus récents de François Sarano d'une part, Hal Whitehead de l'autre, la confirmation de la thèse développée dans mon livre paru l'an dernier sur la victoire des cachalots sur les baleiniers dans le Pacifique au XIXème siècle a fait l'objet hier d'un échange avec Frédéric Taddei dans le cadre de son émission radiophonique "C'est arrivé demain" sur Europe 1 :

https://www.europe1.fr/emissions/C-est-arrive-demain/frederic-taddei-avec-julie-jacob-michel-tognini-et-alain-sennepin-4037764

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 07:37

S'il n'en reste qu'un...

L'incroyable victoire de l'éléphant de mer du Nord. Une Histoire alternative à celle des Rhytines de Steller. 

Une famille d'éléphants de mer à Piedras Blancas :

Jusqu'à la deuxième moitié du XIXème siècle, les éléphants de mer de la Baja California (partie mexicaine de la Californie) furent chassés jusqu'à leur quasi-extinction. Ils furent notamment tués en masse par les chasseurs de baleines grises des lagons de Basse-Californie des années 1840 à 1870. Voir à ce sujet "L'impossibilité d'une île" mis en ligne le 14 décembre 2020 (Paragraphe : " 2 anti-récits structurés : les 2 "Melville". 1851, 1874").

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/12/l-impossibilite-d-une-ile.html

Et aussi : John Ross Brown. 1868. Sketch of the Settlement and Exploitation of lower California.

A l'issue de cet épisode, on supposa qu'il ne restait que 20 à 40 survivants. N'étant par la suite plus observé nul part, ils furent considérés comme éteints en 1884.

En 1892, huit individus furent découverts sur l'île Guadalupe par une expédition de la Smithsonian Society sous la direction de Charles Haskins Townsend, qui décida d'abattre ceux-ci pour la collection du Smithsonian Museum (il parvint à ses fins pour 7 d'entre eux). [Références dans : Busch (Britton Cooper). 1987. The War Against the Seals: A History of the North American Seal Fishery. McGill-Queen's Press. p. 187 ]

Charles Haskins Townsend :

 

L'année suivante, Rudyard Kipling écrivit, à partir du 3 mai, une nouvelle "Le phoque blanc" évoquant la survivance élusive d'un troupeau de rhytines de Steller dans un tunnel marin naturel :

http://www.kiplingsociety.co.uk/rg_whiteseal1.htm

Avec illustrations :

https://ebooks.adelaide.edu.au/k/kipling/rudyard/jungle/chapter7.html

 

 

La même année, un accord fut signé à Paris  pour interdire la chasse en mer des otaries à fourrure surexploitées et dont le nombre était passé au-dessous du million, dans un rayon de 60 milles marins autour des îles  Pribiloff (Alaska), ainsi que dans la mer de Béring du 1er mai au 31 juillet. Bien que les États-Unis armèrent des canonnières pour faire respecter l'accord, la tuerie continua, et en 1910, il ne restait plus que 160 000 otaries aux îles Pribiloff.

La même année, une petite centaine d'éléphants de mer furent découverts sur l'île Guadalupe. Le survivant au massacre de Townsend 18 ans plus tôt n'était donc pas seul.

Rudyard Kipling, ainsi que Jack London, firent campagne pour la sauvegarde effective des otaries à fourrure, et, aux côtés d'autres écrivains, parvinrent à émouvoir l'opinion publique. L'année suivante (1911), fut signée à Washington la Convention sur la préservation et la protection des phoques à fourrure du Pacifique Nord entre la Grande Bretagne, le Canada, les Etats-Unis, la Russie et le Japon.

En 1922, le gouvernement mexicain protégea officiellement ses éléphants de mer, qui sont, aujourd'hui, environ 150 000.

Joyeuses Pâques, dans la Joie et l'Espérance. 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 10:49

Entre le 11 janvier et le 29 mars, un jeune tigre a tué plus d'une douzaine de chiens, la plupart  dans le village de Zanadvorovka, et quelques autres dans les villages de Gusevka et Provalovo (District de Khasansky, Primorsky Krai). Au cours de cette période, le félin a aussi tué et dévoré des ongulés sauvages. Les méthodes d'effarouchement s'étant avérées inefficaces, il a été décidé de capturer l'animal, avant réintroduction ultérieure dans une autre zone. Mais le prédateur, intelligent et prudent, déjoue tous les pièges, et l'équipe de capture, renforcée en effectifs au fur et à mesure, n'a toujours pas réussi à s'emparer du grand chat... Voir le détail sur le site du CEntre de Réhabilitation et de Réintroduction du Tigre de l'Amour, ce jour :

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1577/

ОХОТНАДЗОР ПРИМОРЬЯ ЗАНИМАЕТСЯ ОТЛОВОМ ТИГРА В ХАСАНСКОМ РАЙОНЕ

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 10:22

MISSING IN ACTION. Jusqu'au XXème siècle, de très nombreux cétacés estropiés ou tués par les baleiniers ne furent jamais récupérés par ceux-ci, et donc non comptabilisés. Un exemple est donné à travers l'étude (publiée hier par "ICES Journal of Marine Science" 78 (1), 14-24) de 255 livres de bord couvrant 150 ans de pêche au cachalot et à la baleine franche australe en Atlantique du Sud-Ouest, au large des côtes du Brésil et de l'Argentine : 

https://academic.oup.com/icesjms/article/78/1/14/6026100

Voir aussi le commentaire et résumé de Richard Kemeny, publié le même jour par "Hakai Magazine" :

 https://www.hakaimagazine.com/news/the-lost-whales/

N'ayant jusqu'à présent pas tenu compte de ce fait dans leurs simulations, les estimations des effectifs historiques des populations de grands cétacés doivent être modifiées à la hausse, de même que les politiques visant à leur restauration.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 07:10

Les premiers résultats du recensement des tigres dans des zones protégées de l'extrême orient russe indiquent, pour le sud-est de la chaîne montagneuse Sikhote-Alin, la présence de neuf individus adultes dans la réserve de Lazovsky et de sept dans celle de Zov Tygr. Ces éléments ont été fournis par le relevé d'empreintes dans la neige, travail effectué cette année dans des conditions particulièrement ardues. Il n'a pas été possible de se rendre dans des zones difficiles d'accès où les sangliers se regroupent, suivis par leurs prédateurs : le nombre de grands félins est donc certainement sous-estimé par cette première phase d'étude, qui sera complétée par l'analyse des photographies prises par les caméras-pièges, en juin prochain. Voir le détail sur le site du Centre de Réhabilitation et de Réintroduction du Tigre de l'Amour, ce jour :

 http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1574/

ЛАЗОВСКИЙ ЗАПОВЕДНИК И НАЦПАРК «ЗОВ ТИГРА» В ПРИМОРЬЕ ОСТАЮТСЯ НАДЕЖНЫМ ДОМОМ ДЛЯ ТИГРА

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 07:34

Les anciens scandinaves considéraient les grands rorquals comme de puissants alliés qu'il convenait de respecter. Les norvégiens les ont officiellement protégés entre 1904 et 1924 sur leurs côtes, mais ils agirent différemment dans le Pacifique Sud et l'océan austral à la même époque, où ils massacrèrent ces géants pacifiques (Francisco Coloane a illustré cette histoire dans son roman "Le sillage de la baleine"). 

Aujourd'hui, ils leur empoisonnent la vie à travers leurs fermes aquacoles géantes  de salmoniculture industrielle. Ils jouissent, sur l'ensemble du Chili, de 1357 concessions pour exercer cette activité. La pollution qui s'en dégage tue des centaines (au moins) de rorquals de toutes espèces par an. Et chaque rorqual bleu est confronté,  à environ 700 navires de la flotte salmonicole (voir la vidéo de simulation sur le site référencé... extrêmement illustrative, "la semaine d'une baleine bleue au Nord de la Patagonie").  Ce secteur est la zone la plus importante de nourrissage et de reproduction, pendant l'été austral, de ces grands cétacés du Sud-est du Pacifique (pendant l'hiver, certaines se rendent dans le Pacifique central et d'autres se regroupent au large des Galapagos).

Comme la Norvège septentrionale et le Svalbard, le nord de la Patagonie chilienne se caractérise par une géographie fragmentée de baies, archipels, canaux et fjords. La mer y est particulièrement riche en nutriments en raison des eaux subantarctiques se mélangeant à un afflux abondant d'eau douce provenant des rivières, de fortes pluies et de la fonte des glaciers. La richesse de la mer de Patagonie est telle que divers microbasins ont été identifiés, dont certains ont un niveau de "production primaire" particulièrement élevé  (le phytoplancton, algues minuscules à la base de l'ensemble de la chaîne alimentaire océanique). 

DES MILLIERS DE "MOCHA". Un exemple illustratif : l'archipel des Chonos, composé de milliers d'îles montagneuses allongées et peu élevées...

L'archipel a été nommé en l'honneur d'un peuple amérindien nomade,  aujourd'hui disparus. Ces chasseurs-cueilleurs se déplaçaient dans des pirogues (les "dalcas"), en utilisant la voile et la rame. Ils vivaient de la chasse aux phoques, de la pêche, et de la collecte des coquillages et des algues. Ils circulaient dans les canaux entre les îles, et construisaient des abris provisoires à terre :  Álvarez, Ricardo, Reflexiones en torno a las identidades de las poblaciones canoeras situadas entre los 44º y 48º de latitud Sur, denominadas « chonos », 2002, Anales del Instituto de la Patagonia. Serie Ciencias Humanas, volume 30,  p. 79-86.

La carte des déplacements des baleines indique qu’elles se nourrissent principalement à quatre endroits: le golfe d’Ancud, la côte ouest de l’île de Chiloé, le nord du chenal Moraleda et Adventure Bay. Mais dans les trois premiers endroits, les baleines doivent faire face à la présence d'un grand nombre de navires d'aquaculture. Et dans le cas d'Adventure Bay, les baleines doivent éviter principalement les bateaux de pêche industriels.

 

A "bout de souffle", les femelles épuisées tendent à conserver le peu d'énergie qui leur reste pour elles-mêmes, évitant de migrer, et de se reproduire...

Voir le détail dans l'article de Michelle Carrere (traduit de l'espagnol en anglais par Theo Bradford), publié sur le site de "Mongabay", hier -avec vidéo de simulation citée plus haut- :

https://news.mongabay.com/2021/03/patagonias-blue-whales-besieged-by-hundreds-of-boats-study-finds/

L'article original avait été publié le 15 février dernier par Mongabay Latam :

https://es.mongabay.com/2021/02/chile-cientificos-demuestran-como-las-ballenas-son-asediadas-por-cientos-de-barcos-en-la-patagonia/

Voir aussi :

Bedriñana-Romano, L., Hucke-Gaete, R., Viddi, F. A., Johnson, D., Zerbini, A. N., Morales, J., … Palacios, D. M. (2021). Defining priority areas for blue whale conservation and investigating overlap with vessel traffic in Chilean Patagonia, using a fast-fitting movement model. Scientific Reports11(1). doi:10.1038/s41598-021-82220-5

Duarte, C. M., Chapuis, L., Chapuis, S. P., Costa, D. P., Devassy, R. P., Eguiluz, V. M., … Juanes, F. (2021). The soundscape of the Anthropocene ocean. Science371(6529), eaba4658. doi:10.1126/science.aba4658

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 07:24

The den of an american ghost. An article published in 1892 in the american press is perhaps the door behind which hides an unthought monster of the country's intimate psyche, who swim under the surface of its present...

 

There will be 129 years in just one week, a curious article with a strangely structured text was both published, on the same day, by two american newspapers :

Anonymous. 1892. The Terror of the Sea. A vivid account of the sanguinary career of « Mocha Dick ». He won many victories, but was easily vanquished at last. Always Ready for a Fight, and Usually the Aggressor.  Published by « The Detroit Free Press » on Sunday, April 3rd. 

Published also by « The Chicago Tribune » on the same day, but differently entitled : Five wicked whales. A quintet of leviathans well known to all whalers.

DESCRIPTION. Different parts of the article seem not to be logically correlated with the body of the text. Introduction and conclusion are concerned in the two newspapers. For Chigago Tribune, title, headline and lead are also concerned.

The body itself recounts the victorious exploits of a large scarred sperm whale against whalers in the Southeast Pacific, the Southwest Atlantic, and finally the Northwest Pacific, from summer 1840 to autumn 1842.

It begins with a formal introduction (Line 29 of the first column in Detroit Free Press, Line 23 of the first column in Chicago Tribune)  : « What I am going to tell you...to suffer defeat in each occasion. »

It ends with a review of the "career" of the sperm whale, by way of a formal conclusion (Line 129 of the second column in Detroit Free Press, Line 61 of the second column in Chicago Tribune) : « From first to last... on every known feeding ground. »

The introduction evokes the struggle of the whalers against 5 fighting sperm whales (« terrors of the sea ») between 1840 and 1859, each of them having received a nickname. The most famous and feared is named "Mocha Dick" …

Title (« TheTerror of the Sea ») and Headline in Detroit Free Press explicitly announce the theme of the body, shedding light on the formidable and battling character of this scarred sperm whale apparently named "Mocha Dick" …

On the contrary, Chicago Tribune's title, headline and lead focused on the 5 fighting sperms as a whole. Moreover, the lead presents them as « Terrors of the Arctic (!?)Seas », then speaking of "Mocha Dick" « off Valparaiso »... « Defending the body of a dead comrade ».

The conclusion presents the capture of the animal in the South Atlantic in August 1859 by an unnamed Swedish ship (neither the name of the ship, nor that of any of the crew members was revealed, making all checking impossible, and this, on the contrary of each of the other episodes described throughout the article. In addition, a critical piece of information is missing, mentioned each time in the logs in this kind of circumstances : the number of barrels of oil produved from the chopping up and the melting down of the different carved parts of the whale).

Thus, it offers an abundance of very precise details, relative especially to the carcass of the animal, therefore involving a first hand witness : « His big head was a mass of scars and he had apparently lost the sight of his right eye. »... « He was 110 feet long, his girth was 57 feet, his jaw was 25 feet 6 inches long »...

Such measurements are not credible, for at least 2 reasons : first, it's far from convincing that even a gigantic sperm could compete in size with a blue whale (110 feet = 33, 50m) and so widely exceed his mass (around 266t from Lockyer's calculation method*).  Moreover, the measurements of the whole animal and its lower jaw do not correspond at all to their proportions for this species : for instance, in "The book of whales" (1980) Richard Ellis mentions crew members of a whaleship (and probably liars) that said they  took a sperm whale who had 8,5 meters jaw, the whale therefore would be 140 feet (43 meters) and so would weigh around 532 tons... According to the same principles of proportion, the animal allegedly killed by the Swedish whaler should have measured more than 38.8m and so would weigh around 400 t ...

*See for precisions the mathematic formula established by Lockyer (Christina).1976. Growth and Energy Budget for the Sperm Whale Physeter Catodon » in Mammals of the sea. FAO Fisheries Series n°5, Vol. 3).

 

INTERPRETATION.

THE « UNTITLED NOTE » HYPOTHESIS. It seems that the subject's body, which is self-sufficient, is, in fact, an untitled note. It could have been written by an (unknown) author, from personal research that led to original discoveries, who sent them to one or several newspapers (Detroit Free Press at least). It concludes logically with the complete assessment of the exploits of the scarred sperm whale : « From first to last, "Mocha Dick" had nineteen harpoons put into him. He stove fourteen boats and caused of over thirty men. He stove Three whaling vessels so badly that they were nearly lost, and ha attacked and sunk a french merchantman and an australian trader. He was encountered in ever ocean and on every feeding ground."

A PRESS TYCOON (common owner of the 2 newspapers) LINKED TO THE BOWHEAD WHALING INDUSTRY ?

Other parts of the article seem to have been secondary added, perhaps by Editorial Staffs, changing radically the meaning, spirit and tone initially given to his text by the author.

What appears as a false conclusion (no publication before this one nor logbook has ever taken into account the execution of public ennemy n° 1 by the whaling vessels at that time), may be to show that ultimately, the victory always goes to the whalers, even if it is in a baroque and inglorious way.

We can find at least 2 sources for such fiction. In 1839, Jeremiah Reynolds had already told the fictive death of a real fighting sperm whale, named « Mocha Dick » and who was an albino individual. Moreover, it conjectured that it is although very roughly inspired by chapter 81 of "Moby Dick" [Some copies of the novel had been reprinted by Harper & Brothers in the fall of 1891, on the occasion of the death of Melville], which depicts the final ordeal of an old ill male , blind and deprived of a right pectoral fin ... Melville compares Job's description of the mighty Leviathan and the reality of the poor old sperm, just as is shown in the conclusion of the article, the violent contrast between what was and what has become "Mocha Dick" ...

What is more, 4 fighting sperm whales mentioned in what appears to be an introduction added in a second step, like the conclusion and consistent with it*, are totally absent from the initial note (« body » of published article). However, the Chicago Tribune honors them with its title, headling and lead, in which they are described as terrors of arctic seas, though spermwhales are hunted in tropical regions, contrarily to arctic bowhead whales...

The whaling industry founded the United States as such (see my book on the subject) and its political and social influence was consubstantial to the formation of this Nation. In 1892, on this level, the situation has changed very little since the 18th century. What is more, cyclically, after almost half a century of slaughter of the giant right whales of the North Pacific, until the almost complete extinction of the latter (in the Bering Strait, the Sea of ​​Okhotsk, off Chukotka, and then in the Beaufort Sea), the fishermen ended up ascending the latter to the estuary of the Mackenzie River where, in 1889, they “miraculously” discovered a flourishing population of these giants [who had obviously come for many years. years, to take shelter from their aggressors in the estuary of the gigantic marshy delta of the great river, where the beluga white whales also come to give birth to their children] ... In 1892, the slaughter (which can hardly be compared but to that of gray whales in the lagoons of Baja California by Charles Melville Scammon and his fleet a few decades earlier) was in full swing in the Delta (and will not stop until 1921).

See illuminating "Interfusion", April 6th 2020 :

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/04/interfusion.html

More than ever, the whaling activity of the moment is magnified by politico-media speakers, whose deafening “patriotic” hustle and bustle makes any dissonant attempt “delicate”, especially since there has been, in reality, a controversy over legitimacy of this activity since the middle of the 19th century, or even earlier, which has never stopped growing since then ...

 

* Like most « fake news », this one since inspired numerous publications evoking « Mocha Dick ». The risks of suspicion amongst its readers have been nipped in the bud, the « introduction » secondary added too, which already foretells the false conclusion.

 

« MOCHA DICK », REALLY ?

Otherwise, another question, and not the least, remains open. It's impossible, at the present time, to know who has really used the name « Mocha Dick » in the article.

Has the Name been given by the author (the Fighting White Whale was not dead in 1840, contrary to what is written in Reynolds' account) despite the evident fact that his hero is not white, but has only a white scar ?

Or alternatively, could the name secondary been changed by editorial staffs, in the aim of definitely »drawn the fish » ?...

The author would have initially given no name to the victorious sperm of years 1840-1842, or something like « The scared whale », « Scared Jack », « Scared Typhoon », « Valparaiso Dick »...

 

TEN YEARS LATER., OR : HISTORY IS IRONIC. On March 17, 1902, the whaler barque Kathleen was sunk by a large male gray-skinned sperm whale in the South Atlantic, and at the beginning of July, a huge white sperm whale (over 27m) was captured further north in the same ocean (south of the Azores archipelago), by the aquinnah harpooner Amos Smalley aboard the ship Platina ...

 

Assumptions now made, investigation goes on.

Now waiting clarifications and an update from the current editorial teams of the Detroit Free Press and the Chicago Tribune, who have just been contacted on this subject. With anticipated gratitude.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 07:16

Cet article a été actualisé au 8 avril (voir en bas de page).

Popeye à la pêche à la baleine qui tue celle-ci d'un coup de poing, sa victime retombant sur le pont en boîtes de conserve... Un dessin animé que j'avais vu dans ma jeunesse, et que je n'ai pas pu retrouver sur internet (un effet de la cancel culture en vogue?) Quoi qu'il en soit, mes recherches m'ont permis de découvrir un segment de l'industrie baleinière américaine dont j'ignorais tout : dans les années 50 et 60 du siècle dernier, la viande, les os et l'huile des cétacés abattus fut utilisée pour la nourriture des animaux de compagnie (viande en boîte de conserve), à la volaille (os pilés), au bétail (huile mêlée au fourrage).

Une société baleinière (la "Del Monte Fishing Company") fut créée à San Francisco en 1956, et resta active jusqu'en 1972. Ses boîtes de conserve affichaient un cachalot blanc souriant -comme les cochons rieurs de nos boucheries- de marque "MOBY DICK" / 100% whale meat! (S'il vous plait! La qualité!). Les frères Caito ont-ils monté leur entreprise inspirés par l'adaptation du roman de Melville par John Huston au cinéma? Voici en tout cas un lien intéressant (bande dessinée très éclairante, vidéo d'un vieux harponneur nostalgique (Pratt Peterson) qui évoque notamment les jeunes gens franchissant le pont du Golden Gate en se prenant pour de modernes Ishmaël...

https://www.kqed.org/news/11771127/commercial-whalings-last-holdout-the-bay-area

Voir aussi :

https://www.sciencenews.org/article/50-years-ago-us-commercial-whaling-was-coming-to-an-end

 

https://www.nytimes.com/1971/03/07/archives/ban-on-whaling-stuns-coast-company.html

https://www.nytimes.com/1971/12/19/archives/last-of-us-whalers-call-it-quits-as-era-ends.html

Voir, pour la consommation humaine de viande de baleine par des états-uniens (couverture du spectre historique des derniers siècles) :

Frame (Kelly). 2015. « The Strong Do Eat » : David Mitchell and Herman Melville-A Study in Intertextuality. Australasian Journal of American Studies 34 (1) (July 2015), 17-29. Published by Australia New Zealand American Studies Association.

https://www.jstor.org/stable/44779750?seq=1

Shoemaker (Nancy). 2005. Whale Meat in American History. Environnemental History 10 (2) (April 2005), 269-294. Oxford University Press.

https://www.jstor.org/stable/3986115?seq=1

 

AU PAYS DES AVEUGLES... Quant à l'emblématique Popeye le Marin, si les histoires à travers lesquelles nous le connaissons se déroulent alors qu'il a plus de 34 ans (âge auquel il fait la connaissance d'Olive Oyl, qui devient sa fiancée), sa jeunesse est aussi pleine d'enseignements : à l'âge de 6 ans, cet orphelin de nom inconnu et "Hercule" moderne va chasser la baleine à l'aide d'une épingle tordue reliée à une bobine de fil. Il parvient ainsi à tuer un énorme cachalot vindicatif et tout son troupeau, pour venir en aide à son tuteur tombé dans la misère, qui porte le nom symptomatique de "Whaler Joe"... A 12 ans, il perd un oeil dans une bagarre avec un cuistot monstrueux à bord d'un navire, d'où son surnom acquis à cette occasion : "pop-eye" : "l'oeil éclaté"...

https://popeye.fandom.com/wiki/Popeye

Dans les années 80, Popeye et Olive pratiquent le "whale watching" avec une "Grande Baleine Blanche" parodique : la "Grande Baleine mouchetée", qui pose comme une star, est abusée par un leurre grossier tendu par un pêcheur baleinier, et finit, dopée aux épinards, par une "pêche au gros" dans la plus pure tradition de la famille américaine...

https://www.youtube.com/watch?v=7OIy4iIl_tQ

En conclusion, le XXème siècle a réifié le cachalot dans les années 20*, puis l'a "surréifié" après la seconde guerre mondiale... Brève parenthèse anomalique à l'échelle de l'Histoire, où les hommes ont toujours perçu les cachalots comme des êtres prodigieux et (lorsqu'ils se sont confrontés à eux) comme des adversaires extraordinairement valeureux...

* Par exemple,le cachalot porté à l'écran le 15 janvier 1926  dans « The Sea Beast » n'est, en cette période de taylorisme triomphant, qu'un misérable ersatz du monstre melvillien, prétexte à une intrigue amoureuse : un Achab sympathique est en compétition avec son frère pour l'amour d'une jeune femme, et les deux hommes vont se lancer dans une campagne baleinière destinée à tuer un cachalot célèbre pour faciliter le choix de la belle.... L'animal, en l'occurence de couleur sombre, est bien moins redoutable que le frère jaloux du capitaine, qui pousse celui-ci par dessus bord directement dans la gueule du cachalot. Ainsi, Achab perd sa jambe, motif trouvé par la femme qu'il aime pour l'abandonner et rejoindre son agresseur... Magnanime, Achab décide de pardonner aux humains qui l'ont trahi et reporte sa vengeance sur le cachalot, qu'il tue, et rentre au port sain et sauf Une « réplique » sera tournée en 1930, après l'avènement du « parlant, intitulée cette fois « Moby Dick » avec toujours le même acteur (John Barrymore) dans le rôle d'un Achab sympathique, optimiste et performant, face à un cachalot vraiment blanc, cette fois-ci. La version française s'intitulera « Jim le harponneur »...

 

 

MELVILLE ET SARANO. PRESOMPTIONS ET PREUVES.  A l'inverse complet de ce qui vient d'être évoqué, et dans la continuité des représentations que les hommes se font des cachalots depuis la Préhistoire, Melville a sublimé le personnage principal de son roman "Moby-Dick". Ne pouvant imaginer son statut réel de "Héros du Matriarcat" depuis l'âge glaciaire*, il en a fait un Héros conforme à la littérature épique, le premier qui soit un animal :

Slzezak (Klara Stephanie). 2018. « Famous », « Immortal » - and Heroic ? The White Whale as Hero in Herman Melville's Moby-Dick.

https://freidok.uni-freiburg.de/fedora/objects/freidok:15405/datastreams/FILE1/content

LA TRIPLE FONCTION DU « ICE BULL ». Il est donc envisageable que l'instrument social de première importance que devient le cachalot mâle à cette époque s'exprime par une fonctionnalité triple : reproducteur, pourvoyeur, protecteur.

Le Reproducteur n'est pas « aveugle » dans sa fonction, il est aussi co-éducateur précoce de ses enfants dès le stade intra-utérin.

Le Pourvoyeur peut offrir une provende qu'il est seul en capacité de recueillir (comme une ouvrière géante de fourmi Atta ou Pheidologeton).

Le Protecteur est à la fois co-stratège pour l'organisation d'ensemble de mise à l'abri de la communauté, et combattant direct face à l'ennemi jusqu'au sacrifice de sa vie si nécessaire (comme un soldat géant de termite Hodotermopsis, Macrotermes ou Bellicositermes). S'il reste invaincu, il finit, dans son grand âge, par se retirer définitivement loin des siens . De façon plus "rugueuse" (hypothèse émise par Rosenblum au début des années 1960 et restant à vérifier), l'orientation du mâle vers un rôle plus ou moins exclusif de guerrier protecteur peut être additionellement facilité par les femelles [qui] n'hésitent pas à jouer des mâchoires pour convaincre le sultan fatigué de céder la place à un plus fluet mais plus galant candidat). Rosenblum 1962, cité dans : Berzin Al'fred Antonovich. 1972. The Sperm Whale. Israêl Progr. Scient. Transl. Jérusalem. 394 pages. Translated from Russian : Izdatel'stvo „Pishchevaya Promyshlennost”︁, Moskva 1971.

 

La guerre des « vieux soldats » : un leurre. Ce qui a profondément marqué les baleiniers au XIXème siècle, et qui a durablement marqué leurs communautés nationales (l'affrontement inattendu avec de grands cachalots « agressifs ») constitue le pic de la partie émergée de l'iceberg stratégique tel qu'il a été conçu et mis en place par les communautés cétacéennes. Et même ce pic, connu à travers diverses légendes orales, rapports historiques (Owen Chase sur le naufrage de l'Essex) ou productions littéraires (« Mocha Dick, la baleine blanche du Pacifique » de Jeremiah Reynolds, « Moby-Dick » d'Herman Melville) a été mal compris dans son essence.

Par contre, l'héroïsme dont ont fait preuve les « vieux soldats » dans ce contexte est en prolongement direct de celui que leurs ancêtres avaient déployé à l'âge glaciaire pour assurer la survie de leurs communautés dans un contexte déjà extraordinairement difficile (« La Mort en face »).

De plus, ce leurre spectaculaire qu'est "The infuriated fighting whale" n'est qu'une des modalités de diversion adoptées parmi les groupes de cachalots, celle du "Shy Jack", "le guerrier timide et fuyant" étant à la fois beaucoup moins évocatrice, et donc remarquée, par les agresseurs, mais tout aussi efficace, voire plus, et en tout état de cause pleinement complémentaire à la première...

Voir aussi, en complément, l'étude de Hal Whitehead, Tim Smith et Luke Rendell, publiée dans Biology Letters 17 March 2021 animal Behaviour , THE ROYAL SOCIETY PUBLISHING : Adaptation of sperm whales to open-boat whalers : rapid social learning on a large scale?

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsbl.2021.0030

Un résumé et commentaire en a été effectué sur le site de Sciences et Avenir, le lendemain (18 mars), par Anne-Sophie Tassart : ""Ciblés par les baleiniers au XIXème siècle, les cachalots ont appris à éviter les harpons" :

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/cibles-par-les-baleiniers-au-19e-siecle-les-cachalots-ont-appris-a-eviter-les-harpons_152661

La chasse à la baleine, notamment au 19e siècle, a été une industrie majeure. Malgré la mort de millions de spécimens, les cétacés ne sont pas restés passifs face aux assauts de leurs poursuivants et ont rapidement appris à contrer leurs attaques...

Des registres du 19e siècle numérisés

Au 18e et au 19e siècles, les baleiniers d'Europe et d'Amérique du Nord se répandent comme une traînée de poudre dans les océans du monde entier. A bord de leurs puissants voiliers, ils ont ciblé notamment les cachalots (Physeter macrocephalus). Après en avoir trouvé, les baleiniers mettaient à l'eau de petites embarcations et ramaient jusqu'à leur cible. Là ils se saisissaient de harpons et tentaient de les planter dans la chair de l'animal. Les cétacés mis à mort étaient ramenés à bord du voilier puis "traités", c'est à dire découpés en morceaux pour le stockage à bord.

"Certains historiens ont suggéré que le taux de succès des baleiniers dans les petites embarcations, lors du harponnage des baleines, a considérablement diminué au cours des premières années d'exploitation industrielle", notent trois chercheurs dans une étude parue le 17 mars 2021 dans la revue Biology Letters. Etait-ce vraiment le cas ? Et dans l'affirmative, pour quelle raison ? Pour répondre à ces questions, les chercheurs ont exploité des registres numérisés remplis par des baleiniers américains lors de leurs pérégrinations dans le nord du Pacifique, des documents datant du milieu du 19e siècle.

Surpris, "les baleiniers eux-mêmes ont décrit des méthodes défensives"

Grâce à ses données, les scientifiques ont pu évaluer les taux de réussite lors du harponnage des cachalots. "L'analyse des données des journaux de bord numérisés des baleiniers américains dans le Pacifique Nord a révélé que le taux auquel les baleiniers réussissaient à harponner les baleines avait diminué d'environ 58% au cours des premières années d'exploitation dans une région", souligne l'étude. Les chercheurs ont suivi plusieurs hypothèses pour expliquer cette chute. Les baleiniers étaient-ils de moins en moins compétents ? Les auteurs en doutent : "Le fait que les premiers baleiniers du Pacifique Nord et ceux qui ont suivi plus tard ont eu un succès similaire dans d'autres océans, où les cachalots étaient généralement exploités depuis longtemps, plaide contre la diminution de la compétence des baleiniers entraînant la baisse du taux de harponnage", commentent-ils. Cette diminution est-elle survenue parce que les spécimens les plus faibles (jeunes, malades...) ont tous été touchés en premier ? Une modélisation de cette hypothèse ne permet pas de retrouver les bons chiffres. La seule explication qui corresponde est l'apprentissage social : les cachalots ont développé des mesures défensives et ce savoir a été transmis entre les individus.

"Les baleiniers eux-mêmes ont décrit des méthodes défensives qu'ils pensaient que les baleines adoptaient, notamment la communication du danger au sein du groupe social, la fuite ou l'attaque des baleiniers. Des plongées profondes auraient également été efficaces", notent les chercheurs. Les groupes naïfs, c'est-à-dire n'ayant jamais fait l'expérience des baleiniers, pouvaient néanmoins savoir comment leur échapper auprès des groupes plus expérimentés. Des changements de groupes auraient notamment permis "qu'un animal naïf soit regroupé avec un individu expérimenté lors de sa première rencontre avec des baleiniers".

 

Les présomptions deviennent des preuves. Celles-ci s'accumulent et se diversifient à travers la démonstration scientifique factuelle qu'est parvenu à établir François Sarano sur le rôle des mâles pour une communauté cétacéenne de l'océan indien et qui établit restrospectivement, en traits pleins, le mécanisme intime de protection des populations lors de la Première Guerre du Pacifique : Les mâles quittent le clan maternel lorsqu'ils sont à maturité sexuelle, autour de leur dixième année et n'y reviennent jamais. Ils sont dans les eaux froides jusqu'à environ 20 ans. Ils retournent alors dans les eaux chaudes pour s'y reproduire. UN RÔLE SOCIAL ET INFORMATIONNEL DETERMINANT. Le grand mâle PORTEUR DE RECITS revient régulièrement, et pour des périodes assez longues, dans les clans où il a des descendants (éventuellement sur plusieurs générations). Il est accueilli et tout le clan lui fait fête. Jeunes et moins jeunes viennent le saluer en se frottant à lui, et ils l'écoutent. Le récitant se met en chandelle et entame sa narration. Ses auditeurs descendent alors vers sa tête, comme pour mieux l'écouter. Et La caresse par le son émis va jusqu'à  induire une forme de programmation mentale des enfants au stade intra utérin... On peut entendre l'intervention de François Sarano le 12 mars dernier ici :

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-12-mars-2021

Actualisation au 8 avril : Intervention de François Sarano (45mn) dans l'émission "L'Heure Bleue" de Laure Adler : "Réconcilier les hommes et la vie sauvage"

https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-08-avril-2021

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 09:24

Ceci fait suite à "Autres temps..." mis en ligne le 8 mars, "D'attaque..." mis en ligne le 9, "Journée sombre" mis en ligne le 18 :

http://europe-tigre.over-blog.com/2021/03/autres-temps.html

http://europe-tigre.over-blog.com/2021/03/d-attaque.html

http://europe-tigre.over-blog.com/2021/03/journee-sombre.html

Le tigre de Sobolonjé, qui semblait en voie de rétablissement, est mort subitement au centre de rééducation, à la surprise de tous.

Voir le détail sur le site du Centre de Réhabilitation et de Réintroduction du Tigre de l'Amour, ce jour :

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1572/

ТИГР ИЗ ПОЖАРСКОГО РАЙОНА СКОРОПОСТИЖНО СКОНЧАЛСЯ

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens