Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 06:14

Ceci fait suite à "Reine des glaces, Matriarche du Monde" mis en ligne le 30 mai 2016 :

http://europe-tigre.over-blog.com/2016/05/reine-des-glaces-matriarche-du-monde.html

Et à "Courant établi" mis en ligne hier 5 avril 2020 :

http://europe-tigre.over-blog.com/2020/04/courant-etabli.html

THE ULTIMATE BOWHEAD

L'inconscient collectif américain mêle, dans la mémoire historique qu'il entretient vis-à-vis de ses activités baleinières, deux axes fort différents, qui se succèdent pour une large part, et où le second tend à recouvrir le premier, comme un baume sur le corps social :

1. La mise en échec de l'industrie baleinière par les cachalots, avant la guerre civile.

2. Après cette dernière, un rebond dû au succès de l'exploitation des immenses baleines franches du Pacifique Nord, qui ira jusqu'à la quasi extinction de l'espèce et l'arrêt définitif des activités baleinières états-uniennes, au début des années 1920. Au sein de ces populations, certaines matriarches avaient un volume comparable à celui des plus grands rorquals bleus de l'Antarctique, eux-mêmes surdimensionnés par rapport à l'époque actuelle.

UNE DEFAITE D'AUTANT PLUS INVISIBLE QU'ELLE EST INDOLORE. Les « aléas » de la pêche au cachalot sont en effet plus que compensés par le « Bowhead rush », c'est-à-dire la découverte des troupeaux de baleines boréales du Pacifique Nord dès la milieu des années 1830, puis leur exploitation massive à partir des années 40, particulièrement au large des côtes de Russie, Alaska inclus -celui-ci restera russe jusqu'en 1867-...  la fois immenses et pacifiques - certains ont un volume comparable à celui d'un rorqual bleu- Ces animaux procurent individuellement des quantités d'huile 2 ou 3 fois plus importantes que celle que l'on tire d'un cachalot. Ceci étant, cette chasse ne va pas sans des risques considérables liés aux conditions climatiques (32 navires perdus en 1871, 20 en 1876)...

 Les conséquences sur les représentations collectives sont spectaculaires. Ainsi, dès les années 1840, quand la chasse aux grandes baleines boréales du Pacifique Nord prend véritablement corps, et, de plus en plus, le relais de celle au cachalot, et jusqu'à la fin du siècle, les écrits révélant une confusion manifeste entre baleines franches boréales géantes et cachalots combattants vont se multiplier. 

Par exemple, l'individu gigantesque observé par Thomas Welcome Roys en 1848, et qu'il refuse d'attaquer de peur que son navire ne soit entraîné par le fond, est une grande baleine franche arctique. Le Knickerbocker du printemps suivant, qui relate la rencontre, conclut cependant par un tonitruant : "Vive Mocha Dick!" (en français dans le texte).

Knickerbocker (The). 1849 (Mars). Volume 33, Editor's Table, 267-268.

En 1860, "Spotted Bob" est bien  représenté avec ses tâches blanches sur la tête, mais en baleine franche boréale :

Smith, Dr S. Compton. 1860. Spotted Bob, a forecastle yarn. The New York Ledger 8, 16 june 1860.

https://people.hofstra.edu/John_L_Bryant/Melville_Extracts/archives.html

Volume 63 (Septembre 1885), pages 13-16.

Jules Verne lui-même (dans "Vingt mille lieues sous les mers", 1869) mentionne "le terrible "Moby Dick" des régions hyperboréennes", empruntant vraisemblablement, en celà, à Arthur Mangin, qui, quelques années plus tôt (1864), évoquait "la grande baleine blanche des côtes du Groenland, chassée pendant deux siècles par les baleiniers écossais, qui l'appelaient MABY DICK (?/) et la regardaient comme l'épouvantail des mers arctiques."

Plus tard, dans le Chicago Tribune  du 3 avril 1892, par exemple, « Shy Jack », « Fighting Joe », « Spotted Tom » et « Ugly Jimmy » sont présentés comme des « terreurs des mers arctiques », alors que le second « Bowhead rush » bat son plein en mer de Beaufort. Les auteurs confondent ici cachalots et baleines franches boréales géantes. Ils revendiquent,par ailleurs, une lecture approfondie de sources diverses, dont écossaises ...

Chicago Tribune. 1892 (April 3rd). Five wicked whales. A quintet of leviathans well known to all whalers.

Jurgen Stumpfhaus, dans son documentaire "Der Aufstand der Wale" (L'insurrection des baleines), sorti en 2014, attribue à ces 4 guerriers des espaces d'activité plus réalistes (toutes situées dans le Pacifique Sud).

https://www.youtube.com/watch?v=zH7OGzaLfOo

Le roman "Moby-Dick", qui illustre, ô combien, la victoire des cachalots sur les baleiniers reçoit, lors de sa publication à l'automne 1851, de très nombreuses critiques dithyrambiques :

https://melvilliana.blogspot.com/2020/02/moby-dick-widely-praised-in-1851-2.html?fbclid=IwAR3d9lSZBRjk6isKVRC1q7ZmMQr9DWzYilz_BXFE6wDwCLSAUk-jsLu5WFE

Et cependant, il ne trouve pas son public, et sombre totalement dans l'oubli deux ans plus tard, après l'incendie de tous les exemplaires du livre dans les entrepôts de l'Editeur.  Voir "Cent ans de solitude" mis en ligne le 28 septembre 2017 :

http://europe-tigre.over-blog.com/2017/09/cent-ans-de-solitude.html

Il est remarquable que l'ouvrage fasse à nouveau surface dans la culture américaine précisément au début des années 1920, époque qui marque la fin de l'exploitation des grandes baleines franches du Pacifique Nord, certes faute de proies mais surtout du fait de l'utilisation déclinante des fanons dans l'industrie...

Au XXIème siècle, la découverte d'une baleine boréale probablement née à la fin du XVIIIème siècle, et qui a survécu aux tumultueux XIXème et XXème siècles, a agi comme une véritable révélation aux Etats-Unis. 

Rozell (Ned). 2007. Bowhead whales may be the world's oldest mammals. Alaska Report.

http://www.alaskareport.com/science10065.htm

L'espérance de vie potentielle de ces animaux est désormais estimée à 268 ans (Voir « Horizons lointains », mis en ligne le 13 décembre 2019) :

http://europe-tigre.over-blog.com/2019/12/horizons-lointains.html

le début de notre siècle est marqué par un rebond spectaculaire des baleines boréales géantes du Pacifique Nord . Leurs effectifs ont plus que triplé en 40 ans, et le volume des individus tend à augmenter. Craig George considère que, du fait des modifications climatiques en cours, ce phénomène d'ensemble devrait se poursuivre et s'accélérer dans les décennies à venir. Des animaux plus volumineux que les plus grands rorquals bleus pourraient prospérer au large des îles géantes du Nord du Canada...

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 06:27

Ceci fait suite à « Quand on veut... » mis en ligne le 2 avril.

« Savez vous qu'il y a d'innombrables merveilles, 

Tout au long de la route que nous emprunterons ? » Manass. Epopée kirghize, IXème siècle.

Aujourd'hui, est officiellement mis à flot le Projet « Courant du Cachalot Blanc » (White Whale Stream) (5 avril 2020 – 26 janvier 2062).

(Originellement, ce communiqué devait suivre la parution d'un livre sur la Première Guerre du Pacifique*, initialement prévue le mois dernier, et qui a été repoussée eu égard à la situation actuelle).

Ce projet avait été évoqué l'an dernier dans cette vidéo :

« White Whale Stream », une échappée vers l'Avenir

https://www.youtube.com/watch?v=kg0QkKrFySM

Celle-ci avait été réalisée, sonorisée et montée par MARC SENNEPIN, comme toutes les vidéos consacrées à la Première Guerre du Pacifique, sur la chaîne YouTube : 

https://www.youtube.com/channel/UCIH9M8YL7iik51fjMYjO6kQ

 

AMORCE DE PRESENTATION (le dossier fera l'objet d'actualisations régulières, avec élaboration de documents spécifiques en plusieurs langues) :

PRINCIPE ACTIF. Réensemencement de l'Océan Mondial en grands cétacés.

En particulier, reconstruction d'une population de cachalots géants telle qu'elle existait avant le début de la « Première Guerre du Pacifique » -protection victorieuse, par ceux-ci, du Japan Ground (espace marin entre les côtes orientales du Japon et Hawaii) [5 avril 1820- 26 janvier 1862].

SOCLE. Hausse de la température des eaux océaniques et fluctuations de la balance vertébrés / invertébrés (Goldbogan & al.2019), réapparition de baleines franches arctiques « Bowheads » supergéantes (observations personnelles de Craig George), capacité de rebond de la vie océanique (Duarte & al. 2020) .

J. A. Goldbogen, D. E. Cade, D. M. Wisniewska, J. Potvin, P. S. Segre, M. S. Savoca, E. L. Hazen, M. F. Czapanskiy, S. R. Kahane-Rapport, S. L. DeRuiter, S. Gero, P. Tønnesen, W. T. Gough, M. B. Hanson, M. M. Holt, F. H. Jensen, M. Simon, A. K. Stimpert, P. Arranz, D. W. Johnston, D. P. Nowacek, S. E. Parks, F. Visser, A. S. Friedlaender, P. L. Tyack, P. T. Madsen, N. D. Pyenson. Why whales are big but not bigger: Physiological drivers and ecological limits in the age of ocean giantsScience, 2019; 366 (6471): 1367 DOI: 10.1126/science.aax9044

Smithsonian. "The limits of ocean heavyweights: Prey curb whales' gigantic size: Feeding strategy strongly influences their size cap, but all whales depend on rich ocean resources to be big." ScienceDaily. ScienceDaily, 12 December 2019.

https://www.sciencedaily.com/releases/2019/12/191212142632.htm

George (Craig) & al. (AEWC, Ray Tarpley and Daniel Hillman, Todd O'Hara, Raphaela Stimmelmayr, Hans Thewissen, Robert Suydam, Gay Sheffield). 2016. Bowhead reproduction studies.

http://www.north-slope.org/departments/wildlife-management/studies-and-research-projects/bowhead-whales/bowhead-whale-anatomy-and-physiology-studies/bowhead-reproduction-studies

« Reine des glaces, Matriarche du Monde », mis en ligne le 30 mai 2016.

http://europe-tigre.over-blog.com/2016/05/reine-des-glaces-matriarche-du-monde.html

Duarte Carlos M.), Agusti (Susana), Barbier (Edward), Britten (Gregory L.), Castilla (Juan Carlos), Gattuso (Jean-Pierre), Fulweiler (Robinson W.), Hugues (Terry P.), Knowlton (Nancy), Lovelock (Catherine E.), Lotze (Heike K.), Pedragovic (Milica), Poloczanska (Elvira), Roberts (Callum), Worm (Boris). 2020. Rebuilding Marine Life. Nature (580), 39-51.

https://www.nature.com/articles/s41586-020-2146-7

 

BUTS. Retisser et solidifier les équilibres écologiques, sociaux et diplomatiques à l'échelle planétaire.

PAYS IMPLIQUES (liste non exhaustive) : USA, JAPON, PEROU, CHILI, [ARGENTINE/ URUGUAY], BRESIL, NOUVELLE-ZELANDE, AUSTRALIE, INDONESIE, RUSSIE, FRANCE, GRANDE-BRETAGNE, [NORVEGE/ISLANDE]...  Les bases culturelles du projet propre à chaque pays feront l'objet de développements spécifiques.

TRAME EVOLUTIVE, affinée au fur et à mesure du développement du projet (établissement des partenariats, du financement, etc...). Scansions successives en dates anniversaires des dates clefs de la Première Guerre du Pacifique (la prochaine sera le 20 novembre 2020, date anniversaire de la destruction du baleinier Essex par un très grand cachalot protecteur des siens).

LES SECTEURS OCEANIQUES définis pour la reconstruction de cachalots surdimensionnés seront nommés d'après les sobriquets dont furent affublés des cachalots combattants de la Première Guerre du Pacifique**, ainsi que leurs noms « traditionnels » prodigués par les communautés non européennes.

 

*Pour rappel : CONTEXTE INITIAL  : LES BALEINIERS ANGLO-AMERICAINS DANS LA PREMIERE GUERRE DU PACIFIQUE, UN DEBUT SI PROMETTEUR...

Nous avons choisi la date du 5 avril 2020 (comme indiquée dans la vidéo réalisée l'an dernier) jour du 200ème anniversaire du départ de Londres du baleinier Syren [ commandé par le capitaine James Gage, qui avait, 14 ans plus tôt, constaté la profusion de cachalots dans les parages], pour sa campagne de pêche sur le Japan Ground, et qui marque, à notre sens, le début de la Première Guerre du Pacifique. « La pêche a été bonne », comme pour le baleinier « Maro » de Nantucket, qui travailla de concert avec son collègue anglais jusqu'au printemps 1822.

ASPECTS NON INCLUS DANS LE LIVRE A PARAITRE  (Refs : Webb 1988).

Webb (Robert Lloyd). 1988. On the Northwest : commercial whaling in the Pacific NorthWest, 1790-1967. The University of British Columbia Press Pacific Maritime Studies, 6. Vancouver.

« Maro arrived in Honolulu Harbor with informations, probably obtained from the fur-trade master Jonathan Winship of Boston, that large numbers of sperm whales could be found off the uncharted coast of Japan. After recruiting supplies, the Maro set out an experimental cruise northwards and westwards . The whales were indeed there, and the crew shared them with only one other whaleship, the Syren of London, whose captain had independently acted upon another shipmaster's account of sperm whales observed near Japan in 1806 (James Gage)), the Maro brought back 2425 barrels of sperm oil on 10 march 1822, the Syren arrived in London a month later with 346 t -about 2650 american barrels- in casks. Immediately after these two succesful cruises, the Japan Ground became the most important whaling area in the North Pacific. »

L'invasion du Pacifique par les baleiniers provoqua, aux côtés de Nantucket et New Bedford, une véritable floraison de dizaine de ports dans toute la Nouvelle-Angleterre :

« The fleet, once belonging entirely to Nantucket, soon included ships from New Bedford and a dozen Massachusetts villages ;

Poughkeepsie, Sag Harbor, Cold Spring Harbor (New-York) ;

New London, Stonington, Mystic (Connecticut) ;

Bristol, Providence, Warren (Rhode Island) ;

and other seaports from Wiscasset, Maine to Wilmington, Delaware. »

** Par exemple « Timor Jack », « New-Zealand Tom », « Mocha Dick » parmi beaucoup d'autres... Ceux- ci étaient conçus à la façon de ceux dont étaient affublés les hommes d'équipage par leurs camarades... Par exemple, dans l'atmosphère enthousiaste qui dominait à la fin des années 1810, le capitaine Edmund Gardner (dont le navire « Union » avait été coulé par un cachalot dans l'Atlantique en 1807, et qui avait été lui-même sérieusement blessé au large du Pérou par un de ces animaux 9 ans plus tard), qui dirigeait le navire « Balaena », présent à Hawaii en septembre 1819, -le mois suivant la naissance d'Herman Melville-, inscrivit à son bord deux natifs de l'archipel, qu'il affubla de sobriquets humoristiques bien dans l'air du temps (Webb 1988) :

« Kanakas were the native Sandwich islanders, a name given them by themselves.They were named by shipmasters « Jack Kanaka » or « John Maui »...

Whaleships Balaena (New Bedford, captain Edmund Gardner) and Equator (Nantucket) reached Kealekekua Bay in september 1819. The first two, following a process which would persist more than half a century, Edmund Gardner styled them « Joe Bal » & « Jack Ena », their new surnames together forming « Balena » (the name of his ship)... »***

L'atmosphère s'est modifiée ensuite (détails dans le livre à paraître)...

***Cette habitude sera conservée jusqu'à nos jours, concernant par exemple certains soldats Aléoutes de l'Armée américaine lors des batailles de Attu et Kiska pendant la deuxième guerre mondiale...

 

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 09:21

Le LIVRE ROUGE des espèces rares de Russie vient d'être actualisé pour la première fois en 20 ans. La nouvelle édition du document, fixant le statut environnemental particulier des espèces du monde animal et végétal de la Russie, comprend 29 nouvelles espèces d'oiseaux et 14 espèces de mammifères.

Le 2 avril 2020, le ministère de la Justice de la Fédération de Russie a approuvé les ordonnances du ministère des Ressources naturelles de la Russie concernant l'approbation de la liste des espèces sauvages inscrites au Livre rouge de la Fédération de Russie et la procédure de tenue du Livre rouge.

Parmi les 14 mammifères inscrits pour la première fois dans le Livre rouge de la Fédération de Russie figurent  orques,  saigas,  marmottes à tête noire,  écureuils terrestres mouchetés,  renards arctiques,  hyènes rayées,  phoques caspiens, plusieurs populations de rennes, ainsi que les sous-espèces Kodarsky du mouflon des neiges,  parmi d'autres.

De plus, pour la première fois, 29 espèces d'oiseaux sont répertoriées dans le Livre rouge du pays, y compris le plongeon catmarin, la petite spatule, l'oie grise, l'oie des moissons, l'eider de Steller, l'eider à lunettes, l'eider de Sibérie, l'autour du Kamtchatka, le grand aigle tacheté, la grosse perdrix blanche, le grand tétras à ventre noir, le bécasseau d'Islande, d'autres petits échassiers .

"Aujourd'hui, on peut affirmer que les efforts des scientifiques soviétiques et russes pour sauver un certain nombre d'espèces ont été couronnés de succès,  le nombre élevé de leurs populations et l'absence de menaces réelles ayant permis de les exclure de la liste rouge. A partir de maintenant, la liste des espèces du Livre rouge de la Fédération de Russie devrait être rapidement ajustée en fonction de l'état réel des populations de certaines espèces. L'inscription d'une espèce dans le Livre rouge de la Fédération de Russie lui confère un statut de protection spécial. Les travaux sur le Livre rouge de la Fédération de Russie se poursuivront, en particulier en ce qui concerne la clarification du statut des espèces individuelles, car, selon certains experts, il existe un certain nombre d'espèces avec d'importants effectifs et sans menaces visibles qui sont pourtant toujours inscrits sur les listes du Livre rouge, à la place d' animaux vraiment menacés d'extinction, problèmes techniques destinés à être rapidement résolus" selon Sergey Aramilev, directeur général de l'Amur Tiger Center, qui a participé à la préparation de la nouvelle édition du Livre rouge de la Fédération de Russie.

Néanmoins, en Russie, il existe un certain nombre d'animaux qui, très probablement, seront toujours présents dans le Livre rouge. Parmi eux se trouve le tigre de l'Amour.

«Le tigre est principalement un habitant des régions tropicales et subtropicales, et en Russie, il vit dans des hivers rigoureux à la limite de son aire de répartition. Malheureusement, aujourd'hui, il n'y a pas beaucoup d'habitats adaptés à l'existence du tigre de l'Amour. Selon certains experts, les forêts productives avec un nombre suffisant d'ongulés aujourd'hui ne suffisent qu'à l'existence stable d'environ 700 individus pour cette. Autrement dit, après avoir atteint ce niveau, la croissance démographique cessera et la population commencera à se réguler. Pour un gros félin, ce nombre est insuffisant, il y aura donc toujours des menaces, y compris potentielles, qui contribueront à une diminution du nombre. Par conséquent, notre tigre, très probablement, restera pour toujours dans le Livre rouge, ce qui lui permettra de survivre sur notre planète », a déclaré Sergey Aramilev. Voir le détail sur "Amur Tiger Centre", hier.

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1423/

УТВЕРЖДЕНА НОВАЯ РЕДАКЦИЯ КРАСНОЙ КНИГИ РФ

La nouvelle version du Livre Rouge est accessible ici (30 documents en formule PDF réalisés du 25 novembre 2019 au 2 avril 2020) : 

  http://publication.pravo.gov.ru/SignatoryAuthority/foiv090


 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 07:24

En appui au White Whale Stream Project (repeuplement des océans en grands cétacés) :

Hier, dans Nature 580, 39-51 : Rebuilding Marine life. Ce n'est pas un poisson! La richesse océanique d'antan peut-être reconstituée en 30 ans avec les mesures adéquates. Voir le détail dans  "The Guardian", hier. Damian Carrington. Oceans can be restored to former glory within 30 years, say scientists.

https://www.theguardian.com/environment/2020/apr/01/oceans-can-be-restored-to-former-glory-within-30-years-say-scientists

Et voici l'étude proprement dit (Carlos Duarte et son équipe) :

https://www.nature.com/articles/s41586-020-2146-7.epdf?referrer_access_token=VM_a6TEzokNO0s2glFiOGdRgN0jAjWel9jnR3ZoTv0MK-96gIoT7PzGwnWfT0ZW3la7U08bmT-Ij_9JkZ-oehKSPXI1pZgT5TzFA8BFn6Ch1JSQFGTI6JauO4V1QuwZXLBeCHWIZV9qU-75a4e9I0-6fsoQv3bP705JF8nRwmH0m1cAMouaODqgN2uj-hHkydvUPBTau3rX-iAkntmC3A9wGw6phQw2Axxk7khz9s4PJAgYXszX7K31R2dsxldSsDDyV5XHjQGoJ_QVEI23fDi7RpBIqEsdeLLSKjRHP0zfWt-sG5Hpj1Oe1I6UULdV_q37QSaHY1E7obU__4XLzzg%3D%3D&tracking_referrer=www.theguardian.com

Les chercheurs constatent que certaines espèces, au niveau régional, ont d'ores et déjà connu des rebonds spectaculaires. Ils évoquent notamment les cas de l'éléphant de mer au nord-ouest des Etats-Unis, de l'otarie à fourrure guadeloupéenne au nord du Mexique, des cormorans de la mer Baltique, des baleines à bosses de l'Australie orientale, de la loutre marine du Canada occidental (qui s'en sort finalement mieux que les rhytines de Steller), la tortue verte au Japon, la tortue cuir aux îles vierges... 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 07:28

La tigresse de Lazo s'est rendue tout récemment en Chine, dans une zone pauvre en ongulés, alors qu'elle est mère depuis des semaines, ce qui laisse les spécialistes dubitatifs. Elle a donc franchi l'Amour alors que la glace, en cette saison, commence à mincir sérieusement. Nul ne sait si elle s'est autorisée cette escapade seule ou avec ses enfants. Amur Tiger Centre, ce jour.

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1420/

ТИГРИЦА ИЗ ЛАЗО ГРУБО НАРУШИЛА КАРАНТИН

Partager cet article
Repost0
30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 10:16

Un incendie ravage le parc national "Land of Leopard" (sud du Primorje, frontalier de la Chine).

Dans le même temps, les inspecteurs des groupes anti-braconnage intensifient leurs  patrouilles dans un extrême-orient russe sous mesures spéciales du fait de la présence du covid 19. La chasse au gibier à plumes étant désormais ouverte et sollicitant la plupart des contrôles, certains en profitent traditionnellement pour tuer des ongulés proies du tigre. Ce ne sera pas le cas cette année. Amur Tiger centre, ce jour.

  http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1418/

ИНСПЕКТОРЫ ОХОТНАДЗОРА ПРИМОРЬЯ УСИЛИЛИ ПАТРУЛИРОВАНИЕ НА НЕРАБОЧЕЙ НЕДЕЛЕ

Partager cet article
Repost0
30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 07:10

Ceci fait suite à "Le sel de la vie", mis en ligne le 18 mars 2018.

http://europe-tigre.over-blog.com/2018/03/le-sel-de-la-vie.html

Les mythes égyptiens et subsahariens, l'art de Rubens, Turner, Melville, Giono, et le cachalot combattant de Timor dans sa posture héroïque sont engerbés comme les ocelles d'un serpopard de l'Egypte antique.

Les 2 serpopards de la palette de Narmer (au centre de celle-ci).

  EGYPTE ANTIQUE ET AMERIQUE DU XIXème SIECLE : HIPPOPOTAME ET CACHALOT 

La victoire d'un hippopotame blanc innommé sur le pharaon Ménès/Min fonde la civilisation égyptienne, comme celle des cachalots de même couleur contre les baleiniers dans la première guerre du Pacifique (5 avril 1820 - 26 janvier 1862) fonde celle des Etats - Unis.

 

 

POUR RAPPEL. 

Le « Moby Dick » des égyptiens. Achab et Baal / Seth

Les références aux pyramides sont nombreuses dans « Moby-Dick » (l'auteur découvrira celles-ci de visu en 1857 ). Elles sont présentées, au chapitre 1 comme des fournils géants où les pains qui cuisent sont des momies d' hippopotames... Le cachalot blanc est associé aux pyramides à plusieurs reprises, sa bosse est présentée comme pyramidale (ch. 41). Melville imagine un culte à venir du cachalot, apparemment au sein de la civilisation américaine de ses vœux, qui s'avère proche de celle de l'hippopotame chez les égyptiens anciens (ch. 79).

Un volume entier ne serait pas de trop pour illustrer la superposition remarquable des représentations respectives de l'hippopotame et du cachalot dans l'Egypte antique pour le premier, l'Amérique du XIXème siècle pour le second. Indiquons ici simplement que Ménès/Min, qui est considéré comme le premier pharaon, fut tué par un hippopotame blanc après 62 ans de règne, au cours duquel il avait mis en place un culte du crocodile, selon Manéthon.

Des milliers d'années avant la défaite fantôme des baleiniers anglo-américains, , voici une « Première Guerre » perdue, intériorisée par des « Titans » vaincus, mais non dissimulée, celle-ci : la victoire de l'hippopotame est au contraire affichée ostensiblement en tant que mythe fondateur pour cette civilisation.

Par la suite,  les représentations du gros mammifère avec un crocodile dans la gueule, ou recouvert d'une peau du saurien, abondent.

Les pharaons ultérieurs sont présentés comme des géants « libérateurs des eaux » à l'instar des quakers exterminateurs des léviathansC'est notamment le cas d'Oudimou/Den, qui lutte victorieusement, à mains nues, contre le géant aquatique (les deux antagonistes apparaissent comme étant d'un volume similaire).

Oudimou "Horus Den" règne pendant 45 ans. Le culte de Mafdet (déesse combattante, protectrice du souverain) et les rites liés à la chasse à l'hippopotame occupent alors une place spéciale. On retrouve en Afrique de l'Ouest un autre "Oudimou", Faran Maka, géant prédateur / éleveur d'hippopotames, qui peut dévorer l'un de ces animaux en un seul repas et qui connaît chaque membre du troupeau par son nom, associé à une autre Mafdet, une bergère peule, Harrakoi Dikko, qui se réfugie au fond du fleuve Niger et devient maîtresse des animaux aquatiques, et notamment des plus grands (hippopotame, crocodile, lamantin, capitaine, silure...). Le géant est soucieux de préserver les équilibres fondamentaux (il pousse, avec beaucoup de diplomatie, sa fille Nana Miriam, à ne pas exterminer les hippopotames jusqu'au dernier).

Horus Den  est aussi un grand conquérant. Sa tombe est une des plus importantes de toute l'architecture sépulcrale égyptienne. Elle est entourée de 136 tombes subsidiaires.

La civilisation égyptienne s'inscrit dans un vaste champ historique, du Sahara « vert » néolithique aux dynasties tardives, où les relations à l'animal ne cessent de fluctuer, évoluent, se retournent.

Par exemple, Ta-Ouret, l'hippopotamesse sacrée, divinité maîtresse du cosmos, est en fait une créature chimérique ou hippopotame, crocodile et lion forment un tout organique, comparable à une symbiose lichénique. Le philistin Dagon (cité par Melville au chapitre 82), homme poisson aux mains palmées, en est sans doute un avatar...

Et si les pharaons prédynastiques et des premières dynasties cherchent à détruire les pachydermes aquatiques, les pharaons tardifs tendent à devenir leurs protecteurs (comme Sekenenrê, par exemple). 

Ainsi en ira t-il aussi, du XVIIIème siècle à nos jours à l'égard du cachalot en Nouvelle Angleterre, pour les natifs aquinnahs comme pour les américains d'origine européenne - nonobstant, pour ces derniers, l'escamotage systématique de leur défaite - .

Curieusement, les assyriens consacreront un temple aux cachalots, orné de sculptures monumentales de basalte, après la capture supposée d'un de ces animaux par celui de leurs souverains dont le règne marquera le début de la domination assyrienne sur la région en lieu et place de la suprématie égyptienne. 

Dans le roman de Melville, Achab, qui se présente comme un pharaon à plusieurs reprises, porte le nom d'un roi de la Bible dont l'alliance avec la phénicienne Jézabel l'amène à embrasser la religion de son épouse. Il rend donc un culte au dieu Baal. Or, celui ci est l'équivalent levantin de l'égyptien Seth, qui se transforme volontiers en hippopotame pour combattre Horus... « Pharaon » honore ainsi son vainqueur (espièglerie melvillienne?)… La célèbre scène du « serment » sur le gaillard d'arrière (ch.36) se superpose exactement à un rituel d'exécration tels que ceux pratiqués à Edfou à l'encontre de l'hippopotame (Drioton 1948). Franklin (1963) insiste sur le parallèle à établir entre « Moby-Dick » et la lutte entre Osiris et Seth (voir aussi Pritchard 2004, pages 248 & 249).

Drioton (Etienne). 1948. Le texte dramatique d'Edfou. Annales du service des antiquités de l'Egypte 11, 17 – 51.

Franklin (H. Bruce). 1963. The Wake of the Gods : Melville's Mythology. Stanford University Press.

Pritchard (Gregory R.). 2004. Econstruction : The Nature/Culture Opposition in Texts about Whales and Whaling. Thèse de doctorat en philosophie. Faculté des Arts. Université de Deakin (Australie). Mars 2004, 422 pages.

 

 

Katrin Schmidt a effectué des recherches remarquables sur la question, montrant le lien ontologique entre les mythes égyptiens et le roman "Moby-Dick". Dans son travail extrêmement fouillé, argumenté et approfondi,  des personnages clefs du roman de Melville (Moby Dick, Achab, Ishmael, Queequeg, Fedallah) y font l'objet, de façon systématique, d'une identification, pour chacun d'eux, avec un ou plusieurs équivalent(s) fonctionnel(s) des mythes égyptiens).

Schmidt (Katrin). 2010 (22 février). Altägyptische Motive in Herman Melvilles Moby-Dick : Eine textkronologische Analyze. Books on demand gmbH . 109 pages (sans la bibliographie).

Presque exactement 5000 ans séparent l'éveil de la culture égyptienne antique vers 3100 av. J.C. et la publication de Moby-Dick de Herman Melville en 1851. L'auteur montre en détail et systématiquement l'importance considérable de la culture pharaonique pour le travail de Melville . Moby-Dick a plus à offrir que des références isolées aux pyramides ou au complexe du temple de Dendérah: La mythologie, la littérature et la culture de l'Égypte ancienne éclairent le chef-d'œuvre mythique de Melville et la lutte entre le capitaine des ténèbres Achab et la baleine blanche dans toute sa puissance signifiante, structurée en images multicouches. Une abondance inattendue de références se déploie, ce qui permet une compréhension complètement nouvelle de ce classique de la littérature mondiale.

En raison de l'agencement chronologique du texte semblable à un lexique, le livre de Katrin Smith est un véritable ouvrage de référence et aide à l'interprétation, et un guide de lecture pour tout lecteur intéressé par les références mythologiques.

Schmidt (Katrin). 2010 (2 Juin). Melville's Moby-Dick als altägyptische Seelenreise. (Voir par exemple les tableaux comparatifs pages 198-200 : rites de découpage du gateau...). Books on demand gmbH.  436 pages.

 

À l'époque littéraire de la Renaissance américaine, à l'apogée de l'Égyptomanie au XIXe siècle, Herman Melville publie Moby-Dick en 1851. Typique de l'époque, le texte de Melville contient donc des références concrètes à la religion, la mythologie et la culture de l'Égypte ancienne. Comme le montre ce livre, l'importance de ces références dans Moby-Dick s'avère être d'une portée extraordinaire et particulièrement significative. Katrin Schmidt, américaine et égyptologue, montre précisément et en détail à quel point l'influence des motifs égyptiens antiques sur Moby-Dick est réelle et comment les nombreuses analogies créent leur propre sous-texte qui permet au chef-d'œuvre de Melville d'être entièrement lu et interprété dans ce contexte. En relation avec le concept d'archétypes ( "archétypes" de l'inconscient humain), qui a été établi en psychologie, une compréhension complètement nouvelle de ce classique de la littérature mondiale émerge, que l'auteur développe de manière convaincante S'appuyant sur l'espace et le temps, l'auteur, sur la base de son analyse précédemment publiée "Motifs égyptiens antiques dans Moby-Dick d'Herman Melville" [ "Altägyptische Motive in Herman Melvilles Moby-Dick"], détermine la signification de ce motif, que l'on retrouve dans tout le texte, en comparant systématiquement le texte de Melville avec des sources égyptiennes anciennes. Il montre clairement comment la pensée mythique et surtout l'ancienne Égypte façonnent le contenu et la structure de Moby-Dick.

Par ailleurs, longtemps avant les têtes du cachalot et de la baleine franche attachés au flanc du Pequod, une barque solaire  enterrée près de la pyramide de Khefren, contenait un crâne d'hippopotame. Découverte réalisée par le Professeur Selim Hassan en 1935 :

http://karlshuker.blogspot.com/2020/04/the-beast-in-boat-still-no-further.html

Représentation d'une barque solaire :

 

 

 

RUBENS ET TURNER : L'HISTOIRE CONTINUE.

Au cours des premières décennies du XVIIème siècle, Pierre-Paul Rubens illustre des animaux dans une posture héroïque : il réalise plusieurs tableaux entièrement dédiés au thème de la chasse (notamment : loup et renard 1605, puis au cours de la décennie suivante : tigre, lion et léopard ("La chasse au tigre", sanglier, lion...). Or, pour la composition de chacun de ces tableaux, Rubens ne s'inspire pas de scènes de chasse, mais de guerre.  Il se réfère à une oeuvre de Leonard de Vinci réalisée entre 1504 et 1506, qui illustre la bataille d'Anghiari Doria. Celle-ci opposa les Milanais et les Florentins le 29 juin 1440, et fut l'épisode final d'un conflit entre les deux cités Il assura l'indépendance totale de Florence. 

A chaque fois, le combat s'exprime en un  tourbillon / maelström :

  Les animaux sont des héros combattants, et non des victimes, contrairement à l'art japonais ou la mise à mort de la baleine s'apparente plus à un sacrifice qu' à un combat, avec un animal victime, passif et résigné : 

L'un des tableaux de Rubens : "La chasse à l'hippopotame et au crocodile" montre le grand mammifère aquatique comme moyeu central ("goutte noire" dirait Melville...) du combat tourbillonnant :

  Il produira une impression énorme sur Eugène Delacroix, qui le commente ainsi dans son journal du 25 janvier 1847, jugeant l'oeuvre de meilleure qualité que "La chasse au lion" :

« Au contraire, dans la Chasse à l’hippopotame, les détails n’offrent point le même effort d’imagination ; on voit sur le devant un crocodile qui doit être assurément dans la peinture un chef-d’œuvre d’exécution ; mais son action eût pu être plus intéressante. L’hippopotame, qui est le héros de l’action, est une bête informe qu’aucune exécution ne pourrait rendre supportable. L’action des chiens qui s’élancent est très énergique, mais Rubens a répété souvent cette intention. Sur la description, ce tableau semblera de tout point inférieur au précédent ; cependant, par la manière dont les groupes sont disposés, ou plutôt du seul et unique groupe qui forme le tableau tout entier, l’imagination reçoit un choc, qui se renouvelle toutes les fois qu’on y jette les yeux, de même que, dans la Chasse aux lions, elle est toujours jetée dans la même incertitude par la dispersion de la lumière et l’incertitude des lignes.

Dans la Chasse à l’hippopotame, le monstre amphibie occupe le centre ; cavaliers, chevaux, chiens, tous se précipitent sur lui avec fureur. La composition offre à peu près la disposition d’une croix de Saint-André, avec l’hippopotame au milieu. L’homme renversé à terre et étendu dans les roseaux sous les pattes du crocodile, prolonge par en bas une ligne de lumière qui empêche la composition d’avoir trop d’importance dans la partie supérieure, et ce qui est d’un effet incomparable, c’est cette grande partie du ciel qui encadre le tout de deux côtés, surtout dans la partie gauche qui est entièrement nue, et donne à l’ensemble, par la simplicité de ce contraste, un mouvement, une variété, et en même temps une unité incomparables. »

130 ans après la réalisation du tableau de Rubens (et 2 ans avant les observations de Delacroix), William Turner peint "The whaleship" (1845) dont le personnage principal n'est pas le navire :

Melville s'inspirera de ce tableau dans le chapitre 3 de "Moby-Dick". Une peinture accrochée au mur de l'auberge "du souffleur" y montre une forme noire, dont on ne sait trop si c'est un nuage ou un cachalot, qui va s'abattre , tel un kamikaze, sur les mâts d'un navire en difficulté dans la tempête.

Ceci renvoie à "La grande vague de Kanagawa" de Katsushika Hokusai (1831), guerrier de l'armée-tsunami qui va détruire les embarcations et noyer leurs occupants :

Morquan (évoqué par Melville au chapitre 45 de "Moby-Dick), l'un des cachalots guerriers au large du Japon, représenté par Kathleen Piercefield en 2016 : 

En 1834, Hokusai personnalise certaines goutelettes de la vague en oiseaux marins. Ceux-ci seront les compagnons du cachalot blanc dans le roman de Melville 17 ans plus tard....

Au début des années 1800, un cachalot combattant du Sud-Est de l'Indonésie ("Timor Jack"), connait le parcours officiel suivant :  Il fut le héros de nombreuses histoires étranges, comme celle de la destruction de chaque bateau qui était envoyé contre lui, jusqu'à ce qu'un artifice soit élaboré en arrimant un baril à l'extrêmité de la corde reliée au harpon avec lequel il avait été frappé, et tandis que son attention était dirigée et répartie entre plusieurs bateaux, on parvint, en définitive, à le blesser mortellement ». Curieusement, le spectacle saisissant de ce « carrousel des barils » ne fut plus jamais répertorié nulle part...  Comme nous l'avons évoqué régulièrement sur ce blog, le cachalot de Timor fut, plus que tout autre, un agent historique impensé pour les hommes, et un soldat oublié. Le « carrousel des barils », dont il fut le moyeu et la bulle noire lors de sa fin supposée au début du XIXème siècle annonçait le maelström de sa vengeance posthume, quelques décennies plus tard...

 

 

DU NIL AU NIGER ET AU CONGO.

Dans « Au cœur des ténèbres », récit aux accents profondément melvilliens, Joseph Conrad  évoquera un hippopotame apparemment indestructible : « Les bonshommes sortaient tous en groupe et déchargeaient sur lui tous les fusils qu'ils pouvaient trouver. Mais ce déploiement d'énergie était vain... Un bruit amorti de puissantes éclaboussures et de reniflements se fit entendre au loin, comme si un ichtyosaure prenait un bain de lumière dans le grand fleuve. » 

L'anthropologue Jean Rouch  mentionnera pour sa part « le « Moby Dick » des chutes de Labbezanga » à propos d'un vieil hippopotame qui parvint à disperser une flotille de pêche sorko, endommageant plusieurs embarcations y compris la pinasse principale, longue de plusieurs dizaines de mètres...

Certains contes d'Afrique de l'Ouest montrent l'hippopotame comme un être bénéfique, résoluteur des conflits, comme Mali Sadjo, l'hippopotame bicolore de Bafoulabé (ouest du Mali).

 

Soundiata, le fondateur de l'Empire du Mali, jeune homme que ses jambes ne portaient pas et qui rampait comme un margouillat (lézard), choisit l'hippopotame comme emblème (Hippopotame se dit Mali en langue bambara).

Au Congo, l'hippopotame blanc offre ses qualités de monture et de guerrier au héros Ingola pour permettre aux Bayombé menacés d'extermination de survivre et triompher de leurs agresseurs : contrairement au vainqueur innommé du premier Pharaon de l'Egypte antique, il porte un nom ; DAGA.

Les tribus des Bayombé et des Mongo étaient ennemies depuis toujours. Nul ne se rappelait la vraie raison de cette hostilité qui n’en était pas moins farouche et tenace. Le plus souvent, c’étaient les Mongo, guerriers accomplis, qui cherchaient querelle aux Bayombé. Ceux-ci étaient travailleurs et pacifiques, mais une fois attaqués, ils se défendaient avec détermination. Ainsi, tout en vivant côte à côte, les Mongo et les Bayombé se faisaient une guerre permanente sans que pour autant les uns l’emportent sur les autres.

 Un jour, les Bakouba, apparentés aux Mongo vinrent s’installer sur le territoire de ceux-ci. Ensemble, ils décidèrent de chasser les Bayombé de leurs terres.
Le chef des Bayombé fut mis au courant de cette alliance par Dombi, puissant sorcier, qui avait l’habitude d’invoquer directement Mguri-mgori, le plus grand des dieux. Le chef mobilisa aussitôt ses guerriers, mais les Mongo et les Bakouba étaient bien supérieurs en nombre. Pendant des jours et des nuits, Dombi prépara une puissante magie qui devait faire pencher la victoire du côté des Bayombé.
Le sorcier avait un fils paralysé de naissance, nommé Ingola. Très affecté par l’infortune de son enfant, Dombi s’en plaignit amèrement aux puissants Esprits.
Lorsque la guerre devint imminente, le grand Mguri-mgori lui apparut en songe et lui dit :
 » Sorcier Dombi, tu as maintes fois sollicité notre aide pour ton malheureux fils Ingola. Sache, cependant, que malgré son infortune, il sauvera ton peuple dans cette guerre. Qu’il fabrique une lance, mais dans un matériau autre que le bois, et qu’il se rende, armé de cette lance, dans les marécages pour y trouver l’hippopotame Daga. Ce n’est pas un hippopotame ordinaire : sa peau est d’une blancheur éclatante. Daga, l’hippopotame blanc, portera ton fils sur le champ de bataille où ton peuple sera en train de se battre. Ingola arrivera juste à temps pour lui permettre d’emporter la victoire. Lui-même, toutefois ne reviendra pas du combat. « 

 Le sorcier raconta son rêve à Ingola, qui fut transporté de joie :
 » Ainsi, j’irai, moi aussi, au combat ! je ne serai plus la risée des femmes en restant à la maison ! Je me demande seulement comment fabriquer ma lance autrement qu’en bois ? « 
Le sorcier réfléchit, puis conseilla à son fils :
 » Le mieux sera de la forger en laiton.

 Ingola se mit aussitôt à l’ouvrage. Sa lance était terminée lorsque les guerriers Bayombé finirent de se préparer au combat. Il s’en alla vers les marécages de Daga, l’hippopotame blanc, tandis que les guerriers Bayombé partirent pour la guerre. Ingola marcha en clopinant jusqu’au marécage, alors que l’hippopotame venait déjà à sa rencontre. Daga présenta son large dos au jeune homme qui s’y hissa et partit au champ de bataille.
La guerre y faisait rage. La chance commençait à pencher du côté des Mongo et des Bakouba, supérieurs en nombre. Les Bayombé durent reculer, leur retrait se transformant rapidement en débandade, puis en fuite éperdue. Chevauchant son hippopotame blanc, Ingola choisit ce moment crucial pour surgir telle une tornade au milieu des ennemis qu’il se mit à ravager avec sa lance en laiton. Il abattit les Mongo et les Bakouba par rangées entières, Daga, l’hippopotame blanc, piétinant leurs têtes pour les enfoncer dans le sol.
Plus aucun doute ne subsistait sur l’issue de la guerre. Vainqueurs, les Bayombé n’eurent pas le loisir de remercier et célébrer leur jeune héros car un évènement extraordinaire se produisit alors : l’hippopotame blanc trotta jusqu’à un immense arbre creux qui poussait à côté du champ de bataille. Il s’engouffra dans la cavité avec le jeune homme qui le chevauchait toujours, sa lance à la main. Lorsque les Bayombé accoururent au pied de l’arbre, la cavité avait disparu.

En Afrique de l'Ouest, un guerrier est nécessairement, à la fois, un prédateur et un sorcier. Pas plus que le cachalot, il n'engloutit  ses victimes dans sa gueule , mais il provoque leur absorption par le fleuve, comme le cachalot le fait avec l'océan :

https://www.leparisien.fr/faits-divers/niger-l-hippopotame-renverse-la-pirogue-et-tue-douze-enfants-19-11-2014-4304619.php

http://karlshuker.blogspot.com/2016/12/time-to-meet-and-greet-my-hippo-cat.html

Masque géant d'un hippopotame marin des îles Bijagos (Guinée Bissau, Océan Atlantique) 

 

HOMMES DU NORD, COEURS NOIRS. Si les héros handicapés d'Afrique occidentale et centrale font de l'hippopotame leur allié, à l'inverse Achab combat le cachalot blanc, et un jeune inuit rampant (comme Soundiata) qui doit traîner un omoplate de morse, finit par affronter au harpon le Soleil de Minuit... 

CONSEIL POUR CEUX QUI VEULENT VIVRE : IL FAUT SAVOIR ARRÊTER UN COMBAT CONTRE UN ADVERSAIRE INVINCIBLE.

Jean Giono voit dans le combat d'Achab une "lutte de Jacob contre l'Ange" qui va trop loin. Il précise (dans "Pour saluer Melville", publié en 1941) : 

Melville  fait revivre le souvenir « d'une curieuse histoire de baleine [qu'on] attaqua plus de cent fois, et [qui] plus de cent fois fut victorieuse » (pages 72-73). La baleine invincible  est l'image inversée de l'ange, comme la mer par rapport au ciel ; elle se confond presque avec lui.

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 07:55

Les deux tigres présents dans l'oblast de l'Amour confirment leur choix différents de territorialisation.  Yelena la tigresse semble opter pour une installation définitive. Elle est toujours présente, ce printemps, dans la réserve naturelle de Khingan, à l'extrême sud-est de l'oblast. Après  avoir copieusement chassé sangliers, cerfs rouges et chevreuils, elle a, tout récemment, délibérément visé un élan adulte (le plus grand herbivore sauvage du secteur), avec succès.

 

Son frère Pavlik, quant à lui, poursuit sa migration dans le Nord-Ouest de l'oblast, se rapprochant ainsi de la frontière sud de la Yakoutie (République de Sakha. Il a tué et dévoré un gros sanglier, tout récemment. 

Voir le détail et les vidéos sur "Amur Tiger Centre", ce jour.

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1416/

ЕЛЕНА ВПЕРВЫЕ ДОБЫЛА ЛОСЯ, ПАВЛИК ПРОДОЛЖАЕТ ИДТИ НА СЕВЕРО-ЗАПАД ПРИАМУРЬЯ

Pour rappel : en plus de Pavlik et Yelena, seuls tigres officiellement répertoriés à ce jour dans l'oblast de l'Amour, environ 600 autres tigres sauvages sont présents dans le sud-est de l'extrême-orient russe : 450 dans le Primorjé, 130 sur le territoire de Khabarovsk, 20 dans la région autonome du Birobidjan.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 09:30

De grands herbivores introduits dans des milieux éloignés des territoires dans lesquels ils évoluent actuellement, jouent un rôle bénéfique et enrichissant, contrairement à ce qui avait été avancé jusqu'à présent. De fait, ils rétablissent des systèmes disparus lors de la crise du Pleistocene, au cours des 100 000 dernières années, et constituent des pendants ou équivalents fonctionnels des grands herbivores qui s'éteignirent à cette époque.

Parmi ces reconstructeurs, le rôle des hippopotames de Pablo Escobar, retournés à l'état sauvage dans le nord de la Colombie après la mort de leur propriétaire en 1993, est enfin reconnu à sa juste valeur. 

Deux reconstructeurs de l'armature Pleistocene de la Colombie septentrionale :

 

Voir l'étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America il y a 3 jours :

https://www.pnas.org/content/early/2020/03/17/1915769117

Voir aussi les réflexions de Madison Dapcevich sur le même sujet dans IFLScience, le même jour.

https://www.iflscience.com/plants-and-animals/pablo-escobars-infamous-hippos-make-a-case-for-invasive-species/

Partager cet article
Repost0
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 07:35

 

Les équipes de protection de la faune sauvage dans l'extrême-orient russe disposent désormais de drones pour la lutte anti-braconnage. L'Amur Tiger Center a acheté cinq quadrocoptères modernes  dans une configuration améliorée pour la Direction du KGBI pour la protection de la faune et des zones naturelles protégées. Les caractéristiques techniques de ces drones permettront aux inspecteurs qui les pilotent de regarder dans les coins les plus inaccessibles de la taïga à une grande hauteur et à une distance considérable, tout en restant invisibles pour les intrus.

Les employés de cinq groupes opérationnels du Service de surveillance de la chasse du territoire de Primorsky ont suivi un cours de formation avancée sur le pilotage des véhicules aériens sans pilote, sur le territoire de la station scientifique et environnementale d'Anuchinskaya (village d'Ilmakovka, district d'Anuchinsky).

Voir le détail sans "Amur Tiger Centre", ce jour.

  http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1415/

ИНСПЕКТОРУ ОХОТНАДЗОРА СВЕРХУ ВИДНЕЕ

ACTUALISATION AU 29 AVRIL 2020. Voir l'article détaillé sur le succès de l'utilisation des quadricoptères sur "Amur Tiger Centre".

http://amur-tiger.ru/ru/press_center/news/1433/

БЕСПИЛОТНИКИ ПОМОГАЮТ ОХОТНАДЗОРУ ПРИМОРСКОГО КРАЯ В БОРЬБЕ С НАРУШИТЕЛЯМИ ПРАВИЛ ОХОТЫ

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le retour du tigre en Europe: le blog d'Alain Sennepin
  • : Les tigres et autres grands félins sauvages ont vécu en Europe pendant la période historique.Leur retour prochain est une nécessité politique et civilisationnelle.
  • Contact

Recherche

Liens